Archives de catégorie : rencontres 2015-2016

Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Une reterritorialisation symbolique.

"A genuine_harem skirt at Ellis Island" Wikicommomns
« A genuine harem skirt at Ellis Island » (1913) Wikicommomns

Intervention de Cécile Oumhani le 3 mars 2016, lors de la rencontre « La langue matérielle de l’exil » (NLE & IRIS)

Penser au « langage matériel de l’exil » suffit à faire déferler des images d’Ellis Island, où les photos en noir et blanc se mêlent à mes propres souvenirs du lieu. Avant de parler d’une visite qui remonte au début des années 1990,  je dois évoquer mon premier passage à New York en 1963, soit moins de dix ans après la fermeture d’Ellis Island, le 12 novembre 1954.

Continuer la lecture de Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

La Langue matérielle de l’exil (2). 01 avril 2016.

Plusieurs séances du programme travailleront cette thématique en 2016.

(c) Chowra Makaremi
(c) Chowra Makaremi

La seconde rencontre aura lieu vendredi 01 avril 2016 de 14 à 17hsalle 640 (190 av.  de France, 75013 Paris) en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS/CNRS). Elle s’articulera autour des enjeux et dispositifs de représentation de l’expérience de l’exil.

Avec :

  • Daniele Manno & Celestin de Meeûs   : Le musée éphèmère de l’exil (MEDEX-Museum, Bruxelles)
  • Chowra Makaremi (IRIS/ EHESS-CNRS): Objets-témoins, objets-archives
  • Brigitte Natanson (Université d’Orléans)  : Déclencher et porter les récits: de la fonction de quelques objets d’exils dans le Rio de la Plata

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie Lelardoux

Coordination : Alexandra Galitzine-L oumpet (CESSMA & NLE)Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS & NLE), Brigitte Natanson (Université d’Orléans & NLE)
2016-04-01_NLE_affiche_V7

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de La Langue matérielle de l’exil (2). 01 avril 2016.

La langue matérielle de l’exil (1). 3 mars 2016

La langue matérielle de l’exil (1)

La carte mémoire d'Adama / Ils me laissent l'exil-les objets (c) Laetitia Tura 2015
La carte mémoire d’Adama / Ils me laissent l’exil-les objets (c) Laetitia Tura 2015

Plusieurs séances du programme auront lieu autour de cette thématique en 2016.

La première rencontre aura lieu jeudi 3 mars 2016 de 16 à 18h30, salle 587 (EHESS, 190 av.  de France, 75013 Paris) en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS/CNRS). Elle s’articulera autour des processus de passage entre l’intime de l’expérience et la sphère publique.

Avec :

  • Laetitia Tura : projection de Ils me laissent l’exil – les objets (2015) film réalisé lors d’une résidence du GREC, Musée de l’Immigration.

Discutante principale : Chowra Makaremi

  • Alexandra Galitzine-Loumpet –  le projet Displaced Objects, avec la participation de Rachel Cohen et Cécile Oumhani.

Discutante principale : Brigitte Natanson

 

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & NLE)Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS & NLE), Brigitte Natanson (Université d’Orléans & NLE)

iris logo      logo NLE

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de La langue matérielle de l’exil (1). 3 mars 2016

Non-lieux de l’exil, diffusion des activités

Le programme Non-lieux de l’exil n’est plus hébergé à la FMSH et en conséquence n’utilise plus la liste de diffusion associée, qui a longtemps été gérée par Marine SAM (Réseau Asie & Pacifique), que nous remercions ici vivement.

La liste de diffusion est dorénavant hébergée par le réseau Terra.eu. Les informations relatives aux rencontres comme à l’agenda des NLE sont disponibles sur ce site comme au travers du compte facebook associé.

Pour être informés au fur et à mesure, il est donc nécessaire de s’abonner à ce carnet hypothèses.org, en cliquant sur la rubrique S’abonner (à droite sur la page d’accueil), en cochant sur hypothèses.org et en choisissant ce carnet dans la liste des carnets.

carnet
Cliquer sur l’image pour activer le lien

Balkans, non-lieux de l’exil.

BALKANS, NON-LIEUX DE L’EXIL.

(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/
(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/

 reporté à une date ultérieure

 Balkans 2015-2016. L’actualité de la ‘crise grecque’ et des ‘flux migratoires’, mais aussi les attentats de novembre 2015 à Paris font grand usage de cette désignation dans le paysage médiatique d’Europe occidentale. Sont ainsi évoquées ‘la route des Balkans’,  ‘l’antichambre de l’Europe’ et de façon plus floue encore ‘les migrants des Balkans’.

Les Balkans, dans leur pluriel constitutif, apparaissent comme une entité spatiale et symbolique indéterminée entre Méditerranée et Mitteleuropa, aux frontières extérieures fluctuantes et intérieures morcelées, marquées par le nationalisme le plus extrême justement parce qu’elles sont supposées constituer un en-deçà des Etats-nations. Laboratoire de l’Europe à la frontière de l’Asie, champ d’intervention des politiques européennes, les Balkans signalent à la fois un lieu et un non-lieu, des entités en permanence traversées, reconfigurées, par l’histoire, le religieux, l’économique, les conflits et, de nouveau, l’érection de murs – en d’autres termes, une multiplicité d’expériences de l’exil.

Dans son acception singulière, l’espace balkanique demeure « un lieu de mémoire où l’Europe a testé les limites de son identité » (Benou & Mayali 2013-2014 : 8). A partir d’une histoire des relations de pouvoir et de la constitution d’altérités, il permet d’interroger  les imaginaires littéraires, cinématographiques, artistiques ou médiatiques au croisement de l’utopie et de la différence. Il oblige à penser les relations entre le territoire et le politique et engage dès lors à aborder la singularité du sud-est européen en multipliant les points de vue et les disciplines. Continuer la lecture de Balkans, non-lieux de l’exil.

Programme Janvier-Juin 2016

 

  • (c) Macha Zavolokine
    (c) Macha Zavolokine

    25 Janvier 2016 : Nouvelles esthétiques exiliquesavec Eugenia Villela et Boris Chukhovich, 14h-15h30 (salle 638, 190 avenue de France 75005 Paris) 

  • 3 mars 2016 : La langue matérielle de l’exil (1), avec Laetitia Tura, Alexandra Galitzine-Loumpet, Cécile Ouhmani et Rachel Cohen, discutantes : Chowra Makaremi et Brigitte Natanson, séance coordonnée par Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma / NLE), Chowra Makaremi (IRIS, EHESS-CNRS) et Brigitte Natanson (Université d’Orléans). Salle 426 (EHESS, 190 av.  de France, 75013 Paris)
  • 1er avril 2016 :  La langue matérielle de l’exil (2), avec Daniele Manno & Sara Elalouf (Medex Museum), Chowra Makaremi, Brigitte Natanson, séance coordonnée par Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma / NLE), Chowra Makaremi (IRIS, EHESS-CNRS) et Brigitte Natanson (Université d’Orléans). Salle 640 (190 av.  de France, 75013 Paris) 
  • 4 mai 2016 : Exils & Camps, avec Mahaut Lavoine, Philippe Bazin, Alexandra Galitzine-Loumpet, Christiane Vollaire, Martine Devries
  • 6 juin 2016 : Périples – langages de l’exil  en collaboration avec le cycle Migrations  initié par l’INALCO et la BPI Centre Georges Pompidou. Séance proposée par Alexandra Galitzine Loumpet (Non-lieux de l’exil) et Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO), BPI Centre Georges Pompidou.
  • 15 juin 2016 : Exils & utopies, avec le collectif PEROU (autres interventions à préciser)
  •  Balkans, Non-lieux de l’exil, journée d’étude  (reportée à la rentrée académique 2016-2017)

Durant toute l’année 2016, le projet DISPLACED OBJECTS, continuera à publier des textes sur son site :  displacedobjects.com

Nouvelles esthétiques exiliques. 25 janvier 2016

Nouvelles esthétiques exiliques. 25 janvier 2016

extrait de ""Vivre et mourir à Samarkand", d'Umida Akhmedova
extrait de «  »Vivre et mourir à Samarkand », d’Umida Akhmedova

14h-15h30, salle 638, immeuble France, 190 avenue de France 75013 Paris

Avec Eugenia Villela (Université de Porto) empéchée & Boris Chukhovich (Université de Montréal)

Entrée libre

Cette rencontre sera suivie d’une réunion de l’équipe (non publique)

CHUKHOVICH Boris est historien de l’art, conservateur de musée et commissaire d’exposition. Après avoir soutenu sa thèse en sociologie de l’art (Institut d’études sur les arts à Tachkent – Université de Saint-Pétersbourg, 1992), il a travaillé en tant que chercheur adjoint, puis directeur d’études au département de sociologie de l’art (Institut d’études sur les arts, Académie des beaux-arts de l’Ouzbékistan). En 1998, il a immigré au Canada, en 2000 il a fait un stage de recherche postdoctoral à la Maison des sciences de l’Homme à Paris, puis, en 2002, un stage postdoctoral à l’UQAM, dans l’équipe de recherche “Le Soi et l’autre”. En 2003-2005, il est boursier du Conseil des arts du Canada et réalise le projet virtuel “Musée d’art centre-asiatique”.  Il a été conservateur-résident au Musée d’art contemporain de Montréal, chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique et à différents centres de recherche, notamment le Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI, Université de Montréal) et le Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture (LAMIC, Université Laval) et récemment au département d’Anthropologie (UdM). Depuis 2003, il est membre permanent du groupe de recherche Poexil (Université de Montréal). En tant que conservateur, il a réalisé nombreux projets d’exposition dont notamment “Lingua franca-frank-tili” (Biennale de Venise, 2011), STILLS (Bichkek, Almaty, Douchanbé, 2009-2010), “Retour de Métaphore” (Biennale de Montréal, 2007), “Après Babel” (Université d’Ottawa, 2004).

VILELA Eugénia  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres “Du corps équivoque” (1998) et “Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon” (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.