Archives de catégorie : Activités de l’équipe

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Programme Philosophy, Aesthetics & Knowledge, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS) Séparation et occupation en Palestine/IsraëlDamien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-sept ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisées par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Continuer la lecture de Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Mise en ligne sur MEDIHAL des captations de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif »  du  21 novembre 2016 (Inalco)

Le programme MIGROBJETS (INALCO) en association avec le programme NON-LIEUX DE L’EXIL et le partenariat du PLIDAM et du CREE (Inalco), de la Cimade et de Migrant’scènes (pour la performance « Sicilia » de Clyde Chabot) voulaient revenir sur les objets de l’exil dans la littérature pour les mettre en lien avec les représentations contemporaines de la migration.

Avec : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Corinne Alexandre Garner, Catherine Gery, Cécile Oumhani, Delphine Pagès El Karoui, Camilla Maria Cederna, Chowra Makaremi, Catherine Mazauric, Frosa Pejoska, Marie Poinsot, Nisrine Al Zahre, Mourad Yelles, Peter Stockinger, Alexandra Galitzine-Loumpet

Captations de l’ouverture et des quatre séances : ici 

Réalisation : Dimitri Galitzine

Continuer la lecture de Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

IMMOBILISER LES MIGRANTS : LES ENJEUX D’UN OXYMORE

Par définition, la migration suppose le mouvement, une dynamique vitale qui pousse à quitter un lieu d’origine devenu inhabitable, pour des raisons sociales, économiques, et pour cette raison même toujours politiques (puisque les choix sociaux et économiques relèvent des décisions politiques).

Être « migrant » n’est pas une essence, mais caractérise le moment d’un parcours, et, pour beaucoup, le désir d’un devenir sédentaire, d’un devenir citoyen.

Le choix par lequel des décideurs politiques vont assigner ces devenirs, et réduire ces potentiels est celui d’une triple alternative :

– le renvoi vers le pays qu’on a fui;

– dans le pays d’accueil ou de transit :

  •    la clandestinité
  •    l’enfermement.

Aucun de ces choix ne coïncide avec celui des exilés, aucun ne suppose que leur avis soit requis, aucun ne suppose qu’ils puissent être considérés non seulement comme des sujets de droit, mais comme des sujets tout court. Aucun ne suppose qu’ils puissent prendre place dans un devenir commun, ni faire l’objet d’une représentativité collective.

Continuer la lecture de Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL. Séance 2 : Esthétique et politique, la question de l’exposition. 5 Janvier 2017

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 2

Esthétique & Politique,  la question de l’exposition. 

Exposition "Ceux qui restent" de Wiame Haddad. Dans le cadre de l'évènement Green House. Hay Mohammadi. 20/05/2016 Casablanca, Maroc
Exposition « Ceux qui restent » de Wiame Haddad.
Dans le cadre de l’évènement Green House.
Hay Mohammadi. 20/05/2016 Casablanca, Maroc

Jeudi 5 janvier 2017 de 17 à 20h,  salle 3, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

(entrée libre)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE)(Descriptif et informations ici). En collaboration avec Philippe Bazin (Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon) pour la thématique Esthétique & Politique.

Deux thématiques seront en effet  abordées : Esthétique & politique (1er déc. 2016, 5 janv. 2017,  2 fév. 2017 ) et Murs 2 mars, 4 mai, 2 juin 2017)

Introduction  : Alexandra Galitzine-Loumpet

avec Elise ATANGANA (commissaire d’exposition), Wiame HADDAD  (photographe), Dominique MALAQUAIS (Politilogue et historienne de l’art, CNRS- IMAF) et Philippe ZOURGANE (Architecte, ENSAPVS)

Présentation des intervenants :

Elise ATANGANA est curatrice et productrice d’exposition. Basée à Paris, elle aborde son parcours dans l’art par des expériences individuelles et collectives. Elle s’intéresse à la façon dont les mobilités physiques et virtuelles, incluant les mouvements de personnes, des idées, des objets et de l’information, nous affectent dans notre quotidien. Son récent projet curatorial Seven Hills réalisé pour la Biennale de Kampala 2016, interrogeait principalement la relation entre espaces et mobilités. En 2015, Entry Prohibited to Foreigners, présentée au centre d’art Havremagasinet en Suède, était une mise en perspectives de divers déplacements. Elle a également été, aux côtés de Abdelkader Damani et Smooth Ugochuckwu Nzewi, co-commissaire de Produire le commun  exposition internationale de la Biennale de Dakar 2014. Auparavant, elle a mené plusieurs collaborations avec d’autres commissaires Elvira Dyangani Osé, Simon Njami et le collectif On The Roof.

Wiame HADDAD Née à Lille d’un père tunisien et d’une mère marocaine, Wiame Haddad travaille actuellement à Lille. Après l’obtention de son DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) à l’école Supérieur d’Art et de Design de Valenciennes et après un Erasmus à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre à Bruxelles, elle concentre son travail, ses réflexions et sa pratique photographique autours de la question du Corps entre Occident et Orient. Pour cela elle se nourrit de tout ce qui met en évidence la manière dont le corps exprime une situation d’enfermement, de conflit intérieur, ou de conflit provoqué par un contexte historique ou social, se focalisant ainsi sur le corps comme signifiant du politique. Parmi ses dernières expositions : Des équilibres à l’ Institut Français de Tunis (Octobre 2016); Ceux qui restent au Cube Independent art room Rabat. (Octobre 2016 ), The Green-House, Ceux qui restent avec l’Atelier de l’Observatoire, replique du comissariat Derb moulay Cherif, Hay mohammadi, Casablanca (2016);   Intension, Masnaâ à la Galerie Venize Cadre, Casablanca, Curateur, Ismaël et David Ruffel (2016);  Dubai Photo Exhibition, curateur Hicham Khalidi et Laila Hida (2016). site

Dominique MALAQUAIS est  historienne d’art et politiste, chargée de recherche à l’Institut des mondes africains (CNRS) et enseignante à Sciences Po. Auteur d’Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun (2002) et de nombreux articles sur les intersections entre violence politique et cultures urbaines au Cameroun, en République Démocratique du Congo et en Afrique du Sud, elle est fondatrice et co-directrice de la plateforme curatoriale SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation and Knowledge – Cape Town) et présidente d’ACASA (Arts Council of the African Studies Association). Parmi ses toutes dernières publications : (avec N. Khouri dir.) Afrique – Asie, arts, espaces, pratiques PURH 2016; « Playing (in) the Market, Hervé Youmbi and the Art World Maze » in De l’art (d’être) contemporain, Cahiers d’Etudes Africaines 2016/3. Bibliographie

Phillipe ZOURGANE est un architecte, il est maître de conférence titulaire dans la discipline Théorie et Pratique de la Conception Architecturale et Urbaine à l’ENSA Paris Val de Seine. Il est chercheur au laboratoire AMP – Architecture Milieu Paysage, laboratoire CNRS lavue situé à Paris. Il co-dirige le post master DPEA, pour le laboratoire AMP labo à l’ENSA Paris La Villette. Il a obtenu son PhD au Centre for Research Architecture, Goldsmiths College (University of London) in 2013. Il a étudié l’Architecture à l’ENSA Paris Versailles où il a été diplômé. Il travaille actuellement sur plusieurs livres collectifs en France, au Canada, au Portugal et en Allemagne publiés en 2016 et en 2017.Il publiera à l’automne 2017 son livre d’analyse et de théorie “La Révolution par les plantes” pour l’éditeur Eterotopia France. Il travaille actuellement sur son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), avec Didier Fassin à l’EHESS.

 

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil. Séance 1 : Esthétique & Politique, la question du cinéma. 1er déc. 2016

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 1 Esthétique & Politique : la question du cinéma

Jeudi 1er déc. 2016 de 17 à 20h,  salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE).(plus d’informations ici)

L’exil ne s’oppose pas à la migration, ni l’exilé au migrant ou au réfugié, mais les relie pour privilégier le vécu sur des catégorisations juridiques et politiques conjoncturelles, la subjectivité et la capacité d’action du sujet sur un statut administratif transitoire. Si la figure romantique de l’exilé a fait long feu, celle de demandeur d’asile participe de sa recomposition contemporaine : c’est précisément ces changements de condition,  la nécessité de renouveler l’analyse des formes d’accueil et de représentation des sujets en exil qui réintroduisent la potentialité heuristique du concept d’exil dans le champ politique et esthétique. L’objectif de ce séminaire, en association avec le programme « Non-lieux de l’exil », est d’en analyser les enjeux de représentation dans l’espace public au travers de lieux et de non-lieux différents : camps, murs, enclaves, campements. 

Deux thématiques seront abordées : Esthétique & politique (1er déc. – La question du cinéma 2016, 5 janv. 2017- La question de l’exposition,  2 fév. 2017– la question de la photographie ) et Murs 2 mars, 4 mai 2017)

Séance 1 Esthétique & Politique :  la question du cinéma 

en collaboration avec Philippe Bazin, Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon.

Présentation  : Alexandra Galitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Christiane Vollaire

Introduction  : Christiane Vollaire

avec Claire ANGELINI (cinéaste et artiste, autour de son film « La guerre est proche » 2010), Patrice CHAGNARD (réalisateur) et Léda MANSOUR (Chaire Dialogue des Cultures, Paris I Panthéon Sorbonne)

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil. Séance 1 : Esthétique & Politique, la question du cinéma. 1er déc. 2016

Vidéo. Périples : langages de l’exil. 6 juin 2016 (BPI / Cycle Migrations (Inalco) /NLE

Captation vidéo de la séance Périples : langages de l’exil, Cycle « Lire le monde », Bibliothèque publique d’information Centre Georges Pompidou avec le cycle Migrations (Inalco) dirigé par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky et Non-lieux de l’exil. 6 juin 2016.

Avec : Nisrine Al Zahre, Kadhim Jihad HassanMourad Yelles, Marie-Caroline Saglio Yatzmirsky, Winter Guests d’Aurélie Ruby, Phlippe Bazin, Sara Prestianni, Laetitia Tura, Christiane Vollaire, Alexandra Galitzine-Loumpet.

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo.
Podcast BPI. Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.