Archives de catégorie : Textes courts

Textes courts du carnet hypothèses ou d’ailleurs : commentaires, compte-rendus, réactions, réflexions…

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

'Untitled' Malka N. (c)
‘Untitled’ Malka N. (c) 

 

 

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts

Les 45 exilés morts débarqués mardi dernier, le 1er juillet, dans la petite ville sicilienne de Pozzallo bénéficiaient d’un triple non-lieu. Face à l’horreur des drames provoqués par la crise des migrations contemporaines, notamment en Europe, le non-lieu désigne une réalité propre à l’expérience exilique, à savoir une spatialité géographiquement localisée mais échappant au type d’assignation qui dans la culture des humains ferait d’un lieu un endroit habitable et habité; bref, le non-lieu est un nulle-part qui serait malgré tout quelque part.

Triple non-lieu que le lieu de leur mort. La mer, d’abord : une immensité sans signes ni repères, interdisant toute inscription individuelle, rendant impossible l’ancrage subjectif.

Continuer la lecture de Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website

Exposer l’expérience de l’exil (1). New York, mars 2014 . A. Galitzine-Loumpet

Ellis Island, 24 mars 2014 (c) Galitzine
Ellis Island, 24 mars 2014 (c) Galitzine 
Exposer l’expérience de l’exil (1)

           New York, mars 2014                                                        Reconnaître ce lieu. (G.Perec)

De ma visite  à Ellis Island le 24 mars 2014, il reste des notes – et deux photographies. Deux seulement parmi des centaines d’autres, symboliquement prises alors que le ferry  « Miss Liberty » s’éloignait de la petite île  – la fatigue, le froid, la crainte de manquer le bateau, sont à l’origine de l’effacement accidentel de la carte mémoire,  disparition qu’aucun logiciel de récupération ne réussira à rattraper : les clichés ne sont plus que cases vides, que petits fantômes.

Continuer la lecture de Exposer l’expérience de l’exil (1). New York, mars 2014 . A. Galitzine-Loumpet

« Habiter l’exil » par A. Galitzine-Loumpet (lecture 2)

Seconde lecture de l’ouvrage de “Le milieu de nulle part” de Phillipe Bazin et Christiane Vollaire (Créaphis ed. 2012) après le texte de Laure Wolmark  Montrer l’endroit pour dire l’envers.

Ces lectures croisées s’inscrivent dans un projet plus large dont la présentation est donnée ici.

Bielany. Courtoisie Philippe Bazin
Bielany. Courtoisie Philippe Bazin

 

Habiter l’exil,

(De la langue matérielle de l’exil )

Ouvrir  Le milieu de nulle part  de Christiane Vollaire et Phillipe Bazin et penser immédiatement à Georges Perec – et contre toute attente  à La vie, mode d’emploi. S’interroger sur cette association entre un travail  en Pologne et la rue Simon Crozatier. Entre la réalité des centres d’hébergement et de rétention et l’immeuble inventé. Continuer la lecture de « Habiter l’exil » par A. Galitzine-Loumpet (lecture 2)

« Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

IL FAUT BEAUCOUP AIMER LES EXILÉS

Il faut beaucoup les aimer, comme le dit Marguerite Duras des hommes : « Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup. Beaucoup les aimer pour les aimer. Sans cela, ce n’est pas possible, on ne peut pas les supporter ». La dernière phrase n’est pas moins vraie rapportée aux exilés à en croire certains qui estiment respirable l’air de quelque-part que pour ceux qui y sont nés. La citation a été choisie par Marie Darrieussecq en exergue de son dernier roman, Il faut beaucoup aimer les hommes (Paris, P.O.L., 2013), au-dessus d’une autre, empruntée à Joséphine Baker, « On dit qu’au-delà des mers […] ». Duras et Baker, deux exilées  venues en France depuis un lointain lieu de naissance, l’une d’Asie, l’autre d’Amérique. « J’ai deux amours, mon pays et Paris » chante en 1331 la noire diva alors que la petite Donnadieu arrive dans l’hexagone. Techniquement et juridiquement, pour elle qui est née en Indochine française, ce voyage n’est qu’un retour. Quant à Joséphine, la venue en France est volontaire, même si aux États-Unis elle ne pouvait s’asseoir dans les bus que sur les sièges du fond. Quoiqu’il en soit et dans les deux cas, les circonstances ne revêtent pas la nature dramatique des parcours exiliques prenant fin aujourd’hui, par exemple, dans les eaux chaudement indifférentes de la Méditerranée à quelques encablures d’un rivage européen rêvé.

Continuer la lecture de « Il faut beaucoup aimer les exilés ». Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website

Esthétique exilique (À propos de l’exposition De Anima de Camila Moreira) Textes Alexis Nouss / Eliane Chiron

Alexis NOUSS  « Une esthétique de la suspension » 

      S’il est un art de l’exil, il révèlera une esthétique de la suspension. Quoique ces dimensions puissent aider à l’appréhension du phénomène, l’approche, ici, ne concerne ni le biographique (Monsieur X réfugié dans tel pays) ni le thématique (le thème de la migration dans l’œuvre de Madame Y). Il s’agit davantage de comprendre comment l’expérience exilique ou l’exiliance qu’elle manifeste ou suscite influence un faire artistique. La suspension ne renvoie donc pas à un vécu suspendu entre deux langues et deux territoires mais à une manière esthétique.

Continuer la lecture de Esthétique exilique (À propos de l’exposition De Anima de Camila Moreira) Textes Alexis Nouss / Eliane Chiron

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website