Archives par mot-clé : asile

« La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky est professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’ INALCO, chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques* ET psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 à l’hôpital Avicenne. Si cette dernière part de ses compétences est celle qui apparaît le plus directement dans l’ouvrage qu’elle vient de faire paraître La voix de ceux qui crient, rencontre avec les demandeurs d’asile (Albin Michel mars 2018) il me semble que la restitution et l’interprétation des voix exilées en consultation de psycho-trauma procède de l’un et l’autre,  précieux lien qui entend doublement – sans culturaliser ni essentialiser, mais sans déculturaliser ni décontextualiser non plus.

Car la confrontation au mal,  à la cruauté et à la mort a un effet immédiat, celui de « mettre le champ culturel en ruine », détruisant directement les fondements du lien social et de la possibilité de sens: « Lorsque le demandeur d’asile est envahi par la violence traumatique, » poursuit Marie-Caroline  Saglio Yatzimirsky  « c’est l’expérience du mal souffert qui revient, ce qu’il a subi, sa passivation. Il a également expérimenté comme témoin et comme victime, le mal commis par celui qui a tué. Il a éprouvé la double face du mal, à la fois en autrui et potentiellement en lui » (pp..50-51).

Et voici entendue et restituée la voix de Raj, tamoul de Sri Lanka, exposé à la guerre par le fait même d’être tamoul, incapable de manger du riz, base de son régime alimentaire et donc de la socialisation par le partage de la nourriture, parce que le plat de riz est associé à cette bombe qui fait exploser des enfants et disperse leurs corps dans la marmite. « Quant les autres enfants sont revenus » arrive à raconter Raj « ils ont enlevé les bouts dans le bouillon et se sont servis. Ils crevaient de faim… » (p.46)

Continuer la lecture de « La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014

IonTheodorescu Ovidius in exile
Ion Theodorescu-Sion « Ovidiu în exil » (1915)

Les îles et l’exil, sinon l’exil en ses îles, trament une longue histoire commune,  de bannissement en refuge.  Etape vers une terre désirée ou destination finale, les îles peuvent être miettes de pays ou Etats souverains. Elles n’en constituent pas moins,  de Chypre à Lampedusa, des Marquises à l’Irlande, des territoires singuliers, laboratoires où se condensent et s’inventent de communautés et nouvelles frontières, géographiques, socio-politiques et culturelles;  où s’accommodent des cohabitations entre insulaires anciens et néophytes, visiteurs et migrants en transit, désir de rester et obligation de partir. L’île est un espace d’où questionner le reste du monde, mais aussi le moyen d’interroger l’altérité et la localité. De penser la place en pensant l’écart et le passage.

Continuer la lecture de Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014