Archives de catégorie : Billets

Politiques de l’exil – Politiques de territoire. Programme 2020-2021

Pour sa 10e année consécutive, le séminaire du programme Non-Lieux de l’exil – affilié à l’Institut Convergences Migrations,  à l’IRIS-EHESS et au groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto, dirigé par Eugenia Vilela, devient qualifiant, associé au nouveau master Migrations (ICM, Paris I, EHESS). Des séances de 4h sont prévues les mercredi, de 16 à 20h.

Politiques de l’exil, politiques de territoire

Argumentaire : 

Le confinement lié à la pandémie du coronavirus a opposé une pratique de l’espace potentiellement ouvert, à tout le moins dynamique, et un territoire verrouillé, fondé sur une souveraineté accrue de jouissance et de contrôle.  Une mise en abyme de l’État-nation renforcée a été produite, à différentes échelles, de la fermeture des frontières à celles du territoire domestique et jusqu’au corps, illustration parfaite de l’exercice d’un biopouvoir à la fois général et fortement différencié. Il serait possible d’appréhender ces « mises en territoires » et ces cloisonnements comme autant de mises en exil spécifiques, d’altérisation aggravée, renforçant les ghettos, les relégations urbaines et politiques, les violences – des confinements difficiles des quartiers dits populaires aux « enfermés dehors » ou à la suspension des procédures de demandes d’asile -, ou encore de trouver écho entre les différentes attestations de sortie et de circulation, et de les interroger conjointement.  Enfin, si les seuils et les marges existants ont crument été mis en lumière, des formes de solidarité inédites, de résistance et d’invention ont permis des relations ou expressions « sortant » du cadre ordonné et policé du territoire, c’est à dire de déjouer, jusqu’à un certain point, les territorialisations ou déterritorialisations imposées.

Dans le cadre de sa thématique « Politiques de l’exil », abordée depuis 2019-2020, Non-lieux de l’exil se propose de réfléchir aux nouvelles « politiques du territoire » – y incluant aussi les territoires maritimes et aériens -, à ses enclosures et ses conséquences, qui s’exercent particulièrement sur les personnes en migration et sur toutes celles qui ne jouissent pas de droits reconnus, mais qui ne sont pas sans relation avec une condition plus globale.

Les séances, en cours de constitution, porteront sur  les territoires du corps,  du deuil, de la violence, des quartiers populaires, des frontières, des résistances, des retours..

 Dates et horaires : 

Séances de 4h prévues les seconds  mercredi du mois, de 16 à 20h. Début des rencontres, janvier 2021.

  • Mercredi 13 janvier 2021
  • Mercredi 12 février
  • Mercredi 10 mars
  • Mercredi 14 avril
  • Mercredi 12 mai
  • Mercredi 9 juin

Des séances supplémentaires pourront être ajoutées, en fonction des partenariats mis en place, à Paris comme ailleurs.  

Politiques de l’exil (4) : Politiques de l’engagement, 11 mars 2020, Journée d’Etudes

Politiques de l’engagement

 

Journée d’étude co-organisée avec le laboratoire GERIICO (Université de Lille) et l’ANR LIMINAL, sous la coordination d’Emilie Da Lage (Geriico, Non-lieux de l’exil) .

Espace recherche de la bibliothèque du campus Pont de Bois. Université de Lille. Métro Pont de Bois.

10H- 12H30 : S’engager à l’université, S’engager pour une Université Ouverte.

La matinée permettra d’explorer la façon dont l’université peut être un lieu d’engagement. Engagement dans des formations et des dispositifs qui permettent aux étudiants en exil d’y trouver place, engagement des étudiant.e.s exilé.e.s et de leurs allié.e.s pour la reconnaissance d’un statut de l’étudiant en exil, pour des conditions d’études décentes, engagement des étudiant.e.s en exil dans les luttes sociales en cours.

  • Riaz Ahmad, étudiant Université de Lille, Programme Pilote
  • Saskia Cousin, Anthropologue, Cessma,  U. Paris, co-coordinatrice du DIU Hospitalité, médiations, migrations U. de Paris-Inalco), Non-lieux de l’exil
  • Marine Dori, membre de Mitrajectoires
  • Alexandra Galitzine-Loumpet, Anthropologue Cessma-Inalco,, Non Lieux de l’Exil. Co-coordinatrice ANR LIMINAL
  • Judith Hayem, Anthropologue, Université de Lille,  Membre du Collectif des étudiants de Galois et leurs amis,  Référente étudiants et chercheurs en exil de la Faculté des sciences économiques et sociales
  • Alassane, étudiant,  membre du Collectif des étudiants de Galois et leurs amis.
  • Emmanuelle Jourdan-Chartier, Vice-Présidente Université citoyenne,  coordinatrice du programme Pilot.
  • Aman Mohamed Said, étudiant dans le DIU Hospitalité, médiations, migrations

Pause déjeuner

13H30-15H00 : De la relation, faire dialoguer savoirs militants, savoirs académiques, cultiver les relations.

  • Béatrice Micheau,   GERIICO- Atlas of Transitions : La place impossible ?
  • Stéphanie Pryen,  CLERSE U.Lille.: Quand vivre avec et / ou auprès appelle de nouvelles écritures.  De On ne peut pas être ami avec un Rom au film-poème Un recorrido voyage dans la crise vénézuélienne.

Pause

15H30-17H00 : Politique de l’engagement des publics et des audiences: nouvelles narrations, jeux vidéo et réalité virtuelle.

Modération : Christiane Vollaire. Philosophe, Non Lieux de l’Exil

  • Fabienne Duszinsky, U. Lille, Florent Morin Pixel Hunt, Enterre moi mon amour.
  • Luca Aquarelli GERIICO U. Lille: Carne y Arena, Virtualisation, et éthique de la représentation.

image du bandeau : L’homme qui marche contre le vent. Clémentine pour le collectif Lucioles.

 

POLITIQUES DE L’EXIL (3) : Politiques de déliaison et de liaison, 26 février 2020

Politiques de déliaison et de liaison

Mercredi 26 février 2020,  17 – 20 heures Centre de colloques du Campus Condorcet, salle 50, Place du Front Populaire
93322 Aubervilliers, M° Front Populaire (entrée libre)

Cette séance  propose d’interroger les constructions et reconstructions de liens au sens affectifs et psychologiques dans un contexte politique de multiplication des frontières et dans un régime discursif marqué par la xénophobie normalisée en Europe. En partant des éclatements produits par l’exil et la brutalité des frontières, il s’agit d’approcher les façons dont des espaces et dispositifs de re-liaison s’inventent en composant directement avec les formes de la violence des politiques migratoires françaises et européennes. 

Avec : Roberto BENEDUCE (anthropologue, psychiatre), Marc BERNARDOT (sociologue), Zelda GUILBAUD (psychologue)

Coordination : Léopoldine Manac’h (anthropologue) 

Image : Quand la Loi est injuste, la Justice passe avant la Loi ! Camps de La Chapelle, 25 juillet 2015. © Laura Genz

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations  

Cette séance fait l’objet d’un partenariat avec l’Axe thématique n°1 : « S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence » du CESSMA  (IRD, Inalco, Université de Paris)

Présentations des intervenant·es :

Continuer la lecture de POLITIQUES DE L’EXIL (3) : Politiques de déliaison et de liaison, 26 février 2020

Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de « Faire musée d’une histoire commune », 5 février 2020

Politiques de l’exil :  historisation et muséalisation.

Autour de  l’ouvrage collectif « Faire musée d’une histoire commune »

sous la dir. de Patrick Boucheron et Romain Bertrand (Seuil, MNHI) 2019

 5 février 2020, 17h-20h,  3 rue d’Ulm, 75005 Paris, 4ème étage, (entrée libre)

avec Nancy GREEN (historienne, CRH-EHESS), Anouche KUNTH (historienne, IRIS, CNRS-EHESS),  Camille SCHMOLL (géographe, Université de Paris)

Discutante : Alexandra GALITZINE-LOUMPET  (Anthropologue, Cessma, Inalco) et Chowra MAKAREMI (anthropologue, IRIS-CNRS)

Coordinatrices : Alexandra Galitzine-Loumpet, Anouche Kunth, Camille Schmoll.

ainsi que plusieurs contributeurs/rices  de l’ouvrage collectif , dont François HERAN (Chaire Migrations et sociétés, Collège de France)

Argumentaire :

Lors de sa fondation, le Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), installé dans un bâtiment érigé en 1931 pour l’Exposition coloniale, recevait des pouvoirs publics la mission de « rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles des éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle, contribuant ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française, et à faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration ». 

 Dix ans après l’élaboration de « Repères », un collectif de chercheurs, de plasticiens et personnalités issues de la scène théâtrale — rassemblé par Patrick Boucheron — s’est réuni en 2017-2018 pour concevoir le remaniement du parcours permanent, faire émerger de nouvelles thématiques, notamment autour du colonial, et de nouveaux questionnements.  Cette séance des Non-lieux de l’exil voudrait interroger la place de la violence dans le dispositif muséal, qu’il s’agisse de la représentation des violences induites par les politiques migratoires sur les sujets, dans le passé comme dans l’actuel, ou des violences produites par leur omission ou par leur représentation. Quelle est la place des sujets exilés et de leur expérience dans la mémoire collective,  comment, précisément, « faire musée d’une histoire commune » ?

(image du bandeau : Ils me laissent l’exil – les objets, documentaire Laetitia Tura (c) 2016) 

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations 

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de « Faire musée d’une histoire commune », 5 février 2020

Politiques de l’exil (1). Politiques de l’épuisement.

Politiques de l’exil (1) – Politiques de l’épuisement

15 janvier 2020, 17-20h, INALCO salle 315, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris (RER C et métro 14, Bibliothèque François Mitterand)

(Attention : en raison des mouvements sociaux la séance initialement prévue le mercredi 11 décembre est déplacée le 15 janvier 2020)

Qu’est ce donc que ces politiques et stratégies de l’épuisement, de la répétition du même, de l’inutilité manifeste sinon de la violente absurdité ?  Si les conséquences des dispositifs étatiques sur le corps et le psychisme des exilé.e.s sont à la fois constamment attestées et toujours croissantes, cette première séance des Non-lieux de l’exil (an 9) en appréhende, dans une perspective pluridisciplinaire, les effets et résonances sur celles et ceux qui se tiennent et agissent au plus près des exilé.e.s, entre impuissance, découragement, colère et engagement.

Avec  : Hisham ALY (Secours Catholique), Léopoldine MANAC’H (anthropologue), Chloé TISSERAND (sociologue) 

Discutante : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (anthropologue et psychologue, CESSMA, Inalco)

Coordination : Christine Davoudian (Psychothérapeute, Médecins du Monde, Non-lieux de l’exil), Alexandra Galitzine Loumpet (anthropologue, CESSMA) 

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations  

cette séance fait l’objet d’une collaboration avec  l’ANR LIMINAL

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil (1). Politiques de l’épuisement.

Politiques de l’exil. Programme NLE 2019-2020

Politiques de l’exil.

Pré-programme Non-lieux de l’exil (9e année). 

en collaboration avec l’Institut Convergences Migrations et avec plusieurs partenaires selon les rencontres.

Attention : des modifications et des rencontres sont susceptibles d’être ajoutées. Chaque rencontre fait l’objet d’une annonce particulière. Entrée libre.

  • 11 décembre 2019 –  reportée au 15 janvier 2020  en raison des mouvements sociaux.
  • 15 janvier 2020 – Politiques de l’épuisement.  avec Hisham Aly, Juan Boggino, Léopoldine Manac’h, en collaboration avec Médecins du Monde et l’ANR LIMINAL.
  • 05 février 2020 : Politiques d’historisation et de muséalisation (coord. Alexandra Galitzine-Loumpet) avec Nancy Green, Anouche Kunth, Camille Schmoll, Chowra Makaremi.
  • 26 février 2020 :  Politiques de liaison et de déliaison, avec Roberto Beneduce, Marc Bernardot et Zelda Guilbaud (coord. Léopoldine Manac’h. )
  • 11 mars 2020 : Politiques de l’engagement, journée d’étude (coord. Emilie Da Lage) en partenariat avec le Geriico, U. de Lille
  • 15 avril 2020 : Politiques de l’exclusion et des quartiers populaires (coord. Christiane Vollaire) –
  • 13 mai 2020  : Politiques de résistance (coord. Eugenia Vilela)
  • 10 juin 2020  : Politiques de l’exil, séance conclusive

 

EXIL-GRAPHIES / Rencontre avec Louis-Philippe Dalembert, Chowra Makaremi, Isabelle Pralong et Irène de Santa Ana. 12 novembre 2019.

Non-lieux de l’exil s’associe à la librairie Les Parages  pour la rencontre : 

EXIL-GRAPHIES

autour des oeuvres  :
 
 Discussion animée par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (anthropologue, psychologue), Marie Cossart  (libraire) et Alexandra Galitzine Loumpet (anthropologue). 
 
Dessin du bandeau : Isabelle Pralong © Atrabile
 
Mardi 12 novembre 2019 à  partir de 19h30, Librairie Les parages, 89 rue Sedaine 75011 Paris, M° Voltaire. Entrée libre.