Membres de l’équipe

Membres du programme (par ordre alphabétique)

AMILHAT-SZARY Anne-Laure est professeur de géopgraphie.

COUSIN Saskia est anthropologue et sociologue HDR, professeure de sociologie au Sophiapol, Université de Nanterre. Ses travaux portent sur les économies de l’altérité, soit la manière dont les altérités imaginées se constituent et qualifient les agents (humains ou non humains), les relations sociales, les échanges, la circulation de personnes, de biens et de prestations. Au Bénin, en France, et au Sénégal, elle observe plus particulièrement la production, la circulation et la consommation des images et des savoirs sur l’altérité dans différents contextes vécus comme des « contact zones » : tourisme, coopération internationale, bidonvilles, plateformes d’hospitalité et réseaux de solidarité…. S’appuyant sur des observations participantes au sein des réseaux de solidarité de la Seine-Saint-Denis, elle interroge ainsi les imaginaires ambivalents associés à la question des marges, du recyclage, de l’hospitalité, de l’habiter et de l’habitat temporaire. En 2016, elle a organisé avec Fiona Meadows un cycle de conférences à la Cité de l’architecture et du patrimoine sur ces sujets, et publié différents articles, notamment, « Le cycle de la roulotte » dans Fiona Meadows (ed), Habiter le campement, Paris Actes Sud, ou encore « L’éternel temporaire dure-t-il ? Imaginaires Bobos, Roms et Bohème ». Dans le cadre de son enseignement dans le master ethnologie de Paris Descartes, Saskia Cousin coordonne également la partie pédagogique du programme européen Migrantour, dédié à la création de circuits de découverte des patrimoines vivants des migrations, animés par les premiers  concernés : immigrés, migrants, réfugiés ou exilés. Elle porte le PRC ReTours (ANR)

DA LAGE Emilie est chercheuse en sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille-SHS, membre du laboratoire GERIICO. Ses travaux portent sur la dimension culturelle et sociale des circulations mondialisées des productions culturelles et médiatiques. Après une thèse consacrée à la production de authenticité dans le monde des musiques du monde en Europe, elle a travaillé sur les pratiques patrimoniales transnationales, les nouvelles formes d’écoute en ville. Ses travaux portent aujourd’hui sur les pratiques musicales en situation d’exil et de migrations. Elle s’intéresse à la manière dont les exilé.e.s parviennent à créer des formes « d’asile culturel » fragiles à travers leurs pratiques musicales – y compris l’écoute de musiques enregistrées depuis différents médias -, ainsi qu’aux récits et aux imaginaires de l’exil que les exile.e.s déploient dans leurs usages des réseaux sociaux. Ces récits diffèrent des récits hégémoniques de l’exil contemporain et permettent aux exilés de fédérer des publics de leurs épreuves.  Elle a participé au collectif Décamper ! et coordonné en 2016-2017 un programme de recherche-action et de séminaires financé par la MESHS-Lille “Créativité et migration en situation d’encampement”. Elle a notamment publié “Les refrains de la mondialisation”, avec François Debruyne, dans la revue Réseaux, (Réseaux N°192 La découverte, 115-142, 2015.), “La musique le temps le camp” (in Décamper! La Découverte, 2016), elle a également produit un dispositif de valorisation de la recherche de terrain à Grande Synthe sous la forme d’une installation sonore exposée régulièrement dans différents lieux culturels. https://soundcloud.com/emilie-da-lage/mood-of-the-women-center

GALITZINE-LOUMPET Alexandra, est anthropologue HDR, chercheure au CESSMA (UMR 245). Longtemps enseignant-chercheur à l’université de Yaoundé I (1990-2008), elle travaille désormais en France . Elle a créé le Programme Non-lieux de l’exil en 2011 et le dirige depuis janvier 2016 de même que le projet Displaced Objects. Elle a co-dirigé l’ANR EsCa (FMSH), le programme Migrobjets (Inalco, avec Peter Stockinger.), a co-dirigé l‘ANR LIMINAL (avec Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky) et l’ANR ReTours (avec Saskia Cousin & Anne Doquet). Ses axes de recherche portent sur les processus de patrimonialisation et le musée comme espace politique (Afrique, Europe), l’anthropologie matérielle, l’expérience de l’exil et de la migration.   Parmi ses récentes publications “Habiter l’exil, le corps, la situation, la place” Décamper, La Découverte 2016,  « Subjectivités face à l’exil » Journal des Anthropologues, déc. 2018, 350 p.,  Traduire l’exil, Plein droit  mars 2020 (éditrice scientifique avec M.C. Saglio Yatzimirsky), les ouvrages L‘objet de la migration, le sujet en exil (ed- avec C. Alexandre-Garner), Presses Universitaires de Paris-Nanterre, déc. 2020 et Lingua (non) grata. Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (Presses de l’Inalco, à paraitre, éditrice scientifique, avec M.C. Saglio Yatzimirsky). Elle prépare un ouvrage sur les graffitis des demandeurs d’asile.

LAKRAÂ Hayatte

MANAC’H Léo est doctorant en anthropologie (Ceped, U. de Paris, ANRS, Institut Convergences Migrations), ses travaux portent sur les effets de la violence des politiques migratoires sur les subjectivités des personnes étrangères et sur l’organisation de résistances en prise avec le contexte répressif français. Sa thèse est consacrée à l’étude des mobilisations pour la défense des droits des personnes étrangères malades dans un contexte de restrictions progressives du droit au séjour pour soin. Ces restrictions sont comprises comme des politiques de découragement qui ciblent les personnes étrangères et les mobilisations politiques qui les soutiennent. L’engagement politique est restitué dans une situation plus large de restriction des droits des personnes n’ayant pas la nationalité de l’État dans lequel elles résident et de banalisation d’un ordre des discours xénophobe.  Parmi ses dernières publications  (avec Amira Yahiaoui) « L’enfermement des étrangers en France : une clinique du non-lieu ? Perspectives comparatives entre psychanalyse et anthropologie », Recherches en psychanalyse, vol. 31, no. 1, 2021, p. 24-43;  Manac’h, Léopoldine. « », in Huët Romain (dir.). De si violentes fatigues. Les devenirs politiques de l’épuisement politique, Paris, PUF, 2021; Manac’h, Léopoldine. « Un sas de confinement pour les “dublinés” », Plein droit, no. 122, octobre 2019, p. 26–29; Manac’h, Léopoldine. « Faire face aux politiques de découragement », Savoirs des luttes, luttes des savoirs [carnet de recherche], 27 mars 2019 [   et Huët, Romain et Manac’h, Léopoldine. « Expérience de l’exil, de la précarité et performativité politique. Un questionnement philosophique sur l’expérience sociale de “l’exilé” », Implications philosophiques, 2018 [en ligne] 

VILELA Eugénia  est professeur au Département de philosophie de la Faculté de lettres de l’Université de Porto (Portugal), docteur en philosophie de l’Université de Porto, et directrice du groupe de recherche Esthétique, Politique et Art de l’Institut de Philosophie. Auteur de conférences et textes dans le domaine de la Philosophie et des Arts, elle a publié, parmi d’autres textes dans des œuvres collectives, les livres “Du corps équivoque” (1998) et “Silences Tangibles. Corps, résistance et témoignage dans les espaces contemporains d’abandon” (2010). Son travail se développe dans l’espace d’intersection entre l’esthétique, la philosophie politique contemporaine et l’art.

VOLLAIRE Christiane est philosophe. Elle mène ses recherches sur les liens entre politique, esthétique et médecine,  est membre du Comité de rédaction des revues Pratiques Chimères et Outis, et collabore régulièrement aux revues Lignes, Cahiers de philosophie, Transeuropéennes, Medium, Revue d’ethnologie, Symposium, Ah ! et Empan. Elle a présenté pendant six ans une série d’interventions au Collège International de philosophie sur Les Processus de désesthétisation en médecine. Et intervient également à Paris 7, à Paris 8 et à l’IRI (Centre Georges Pompidou).  Elle a publié de nombreux articles sur la philosophie esthétique (photographie, chorégraphie, architecture, espace) et notamment plusieurs essais sur des artistes contemporains, la philosophie politique (migrations, politiques sécuritaires, biopolitiques) et la philosophie de la médecine (politiques de santé, travail du soin…). Parmi ses derniers ouvrages parus : Humanitaire, le cœur de la guerre, ed. L’Insulaire, Paris, mars 2007 ; Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin),ed. Créaphis, Paris, octobre 2012. http://christiane-vollaire.fr/

WAGNER Izabela, est  professeure de sociologie HDR au Collegium Civitas à Varsovie, fellow de l’Institut Convergence Migration et chercheuse associée à Sophiapol (Paris X Nanterre). Après des travaux portant sur les carrières de musiciens virtuoses (thèse EHESS, 2006), et les carrières scientifiques  (HDR, 2012), elle étudie les carrières de sociologues. Ces travaux mobilisant la méthode ethnographique, l’approche biographique et le travail d’archives lient l’anthropologie, la sociologie et l’histoire. Depuis 2017, Izabela Wagner étudie la migration forcée (les camps de réfugiés et les parcours d’exilé.e.s en Europe). Activiste, militante pour la cause des exilé.e.s, elle poursuit son activité de sociologue public (articles dans la presse générale, surtout en Pologne). Elle est auteure entre autres de “Producing Excellence. The Making of Virtuoso” (Rutgers UP 2015) et “Bauman. A Biography” (Polity 2020). Ses livres sont parus en chinois, portugais, espagnol, russe, coréen et polonais.  

WOLMARK Laure est psychologue clinicienne. Ses recherches et sa pratique s’inscrivent dans le champ de la clinique de l’exil, du trauma  et des violences liées au genre.  Elle a été volontaire pour Médecins sans Frontières dans des contextes de violence et de conflits armés. Elle a travaillé jusqu’en 2021 au Comede (Comité pour la santé pour les exilé·e·s) en tant que psychothérapeute et coordinatrice nationale du pôle santé mentale. Parmi ses publications : « L’intime et le politique : les certificats annuels d’absence de mutiliation(s) sexuelle(s) féminine(s) » dans l’ouvrage collectif Devenir des traumas d’enfance (editions la Pensée sauvage, 2014), « Dépossessions. Actes et paroles dans la clinique de l’exil. (Cahiers de Rhizome, 2017),  « Les lieux de l’exil, subjectivités dans l’espace thérapeutique.» (Journal des Anthropologues, déc. 2018), et en 2020 “Transmettre, et “transmettre pour exister: la fonction des récits traumatiques”, dans l’ouvrage collectif  Violence et récit (ed. Hermann, dir. Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky.).

Anciens membres / membres en retrait cette année

ALEXANDRE-GARNER Corinne, est maître de conférence HDR hors classe à l’Université Paris Ouest Nanterre, angliciste en Sciences sociales et administration et au département d’études anglo-américaines. Elle est directrice du Centre de Recherches Espaces/Ecritures (CREE au sein du CREA, EA370) et responsable de la Bibliothèque de Recherches Lawrence Durrell.  

CHUKHOVICH Boris est historien de l’art, conservateur de musée et commissaire d’exposition. 

MAKAREMI Chowra, anthropologue (IRIS- CNRS, EHESS)

LECADET Clara est anthropologue, chercheure au CNRS et membre de l’Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (IIAC), unité mixte CNRS-EHESS.  

SAGLIO-YATZIMIRSKY Marie-Caroline est Professeur des Universités en anthropologie sociale à L’INALCO, Département Asie du Sud,  et chercheur statutaire au Centre d’Etudes en  Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA, UMR 245, IRD-Paris Diderot-INALCO).  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NON PLACES OF EXILE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search