Archives par mot-clé : art contemporain

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL. Séance 2 : Esthétique et politique, la question de l’exposition. 5 Janvier 2017

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 2

Esthétique & Politique,  la question de l’exposition. 

Exposition "Ceux qui restent" de Wiame Haddad. Dans le cadre de l'évènement Green House. Hay Mohammadi. 20/05/2016 Casablanca, Maroc
Exposition « Ceux qui restent » de Wiame Haddad.
Dans le cadre de l’évènement Green House.
Hay Mohammadi. 20/05/2016 Casablanca, Maroc

Jeudi 5 janvier 2017 de 17 à 20h,  salle 3, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

(entrée libre)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE)(Descriptif et informations ici). En collaboration avec Philippe Bazin (Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon) pour la thématique Esthétique & Politique.

Deux thématiques seront en effet  abordées : Esthétique & politique (1er déc. 2016, 5 janv. 2017,  2 fév. 2017 ) et Murs 2 mars, 4 mai, 2 juin 2017)

Introduction  : Alexandra Galitzine-Loumpet

avec Elise ATANGANA (commissaire d’exposition), Wiame HADDAD  (photographe), Dominique MALAQUAIS (Politilogue et historienne de l’art, CNRS- IMAF) et Philippe ZOURGANE (Architecte, ENSAPVS)

Présentation des intervenants :

Elise ATANGANA est curatrice et productrice d’exposition. Basée à Paris, elle aborde son parcours dans l’art par des expériences individuelles et collectives. Elle s’intéresse à la façon dont les mobilités physiques et virtuelles, incluant les mouvements de personnes, des idées, des objets et de l’information, nous affectent dans notre quotidien. Son récent projet curatorial Seven Hills réalisé pour la Biennale de Kampala 2016, interrogeait principalement la relation entre espaces et mobilités. En 2015, Entry Prohibited to Foreigners, présentée au centre d’art Havremagasinet en Suède, était une mise en perspectives de divers déplacements. Elle a également été, aux côtés de Abdelkader Damani et Smooth Ugochuckwu Nzewi, co-commissaire de Produire le commun  exposition internationale de la Biennale de Dakar 2014. Auparavant, elle a mené plusieurs collaborations avec d’autres commissaires Elvira Dyangani Osé, Simon Njami et le collectif On The Roof.

Wiame HADDAD Née à Lille d’un père tunisien et d’une mère marocaine, Wiame Haddad travaille actuellement à Lille. Après l’obtention de son DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) à l’école Supérieur d’Art et de Design de Valenciennes et après un Erasmus à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre à Bruxelles, elle concentre son travail, ses réflexions et sa pratique photographique autours de la question du Corps entre Occident et Orient. Pour cela elle se nourrit de tout ce qui met en évidence la manière dont le corps exprime une situation d’enfermement, de conflit intérieur, ou de conflit provoqué par un contexte historique ou social, se focalisant ainsi sur le corps comme signifiant du politique. Parmi ses dernières expositions : Des équilibres à l’ Institut Français de Tunis (Octobre 2016); Ceux qui restent au Cube Independent art room Rabat. (Octobre 2016 ), The Green-House, Ceux qui restent avec l’Atelier de l’Observatoire, replique du comissariat Derb moulay Cherif, Hay mohammadi, Casablanca (2016);   Intension, Masnaâ à la Galerie Venize Cadre, Casablanca, Curateur, Ismaël et David Ruffel (2016);  Dubai Photo Exhibition, curateur Hicham Khalidi et Laila Hida (2016). site

Dominique MALAQUAIS est  historienne d’art et politiste, chargée de recherche à l’Institut des mondes africains (CNRS) et enseignante à Sciences Po. Auteur d’Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun (2002) et de nombreux articles sur les intersections entre violence politique et cultures urbaines au Cameroun, en République Démocratique du Congo et en Afrique du Sud, elle est fondatrice et co-directrice de la plateforme curatoriale SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation and Knowledge – Cape Town) et présidente d’ACASA (Arts Council of the African Studies Association). Parmi ses toutes dernières publications : (avec N. Khouri dir.) Afrique – Asie, arts, espaces, pratiques PURH 2016; « Playing (in) the Market, Hervé Youmbi and the Art World Maze » in De l’art (d’être) contemporain, Cahiers d’Etudes Africaines 2016/3. Bibliographie

Phillipe ZOURGANE est un architecte, il est maître de conférence titulaire dans la discipline Théorie et Pratique de la Conception Architecturale et Urbaine à l’ENSA Paris Val de Seine. Il est chercheur au laboratoire AMP – Architecture Milieu Paysage, laboratoire CNRS lavue situé à Paris. Il co-dirige le post master DPEA, pour le laboratoire AMP labo à l’ENSA Paris La Villette. Il a obtenu son PhD au Centre for Research Architecture, Goldsmiths College (University of London) in 2013. Il a étudié l’Architecture à l’ENSA Paris Versailles où il a été diplômé. Il travaille actuellement sur plusieurs livres collectifs en France, au Canada, au Portugal et en Allemagne publiés en 2016 et en 2017.Il publiera à l’automne 2017 son livre d’analyse et de théorie “La Révolution par les plantes” pour l’éditeur Eterotopia France. Il travaille actuellement sur son Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), avec Didier Fassin à l’EHESS.

 

15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

NLE 15 octLe 15 octobre 2015, le programme Non-lieux de l’exil accueille le projet « Moving Matters Traveling Workshop » coordonné par Susan Ossman pour une séance de réflexions communes autour des notions d’exil, de migration,  d’expérience et de représentation en préparation du projet de colloque en deux temps en mars prochain : Los Angeles (University of California Riverside) et Paris.

Intervenants : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Alice Peinado, Eugenia Vilela .

Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici (Nouss)

Lieu et heures : 16h30-19h30 Immeuble France Salle 005 (rez de chaussée) 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

531924193_orig
Bucarest, Juillet 2015 (Cliché S. Ossman)

Présentation des intervenants :

Susan Ossman est à la fois artiste et anthropologue. Depuis 20 ans, elle a mené des recherches sur les questions des médias et des communications. Elle a occupé des postes de chercheur et de Professeur en Europe, aux Etats-Unis et au Maroc.

Depuis 2005, elle a concentré ses recherches sur les « serial migrants » ou migrants multiples. Son ouvrage Moving Matters : Paths of Serial Migration (Stanford University Press, 2012) restitue une partie de ces observations et analyses. L’identité des migrants est souvent pensée en terme de culture et des communautés: l’étude de Susan suggère de devenir plus attentif  aux  diverses expériences de migration des individus, et à leurs influences sur les modes d’identification : dans  un monde en mouvement, la politique sera de plus en plus « chorégraphique. »

Continuer la lecture de 15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

Mise en ligne. Colloque « Figurer l’exil » 14-15 mars 2014

Mise en ligne, grâce au toujours remarquable travail de l’ESCOM-AAR, des captations du colloque « Figurer l’exil », coordonné par A. Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier et Alexis Nuselovici-Nouss.

Le colloque « Figurer l’exil » s’est tenu dans le très bel Hôtel de Lauzun, siège de l‘Institut d’Etudes avancées de Paris, les 14 et 15 mars 2014. Les captations ont été segmentées en plusieurs séquences.

VENDREDI 14 MARS 2014

1/ Eprouver (le rendu du vécu) 

Introduction : Gretty Mirdal (IEA-Paris) et Olivier Bouin (CEM)

Panel : Alexis Nuselovici, Christiane Vollaire, Sylvain George,

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

2/ Eprouver (le rendu du vécu) partie 2

Alain Brossat, Eugenia Vilela (communication lue par Evelyne Neuvelt)

erouver2
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

3/  Imaginer (les images et les formes)  partie 1

Sara Guindani-Riquier , Boris Chukhovich, Philippe Bazin

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

4/  Imaginer (les images et les formes)  partie 2

Sara Guindani-Riquier, Soko Phay-Vakalis, Sophie Ernst

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

5/ Table-ronde « Exils, migrations, mobilités dans l’oeuvre de Jochen-Gerz »

Octave Debary, Jochen Gerz, Gérard Wajcman

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

 

 

6/ « Chants de l’exil » Concert de Marlène Samoun

avec Marlène Samoun et Pascal Storch

samoun
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

 

 

SAMEDI 15 MARS 2014

7) Exposer (la scène  muséale et patrimoniale) partie 1

Alexandra Galitzine-Loumpet, Jordi Font Agulho, Xavier Roth

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

8) Exposer (la scène  muséale et patrimoniale) partie 2

Alexandra Galitzine-Loumpet, Anne-Marie Losconczy, Marta Craveri, Costanza Meli (traduction Sara Guindani-Riquier),  Fabienne Dorey, Isabelle Roussel

exposer4
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

9/ Mémorer (le temps et le souvenir) 

Gretty Mirdal, Céline Masson,  Lucie Campos

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

10) Table-ronde : « Témoigner de Lampedusa »

Alessia Capasso, Alexis Nuselovici (Nouss),  Michele Ciacciofera et François Koltès,

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo.
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

 

 

 

 

 

 

 

Figurer lexil affiche-A3-150

 

 

 

Rencontre du 21 Février 2013. Objets de l’exil II. Objets absents /Objets de l’absence. Debesh Goswami, Catherine Servan-Schreiber, Laure Wolmark

 

Photo Galerie Hélène Lamarque, Paris

Intervenant : Debesh Goswami

Discutantes : Catherine Servan-Schreiber (CEIAS, CNRS-EHESS), Laure Worlmark (Comede)

14h30-18h, salles 640-641, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

Eléments bio-bibliographiques

Debesh Goswami dans son atelier parisien, avec les sculptures du jeu
d’échecs sans échiquier (photo Dominique Champion)

GOSWAMI Debesh vit et travaille entre Rennes, Paris et Calcutta. Formé  à la   Rabindra Bharati University, Kolkata, Inde (Bachelor of Arts, 1994) et à  l’Université de Rennes 2 (doctorat en 2001), il est professeur à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes. Son oeuvre interroge le corps et les frontières, et plus largement, le déplacement, territorial et culturel. Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles, en Inde et en Europe, depuis 1996, parmi lesquelles :  « A place called body » (Galerie Hélène Lamarque Paris, France, 2008), « Bread for everybody »(Champs Libres, Rennes, 2008),  « Uprooted » ( Galerie Chemould, Kolkata, India, 2005), «  »Flexible borders » (Galerie du Haut Pavé, Paris, France, 2004),  « Existence », (Ashutosh Centenary Hall, Indian Museum, Kolkata, India, 2003), « Sculptures and drawings » (Artmediair Gallery, The Hague, Netherlands, 2003), « Body into temple into body » (Galerie Atelier ADAC, Paris, France, 2003), « From my garden », Cité Internationale des Arts, Paris, France, 2002), « Installation »  (Bangladesh National Museum, Dhaka, Bangladesh, 2001). Il a également participé à diverses expositions collectives, à Hong-Kong, aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Enfin, il a été lauréat de différents prix (Prix de Sculpture, Annual Exhibition of Rabindra Bharati University, Inde 1990 & 1993) et résidences d’artistes en Pologne, aux Etats-Unis et en France (Drac Bretagne, Cité internationale des Arts, France).  Site personnel

SERVAN-SCHREIBER Catherine, chargée de recherche au Centre d’Etudes de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS, CNRS, Ehess). Chargée de cours à l’Inalco (littérature médiévale indienne). S’intéresse à l’histoire de la musique en migration, et plus précisément, l’histoire de la musique indienne à l’Ile Maurice , au Surinam et au Trinidad. Dirige l’équipe « La diaspora indienne de l’Océan Indien après l’engagisme ». Co editrice du volume « Diaspora indiennes dans la vile, Hommes et Migrations ». Auteur de « Histoire d’une musique métisse à l’île Maurice. Chutney indien et séga Bollywood » (2010).S’intéresse à l’intégration des artistes indiens dans la Cité.

 WOLMARK  Laure devient psychologue clinicienne après des études de philosophie. Elle oriente ses recherches et sa pratique dans le champ de la clinique de l’exil et de la violence, ce qui la conduit à devenir volontaire pour Médecins sans Frontières en tant que psychothérapeute, puis comme coordinatrice spécialisée dans les contextes de violence et de conflits armés. Son engagement dans la clinique de l’exil et de la violence se prolonge désormais en région parisienne au Comede (Comité médical pour les exilés), où elle poursuit l’expérience de la pratique clinique avec des interprètes. Parmi ses publications :« Une mission à Aceh »,  PsychoMedia, 2005. « Portraits sans visages, des usages photographiques de la honte », Revue Science et Video, Université d’Aix-en Provence, 2010.« Santé mentale des migrants, mieux caractériser pour mieux soigner », », Bulletin d’épidémiologie hebdomadaire, n°2-3-4/2012, Santé et recours au soin des migrants en France.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr