Archives de catégorie : Appels à

CFP The Visual Production of Migration. Images, Icons, Codes

imisThe Visual Production of Migration. Images, Icons, Codes
 
The media coverage and debate of migration and integration is generating a continuous and swiftly growing stream of visual representations. How does migration research respond to this markedly increasing importance and contemplation of the role of images, icons and codes – the visual turn?

In 2014, the Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS) at the University of Osnabrueck devotes a volume of its Journal (IMIS-Beiträge) to the visual aspects of migration debates. From an interdisciplinary perspective, it aims to identify the significance of visual phenomena for societal negotiations over migration.

We assume that in interaction with migration phenomena, their visualisation and interpretation, images can yield agency and hence have an effect on social practices and especially on migration policies. The publishers invite contributions from the broad spectrum of expertise in interdisciplinary migration research, seeking to link theoretical reflection inspired by Visual Culture Studies with a case study.

We particularly welcome contributions located within a timeframe stretching from the middle of the 20th century to the present.

Contributions are accepted and published both in English and German.

Interested authors are requested to submit proposals of up to 500 words and a concise CV by 1 March 2014. The authors of the accepted proposals will be notified by 15 March 2014. Manuscripts of up to 60.000 characters (including spaces, notes and maximal five figures) will be expected to be submitted by 15 August 2014. This issue is to be published in December 2014.

The submitted contributions are assessed by reviewers appointed by the IMIS Academic Advisory Board and the IMIS Board of Directors.

Please send your proposal under the header „IMIS-Beitraege: Visual Production of Migration“ to Jutta Tiemeyer [IMIS@uos.de].

Please direct any questions to Melanie Ulz (mulz@uos.de) and Christoph Rass (chrass@uos.de)

Osnabrueck University
Institute for Migration Research and Intercultural Studies (IMIS)
Prof. Dr. Melanie Ulz; PD Dr. Christoph Rass
Neuer Graben 19/21
49069 Osnabrueck

CFP Des diasporas à la « littérature mondiale » : écritures de l’exil, XXe-XXIe siècles

220px-Paris3.Sorbonne.Nouvelle_logoDes diasporas à la « littérature mondiale » : écritures de l’exil, XXe-XXIe siècles

RÉSUMÉ

L’expérience de l’exil, par ce qu’elle comporte de surprises, de traumatismes, d’exclusions, peut donner lieu à l’émergence d’une parole littéraire. L’individu, pris dans la tourmente de l’histoire et confronté à la différence (de culture, de langue, de société), est amené à mettre en scène et en fiction son parcours, par exemple sous la forme du témoignage, et à réinventer des formes littéraires et poétiques, parfois syncrétisant, parfois excluant à son tour la culture et la langue d’accueil.

ANNONCE

Journée d’étude « Des Diasporas à la « Littérature mondiale » : Ecritures de l’exil, XXe-XXIe siècles », samedi 31 mai 2014, 

 ARGUMENTAIRE

L’expérience de l’exil, par ce qu’elle comporte de surprises, de traumatismes, d’exclusions, peut donner lieu à l’émergence d’une parole littéraire. L’individu, pris dans la tourmente de l’Histoire et confronté à la différence (de culture, de langue, de société), est amené à mettre en scène et en fiction son parcours, par exemple sous la forme du témoignage, et à réinventer des formes littéraires et poétiques, parfois syncrétisant, parfois excluant à son tour la culture et la langue d’accueil.

Expérience collective de l’exil, étrangeté vécue, la Diaspora représente ce moment de déracinement, qu’Edouard Glissant définit en termes de « retour » et de « détour » dans Le Discours antillais. En quête d’une vérité (Wajdi Mouawad) ou d’un remède contre la mélancolie (Sebald), cet à rebours de l’exil a-t-il pour conséquence d’ébranler ou au contraire de mieux asseoir les fondements de la communauté ? Face à cette obsession du retour, et confrontées à l’expérience de la domination par un Autre, dans ce décalage constant de soi à soi-même, les populations diasporiques vont tenter de se (re)créer une identité collective. La langue alors devient un facteur fondamental de cette identité….

Plus d’informations ici

Modalités de soumission

Les communications de + / – 300 mots, accompagnés d‘une courte bibliographie, devront parvenir

avant le 15 janvier 2014

aux adresses suivantes : laetitia.tordjman@gmail.com / cyril.verlingue@gmail.com 

Cfp. Colloque Littérature migrante et traduction. 18-20 juin 2014.

 

Cliquez sur l'image pour accéder à l'axe Transpositions du Cielam
Cliquez sur l’image pour accéder à l’axe Transpositions du Cielam

Colloque de l’axe Transpositions du CIELAM, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235

Deadline : 20 décembre 2013

Argumentaire

La notion de littérature migrante est difficilement cernable. Toutefois, si on la considère du point de vue de la traduction, elle devient plus aisément identifiable. Sous cet angle en effet, on peut caractériser les textes qui relèvent de cette catégorie à partir des problèmes récurrents qu’ils posent au traducteur. Dans cette perspective, le colloque international « Littératures migrantes et traduction » propose de lancer une vaste réflexion sur les littératures migrantes.

 Il convient en effet d’établir si littératures migrantes ne se caractérisent que par les formes et les référents culturels qui les investissent ou si elles constituent véritablement une catégorie à part. On peut, de fait, leur nier toute originalité et les classer au rang des pratiques plus ou moins hétérolingues que connaît la littérature occidentale depuis le Moyen Âge. Cependant, l’analyse paraît d’autant plus nécessaire aujourd’hui que, sur fond de globalisation, le débat autour de la notion de littérature mondiale s’est ranimé. Si l’on admet la validité d’une telle catégorie, elle absorbera toute production littéraire et la notion de littérature migrante perdra sa légitimité. À l’inverse, dans une période où les cultures nationales traversent une crise d’incertitude due, notamment, aux mouvements migratoires d’une ampleur inédite, les littératures migrantes pourraient offrir de nouveaux modèles de construction identitaire.

Plus d’information ici

Coordonnateurs : Alexis Nuselovici, Crystel Pinçonnat et Fridrun Rinner

 

 

CFP Architectures of Exile : Visions and re-visions of the Global Modern in the Age of the Refugee, April 2014

CONFERENCE
Crossing Boundaries: Rethinking European architecture beyond Europe
13-17 April 2014
Palermo, Italy

The international network « European Architecture beyond Europe: Sharing Research and Knowledge on Dissemination Processes, Historical Data and Material Legacy (19th-20th centuries) », chaired by Mercedes Volait and Johan Lagae, and supported by EC funding through the COST Action IS0904, is opening calls for papers for its final conference to take place on

13-17 April 2014 at Palermo (Italy).

more information here

We invite you to submit papers to the panel 

Architectures of Exile: 
Visions and re-Visions of the global modern in the age of the refugee »,

chaired by Regina Göckede (BTU Cottbus) and Rachel Lee (TU Berlin),

and outlined as follows:

The emergence of what is today known as international architecture is to a large extent related to the global impact of exiled European architects, who, scattered throughout the world, contributed decisively to its theoretical debates, institutional formations and built manifestations from the early 1920s onwards.

The historiography of exiled modern architecture has long focused on cases of purportedly successful and unidirectional cultural transfer as represented in the master narratives of prominent US immigrants such as Walter Gropius and Mies van der Rohe. The dominant focus on individual biographies and histories of linear stylistic innovations has all too often overlooked the importance of discrepant discursive contexts (material and non-material alike), marginal geographical destinations, the effects of critical self-reflection, as well as the numerous tragedies of loss, disruption and failure under the conditions of forced dislocation. In the last two decades, there have been, however, several important studies that have contributed to a much more complex understanding and significantly extended knowledge (temporal as well as geographical) of the fragmented dynamics of architects’ and urban planners¹ exilic dislocations (including re-migrations and transmigrations) and modern architecture and planning. In addition, new approaches from the fields of post-colonial and cultural studies have stimulated the emergence of conceptually de-centered and ideologically de-nationalized perspectives.

This session focuses on the intersection of exile and architectural practice as a historical phenomenon in an increasingly globalizing world. It seeks to re-examine both the exilic histories of our architectural present and the concept of exile as an analytical tool for interpretively grasping the so-called globalization of modern architecture.

We invite contributions by historians of architecture and art history as well as by scholars from related fields such as literary studies, anthropology, human geography and political history. Papers can address the many individual lives and works of 19th and 20th century exiled European architects with a view to their role in the transformation of international architecture, trace (discursive) modes of production and reception (including non-European resistance to Western cultural hegemony), test specific (historical) experiences for links with and relevance to current, or possibly earlier, exilic modes of planning and building, or investigate the research field¹s historiographical overlaps and collusions with related interpretive paradigms like diasporic, (trans-)migrant, (post-)colonial, transnational, cosmopolitan, global, or international architecture.

We are particularly interested in comparative perspectives and theoretical-methodological approaches that consider temporal/geographical variants, discrepant political-ideological conditions, and institutional and personal networks. We also invite papers that explore exilic careers of non-European architects within Europe or analyse the architecture produced, commissioned or inhabited by exiles who were not architects.

DEADLINE, SUBMISSIONS AND FUNDING

The deadline for proposing a paper (300-word abstract) is 1 December 2013.
Submissions to the chairs of the sessions (Regina Göckede goeckede@cottbus.de and Rachel Leerachel.lee@gmx.net) should be accompanied by a short biographical note (max. 150 words). Acceptance decisions will be communicated by mid-December. Please note that invited speakers are expected to submit their complete paper by 15 March, 2014, to be circulated among the conference¹s participants. Speakers based in countries participating in the Action (refer to the websitewww.architecturebeyond.eu for the complete list) will be able to claim reimbursement of their expenses. A few grants will be available for speakers based in other countries.

CFP. Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement, Colloque international Montpellier, 12-14 juin 2014

Capture

 Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement,

Colloque international  Montpellier, 12-14 juin 2014

Appel à contributions 

argumentaire : 

Le premier cycle de séminaires Géographies de la dislocation / Geographies of displacement (2009-2013) se conclura par un colloque international les 12-14 juin 2014 à Montpellier (site de St Charles). Tout comme le cycle de séminaires, cette manifestation sera conjointement organisée par les équipes d'accueil EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone, EA 741) de l'Université Montpellier 3 et le LERMA (LABORATOIRE d'ETUDES ET DE RECHERCHE SUR LES PAYS DU MONDE ANGLOPHONE, EA 853) d'Aix-Marseille Université.

Cet appel à communication s'adresse aux chercheurs qui s'intéressent aux problématiques liées aux enjeux spatiaux dansles études postcoloniales, interculturelles et domaines associés. L'expansion de l'Empire britannique suivie de sa contraction et transformation en Commonwealth a provoqué dans les sociétés postcoloniales des déplacements de populations d'origines diverses qui, une fois amenées à se côtoyer, se sont transformées au contact les unes des autres. Ces phénomènes d'échanges et d'altération ont donné naissance à des productions culturelles originales qu'il nous revient d'étudier dans la diversité de leurs manifestations, qu'elles soient littéraires, artistiques, ou civilisationnelles. Nous avons pris le parti de l’interdisciplinarité dans nos analyses des multiples manières dont les flux migratoires et les cultures diasporiques transforment des espaces culturels au point de modifier les définitions que nous pouvions avoir de l’espace et des relations territoriales. Nous nous interrogerons également sur la façon dont une société tente de créer une identité unitaire et de l’inscrire dans l’espace à partir d’une pluralité de visions culturelles. Enfin, nous réfléchirons à notre pratique de la théorie ainsi qu’à notre utilisation des outils conceptuels qui permettent de renouveler l’analyse et la compréhension des configurations spatiales dans le champ mouvant des études postcoloniales (géographie culturelle, écocritique, géocritique, études diasporiques, géohistoire, histoire transnationale, etc.) 
Des propositions dans les domaines ci-dessous sont attendues   : 

 - Les géographies imaginaires 
- Cartographies politique et poétique du territoire 
- L'artialisation des espaces et des lieux 
- La (re)définition des marges et de leur esthétique 
- L'exil et les stratégies du souvenir 
- Géographies identitaires et conflits 
- Géographies mémorielles (espace mémoriel, écriture et réécriture) 
- Le tourisme comme phénomène culturel
 
Les propositions (titre de la communication suivi d'un paragraphe de 300 mots environ résumant
l'intervention ainsi qu'une brève notice bio-bibliographique) devront être transmises avant le 30 septembre 2013 de préférence par courrier électronique aux adresses ci-dessous.
  • Matthew Graves (matthew.graves@univ-amu.fr)
  • Claire Omhovère (claire.omhovere@univ-montp3.fr)
  • Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr)

Voir également le carnet de recherche associé

CFP. XXIIème Congrès du CISH – Jinan 2015

cish

CFP. XXIIème Congrès du CISH – Jinan 2015 Appels à contributions

Plusieurs panels de ce congrès qui a lieu tous les cinq ans intéressent, à un titre ou un autre, nos travaux et axes de réflexions, notamment :

ST26. Writing History in Exile : Structures, Agendas, Personalities

JS 6 Nostalgia in historical consciousness and culture 

RT8. The Sea as Realm of Memory

RT7. The role of images in the construction of collective identities

MT2. Historicizing Emotions

ST12. Frontiers, Massacres and Resettlement of Populations

Cette liste est donnée à titre indicatif. Plus d’informations sur les appels à contribution ici.

Les propositions de contributions ne doivent pas excéder 2500 caractères (350 mots) et être envoyées, avec un court résumé biographique, au secrétaire général  Robert Frank : sgcish1@gmail.com. avant le 30 novembre 2013.  

 

Appel à contribution : « Les Amériques, des imaginaires en devenir : Territoires traversés, espaces inventés ». 15 nov.2012

Plusieurs membres du comité scientifique du programme Non-lieux de l’exil participent de l’organisation du colloque dont l’argumentaire suit.

Les Amériques, des imaginaires en devenir :
Territoires traversés, espaces inventés.

Colloque du Pôle Nord-Est de l’Institut des Amérique
Université Lille 3, Lille, les 14, 15, 16 novembre 2013

Le présent appel à communication s’adresse aux chercheurs qui souhaitent présenter une communication dans le cadre du colloque « Les Amériques, des imaginaires en devenir : Territoires traversés, espaces inventés », organisé à l’Université Lille 3, les 14, 15 et 16 novembre 2013, par le Pôle Nord Est de l’Institut des Amériques (IDA – Paris).

Ce colloque sera consacré à l’analyse des productions artistiques (arts visuels, littérature, peinture…) et des représentations du monde d’aujourd‘hui, des nouvelles formes esthétiques et des nouvelles pratiques. Il s’agit de porter un regard critique sur des catégories qui se sont installées et entrainent, depuis la naissance des Etats-Nations, des classifications qui ont, comme résultat, des rangements par bibliothèques étanches, cours universitaires sectorisés, étagères de librairies et autres lieux de distribution sous les étiquettes des pays et langues d’origine, ciblant plutôt l’archivage par nationalité que l’incessante circulation de modèles et la singularité des discours et des représentations.

En s’interrogeant sur le devenir des arts et des écritures, il n’est pas seulement question de comprendre les passages et les formes de circulation culturelle et artistique dans les Amériques et leurs échanges avec les autres continents, mais également d’adopter une nouvelle orientation épistémologique permettant de mieux saisir les changements d’échelle produits par la mondialisation, tant au niveau économique qu’à celui des mentalités et des imaginaires collectifs.

La métaphore botanique du radicant, empruntée au critique d’art Nicolas Bourriaud, offre, à cause justement des présupposés qu’elle véhicule, la possibilité de sortir de cette vision des productions culturelles comme fruits de la concurrence et parfois de la convergence, entre des identités rivales, qu’elles soient personnelles, subjectives ou nationales. Elle oriente l’attention critique vers le moment et le lien précaires, la relation passagère née de la dynamique des trajectoires, ne laissant qu’une part aux implantations dans le substrat matériel ou historique de l’un ou l’autre territoire, notamment lorsqu’il est investi par l’une ou l’autre nation. Transferts, transcodages, déplacements, traductions, errances sont autant de termes qui, parmi d’autres encore possibles, peuvent servir d’instruments heuristiques pour cerner et décrire, dans leur labilité, les phénomènes de mobilisation du précaire qui se rencontrent, s’entrecroisent et se chevauchent pour inventer, par leur mouvement même, des espaces émergents, des territoires hors-sol sans lendemains programmés, définis par Alexis Nouss comme des non-lieux de l’exil. Echappant dans l’intemporel du moment aux contraintes de la temporalité des arts, ces formes et modes actuels de représentation, loin d’annoncer la fin de l’art, rendent peut-être visible le processus infini de ses constantes mutations.

***********
Suggestions quant aux axes de recherche (liste non exhaustive)

– Trajectoires du sujet migrant : mémoires, pratiques et représentations
– L’art relationnel : nouveaux paradigmes esthétiques (en littérature, photographie et arts visuels).
– Langue, genre et ethnicité – approches transdisciplinaires
– Standardisation et replis identitaires.
– Ecrire l’ailleurs
– Cartographies mouvantes des imaginaires dans les Amériques : Nords, Ests, Ouests, Suds.

Comité organisateur :
Héléne Aji (Pr), CREA EA 370 (Centre de REcherches Anglophones), Université Paris-Ouest, Nanterre
Ada Savin (Pr), CHCSC EA 2448 (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, de l’Institut d’Etudes Culturelles) Université de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines
Bruno Monfort (Pr), Norah Dei Cas (Pr), Paul-Henri Giraud (Pr), Isabelle Boof-Vermesse (MCF), Audrey Célestine (MCF), Cécile Chantraine (MCF), Cathy Fourez (MCF), Marlene Marty (MCF), Fatiha Idmhand (MCF), Anne Ullmo (MCF), Carina Blixen et Oscar Brando (doctorants) – CECILLE EA 4074 (Centre d’Etudes sur les Civilisations, les Langues et les Littératures Etrangères), Université Lille 3.
Réseau « NEOS-NEWS Amériques » (Nords-Ests-Ouests-Suds Amériques).

Comité scientifique :
Fernando Aínsa (Espagne –Uruguay), Tomas Almaguer (San Francisco State University), Zila Bernd (Université fédérale du Rio Grande do Sul), Ramon Gutierrez (Chicago University), Nicole Lapierre (EHESS-CNRS), Gustavo Guerrero (U. Cergy Pontoise) Lucia Melgar (UNAM), Alexis Nouss (Cardiff University) Teresa Orecchia Havas (Pr. émérite U. de Caen), Lisandro Perez (Florida International University), Kristine Vanden Berghe (Université de Liège), ainsi qu’Héléne Aji, Isabelle Boof-Vermesse, Norah Dei Cas, Fatiha Idmhand, Paul-Henri Giraud, Bruno Monfort, Ada Savin (du comité d’organisation).

Langues du colloque : anglais, espagnol et français
Les propositions doivent être adressées avant le 15 novembre 2012 à l’adresse mail suivante : lesameriques@univ-lille3.fr

Une fiche doit être remplie.IDA-appel_a_comm-colloque_POLE-Norouest-CECILLE-Lille3-2013fiche