Archives de catégorie : Rencontres 2021-2022

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, SEANCE REPORTEE

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects

 

18 mai 2022, 17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre .

Des intervenants faisant face à des imprévus, cette séance est reportée. Nous reviendrons rapidement vers vous.

Avec : Loup Blaster (artiste et militante), Frédéric Gros (philosophe, institut d’études politiques de Paris), Romain Huët (maître de conférences en sciences de la communication à l’ISCC de l’Université Rennes 2)

Coordination : Léo Manac’h (doctorant en anthropologie  au Ceped, U. de Paris, ICM) et Emilie Da Lage (MCF à l’université de Lille, au laboratoire GERiiCO, ICM) 

« La honte ! », cette locution est fréquemment employée pour dénoncer les politiques migratoires françaises et européennes : honte des camps-prisons dans les îles grecques, honte du harcèlement policier des exilé·es aux frontières ou dans les rues de Paris, honte des absurdités administratives du régime de Dublin qui cause de nombreuses souffrances psychiques pour les personnes exilées. Affect négatif, il se saisit des témoins qui le proclament dans l’espace public et médiatique dans un but d’infléchissement – trop rarement effectif – des décisions du gouvernement des migrations. Dans Les Naufragés et les rescapés, Primo Levi désigne une « honte du monde » qui a saisi dans l’après coup les survivant·es des camps d’extermination : c’est le sentiment d’avoir fait face à quelque chose d’irrévocable, que l’on n’a pas pu empêcher d’advenir (1989 [1986]). La honte apparaît en écho à un sentiment d’impuissance face à l’abjection d’une situation. Carlo Ginzburg s’appuie sur ce texte de Levi pour faire de la honte un sentiment d’appartenance nationale (2010) : on aurait honte pour son pays ou pour les institutions supposées nous représenter. Cette définition porte les possibles désidentifications à l’État de la part des honteux et honteuses, et donc une conflictualisation avec l’ordre politique (Rancière 1998).

Nous proposerons dans cette séance de voir la honte comme une force motrice des implications politiques. Comment des mobilisations peuvent se construire à partir de la mise en commun de cette passion triste ? Et à quel prix est-ce viable quand les motifs de la honte ne cessent de se répéter et de s’amplifier ? Si on peut construire ses hontes collectives, nous verrons aussi comment la joie peut être motrice et soutenir nos puissances d’agir (Spinoza 1993 [1677] : 138). L’entretien des espaces de joie permet notamment de tenir dans des mobilisations au long cours et de trouver du commun entre les personnes directement concernées par les politiques migratoires, et les soutiens. Elle permet de lutter enfin d’infléchir les tendances autoritaires et les injonctions à la pureté militante qui peuvent dévitaliser des espaces de lutte.

Bibliographie : 

  • Ginzburg, Carlo. « The Bond of Shame » in Corina Caduff, Anne-Kathrin Reulecke & Ulrike Vedder (dir.) Passionen. Objekte – Schauplätze – Denkstile, Munich, Wilhem Fink, 2017 [2010], p. 19-26.
  • Levi, Primo. Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989 [1986].
  • Rancière, Jacques. Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.
  • Spinoza, Baruch. L’éthique, Trad. A. Guérinot, Paris, Ivrea, 1993 [1677].

Intervenant·es :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, SEANCE REPORTEE

Fabrique d’Agirs – Journées réflexives de Calais. 26-29 Mai 2022

Fabrique d’Agirs. Journées de Calais, 26-29 mai 2022

(c) Loup Blaster

Ces journées sont ouvertes à toutes et tous, en accès libre – merci de signaler votre présence pour faciliter l’organisation. Programme ci dessous.

image du bandeau : création & crédits  Loup Blaster (c) avril 2022

Argumentaire

La violence des politiques migratoires place souvent ceux qui y font face sur deux plans distincts  : celui de la sidération, celui de la réaction. Ce faisant, elle épuise les énergies, agit sur les corps et les psychismes, les langues, les lieux, les façons d’habiter, les stratégies. Cette situation appelle à questionner les formes d’engagement aux frontières. Qu’est-ce donc qu’agir ? Accueillir, soutenir, militer, résister à l’inacceptable ? Comment agir ?  Dans l’urgence, pour tenter de transformer (radicalement) la société  ?  Avec quels effets ? Quels effets sur la frontière et sur la société, quels effets sur celles et ceux qui vivent et agissent depuis plus de 30 ans contre les mesures de fermeture et d’entrave ? Quels effets encore sur les relations que nous entretenons les un.e.s avec les autres, sur les liens entre recherche et citoyens, artistes et exilé.e.s  ?

Dans la continuité des réflexions engagées lors des journées du Briançonnais Territoires et savoirs partagés en mai 2021,  Fabrique d’agirs réunira à Calais, du 26 au 29 mai 2022,  des acteurs exilé.e.s, de la solidarité, de la recherche, des arts engagés, de la médiation en langues. L’objectif est d’ouvrir les espaces-temps réflexifs et festifs pour engager des formes d’action ajustées, pour échanger autour des positionnements et tactiques locales, nationales ou transnationales collaboratives.  Il s’agira ainsi, avec tous les acteurs et au travers de tables-rondes, d’ateliers, d’assemblées, de créations et de projections, d’imaginer des agirs-en-commun – une fabrique d’agirs.

argumentaire en arabe (traduction Bchira Ben Nia, DU H2M- Inalco)

يضع عنف سياسات الهجرة المتلقين في موقفين متباينين : موقف الحيرة  وموقف رد الفعل.  فمن خلال ممارساتها، تستنزف هذه السياسات الطاقات فتشكل الأجساد وتنعكس على التركيبات النفسية وعلى اللغات وعلى الأماكن وعلى أنماط السكن وعلى الاستراتيجيات.
تدفعنا هذه الوضعية إلى مساءلة أشكال الفعل على الحدود. ماذا يعني الفعل ؟ الاستقبال، المساندة،النضال،المقاومة ضد الامقبول ؟ كيف يمكن ان يتم الفعل ؟ وبأقصى سرعة في محاولة لتغيير ( جذري) للمجتمع؟ وماهي تبعات هذا التدخل ؟ ماهي تبعاته على الحدود وعلى المجتمع، ماهي آثاره على اللاتي والذين يتدخلون منذ ثلاثين سنة ضد إجراءات الإغلاق والعرقلة ؟ ماهي كذلك التبعات على العلاقات التي نبنيها بين بعضنا البعض ، على علاقات البحث العلمي بالمواطن، و الفنانين بالمهاجرين ؟
في مواصلة لمحاولات التفكير التشاركية التي انطلقت خلال فعاليات أيام بريونصوني المجالات والمعارف في شهر ماي 2021 ، ستجمع ؛ صناعة الفعل في كالي ومن 26 إلى 29 ماي 2022 ، فاعلين مهاجرين ، بالتضامن، بالبحث العلمي، بالفن الملتزم ، بالوساطة في اللغات. والهدف هو فتح مجالات- أزمنة تفكيرية احتفالية لبعث نماذج فعلية مناسبة ، للمناقشة حول التموقعات و الاستراتيجيات المحلية والدولية والعابرة للحدود التشاركية. حيث ستتمثل في إجتماع  جميع الفاعلين ومن خلال موائد مستديرة  وورشات عمل وإجتماعات
عامة و إبداعات و عروض لتخيل الفعل-  التشاركي – صناعة الفعل.

 

argumentaire en persan/dari (traduction Babak Inanlou,  Inalco)

افرادی که با خشونت‌ موجود در سیاست‌های مهاجرتی روبرو می‌شوند در دو وجه مختلف قرار می‌گیرند : یا بهت زده و متحیر و یا واکنشگر. در این صورت،‌ خشونت باعث کاهش توان آنها می‌شود و تن‌، روان، زبان‌ها،‌ مکان ها، روش‌های زیستی،‌ استراتژی‌ها را درگیر خود می‌کند. این شرایط ما را به پرسش در مورد روش‌های تعهد و پیمان بستن در حوالی مرز‌ها دعوت می‌کند. واکنش نشان دادن به چه معناست ؟‌ پذیرش‌ کردن، دفاع‌ کردن، جنگیدن و مقاومت در برابر امر غیر قابل قبول ؟‌ چطور می‌توان واکنش نشان داد ؟‌ به سرعت و با سعی بر تغییر رادیکال در جامعه ؟  با چه پیامد‌‌هایی ؟‌ واکنش چه تاثیراتی بر مرز‌ها و بر جامعه، و چه پیامد‌هایی برای آن‌ دسته از افرادی که بیش از ۳۰ سال با ابزار محصور کردن و موانع میجنگند و زندگی می‌کنند خواهد داشت ؟‌ و در آخر چه تاثیراتی بر روابطی که ما با یکدیگر ساخته‌ایم خواهد داشت، بر روابط بین تحقیقات دانشگاهی و شهروندان ؟‌

در پی روز‌های گرد‌همایی و تفکر متعهد به مناسبت روز‌های بریانسون *در ماه می ۲۰۲۱، برنامه‌ (طراحی عملکردها)* در روز‌های ۲۶ تا ۲۹ ماه می ۲۰۲۲، کنشگران تبعیدی، کنشگران برای اتحاد، محققین وهنرمندان متعهد را گرد هم می‌آورد. هدف این برنامه فراهم‌ سازی فضا‌ های تفکر و تفریح برای بکار گماشتن روش‌ های مناسب عمل، و برای تبادل نظر در باب موضع‌گیری ها و تاکتیک های محلی، ملی و فرا‌ ملیتی مبتنی بر همکاری است.

به تصور چگونگی ساختن واکنش‌های مشترک و طراحی عملکردهای مناسب با همکاری همه‌ی کنشگران و از طریق میزگرد، کارگاه، گرد‌همایی، ارایه آثار خلق شده و نمایش خواهیم پرداخت.

* – Journée du briançonnais / * – Fabrique d’agirs

Argumentaire en tigrinya (traduction Filmon Ghebrezgabher, DU H2M -Inalco) 

ጎነጻዊ ፖሊሲ ስደተኛታት መብዛሕትኡ ግዜ ነቶም ዜጋጥሞም ሰባት ናብ ክልተ እተፈላለዩ ነገራት እዩም ዘእትዉዎም ፣ ምግራም ከምኡ እዉን ግብረ መልሲ ምሃብ። ብከምዚ ድማ ሓይሊ የድክም፣ ኣካላትን ኣእምሮን  ይትንክፍ ከምኡ ድማ ቋንቋታት ፣ ቦታታት ፣ ኣነባብራን  ስልትታትን። እዚ ዅነታት እዚ ነቲ ኣብ ዶባት ዘሎ ዓይነት ተሳትፎ ኣብ ሕቶ ዘእቱ እዩ ። እሞ ደኣ እንታይ እዩ ተሳትፎ ? እንቋዕ ብደሓን መጻእኩም ኤልካ ምቅባል፣ ጎስጓስ ደገፍ፣ ነቲ ተቐባልነት ዘይብሉ ነገር ምቅዋም ? ብኸመይ ስጕምቲ ኽትወስድ ይከኣል? ብሃታሃታ፣ ሕብረተሰብ (ካብ መሰረቱ)ንምልዋጥ? እንታይ ጽልዋ ኣለዎ ? ኣብ ዶባትን ሕብረተሰብን እንታይ ጽልዋ እዩ ዘለዎ ? ኣብ ልዕሊ እቶም ንልዕሊ ሰላሳ ዓመት ኣንጻር ዕጽዋን ምስንኻልን ዝነብሩን ዝሰርሑን ዘለዉ ኸ እንታይ ጽልዋ ኣለዎ ?ኣብ ንሓድሕድና ዘሎና ርክብ ፣ ኣብቲ ኣብ መንጎ ምርምርን ዜጋታት ንዘሎ ርክብ እንታይ ጽልዋ ኣለዎ፣ ኣብ ሞንጎ ስነ-ጥበባውያንን ወጻእተኛታትንከ ?

ከም መቀጸልታ ናይቲ ኣብ ግንቦት 2021 ኣብ ከባቢታት ብርያንሶን ዝጀመረ መዓልትታት ከባቢታትን ምልዉዋጥ ሓበሬታንTerritoires et savoirs partagés) ፣ መዓልትታት ፋብሪክ ድኣጂርFabrique d’agirs ካብ 26 ክሳዕ 29 ግንቦት 2022፣ ኣብ ካሌ(Calais) እንደገና  ወጻእተኛታት ፣ናይ ሰብኣዊ ድሕነት፣ ናይ ምርምር፣ ናይ ስነ-ጥበብ ኣበርከትቲ፣ ናይ ሽምግልና ቋንቋታትን ተሳተፍቲ ክእክብ እዩ። ዕላማኡ ንዝተመዓራረየ ዓይነት ኣተገባብራ ዘኽእል ዓሙቅን ባህ ዘብልን ግዜን ቦታን ምፍጣር፣ ብዛዕባ ከባብያዊ ስልትን ኣካይዳን ሓሳብ ምልዉዋጥ፣ ሃገራዊ ወይ ኣህጉራዊ ምትሕግጋዝ እዩ። ከምኡ እዉን  ኵሎም ተዋሳእቲ ዝሳተፉዎ  ኣብ ጣዉላ ከቢብካ፣ ብመገዲ ምትእኽኻብ፣ ፈጠራውነትን ክዉንነታዊ ትንበያን ብሓንሳብ ንሰርሓሉ ኩነታት ኣብ ኣእምሮና ምቅራጽ – መመስርሒ ተሳትፎ ማለት እዩ።

Participant.e.s :

Collectivement coordonnées par : Loup Blaster I Juliette Delaplace I Emilie Da Lage I Philippe Demeestere I Morgane Dénieul I Clara Houin I Alexandra Galitzine Loumpet I Mariam Guerey I Mathilde Pette I Damien Simonneau .

Personnes présentes (ordre alphabétique) : Anne-Laure Amilhat Szary, Phillipe Bazin, Bchira Ben Nia, Stéphanie Besson, Loup Blaster, Marguerite Combes, Adriana Costa Santos, Emilie Da Lage, Dominique Debelle, Anne-Claire Defossez, Juliette Delaplace, Martin Deleixhe, Philippe Demeestere, Morgane Denieul, Martine Devries, Sophie Djigo, Julia Druelle, Didier Fassin, Maël Galisson, Alexandra Galitzine Loumpet, Hamad Gamal, Laura Genz, Camille Gourdeau, Mariam Guerey, François Héran, Clara Houin, Babak Inanlou, Pauline Joyau, Hayatte Lakraa, Jade Lamalchi, Léo Manac’h, Béatrice Micheau, Marie-Anne Miclot, Aman Mohamad Saïd, Mathilde Pette, Laurent Prum, Stéphanie Pryen, Michel Rousseau, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Damien Simonneau, Chloé Tisserand, Madeleine Trépanier, Elsa Tyszler, Youri Lou Vertongen, Christiane Vollaire, Louis Witter, Laure Wolmark ….  Et de nombreux autres acteurs solidaires, de la recherche, de l’art engagé, exilés, médiateurs-rices… (la liste est complétée au fur et à mesure)

Associations & collectifs impliqués : 

Secours Catholique (Calais), Plateforme des soutiens aux Migrants (PSM), Refugee Info Bus, Utopia 56, Auberge des Migrants, Tous Migrants, Les Terrasses solidaires, Amnesty, Association Qarib, Watizat, Low tech Refugiées…

Programmes  et institutions académiques représentés : 

Institut Convergences Migrations ; GERIICO, Université de Lille, CESSMA, Université de Paris-Cité, Inalco, IRD ;  PACTE, Université de Grenoble Alpes ; ART.Dev (Université de Perpignan) ; Université Libre de Bruxelles ; UCL-Saint Louis Bruxelles,  Programme MoCoMi (ICM) ; Anr Liminal – projet Migralect.org, Non-lieux de l’exil (EHESS / ICM), DU Hospitalité, Médiations, Migrations (Inalco) ; DU Médiations et Interprétations à la frontière (U. de Lille /PSM)

Lieux 

  • Maison d’entraide et de ressources (MER) – 3 Rue de Croy, 62100 Calais. Point d’accueil
  • Accueil de jour Secours Catholique (ADJ) – 47 rue de Moscou, Calais
  • Cinéma l’Alhambra, – 2 Rue Jean Jaurès, 62100 Calais 
  • Lieux de vie (en l’état de la situation à Calais)
  • Expositions en plusieurs lieux à Calais ville (MER, Alhambra, La Betterave, La Timbale….) : Loup Blaster, Julia Druelle,  Laurent Prum,  Louis Witter… et d’autres

Programme

Continuer la lecture de Fabrique d’Agirs – Journées réflexives de Calais. 26-29 Mai 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil –Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances

 

4 mai 2022  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier).

Lien zoom : https://univ-lille-
fr.zoom.us/j/99900960409?pwd=VFBtSkIrekd0SHd4QzBlSEVhakRXdz09
ID de réunion : 999 0096 0409 Code secret : 830178

avec : Anahita Bathaie (artiste), Marcia Tiburi  (philosophe et écrivaine, Université de Paris 8), Rada Iveković (philosophe, U. de Saint Etienne)

Coordination : Eugénia Vilela (philosophe), Université de Porto.

Dans un scénario de normalisation de la violence extrême, spécifique du monde contemporain, comment appréhender les métamorphoses des liens qui se créent, dans des formes de mobilisation sans territoire, entre les corps et les gestes des personnes en exil ? À l’intérieur de paysages discursifs performatifs créés par les politiques migratoires européennes et les politiques de déracinement des peuples autochtones  – politiques de brutalisation, d’expulsion, d’invisibilisation et de mise à mort – comment appréhender l’urgence politique des forces de mobilisation qui se créent à partir des actions spécifiques d’expulsion – pushback – des personnes en exil aux frontières de l’Europe et des peuples indigènes au Brésil, aux frontières de leurs terres ancestrales ? Comment les corps exilés / expulsés, génèrent des gestes-force par lesquels un collectif humain reprend ses droits à la vie ? Comment comprendre la composition affective et perceptive des mobilisations créés par de multiples formes de résistance qui relient des peuples, des cultures et des continents différents ? Quelles mémoires, imaginations et actions sont mobilisées pour consolider l’ancrage des luttes, par les corps et les gestes singuliers des personnes qui vivent le déracinement (Weil) ? Comment penser la singularité des mobilisations dans un mouvement intensifié par la polyphonie des voix ? Si les corps portent, en eux, la subjectivité singulière des gestes de résistance, comment penser la force politique, esthétique et éthique d’une puissance d’agir qui est à l’origine de toutes les luttes ? Comment témoigner des différentes manières de se confronter au monde par des luttes et des formes de résistance qui mobilisent les corps et les gestes ? La séance questionnera comment les différentes formes de convocation d’un espace-temps commun – la mobilisation – peuvent constituer des actions politiques et esthétiques créés par les corps et les gestes des personnes en exil.

Présentation des intervenant·es

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice, 6 avril 2022

Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice

6 avril  2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). Lien zoom :
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/99388472081?pwd=bjRsdE1XMTNIQkd1TUlVZkVoa0ZuZz09

ID de réunion : 993 8847 2081
Code secret : 236791

Avec :

  • Léa Drouet (metteuse en scène, fondatrice de la structure de production VAISSEAU)
  • Camille Louis (philosophe, dramaturge et activiste)
  • Nicolas Klausser (postdoctorant en droit de la santé au CNRS, laboratoire Droit et changement social, Université de Nantes)

Coordination :  Emilie Da Lage (MCF à l’université de Lille,  GERiiCO, ICM) et Léo Manac’h (doctorant en anthropologie au Ceped, U. de Paris, ICM)

Alors que plusieurs candidats à l’élection présidentielle remettent en cause l’Etat de droit sur les questions migratoires, et particulièrement le droit européen et les principales cours constitutionnelles, la séance propose d’abord de revenir sur les mobilisations pour la justice menées ces dernières années par différents collectifs. Ces collectifs se sont formés autour de la question des violences policières, ils œuvrent à médiatiser les affaires, à construire des expertises, agréger des soutiens et interpeller la justice pour que les procès se tiennent. Plusieurs collectifs se sont ainsi formés autour de cas particuliers : Justice pour Mawda, et plus récemment justice pour Aleksandra. Ces mobilisations pour des exilé·es victimes de violence, s’inscrivent dans le champ plus large des mobilisations contre les violences policières afin que celles-ci ne restent pas impunies, que la dignité des victimes soit reconnue.  Ces collectifs activent des liens de solidarité, ouvrent des fronts dans les politiques de répression et d’invisibilisation des violences.

Dans le même temps, les associations sont aux prises avec un travail juridique de plus en plus important pour faire respecter le droit. Ce travail contribue à leur épuisement et à une dépolitisation des revendications. Enfin, les procès contre les solidaires se sont multipliés, faisant peser un risque juridique sur les actions de protection des exilé·es. Quelles sont les différentes conceptions de la justice qui s’affrontent parfois au tribunal ?

La séance interrogera la façon dont le désir de justice nourrit les mobilisations, les rapports entre droit et justice et la façon dont s’articulent, dans un dispositif de fragilisation de l’État de droit, la difficulté à rendre justice contre les violences policières, l’inflation du travail juridique dans les associations, et les attaques contre les personnes engagées dans la protection des exilé·es. 

Présentation des Intervenant·es

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice, 6 avril 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement, 23 mars 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement

 

23  mars 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille),  le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto et pour cette séance, avec le Sophiapol Université Paris Nanterre.ance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur .

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins une forme hybride sera mise en place : 

Participer à la réunion Zoom
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/98901597555?pwd=WG1IZlM4THpqa3pKQTBVL1p1M1JVQT09

Avec : 

  • Najat Bentiri (docteure en psychologie, membre de Pacte 34)
  • Vassindou Cissé (adjoint au maire de Bagnolet)
  • Claire Lévy-Vroelant (professeure de sociologie urbaine à l’université de Paris 8-Saint-Denis. ICM)
  • Maxime Poumerol (membre de l’association APPUII -Alternative pour des Projets Urbains Ici et à l’International)

Coordination  :  Saskia Cousin (professeur de sociologie, Sophiapol Université de Nanterre, ICM) et Christiane Vollaire (philosophe, CNAM, ICM)

Les politiques du logement, au niveau local comme au niveau national, se présentent, dans les quartiers populaires, sous l’affichage de la « mixité sociale », ou de la « rénovation ». Derrière ce vocabulaire engageant se cachent au contraire des décisions qui provoquent les résultats exactement inverses, à l’origine d’un surcroît de discriminations, de délocalisations, d’expulsions, pour ceux qu’elles visent à mettre à l’écart dans une visée spéculative de gentrification. Au sein de ces quartiers (en particulier autour du lancement à marche forcée du « Grand Paris »), des résistances s’organisent, pour les habitants majoritairement « issus de l’immigration », avec le soutien de chercheurs, d’artistes et de collectifs d’architectes et d’urbanistes. Cette séance constitue un troisième volet des NLE sur les quartiers populaires, après les deux séances du 9 janvier 2018 “Interagir dans les quartiers populaires” et du 10 mars 2021 “Territoires d’exclusion : les quartiers populaires”.

Intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations dans les quartiers populaires : affronter les politiques du logement, 23 mars 2022

Politiques de l’exil- Mobilisations féministes pour les exilé.e.s / 9 mars 2022, 17-20h

Politiques de l’exil – Mobilisations féministes pour les exilé·e·s

 

9 mars 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur .

La séance a lieu en présentiel et en hybride

Nous avons appris, avec une grande peine, la disparition de Nina  Hetmańska, chercheuse à l’ULB, qui a régulièrement accompagné les réflexions menées dans le cadre du séminaire Non-lieux de l’exil – un hommage lui est rendu ici. Pour accéder à une de ces publications, sur la grève de la faim menée par des travailleurs sans papiers à Bruxelles,  c’est ici

La situation en Ukraine nous a conduit à lire en début de séance, des extraits du Manifeste des féministes russes contre la guerre  

Avec : 

  • Marion Jobert (avocate, présidente de l’association Kali)
  • Veronica Noseda (militante groupes féministes et lesbiens)
  • Elsa Tyszler (sociologue, CRESPPA, ICM)

Coordination  : Laure Wolmark (psychologue clinicienne)

En mars 2021, on pouvait lire sur un mur du 20ème arrondissement de Paris : « pas de féminisme sans les femmes en exil ». Le 5 juin 2021, la manifestation « Toutes au frontières » appelait « à une action féministe européenne pour une Europe sans murailles ». Place des exilées dans les mouvements féministes, place des féministes dans les mouvements pour les exilé·e·s, mobilisations transversales et intersectionalité des luttes : cette séance abordera les transformations mutuelles des mobilisations anti-racistes et féministes. De l’intégration du genre dans les motifs des demandes d’asile à l’invisibilité des femmes traversant les frontières, du prisme des violences comme reconnaissance de l’existence des femmes exilées, à leur invisibilisation comme actrices de la migration, nous mettrons au travail les lignes de fractures, les impensés et les horizons d’une rencontre entre mobilisation féministes et anti-racistes.

“Toutes aux frontières 5 juin à Nice”, 2021. Courtoisie Pinar Selek

Intervenantes :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil- Mobilisations féministes pour les exilé.e.s / 9 mars 2022, 17-20h

Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Savoirs/pouvoirs : que peut la recherche ? Des enjeux de la contre-expertise aux apories de l’université, comment se mobiliser ? 

9 février 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu des cas Covid, une forme hybride sera mise en place. 

avec  :

  • Céline Cantat (Sciences Po Paris)
  • Olivier Clochard (Migrinter, ICM)
  • Sarah Mazouz (Ceraps, ICM), 

Coordination de la séance : Chowra Makaremi (IRIS, ICM)

La recherche en sciences sociales est brocardée par les gouvernants en France : accuser les savoirs critiques de troubler l’ordre social (“républicain”) est une tactique qui s’ajoute désormais à celle plus rodée des discours sécuritaires, anti-migratoires et xénophobes qui colonisent les débats publics en période électorale.
Dans ce contexte, l’enjeu pour les chercheur.e.s n’est pas uniquement de défendre des disciplines et des institutions universitaires menacées par la mise au pas. Des efforts de plus long cours sont menés, depuis plusieurs décennies, pour saisir les enjeux et les effets des politiques publiques de contrôle des frontières et de discriminations sociales des racisé.e.s, dans une perspective de résistance à ces politiques.

Cette séance s’interroge sur les stratégies, les marges de manœuvre et les objectifs que peuvent se donner les savoirs critiques sur les migrations et le racisme. Il est intéressant à cet égard de faire dialoguer deux champs distincts, étudiant des phénomènes qui pourtant se rejoignent dans les programmes électoraux et les politiques publiques, à savoir : les études sur le gouvernement des frontières d’un côté (border studies), et celles qui interrogent la racialisation d’un autre côté (critical race studies). Un deuxième enjeu est de confronter différentes façons de travailler, qui ne s’excluent pas bien au contraire : dans un cas, mettre le savoir au service d’une contre-expertise (juridique, cartographique, statistique), et dans un autre, redéfinir les problématiques et les catégories dans l’espace public (ce qui pose la question cruciale de la diffusion des savoirs). L’idée est de mettre en commun nos questionnements, les leçons apprises du passé et les pistes qui nous paraissent fructueuses pour agir face au néo-fascisme. 

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022