Archives par mot-clé : Arts de l’exil

15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

NLE 15 octLe 15 octobre 2015, le programme Non-lieux de l’exil accueille le projet « Moving Matters Traveling Workshop » coordonné par Susan Ossman pour une séance de réflexions communes autour des notions d’exil, de migration,  d’expérience et de représentation en préparation du projet de colloque en deux temps en mars prochain : Los Angeles (University of California Riverside) et Paris.

Intervenants : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Alice Peinado, Eugenia Vilela .

Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici (Nouss)

Lieu et heures : 16h30-19h30 Immeuble France Salle 005 (rez de chaussée) 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

531924193_orig
Bucarest, Juillet 2015 (Cliché S. Ossman)

Présentation des intervenants :

Susan Ossman est à la fois artiste et anthropologue. Depuis 20 ans, elle a mené des recherches sur les questions des médias et des communications. Elle a occupé des postes de chercheur et de Professeur en Europe, aux Etats-Unis et au Maroc.

Depuis 2005, elle a concentré ses recherches sur les « serial migrants » ou migrants multiples. Son ouvrage Moving Matters : Paths of Serial Migration (Stanford University Press, 2012) restitue une partie de ces observations et analyses. L’identité des migrants est souvent pensée en terme de culture et des communautés: l’étude de Susan suggère de devenir plus attentif  aux  diverses expériences de migration des individus, et à leurs influences sur les modes d’identification : dans  un monde en mouvement, la politique sera de plus en plus « chorégraphique. »

Continuer la lecture de 15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis