Membres de l’équipe

Membres du programme

ALEXANDRE-GARNER Corinne, est maître de conférence HDR hors classe à l’Université Paris Ouest Nanterre, angliciste en Sciences sociales et administration et au département d’études anglo-américaines. Elle est directrice du Centre de Recherches Espaces/Ecritures (CREE au sein du CREA, EA370) et responsable de la Bibliothèque de Recherches Lawrence Durrell. Membre du CA de la Bibliothèque de Documentation et d’Information Contemporaine depuis 2011, elle siège comme membre extérieur du collège de l’Ecole doctorale de l’Inalco. Elle dirige deux collections aux Presses universitaires de Paris Ouest, dont la collection transdisciplinaire de sciences humaines « Chemins croisés » autour des thématiques de l’étranger, des frontières, des migrations et des exils. Elle a récemment publié une biographie littéraire de Lawrence Durrell aux éditions La Quinzaine Littéraire/ Louis Vuitton, Lawrence Durrell. Dans l’ombre du soleil grec, dans la collection Voyager avec…. Parmi ses nombreuses publications, consacrées aux écritures de la migration  : « Penser ailleurs » dans Frontières, marges et confins, C. Alexandre-Garner (ed.), (13-27), Presses universitaires de ParisOuest, 2008; « When Elsewhere is Home : Mapping literature as Home in Lawrence Durrell’s « Cities, Plains and People » (avec I. Keller-Privat), Etudes britanniques contemporaines, n°37, déc. 2009);« Etranges mots étrangers et langue hantée » dans L’étranger dans la langue, E. Eells, C. Berthin, J.-M. Déprat eds) Presses universitaires de Paris Ouest, 2013; « Weaving otherness in Shauna Singh Baldwin’s «Rawalpindi 1919 » and «Toronto 1962 » : « The Text as Transitional Space » dans India in Canada, Canada in India, A. Navarro Tejero and T. Gupta eds) Cambridge Scholars’ Publishing, 2013; « L’objet migratoire dans La Grande maison de Nicole Kraus » dans Multicultures et écrits migratoires, E. Sabiston (ed.), Toronto, University of York Presses, 2014; « Le récit comme lieu de l’hospitalité » dans Migrations/Translations, M. Ahmed, C. Alexandre-Garner &  al., (eds)  Presses universitaires de Paris Ouest, 2015.

Lisa BENOU est directrice de la revue Études Balkaniques-Cahiers Pierre Belon depuis 2009. Après une maîtrise en droit de l’université Aristote de Thessalonique, elle a été avocate au barreau d’Athènes (1980-1994), puis a obtenu un DEA un doctorat en Histoire du Droit à l’EHESS (2009). Parmi ses publications :  Le Codex B du monastère Saint-Jean Prodrome. Serrès XIIIe-XVe siècles (édition diplomatique) Association Pierre Belon, Paris, 1998. ;Pour une nouvelle histoire du droit byzantin. Théorie et pratique juridiques au XIVe siècle, Association Pierre Belon, Paris, 2011 ; La culture juridique dans les Balkans, Études Balkaniques-Cahiers Pierre Belon, 19-20, 2013-2014, œuvre collectif dirigé par L. Bénou-L. Mayali, ainsi que divers articles  portant principalement sur la relation norme-pratiques dans les sociétés byzantine, néohellénique et balkaniques.

CHUKHOVICH Boris est historien de l’art, conservateur de musée et commissaire d’exposition. Après avoir soutenu sa thèse en sociologie de l’art (Institut d’études sur les arts à Tachkent – Université de Saint-Pétersbourg, 1992), il a travaillé en tant que chercheur adjoint, puis directeur d’études au département de sociologie de l’art (Institut d’études sur les arts, Académie des beaux-arts de l’Ouzbékistan). En 1998, il a immigré au Canada, en 2000 il a fait un stage de recherche postdoctoral à la Maison des sciences de l’Homme à Paris, puis, en 2002, un stage postdoctoral à l’UQAM, dans l’équipe de recherche « Le Soi et l’autre ». En 2003-2005, il est boursier du Conseil des arts du Canada et réalise le projet virtuel « Musée d’art centre-asiatique ».  Il est également conservateur-résident au Musée d’art contemporain de Montréal, chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en esthétique et poétique et à différents centres de recherche, notamment le Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI, Université de Montréal) et le Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la culture (LAMIC, Université Laval). Depuis 2003, il est membre permanent du groupe de recherche Poexil (Université de Montréal). En tant que conservateur, il a réalisé nombreux projets d’exposition dont notamment « Lingua franca-frank-tili » (Biennale de Venise, 2011), STILLS (Bichkek, Almaty, Douchanbé, 2009-2010), « Retour de Métaphore » (Biennale de Montréal, 2007), « Après Babel » (Université d’Ottawa, 2004).

COUSIN Saskia est anthropologue, maitresse de conférence à l’Université Paris Descartes, membre de l’Institut Universitaire de France et du Canthel. Ses travaux portent sur les économies de l’altérité, soit la manière dont les altérités imaginées se constituent et qualifient les agents (humains ou non humains), les relations sociales, les échanges, la circulation de personnes, de biens et de prestations. Au Bénin, en France, et au Sénégal, elle observe plus particulièrement la production, la circulation et la consommation des images et des savoirs sur l’altérité dans différents contextes vécus comme des « contact zones » : tourisme, coopération internationale, bidonvilles, plateformes d’hospitalité et réseaux de solidarité…. S’appuyant sur des observations participantes au sein des réseaux de solidarité de la Seine-Saint-Denis, elle interroge ainsi les imaginaires ambivalents associés à la question des marges, du recyclage, de l’hospitalité, de l’habiter et de l’habitat temporaire. En 2016, elle a organisé avec Fiona Meadows un cycle de conférences à la Cité de l’architecture et du patrimoine sur ces sujets, et publié différents articles, notamment, « Le cycle de la roulotte » dans Fiona Meadows (ed), Habiter le campement, Paris Actes Sud, ou encore « L’éternel temporaire dure-t-il ? Imaginaires Bobos, Roms et Bohème ». Dans le cadre de son enseignement dans le master ethnologie de Paris Descartes, Saskia Cousin coordonne également la partie pédagogique du programme européen Migrantour, dédié à la création de circuits de découverte des patrimoines vivants des migrations, animés par les premiers  concernés : immigrés, migrants, réfugiés ou exilés.

GALITZINE-LOUMPET Alexandra, est anthropologue. Longtemps enseignant-chercheur à l’université de Yaoundé I (1990-2008), elle travaille désormais en France auprès de différentes institutions (FMSH, Paris I, INALCO), a élaboré et coordonné l’ANR « Espaces de la culture chinoise en Afrique » (ANR EsCA 2011-2015) et est chercheure associée au CESSMA (UMR 245). Ses axes de recherche portent sur les processus de patrimonialisation et le musée comme espace politique (Afrique, Europe), l’expérience de l’exil à travers la culture matérielle et les nouvelles représentations du paradigme modernité-tradition (royaume Bamoun (Ouest Cameroun).   Parmi ses publications sur l’exil : « A la croisée des chemins, la deuxième génération née en France », postface in Marina Gorboff, La Russie Fantôme, Editions L’Age d’homme, Lausanne, 1995, pp. 263-271; «Displaced objects, Objects in Exile ? Changing virtues of Cameroon’s Grassfield objects in the West » Crossing Cultures, Conflicts, Migration and Convergence, 32nd CIHA Melbourne University Press (Australia),  2009 : pp.621-624; « Pour une typologie des objets de l’exil », Working paper / FMSH sur HAL-SHS 2013 (10 p.) http://halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00862480, ; “Exil (Objets)”, Glossaire des mobilités culturelles, Z. Bernd et N. Dei Cas eds. A paraitre en mai 2014 chez Peter LanG eds. 2014 ; « The Material Culture of Displacement: from the Artefact to the Imaginary Museum » (à paraitre University of Chicago, 2015). Elle a créé le Programme Non-lieux de l’exil en 2011 et le dirige depuis janvier 2016 de même que le projet Displaced Objects. Elle co-dirige le programme Migrobjets (Inalco) avec Peter Stockinger.

LECADET Clara est anthropologue, chercheure au CNRS et membre de l’Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (IIAC), unité mixte CNRS-EHESS. Titulaire d’un doctorat en anthropologie sociale et ethnologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (2011), d’un DEA de philosophie politique (1999) et d’un DESS en psychologie clinique (2001), elle a été membre du programme ANR « Mobilités globales et gouvernance des migrations » dirigé par Catherine Wihtol de Wenden et Hélène Thiollet (CERI-Sciences-Po). Elle a co-organisé le colloque international « Un paysage global de camps » (22-24 octobre 2014, EHESS) ainsi que les journées d’études « Gouverner par l’expulsion : perspectives historiques et anthropologiques sur les politiques de renvoi des étrangers » (27-28  juin 2016, EHESS). Elle a été membre du conseil scientifique de l’exposition « Habiter le campement », section « Exilés » à la Cité de l’architecture et du patrimoine (avril-août 2016). Ses recherches portent sur l’émergence d’un mouvement de protestation propre aux expulsés en Afrique et sur les formes que prenne leur organisation dans la période post-expulsion. Elles examinent également les dispositifs institutionnels et les mesures humanitaires mises en place pour les expulsés à leur arrivée et pour faciliter leur retour. Ses travaux analysent ainsi la mise en place d’une « approche globale » des migrations, promue par l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) et par l’Union Européenne (UE), son impact sur la gestion des expulsions dans les pays d’arrivée, et les formes de résistance et de protestation qui en émergent. Il s’agit plus généralement d’envisager l’histoire des politiques et des pratiques d’expulsion vis-à-vis des étrangers, comme l’instrument radical de la distinction entre citoyens et étrangers dans les pays occidentaux mais aussi comme des facteurs de transformation sociale et politique dans les pays de renvoi des immigrés.Elle a codirigé avec Michel Agier Un monde de camps (Editions de la Découverte, 2014) et est l’auteur de l’ouvrage Le manifeste des expulsés(PUFR, 2016).

MAKAREMI Chowra est anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux (IRIS). Ses travaux portent sur l’anthropologie de l’Etat, les formes juridiques et ordinaires de la violence et l’expérience qu’en font les sujets, notamment en situation d’exil. Ils s’articulent autour de deux thèmes : Une ethnographie des expériences migratoires qui se penche sur les régimes juridiques, humanitaires, moraux de prise en charge de populations migrantes catégorisées comme vulnérables et les parcours négociés à l’intérieur et en marge des espaces de prise en charge, ainsi que sur l’expérience des sujets, à travers une approche biographique et une ethnographie du quotidien. Une anthropologie de la violence qui s’attache aux constructions d’une mémoire de la violence post-révolutionnaire en Iran et ses usages politiques (répression collective et massacres de masse, dispositifs d’invisibilités, pratiques intergénérationnelles de souvenir). Parmi ses publications :  Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne,  Paris, Gallimard, coll. Témoins, 2011 ; (avec D. Fassin, Y. Bouagga, I. Coutant, J.-S. Eideliman, F. Fernandez, N. Fischer, C. Kobelinsky, S. Mazouz, S. Roux)  Juger, Réprimer, Accompagner. Essai sur la morale de l’Etat, Paris, Seuil, 2013 ; et (avec C. Kobelinsky) (dir.), Le confinement des étrangers: l’enfermement dehors, Éditions du Croquant, 2009. http://iris.ehess.fr/index.php?1240

MASSON Céline est Professeur des universités à l’université de Picardie Jules Verne, après avoir été maître de Conférences HDR titulaire à l’Université Paris-Diderot (Paris-7), affectée à l’UFR Etudes Psychanalytiques; psychologue-psychanalyste à l’OSE, Œuvre de Secours aux Enfants; chercheur au Centre de Recherches « Psychanalyse, Médecine et Société » (CRPMS), Ecole doctorale « Recherches en psychanalyse et psychopathologie » de l’Université Paris-Diderot,; réalisatrice de documentaires de recherche (Studio Vidéo Université Paris Diderot); co-directrice du Groupe de Recherches Pandora (sur les processus de création) du CRPMS, Université Paris-Diderot depuis 2003 et enfin co-responsable du DU « Protection de l’enfance », partenariat OSE/Paris Diderot .
Céline Masson mène des recherches sur les processus de création, sur la culture juive au travers des différentes expériences « exiliques » comme les changements de nom, l’accent, les gestes de transmission, en somme  la mémoire de l’histoire des migrations et sa transmission d’un génération à l’autre et surtout depuis la génération des Juifs qui ont subi la Shoah (déportation, fuite, exil).  

RECOING Eloi est maître de conférences (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle), metteur en scène et directeur de l’Institut national de la marionnette de Charleville-Mézières.  Il a vingt ans lorsqu’Antoine Vitez met en scène sa première pièce : « La ballade de Mister Punch » (1975). Il en deviendra l’assistant pendant 6 ans au Théâtre National de Chaillot, puis à la Comédie Française. Il fonde La Compagnie du Passeur et signe ses premières mises en scène, parmi lesquelles : « La conjecture de Babel » d’Eloi Recoing (Théâtre Gérard Philipe de St Denis 1987), « Partage de Midi » de Paul Claudel (1991), « Essai sur l’innommable » d’après Heiner Müller (Théâtre du Rond-Point 1993), « Le constructeur Solness » d’Henrik Ibsen (Théâtre de la Commune Pandora, 1994), » Théâtre/Roman » de Louis Aragon (1997) Scène Nationale du Parvis à Tarbes, « Penthésilée » de Heinrich von Kleist (ESNAM, mars 1998), » L’amour, champ de bataille » d’après l’oeuvre de Heiner Müller (Festival d’Avignon, 2000), « Kaddish » d’Alan Ginsberg (création à la Maison de la Poésie à Paris, 2005). « Vitez en effigie » (festival d’Avignon, 2008), » Un instant suicidaire » d’Eloi Recoing (Théâtre aux Mains Nues, 2008). Eloi Recoing mène parallèlement à son travail de dramaturge et de metteur en scène une activité de traducteur dans les domaines allemand et scandinave (Brecht, Kleist, Wedekind, Ibsen).

SAGLIO-YATZIMIRSKY Marie-Caroline est Professeur des Universités en anthropologie sociale à L’INALCO, Département Asie du Sud,  et chercheur statutaire au Centre d’Etudes en  Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA, UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO). Diplômée de l’Ecole Normale Supérieure et de HEC, agrégée de sciences sociales et économiques, elle travaille depuis 1993 sur les populations exclues dans les grandes villes indiennes. Chercheur invité à l’Institut des Études Avancées de l’Université de Sao Paulo (2004-2007), elle a  porté le projet  ANR SETUP (Social Exclusion, Territories and Urban Policies in Mumbai, Delhi, Rio de Janeiro,  São Paulo-2007-2010). Parallèlement elle a poursuivi au Brésil sa formation professionnelle en psychologie clinique (Institut Sedes Sapientae) entamée en 2002 en France (U. Paris V Descartes). Sa nomination à l’Institut Universitaire de France (2009-2014) lui a permis d’entreprendre une recherche à la croisée de l’anthropologie et de la psychologie  sur la qualification du lien social et psychique dans les bidonvilles d’Inde et du Brésil. Elle coordonne le programme « Réfugiés, Villes, Santé Mentale », CESSMA, UTRPP (U. Paris 13), Université de São Paulo (financement USPC 2013-2015).  Vice-Présidente de la recherche à l’INALCO entre 2015 et 2017, elle poursuit aujourd’hui ses enseignements et ses recherches sur les questions de la culture et de l’exclusion en Inde et au Brésil et sur le lien entre anthropologie, psychologie et psychanalyse. Elle assure depuis 2010 une consultation de psycho traumatologie avec des demandeurs d’asile à l’hôpital Avicenne.  Parmi ses publications récentes : « Quelle culture pour les sociétés multiculturelles? L’Inde et le Brésil: esquisse d’une comparaison », Le Débat, Gallimard, sept-oct. 2015, n° 186, pp. 44-53; « Kalapani : le trauma de la traversée dans la migration des demandeurs d’asile tamouls du Sri Lanka »,  Migrations Sociétés, CIEMI, sept.-oct. 2015, vol. 27, n°161, pp.75-87; « Do relatório ao relato, da alienação ao sujeito: a experiência de uma prática clínica com refugiados em uma instituição de saúde », Revista Psicologia USP, Universidade de São Paulo, vol.26 no.2 São Paulo,  mai/août 2015;  « Le trauma : du retournement de la culture à la nature humaine, Nature ou culture, P. Bonin et T. Pozzo (dir.) Colloques Institut Universitaire de France, Publications de l’U. de St Etienne, 2014, pp. 41-64; « Un homme-dans-le-monde » : l’individu dans la société indienne selon Louis Dumont », Drôles d’individus, De l’individualité dans le Reste-du-monde, E. Lozerand (dir.), Paris, Klincksieck, 2014, pp. 179-191″; Mega city slums : Social Exclusion, Space and Urban policies in Brazil and India, London, Imperial College Press, 2014 (avec F. Landy), 446p.

VILELA Eugénia  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres « Du corps équivoque » (1998) et « Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon » (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

VOLLAIRE Christiane est philosophe. Elle mène ses recherches sur les liens entre politique, esthétique et médecine,  est membre du Comité de rédaction des revues Pratiques Chimères et Outis, et collabore régulièrement aux revues Lignes, Cahiers de philosophie, Transeuropéennes, Medium, Revue d’ethnologie, Symposium, Ah ! et Empan. Elle a présenté pendant six ans une série d’interventions au Collège International de philosophie sur Les Processus de désesthétisation en médecine. Et intervient également à Paris 7, à Paris 8 et à l’IRI (Centre Georges Pompidou).  Elle a publié de nombreux articles sur la philosophie esthétique (photographie, chorégraphie, architecture, espace) et notamment plusieurs essais sur des artistes contemporains, la philosophie politique (migrations, politiques sécuritaires, biopolitiques) et la philosophie de la médecine (politiques de santé, travail du soin…). Parmi ses derniers ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, ed. L’Insulaire, Paris, mars 2007 ; Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin),ed. Créaphis, Paris, octobre 2012. http://christiane-vollaire.fr/

WOLMARK Laure devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité pour la santé pour les exilés), où elle poursuit sa pratique clinique et collabore à l’élaboration de projets à destination des femmes exilées. Parmi ses publications : «Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte», dans la revue Science et Video, en 2010; « L’intime et le politique : les certificats annuels d’absence de mutiliation(s) sexuelle(s) féminine(s) » dans l’ouvrage collectif Devenir des traumas d’enfance (editions la Pensée sauvage, 2014)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NON PLACES OF EXILE