Archives de catégorie : Actualités

Actualités diverses, publications, annonces (colloques, séminaires, appels à contribution..)

Non-lieux de l’exil – Tribune contre la loi immigration

      Le groupe de recherche Non-lieux de l’exil s’associe à la tribune de l’Institut Convergences Migrations, et appelle à la résistance contre la loi inique sur l’immigration votée le 19 décembre 2023. Nous ne répéterons pas ici en quoi elle contrevient aux libertés fondamentales, à l’égalité des droits, au droit du sol, aux principes mêmes sur lesquels furent fondées la démocratie et la république françaises : l’avis de la défenseure des droits le détaille. Il suffit de rappeler que par ses termes, cette loi est la plus répressive jamais votée en France depuis la Seconde Guerre mondiale sur l’immigration ; que par les tractations et arguties ouvertement xénophobes et racistes qui lui ont donné naissance, elle stigmatise comme indésirables et pointe du doigt celles et ceux qu’elle désigne sous le vocable générique “d’étranger” – y compris les “étudiants étrangers”, ailleurs appelés internationaux. Sous couvert d’intégration, comprise dans les termes restrictifs de seuls devoirs, et non de droits, elle ne propose que plus d’exclusion, de précarisation et de souffrance à venir, et la perpétuation de formes d’esclavage pour les travailleur·euses sans-papiers. Cette loi s’oppose ainsi à tous les rapports, recherches, et préconisations contraires émis par les acteurs et actrices du travail social, des associations, de la santé ou de la recherche qui documentent depuis des années la dégradation des droits des personnes exilées. Elle n’est que l’aboutissement logique des violences et discriminations subies par les étranger·ères, des frontières aux quartiers populaires, et conjointement des attaques contre la liberté de penser, d’enseigner et d’alerter sur la condition qui leur est faite.

Depuis 14 ans, notre collectif observe, atteste, échange, documente les différents terrains de l’exil au plus près des réalités, s’engage dans des actions individuelles et collectives en collaboration avec divers partenaires. Nous avons invité et débattu avec plus de 500 chercheur·ses, travailleuses et travailleurs sociaux et de la solidarité, associations et collectifs, acteurs exilés, des mondes de l’art, organisé des rencontres et des colloques, publié le résultat de nos recherches. Nous ne sommes pas les seul·es. Nous continuerons évidemment à le faire. Nous appelons de plus à lutter contre les mesures iniques que contient cette loi, à refuser de les appliquer, et à manifester une solidarité sans faille avec tou·te·s les exilé·e•s dans tous les espaces où il sera possible de le faire, comme les lieux de l’art, de la recherche, du soin et du travail social. Nous appelons également nos collègues des mondes de la recherche à afficher, par d’autres tribunes ou par toute autre forme utile, leur solidarité et leur opposition à cette loi. En d’autres termes, à se mobiliser.

log nle cem

Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Luttes des exilé.e.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art

 

10 mai 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom : 

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92344410741?pwd=ODRVNXFMYkFqTUZQbjJTTldMMnRFUT09

ID de réunion : 923 4441 0741 / Code secret : 878356

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da Lage (Geriico, Université de Lille),  Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Eugenia Vilela (philosophe, groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge, Institut de Philosophie, Université de Porto)

Avec :

  • Milady Renoir (recherche-action, asbl CFS – Université Populaire)
  • Modou Ndiaye (chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique)
  • Camille Louis (Philosophe, dramaturge, KomPost)

Cette séance abordera les stratégies d’autodéfense face à une tendance à l’extractivisme des sujets exilés par le milieu de l’art et de la culture. 

Quelle éthique de relation peut être à l’oeuvre dans les projets artistiques avec des personnes exilées (spécifiquement sans papiers) ? Quel accueil peut être imaginé pour les personnes exilé.es dans les écoles supérieures et les lieux d’arts ? Enfin comment développer de bonnes pratiques administratives, juridiques pour envisager et concrétiser la participation des personnes sans papiers dans les projets artistiques, socio-culturels ?

Nous travaillerons ces enjeux à partir des réflexions et pistes d’actions ouvertes par le projet Exil-s et Création-s coordonné à Bruxelles par l’artiste Milady Renoir, Mamadou Taslim Diallo et Modou Ndiaye pour la voix des Sans Papiers Bruxelles et Céline Dujardin enseignante en école d’art. Plusieurs enseignant.e.s, responsables d’institutions artistiques, travailleuses-travailleurs culturels, artistes y sont engagées dont la philosophe et dramaturge Camille Louis.

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques  

12 avril 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée) Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

En accès libre en présentiel  (favorisé) et en distantiel 

Séance coordonnée et introduite par Saskia Cousin (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre), Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Christiane Vollaire (philosophe, CRTD, CNAM)

Avec :

  • Fatima OUASSAK (politologue, militante antiraciste et féministe)
  • Marion CARREL (sociologue, Université de Lille, CeRIES)
  • Fabien TRUONG (sociologue, Université de Paris 8)

Les quartiers populaires, bien qu’ils constituent une part importante du territoire national, sont représentés comme à l’écart de celui-ci. La locution désigne donc à la fois un espace (le plus souvent, celui des banlieues urbaines) et un type de population (en partie « issue de l’immigration »). Ce qui manifeste doublement leur affinité avec la question de l’exil : par la manière dont ils sont perçus et par les origines de leurs habitants.

Et pourtant, une large partie de ces habitants revendique son appartenance à la communauté nationale, dans le temps même où elle en subit les stigmates, comme le montre notamment l’ouvrage collectif L’Épreuve de la discrimination, Enquête sur les quartiers populaires, paru en 2021. Et, plus particulièrement, beaucoup s’inscrivent dans les débats qui animent l’ensemble d’un pays dont ils font partie en dépit des discriminations dont ils font l’objet en tant que sujets racisés ou économiquement subalternisés.

C’est cette inscription dans le débat public sur les sujets de société communs, et la richesse des apports et des questionnements qu’elle engendre, que nous souhaitons interroger ici, autour des problématiques communes de l’écologie, de l’engagement politique, ou de l’éducation, qui animent l’ensemble du débat public, et auxquelles l’épreuve de l’exil géographique ou social vient donner une nouvelle acuité.

Présentation des Intervenant·es :

Continuer la lecture de Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h

Co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques, 8 mars 2023

Co-constructions & frictions :  féminismes et savoirs situés non-hégémoniques

8 mars 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)(Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

en accès libre en présentiel ,  lien zoom ci-dessous (Attention, en raison de la grève, séance uniquement en viso)

Séance coordonnée et introduite par Léo Manac’h ( CEPED, U. de Paris-Cité, ICM) et Laure Wolmark (psychologue, Crash-MSF)

Avec :

  • Paola  Bacchetta (Pr. of Gender & Women’s Studies at University of California, Berkeley) Théories-Méthodes de Gloria Anzaldúa et les sciences sociales : Autohistoria-teoria, Conoscimiento, Desconoscimiento”
  • Nino  S. Dufour (traducteur indépendant) « Terres Frontalières/La Fronterade Gloria Anzaldúa : pour une traduction située »
  • Mathilde Kiening (psychologue, doctorante en psychanalyse) « Cheminer avec le trouble : les “psys” et les personnes exilées queer »
  • Camille Schmoll (géographe, EHESS) L’éthique féministe de la recherche sur les migrations”

Le champ des études féministes a précocement formulé l’enjeu de la reproduction des dominations dans la constitution des savoirs en s’interrogeant sur la place du sujet qui les produit (Hartsock 1983 ; Harding 1986). Situer le lieu d’où l’on parle et d’où l’on observe le monde pour le restituer permet de sortir d’une « épistémologie du point zéro » (Castro-Gomez 2005) aussi aveugle à la diversité des lieux d’énonciation que susceptible de reproduire des points de vue hégémoniques blancs, masculins, hétérosexuels et cis.

Cette séance des Non-lieux de l’exil invite les intervenant·e·s à présenter leurs objets de travail et de recherche à partir de leurs positionnements éthiques, politiques et émotionnels, pour mieux rendre sensibles les intersections des dominations, ainsi que leurs points de subversion.

Présentation des Intervenant·es

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques, 8 mars 2023

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions

8 février 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence,  lien zoom : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/94389100768?pwd=aHpTUG43a3BTZTZDT2FzQjZuVUtYZz09

(attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da-Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Sophie Djigo (classe préparatoire, lycée Watteau  Valenciennes) et Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco)

Avec : 

  • Céline Cantat (sociologue, Sciences Po, ICM)
  • Bchira Ben Nia (DU H2M, Inalco)
  • Sophie Djigo (Philosophe, classes préparatoires) (en visio)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, Cessma, Sophiapol, ICM & DU H2M) et Saskia Cousin  (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre, ICM) 

Argumentaire

Depuis quelques années, des dispositifs pédagogiques spécifiques et des formations spécialisées ont été mis en oeuvre pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des étudiant.es en exil (DU Passerelles). Des associations et collectifs regroupent des étudiants en exil et demandent un statut spécifique. D’autres expériences  valorisent les compétences des personnes exilées, notamment les compétences linguistiques et celles issues de l’expérience de migration ( DU H2M – 2019, DU Dialogues-2021, DU Frontières – 2022). 

Ces expériences et dispositifs pédagogiques apparaissent  comme des « objets frontières » au sens de Susan Leigh Star (Star S.L., Griesemer J. 1989), c’est à dire des dispositifs qui permettent de collaborer en réunissant plusieurs visées qui ne se recouvrent pas:  innovation pédagogique dans une université sous pression néolibérale ; reconnaissance d’un métier dans un univers converti au “suivi qualité des formations” ; formation de personnel qualifié et développement des stages pour des associations qui possèdent des modes de faire, des histoires et des ambitions différents ; espace de recherche-action ; espace de formation et de qualification pour des personnes dont les savoirs sont souvent subalternisés. 

Ces formations peuvent être envisagées comme des dispositifs de mise en relation et des résultats de “frictions” (Tsing 2020), comme un cadre pour la production de savoir partagé produit  dans une asymétrie de positions obligeant à un travail réflexif sur le positionnement des formateur.ices  que des étudiant.e.s. Ces “zones de friction” entre  dynamique pédagogique, sociale, administrative voire matérielle interrogent l’autonomie des étudiant.es, au statut souvent précaire, mais également les attentes des formateur.ice.s. La réflexivité est nécessaire si l’on veut faire apparaître ces savoirs de la rencontre et de la médiation et les reconnaître sans les capter, les partager sans les détruire. 

Cette séance s’organisera en trois temps. Un premier temps pour comprendre les enjeux de l’accueil des étudiant.es en exil et de l’émergence de cette catégorie dans les politiques universitaires. Un second temps abordera plus spécifiquement les enjeux portés par les Diplômes universitaires (D.U.) de médiation interprétation. Enfin nous reviendrons avec Sophie Djigo sur les attaques auxquelles doivent faire face les enseignant.es, chercheuses et chercheurs qui travaillent sur l’exil aujourd’hui.

Intervenantes : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement.

Texte de l’intervention à la séance introductive Co-Constructions & frictions du 14 décembre 2022 –

Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (Crash / Fondation MSF)

Quand j’étais étudiante en classe préparatoire, ou en terminale, je ne me souviens plus très bien, notre professeur de philosophie nous avait fait travailler sur un passage de L’idéologie allemande de Karl Marx et Friedrich Engels. Dans ce passage qui dénonce la division du travail entre travail matériel et intellectuel, quelques phrases m’avaient fait rire à l’époque. Il se trouve que ces phrases m’avaient aussi beaucoup marquée, au point qu’en réfléchissant à ce que j’allais pouvoir dire aujourd’hui ce sont elles qui me sont d’abord revenues. Je ne résiste pas à vous les lire :

« Dès l’instant où le travail commence à être réparti, chacun a une sphère d’activité exclusive et déterminée qui lui est imposée et dont il ne peut sortir ; il est chasseur, pêcheur ou berger ou critique, et il doit le demeurer s’il ne veut pas perdre ses moyens d’existence ; tandis que dans la société communiste, où chacun n’a pas une sphère d’activité exclusive, mais peut se perfectionner dans la branche qui lui plaît, la société réglemente la production générale ce qui crée pour moi la possibilité de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l’après-midi, de pratiquer l’élevage le soir, de faire de la critique après le repas, selon mon bon plaisir, sans jamais devenir chasseur, pêcheur ou critique. » (Engels, Marx, 1968, p.63)“

Continuer la lecture de Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions – Politique et ordre des langues

11 janvier 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence 

lien zoom  :  

 

Séance coordonnée et introduite par : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue Cessma & Sophiapol, ICM) & Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco) .  Avec :

  • Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (anthropologue, PU Inalco, ICM – programme Liminal & Migralect.org)
  • Emmanuelle Gallienne (Association Kolone) – Désarmer le français
  • Filmon Ghebrezgabher (interprête-médiateur, contributeur à la base de données Migralect.org)

Comment analyser les politiques de la “langue de souveraineté” du pays hôte face aux langues des personnes en exil, face au multilinguisme ou au plurilinguisme constitutif des situations de migration ? Ces politiques véhiculent des catégories politico-administratives et des constructions coloniales et post coloniales de l’étranger  – en ce sens elles sont un lieu central de la subalternisation et ne cessent de produire des frontières.  Elles interrogent la position et les engagements des acteurs (chercheurs, associations, soutiens, militants),  et des personnes en exil  face à un français “désarmé” dans les situations de violence et de luttes collectives. Peut-on en effet ignorer, éthiquement et épistémologiquement, ce qui échappe lorsque l’on ne parle pas la langue des personnes concernées, les frictions engendrées ?   “Comment restituer la gravité d’un « I’m not good » quand celui qui l’exprime n’a pas beaucoup d’adjectifs pour nommer une douleur ? “ interroge également Léo Manac’h (2022).  Les dangers sont grands, en effet, de reproduire ce que l’on prétend éviter, une « complicité objective » dans l’ethnocentrisme ou encore la perception de la maitrise du français comme un “manque”, déjà évoqués par Abdelmalek Sayad (2012). Comment franchir les barrières de la langue, bricoler avec et entre, reconnaître enfin dans les langues – et partant dans les paroles –  leurs puissances et résistances ?  Cette question s’étend également à la “langue critique” des mondes académiques de plus en plus attaqués par des éléments de langages euphémisants ou violents.  L’importance des pluralités de langues et de langages, et partant, des positionnements, apparait ainsi centrale pour déjouer “l’ordre de la langue” (Canut 2022) .

Cette séance met en discussion les politiques des langues en s’appuyant sur un ouvrage collectif récemment paru Lingua(non)grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (Presses de l’Inalco, 2022, en accès libre), et en faisant place à différentes expériences d’associations et d’interprètes-médiateurs et de chercheuses et chercheurs.

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h