Archives de catégorie : Actualités

Actualités diverses, publications, annonces (colloques, séminaires, appels à contribution..)

POLITIQUES DE L’EXIL (3) : Politiques de déliaison et de liaison, 26 février 2020

Politiques de déliaison et de liaison

Mercredi 26 février 2020,  17 – 20 heures Centre de colloques du Campus Condorcet, salle 50, Place du Front Populaire
93322 Aubervilliers, M° Front Populaire (entrée libre)

Cette séance  propose d’interroger les constructions et reconstructions de liens au sens affectifs et psychologiques dans un contexte politique de multiplication des frontières et dans un régime discursif marqué par la xénophobie normalisée en Europe. En partant des éclatements produits par l’exil et la brutalité des frontières, il s’agit d’approcher les façons dont des espaces et dispositifs de re-liaison s’inventent en composant directement avec les formes de la violence des politiques migratoires françaises et européennes. 

Avec : Roberto BENEDUCE (anthropologue, psychiatre), Marc BERNARDOT (sociologue), Zelda GUILBAUD (psychologue)

Coordination : Léopoldine Manac’h (anthropologue) 

Image : Quand la Loi est injuste, la Justice passe avant la Loi ! Camps de La Chapelle, 25 juillet 2015. © Laura Genz

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations  

Cette séance fait l’objet d’un partenariat avec l’Axe thématique n°1 : « S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence » du CESSMA  (IRD, Inalco, Université de Paris)

Présentations des intervenant·es :

Continuer la lecture de POLITIQUES DE L’EXIL (3) : Politiques de déliaison et de liaison, 26 février 2020

Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de « Faire musée d’une histoire commune », 5 février 2020

Politiques de l’exil :  historisation et muséalisation.

Autour de  l’ouvrage collectif « Faire musée d’une histoire commune »

sous la dir. de Patrick Boucheron et Romain Bertrand (Seuil, MNHI) 2019

 5 février 2020, 17h-20h,  3 rue d’Ulm, 75005 Paris, 4ème étage, (entrée libre)

avec Nancy GREEN (historienne, CRH-EHESS), Anouche KUNTH (historienne, IRIS, CNRS-EHESS),  Camille SCHMOLL (géographe, Université de Paris)

Discutante : Alexandra GALITZINE-LOUMPET  (Anthropologue, Cessma, Inalco) et Chowra MAKAREMI (anthropologue, IRIS-CNRS)

Coordinatrices : Alexandra Galitzine-Loumpet, Anouche Kunth, Camille Schmoll.

ainsi que plusieurs contributeurs/rices  de l’ouvrage collectif , dont François HERAN (Chaire Migrations et sociétés, Collège de France)

Argumentaire :

Lors de sa fondation, le Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), installé dans un bâtiment érigé en 1931 pour l’Exposition coloniale, recevait des pouvoirs publics la mission de « rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles des éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle, contribuant ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française, et à faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration ». 

 Dix ans après l’élaboration de « Repères », un collectif de chercheurs, de plasticiens et personnalités issues de la scène théâtrale — rassemblé par Patrick Boucheron — s’est réuni en 2017-2018 pour concevoir le remaniement du parcours permanent, faire émerger de nouvelles thématiques, notamment autour du colonial, et de nouveaux questionnements.  Cette séance des Non-lieux de l’exil voudrait interroger la place de la violence dans le dispositif muséal, qu’il s’agisse de la représentation des violences induites par les politiques migratoires sur les sujets, dans le passé comme dans l’actuel, ou des violences produites par leur omission ou par leur représentation. Quelle est la place des sujets exilés et de leur expérience dans la mémoire collective,  comment, précisément, « faire musée d’une histoire commune » ?

(image du bandeau : Ils me laissent l’exil – les objets, documentaire Laetitia Tura (c) 2016) 

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations 

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de « Faire musée d’une histoire commune », 5 février 2020

Politiques de l’exil. Programme NLE 2019-2020

Politiques de l’exil.

Pré-programme Non-lieux de l’exil (9e année). 

en collaboration avec l’Institut Convergences Migrations et avec plusieurs partenaires selon les rencontres.

Attention : des modifications et des rencontres sont susceptibles d’être ajoutées. Chaque rencontre fait l’objet d’une annonce particulière. Entrée libre.

  • 11 décembre 2019 –  reportée au 15 janvier 2020  en raison des mouvements sociaux.
  • 15 janvier 2020 – Politiques de l’épuisement.  avec Hisham Aly, Juan Boggino, Léopoldine Manac’h, en collaboration avec Médecins du Monde et l’ANR LIMINAL.
  • 05 février 2020 : Politiques d’historisation et de muséalisation (coord. Alexandra Galitzine-Loumpet) avec Nancy Green, Anouche Kunth, Camille Schmoll, Chowra Makaremi.
  • 26 février 2020 :  Politiques de liaison et de déliaison, avec Roberto Beneduce, Marc Bernardot et Zelda Guilbaud (coord. Léopoldine Manac’h. )
  • 11 mars 2020 : Politiques de l’engagement, journée d’étude (coord. Emilie Da Lage) en partenariat avec le Geriico, U. de Lille
  • 15 avril 2020 : Politiques de l’exclusion et des quartiers populaires (coord. Christiane Vollaire) –
  • 13 mai 2020  : Politiques de résistance (coord. Eugenia Vilela)
  • 10 juin 2020  : Politiques de l’exil, séance conclusive

 

EXIL-GRAPHIES / Rencontre avec Louis-Philippe Dalembert, Chowra Makaremi, Isabelle Pralong et Irène de Santa Ana. 12 novembre 2019.

Non-lieux de l’exil s’associe à la librairie Les Parages  pour la rencontre : 

EXIL-GRAPHIES

autour des oeuvres  :
 
 Discussion animée par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (anthropologue, psychologue), Marie Cossart  (libraire) et Alexandra Galitzine Loumpet (anthropologue). 
 
Dessin du bandeau : Isabelle Pralong © Atrabile
 
Mardi 12 novembre 2019 à  partir de 19h30, Librairie Les parages, 89 rue Sedaine 75011 Paris, M° Voltaire. Entrée libre.
 
 
 

Politiques du refuge / Séminaire de recherche 23-25 mai 2019, Le Channel – Calais

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil, Liminal
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Exil : Interagir, construire les lieux de soins / 10 mai 2019

La prochaine séance du séminaire Non-lieux de l’exil aura lieu exceptionnellement le vendredi 10 mai 2019 , en collaboration avec le COMEDE, Médecins sans frontières et l’ANR Liminal  :

Exil : Interagir, construire les lieux de soins

 

17h30-20h30, centre  d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non accompagnés  Médecins sans frontières, 101 bis rue Jean Lolive, à Pantin (métro Eglise de Pantin, ligne 5). Attention, entrée libre mais nombre de places est limité à 50. 

Cette séance des Non-Lieux de l’Exil s’articulera autour des expériences des intervenant-e-s qui ont à divers titres participé à créer des lieux de soins pour les personnes exilées. Nous y mettrons particulièrement au travail quelques questions. Comment se construisent, s’imaginent, se rêvent les lieux de soins pour les exilés? Comment ces institutions laissent-elles la place aux (inter)subjectivités concernées par l’exil? Comment y travaille-t-on les enjeux de reconnaissance, que celle-ci concerne les professionnels (soignant-e-s, coordianteur-trice-s, interprètes), salariés comme bénévoles, ou les personnes accueillies ?

Avec Jean-Claude  METRAUX  (pédopsychiatre, U. Lausanne),  Mélanie KERLOC’H (psychologue clinicienne MSF),  Shahnaz OJAGHI (interprète, sociologue)

Coordination : Laure Wolmark (COMEDE)

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ANR LIMINAL, Non-lieux de l’exil)

Image du bandeau : dessin Laura Genz, Courtoisie

Présentation des intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Exil : Interagir, construire les lieux de soins / 10 mai 2019

Subjectivités face à l’exil / Séminaire NLE-IRIS/ EHESS, 13 février 2019

Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

13 février 2019, 17-20h,  EHESS,  salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris,  Entrée libre

En partenariat avec l’ANR LIMINAL et l‘Association française des anthropologues (AFA)

Autour de la parution  du hors-série du même nom, Journal des Anthropologues, déc. 2018

Behrouz KEYHANI (CURAPP-ESS), Evangeline MASSON DIEZ (DynamE), Laure WOLMARK (COMEDE). Introduction des coordinatrices du hors-série :  Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky. En présence d’autres contributeurs.

Discutants : Laurent BAZIN (anthropologue CNRS, AFA) et Chowra MAKAREMI (anthropologue CNRS, IRIS, sous réserve)

4e de couverture :

Désignés comme une « crise » par les politiques européennes, nationales et tout autant par un paysage médiatique prolifique, les déplacements migratoires et les politiques d’accueil mettent également « en crise » les positions d’une pluralité d’acteurs humanitaires, associatifs, artistiques et académiques. Qu’engage de se tenir face à l’exil dans des temporalités traversées par l’urgence ?

Cette interrogation implique de considérer à chaque fois plusieurs formes de réflexivités, de confronter les subjectivités citoyennes à celles des exilés, en un double miroir ou chacun est construit dans l’ordre du réel comme dans celui des imaginaires.

Des exemplaires du hors-série seront disponibles pendant la séance.

Présentation des intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Subjectivités face à l’exil / Séminaire NLE-IRIS/ EHESS, 13 février 2019