Archives par mot-clé : conflictualités

Chercheurs & étudiants en exil : Catégorisations, assignations, émancipations dans l’ESR – 8 nov. 2023

Chercheurs & étudiants en exil : catégorisations, assignations, émancipations dans l’enseignement supérieur et la recherche.

1ère séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”. 

8 novembre 2023, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des HumanitésCampus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France (lien zoom  :
https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 ). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin.

avec :

  • Shumona SINHA (Romancière)
  • Liora ISRAËL (sociologue, EHESS)
  • Paula BENASSULY-ARRUDA  (juriste, CREDA/IHEAL, Sorbonne Nouvelle, Lauréate Pause)
  • Rudi OSMAN  (Union des Étudiants exilés)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma, Sophiapol et ICM) & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (Cessma-Inalco, ICM)

Argumentaire

Pour la 14e année des Non-lieux de l’exil, la séance introductive, élaborée dans le cadre d’un  partenariat avec UXIL, portera sur les catégorisations des chercheurs / artistes / étudiants en exil. Les mentions “chercheurs et artistes en exil », ou encore « at risk », « endangered », « entravés » ou « empêchés », désignent à la fois une situation de crise pour l’exercice des libertés académiques individuelles et collectives et des procédures allégées d’accueil en urgence  – à l’instar du programme PAUSE depuis 2017. De la même façon, si des dispositifs spécifiques d’accès des étudiants exilés à l’enseignement supérieur sont invoqués par des directives interministérielles pour l’intégration, ils sont également très soutenus par des réseaux associatifs spécialisés ( Réseau MEnS, UEE,..) et des initiatives collectives d’enseignants chercheurs au sein de leurs institutions, à l’instar du programme UXIL. Pour fondamentaux que soient ces engagements pour la protection et/ou la visibilité des difficultés spécifiques rencontrées en exil, les accueils de chercheurs en danger restent provisoires et l’entrée des étudiants tient encore insuffisamment compte des contraintes familiales et professionnelles,  souvent genrées. Une ambivalence se met ainsi en place, entre une condition d’exil offrant des voies privilégiées  d’émancipation dans l’ESR et une assignation durable à  l’exil,  voir une essentialisation. Comment « sortir de l’exil » ou de catégorisations entrecroisées parfois discriminantes, distinguant par exemple les chercheurs et artistes confirmés « en danger » des étudiants « réfugiés » qu’ils en aient ou non le statut ? Comment poursuivre recherche, enseignement et études en dehors des programmes spécifiques d’accueil pour réfugiés ou exilés ?   Ces questions seront abordées en croisant différentes analyses et acteurs.

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Chercheurs & étudiants en exil : Catégorisations, assignations, émancipations dans l’ESR – 8 nov. 2023

Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

Exil : conflictualité et émancipation

2023-2024

Un mercredi par mois, 17h-20h – voir ci-dessous, argumentaire et dates

Programme en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre , le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245), le Sophiapol (Université de Nanterre) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.  Comme chaque année les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – le programme spécifique est en cours de finalisation. Chaque séance fait l’objet d’une annonce spécifique. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.

Argumentaire 

L’exil désigne une condition et une expérience : exil politique, exil économique, exil intérieur. Dans cette perspective, tout exil relève toujours du politique. Il effracte l’intime des parcours de migration et d’exil. Ce noyau commun de l’exil lui confère ainsi une historicité que le seul déplacement dans l’espace – la migration – ne possède pas. Plus encore, parce qu’il n’est pas une catégorie juridique ni un statut, l’exil permet de penser ensemble la migration et l’intégration ou l’installation,  les lieux de départ, de transit et d’arrivée, le là-bas et l’ici, l’avant et le maintenant, les réseaux de soutien et les communautés déterritorialisées, l’arrachement et le déracinement, les attentes et les projections, les langues et les imaginaires. Dès lors, la question de la légitimité de l’expérience se pose autrement que pour celle de la migration stricto-sensu : si elle est avant tout celle des personnes en exil dans la singularité de chaque parcours, elle peut et est en partie partagée, en rebond et dans le contre-coup par celles et ceux qui font face aux expériences de l’exil et y participent par leurs engagements dans différents espaces, contre les politiques de contrôle ou de rejet, entre co-constructions et frictions.

Pour sa 14ème année consécutive, le collectif Non-lieux de l’exil a choisi de réfléchir autour du thème  Exil : conflictualité et émancipation. Conflictualité, en premier lieu, pour désigner le « heurt avec le pouvoir » (Foucault 1977) des personnes exilées  et les territoires de luttes qui se déploient face aux effets des lois successives pour le contrôle de l’immigration et les politiques assumées de xénophobie sélective (de race, de classe, de genre)tendant à reconduire, pour beaucoup, les formes historiques de la domination coloniale.

Continuer la lecture de Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.