Archives de catégorie : Textes courts

Textes courts du carnet hypothèses ou d’ailleurs : commentaires, compte-rendus, réactions, réflexions…

Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

IMMOBILISER LES MIGRANTS : LES ENJEUX D’UN OXYMORE

Par définition, la migration suppose le mouvement, une dynamique vitale qui pousse à quitter un lieu d’origine devenu inhabitable, pour des raisons sociales, économiques, et pour cette raison même toujours politiques (puisque les choix sociaux et économiques relèvent des décisions politiques).

Être « migrant » n’est pas une essence, mais caractérise le moment d’un parcours, et, pour beaucoup, le désir d’un devenir sédentaire, d’un devenir citoyen.

Le choix par lequel des décideurs politiques vont assigner ces devenirs, et réduire ces potentiels est celui d’une triple alternative :

– le renvoi vers le pays qu’on a fui;

– dans le pays d’accueil ou de transit :

  •    la clandestinité
  •    l’enfermement.

Aucun de ces choix ne coïncide avec celui des exilés, aucun ne suppose que leur avis soit requis, aucun ne suppose qu’ils puissent être considérés non seulement comme des sujets de droit, mais comme des sujets tout court. Aucun ne suppose qu’ils puissent prendre place dans un devenir commun, ni faire l’objet d’une représentativité collective.

Continuer la lecture de Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Une reterritorialisation symbolique.

"A genuine_harem skirt at Ellis Island" Wikicommomns
« A genuine harem skirt at Ellis Island » (1913) Wikicommomns

Intervention de Cécile Oumhani le 3 mars 2016, lors de la rencontre « La langue matérielle de l’exil » (NLE & IRIS)

Penser au « langage matériel de l’exil » suffit à faire déferler des images d’Ellis Island, où les photos en noir et blanc se mêlent à mes propres souvenirs du lieu. Avant de parler d’une visite qui remonte au début des années 1990,  je dois évoquer mon premier passage à New York en 1963, soit moins de dix ans après la fermeture d’Ellis Island, le 12 novembre 1954.

Continuer la lecture de Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Traduire Calais.

 Traverser.

66Aller à Calais, traverser des frontières déplacées. Je suis partie à Calais, rejoindre deux membres des Non-lieux de l’exil. Avec hésitation, avec l’inquiètude d’une obscénité du regard. Erreur. On passe la frontière du camp et cette frontière nous transperce. Espace de confinement, le camp condense les heures et les densifie. Le vif de l’exil mobilise le cœur de l’intelligence et le déroute,  aiguise une ardeur qui suffit en elle-même à transformer la stupeur en ébranlement de l’être. Quatre jours – rien en somme, mais un temps suffisant pour affleurer la complexité du camp, sa force vitale, ses tensions sous-jacentes, ses limites internes, la diversité de ses usagers, de ces temporalités diurnes et nocturnes, la violence de sa destruction aussi. Un temps adéquat pour que cet ersatz de lieu impose l’incomplétude de nos épistémologies sédentaires[1], pour que les mots s’épuisent à rendre compte d’un monde hors du sens commun. Certes, on peut mentir ou omettre à Calais,  mais la condition de l’exilé et celle du visiteur éprouvent leur substance dans l’immédiat présent de la situation.

Continuer la lecture de Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Displaced Objects : premiers textes et site web


Les premiers textes du projet « Displaced Objects«  (appel à textes de 1 à 3 pages : ici) ont été mis en ligne.

doa
Cliquer sur l’image pour accéder au site

Le site displacedobjects.com est spécifiquement dédié au projet, associé au site du programme Non-lieux de l’exil par la rubrique consacré à « Displaced Objects » dans la barre de menu. Il a été ainsi concu pour permettre une autre forme de présentation des textes reçus.

Les textes sont publiés sur le site du projet Displaced Objects par groupe de 4. et régulièrement annoncés dans un billet du carnet nle.hypotheses.org. Le projet est pour l’instant sans limitation de durée.

Les 8 premiers textes mis en ligne sont les suivants. Nous en remerçions les auteurs.

A Recipe Book par Gerdien JONKER

Mes bâtons de manioc.  par Kidi BEBEY

Les juttis de ma mère, par Cécile OUMHANI

Le placentapar Elena BONELLI

Un plat. par Marina GORBOFF

Le roman français par Olivier

La gourde et le ballot. par Saskia COUSIN

Les gantspar Marie DARRIEUSSECQ

D’autres devraient prochainement suivre.

Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Une fois n’est pas coutume, ce billet est une réaction, à chaud, à un article publié par Le Monde en ligne du 28 aout 2015 avec deux titres : sur la page d’accueil « Argent, souvenirs, écrits… ce que les migrants retrouvés morts avaient sur eux », et après ouverture   « « Gazelle », le poignant texte de rap retrouvé parmi les corps de migrants ».

Au-delà du glissement sémantique, déjà signifiant, il a en effet beaucoup à écrire à propos de  ce court article signé par Salvador Aloïse reprenant en  partie le travail de deux journalistes d’un quotidien italien.

Retour sur texte.

Cela commence ainsi :

« Jusqu’ici, ils n’étaient connus qu’à travers un chiffre et une date : les 49 cadavres du 15 août. Un parmi les nombreux naufrages de cet été, le long de la route des migrants, dans le canal de Sicile. Mais ce chiffre commence à « parler » : on sait à présent comment certains de ces hommes, enfermés dans la cale de l’embarcation qui devait les mener vers l’Italie, ont passé les derniers moments de leur vie. »

Continuer la lecture de Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet

P1140643Pirogues – le vol

Vol Bruxelles-Yaoundé, le 24 juillet 2015. Embarquement normal, aéroport de Bruxelles.  A l’arrière de l’appareil, dans les tarifs les plus économiques, les passagers sont presque tous assis. Bagages à main empilés, personnes installées,  conversations nouées entre voisins. On vante Douala ou Yaoundé, on parle vacances au pays. Les enfants regardent le programme des jeux et des films.  Je remarque la rubrique « Films Africains »  et, parmi trois titres,   La pirogue de Moussa Touré (2012) – les films ‘africains’ sont presque toujours d’Afrique de l’Ouest, mais ce fait est légèrement étonnant pour une compagnie belge.  J’avais déjà vu cette coproduction franco-sénégalaise décrivant l’errance d’une pirogue et le terrible destin de ses passagers en Méditerranée dans un vol Air France pour la même destination, à la fois émue par le film et troublée par sa programmation dans un vol à destination de l’Afrique. Me souvenant d’une discussion lors d’un colloque sur le rire que ce film avait suscité lors d’une projection à Dakar[1], je me promets de le revoir une fois encore.  Un pré-décollage sans histoire donc, des passagers heureux du départ imminent, des enfants qui s’agitent et des bébés qui pleurent.

C’est sans doute la raison pour laquelle les hurlements étouffés n’ont pas été immédiatement identifiés comme tels, ni par mes voisins immédiats ni par moi-même. Il a fallu qu’ils se répètent, incompréhensibles comme les vagissements terrifiés, amplifiés, d’un nouveau-né pour que je me lève avec ma voisine. D’autres étaient déjà debout. Au fond de l’appareil, on ne voyait que des hommes en uniforme, de dos, masquant quelqu’un qui criait. D’abord personne n’a tout à fait compris ce qui se passait. Puis les rangs les plus proches ont décrit au fur et à mesure : quatre ou cinq hommes de la police des frontières,  vêtus de bleu foncé, mains gantées de noir, tentaient d’attacher sur un siège un clandestin qui se débattait, le bâillonnant.

Continuer la lecture de Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet