Archives par mot-clé : corps

MUROS de Né Barros / TEATRO NACIONAL SÃO JOÃO, partenariat Non-lieux de l’exil

En lien avec le séminaire EHESS Non-lieux de l’exil (coord. Alexandra Gaitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Eugenia Vilela et Christiane Vollaire) et précisément du cycle Murs codirigé par Chowra Makaremi et Eugenia Vilela,   séance MURS II, Murs, corps & art, présentée par Eugenia Vilela, cette création chorégraphique de Né Barros (Balleteatro), élaborée en partenariat avec l’Instituto de Filisofia (U. do Porto), le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge et le programme Non-lieux de l’exil.

MUROS sera jouée les 27, 28 et 29 avril 2017 au TEATRO NACIONAL SÃO JOÃO. Des extraits seront projetés pendant la séance Murs II – Murs, corps & art le 04 mai à Paris (EHESS, salle A5, 5 ètage).

Continuer la lecture de MUROS de Né Barros / TEATRO NACIONAL SÃO JOÃO, partenariat Non-lieux de l’exil

SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Le 04  mai  2017 se poursuit le cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugénia Vilela (Université de Porto IF/ FCT)

Séance 2 : Murs, corps & art

17 h à 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle A05-51 (5 ème étage) Entrée libre

Avec  : 

  • Né Barros (chorégraphe, chercheurse Université de Porto/ IF)  – Murs : un projet chorégraphique. Corps, dispositifs et séparation / en lien avec la création « Murs » présentée au Théâtre National São João,  Porto, le 28 avril 2017
  •  Eugénia Vilela (philosophe, Université de Porto IF/FCT) – Ce corps est plein de morts. Déplacements et résistance.
  • Zornitza Zlatanova (psychologue clinicienne et danseuse, COMEDE) –  Du 115 au 104. Le mouvement danse comme foyer d’asile

Coordination : Eugenia Vilela (Université de Porto IF/FCT)

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Agenda Avril / Mai 2017 : 26 avril – Passion et engagement / 4 mai – Murs, corps & art / 5 mai – Objets dans la migration et l’exil

 Un riche programme pour les prochaines rencontres organisées par le programme Non-lieux de l’exil en partenariat avec différents institutions.

Entrée libre pour toutes les rencontres.

26 avril 2017 Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

En partenariat avec le Comede, Comité pour la santé des exilé.e.s et Migrobjets/Inalco (coordination : Laure Wolmark) 14h-17h30 Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris

Avec : Elodie Boublil (philosophe), Evangéline Masson-Diez (militante, chercheure), François Lemore (Emmaüs, ancien directeur de Awel), Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Anthropologue, Inalco), Laure Wolmark (Comede)

4 mai 2017 Cycle MURS 1 –  Murs, corps et art / Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL (17-20h)  (coord. Alexandra Galitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Eugenia Vilela et Christiane Vollaire).  Séance coordonnée par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Programme Philosophy, Aesthetics & Knowledge, Université de Porto).

Continuer la lecture de Agenda Avril / Mai 2017 : 26 avril – Passion et engagement / 4 mai – Murs, corps & art / 5 mai – Objets dans la migration et l’exil

Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

ATELIER D’ECRITURE PLURILINGUE sur L’EXIL

réalisé dans le cadre du colloque « Etudier l’exil » (1), samedi 23 mai 2015 (9h30-12h30) au MUCEM. Coordination : Sara Greaves (LERMA, AMU) et Jean-Luc Di Stefano (IDEC, AP-HM), association Ecrits et voix.

syrCet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Nous remercions chaleureusement la CIMADE pour son soutien et son aide, Marie-Jeanne Vérot et Jean Robert de l’association Ecrits et voix, ainsi que tous les participants.

Plan de l’atelier / Méthodologie

 

Marionnettes et marionnettistes : Lecture en anglais puis en français d’un poème de Sujata Bhatt, poète née en 1956 à Ahmedabad, Inde, qui a quitté son pays à l’âge de 12 ans pour les Etats Unis, aujourd’hui domiciliée en Allemagne. Ce poème ne traite pas directement de l’exil :

Continuer la lecture de Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

Femme(s) & exil(s). 17 decembre 2015. Sedef Ecer, Chowra Makaremi, Monique Selim, Laure Wolmark

nle 17 dec 15Femme(s) et exil(s)

séance du 17 décembre 2015, 17h-19h30

Femme(s) et exil(s) : ce double pluriel met en regard la multiplicité des situations et des vécus. Au-delà du fait migratoire (un tiers des migrants sont aujourd’hui des migrantes), les expériences féminines de l’exil recouvrent un champ bien plus vaste et cumulé : constructions socio-culturelles du genre et du sexe, exploitation du corps féminin, accès diversifié au travail, essentialisations culturelles et religieuses… Cette énumération non exhaustive souligne déjà la spécificité constitutive des récits, mais aussi des traumas, du sujet féminin en exil, que cette rencontre voudrait contribuer à préciser en liant l’analyse macro et micro sociologique,  les expériences individuelles et les prises en charge, le biographique et sa restitution.

Avec Sedef ECER, Chowra MAKAREMI,  Monique SELIM, Laure WOLMARK

17h-19h30, salle CNRS 638, Batiment Le France, 190-198 av. de France 75013 Paris (M°Quai de la gare, Bus 89)

Entrée libre (inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr)

Présentation des intervenantes :

Continuer la lecture de Femme(s) & exil(s). 17 decembre 2015. Sedef Ecer, Chowra Makaremi, Monique Selim, Laure Wolmark

Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Une fois n’est pas coutume, ce billet est une réaction, à chaud, à un article publié par Le Monde en ligne du 28 aout 2015 avec deux titres : sur la page d’accueil « Argent, souvenirs, écrits… ce que les migrants retrouvés morts avaient sur eux », et après ouverture   « « Gazelle », le poignant texte de rap retrouvé parmi les corps de migrants ».

Au-delà du glissement sémantique, déjà signifiant, il a en effet beaucoup à écrire à propos de  ce court article signé par Salvador Aloïse reprenant en  partie le travail de deux journalistes d’un quotidien italien.

Retour sur texte.

Cela commence ainsi :

« Jusqu’ici, ils n’étaient connus qu’à travers un chiffre et une date : les 49 cadavres du 15 août. Un parmi les nombreux naufrages de cet été, le long de la route des migrants, dans le canal de Sicile. Mais ce chiffre commence à « parler » : on sait à présent comment certains de ces hommes, enfermés dans la cale de l’embarcation qui devait les mener vers l’Italie, ont passé les derniers moments de leur vie. »

Continuer la lecture de Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet

P1140643Pirogues – le vol

Vol Bruxelles-Yaoundé, le 24 juillet 2015. Embarquement normal, aéroport de Bruxelles.  A l’arrière de l’appareil, dans les tarifs les plus économiques, les passagers sont presque tous assis. Bagages à main empilés, personnes installées,  conversations nouées entre voisins. On vante Douala ou Yaoundé, on parle vacances au pays. Les enfants regardent le programme des jeux et des films.  Je remarque la rubrique « Films Africains »  et, parmi trois titres,   La pirogue de Moussa Touré (2012) – les films ‘africains’ sont presque toujours d’Afrique de l’Ouest, mais ce fait est légèrement étonnant pour une compagnie belge.  J’avais déjà vu cette coproduction franco-sénégalaise décrivant l’errance d’une pirogue et le terrible destin de ses passagers en Méditerranée dans un vol Air France pour la même destination, à la fois émue par le film et troublée par sa programmation dans un vol à destination de l’Afrique. Me souvenant d’une discussion lors d’un colloque sur le rire que ce film avait suscité lors d’une projection à Dakar[1], je me promets de le revoir une fois encore.  Un pré-décollage sans histoire donc, des passagers heureux du départ imminent, des enfants qui s’agitent et des bébés qui pleurent.

C’est sans doute la raison pour laquelle les hurlements étouffés n’ont pas été immédiatement identifiés comme tels, ni par mes voisins immédiats ni par moi-même. Il a fallu qu’ils se répètent, incompréhensibles comme les vagissements terrifiés, amplifiés, d’un nouveau-né pour que je me lève avec ma voisine. D’autres étaient déjà debout. Au fond de l’appareil, on ne voyait que des hommes en uniforme, de dos, masquant quelqu’un qui criait. D’abord personne n’a tout à fait compris ce qui se passait. Puis les rangs les plus proches ont décrit au fur et à mesure : quatre ou cinq hommes de la police des frontières,  vêtus de bleu foncé, mains gantées de noir, tentaient d’attacher sur un siège un clandestin qui se débattait, le bâillonnant.

Continuer la lecture de Pirogues- le vol. Texte de A. Galitzine-Loumpet