Archives par mot-clé : Déplacement

Assignations spatiales / Confinement humanitaire – journées d’étude 16-17 juin 2022, Nice

Non-lieux de l’exil participe aux journées d’étude  Assignations spatiales organisées par  l’Association Française des Anthropologues (AFA)  en partenariat  avec l’axe 1 du LAPCOS (UPR 7278 Université côte d’Azur) et dans le cadre des activités de la MSHS Sud-Est (axe 4)

 

Programme :

Jeudi 16 juin 2022

Rencontres avec des associations de soutien aux exilé.e.s à Vintimille, co-production de cartes sensibles. Inscription à l’adresse-mail : afa.vintimille@gmail.com 

14h – Introduction et présentation du projet « Antenne sud » de l’AFA par Laurent Sébastien Fournier (anthropologue, Université Côte d’Azur)

15h – Présentation de travaux des membres de l’axe 1 du LAPCOS (anthropologie, psychanalyse, histoire de l’art), dont la thématique générale est « Territoires et environnements : approches plurivoques de l’habiter »

• Agnès Jeanjean (anthropologue, Université Côte d’Azur) : Habiter les restes

• Frédéric Vinot (psychanalyste, Université Côte d’Azur) : De la production sociale à la production psychique de l’espace

• Philippe Hameau (anthropologue, Université Côte d’Azur) : Les graffiti en milieu carcéral : entre l’individuel et le collectif

17-20h – Présentation du web-documentaire « Des aires » de Gaëlla Loiseau (docteure en sociologie, présidente de l’ARCE Bistrot des ethnologues de Montpellier), puis débat avec l’auteure.

Vendredi 17 juin 2022

Continuer la lecture de Assignations spatiales / Confinement humanitaire – journées d’étude 16-17 juin 2022, Nice

Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de “Ailleurs, partout” (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de Ailleurs, partout (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

 

Trailer en cliquant sur l’image.

     En premier lieu, la rencontre tient des voix qui « parlent » le film d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter :  la voix de Shahin,  émue, retenue, pudique, lorsqu’il parle à sa mère, à sa sœur ou à sa tante, les leurs en retour, les rires et larmes de leurs échanges ; la voix de Shahin neutre, froide et patiente lorsqu’il rejoue les questions-réponses du Home Office, l’équivalent britannique de l’OFPRA ; sa voix lorsqu’il dialogue avec les réalisatrices par messages whatsapp, réfléchissant en quelque sorte à voix haute sur sa condition de demandeur d’asile, son rapport au monde ; la voix du commentaire également, portée par Vivianne Perelmuter qui rapporte l’altération de Shahin.  Multivocalité donc, orale et écrite, en trois langues – persan, anglais, français -,   et autant de rythmes, de tonalités, d’inscriptions subjectives dans les langues et les adresses, d’arrière-plans sonores – musiques, bips parasites -, de silences, d’élisions. Une dernière voix aussi, visuelle celle-ci, avec sa propre texture, qui serait moins composée des images elles-mêmes, reprises de caméras de télésurveillance, que de la voix propre du montage, performative, tour à tour resserrant ou ouvrant l’échelle, matérialisant l’impuissance du désir et son inquiétante étrangeté.

Dans le 3e paragraphe de l’introduction de sa conférence inaugurale au Collège de France du 2 décembre 1970, intitulée L‘ordre du discours, Michel Foucault écrit :

« Le désir dit : « Je ne voudrais pas avoir à entrer moi-même dans cet ordre hasardeux du discours ; je ne voudrais pas avoir affaire à lui dans ce qu’il a de tranchant et de décisif ; je voudrais qu’il soit tout autour de moi comme une transparence calme, profonde, indéfiniment ouverte, où les autres répondraient à mon attente, et d’où les vérités, une à une, se lèveraient ; je n’aurais qu’à me laisser porter, en lui et par lui, comme une épave heureuse. » Et l’institution répond : « Tu n’as pas à craindre de commencer ; nous sommes tous là pour te montrer que le discours est dans l’ordre des lois ; qu’on veille depuis longtemps sur son apparition ; qu’une place lui a été faite, qui l’honore mais le désarme ; et que, s’il lui arrive d’avoir quelque pouvoir, c’est bien de nous, et de nous seulement, qu’il le tient. »

Continuer la lecture de Tentative d’inversion de l’ordre du discours. A propos de “Ailleurs, partout” (2020) d’Isabelle Ingold et Vivianne Perelmuter

Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

Seconde séance de janvier 2019:

Exil :  interpréter, interargir / dispositifs d’artistes

( attention 17-20h, salle 2, 105 bd Raspail 75006 Paris, entrée libre)

avec Emmanuel GUILLAUD, Malik NEJMI, Guy  WOUETE, artistes.

Discutante : Dominique Malaquais (historienne de l’art et critique). Coordination : Alexandra Galitzine Loumpet

F​aire face à l’exil engage les positions des artistes, une réflexion sur leurs pratiques​. Eviter l’obscène de l’esthétisation du politique, co-agir et co-signer avec des exilés, montrer ou non les visages, ouvrir un espace politique, trouver place dans les espaces de monstration postcoloniaux, questionner les assignations des exilé.e.es à partir de celles faites aux artistes ou aux identités minorisées, seront discutés pendant cette séance.  Récemment Guy Wouété posait la question suivante, à propos de ses créations dans les camps et campements à Malte ou Calais, centrale dans ce propos : comment fait-on pour être noir sans être assigné migrant aujourd’hui ?  ​Plus largement, comment interroger les dispositifs d’artistes face à l’exil, en relation avec ceux de la recherche ?

Bandeau : Emmanuel Guillaud, installation “Brûler les abîmes”.  Photo Christelle Maly 2017 December 01_09424 (courtoisie)

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de Exil : Interpréter, interargir. Dispositifs d’artistes / SÉMINAIRE NLE-IRIS, 14 janvier 2019

EXIL & EMPREINTES DU CORPS / SÉMINAIRE EHESS IIAC/NLE (5) 14 FEVRIER 2018

La 5ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu, exceptionnellement, le mercredi 14 février 2018 de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone) Entrée libre

Exil & empreinte du corps

 

Displacement© Tanz im August, Dajana Lothert 2016

Modération & coordination  :  Eugenia Vilela (philosophe, Université de Porto, IF/FCT) 

Avec :

  • Eugenia VILELA (philosophe, Université de Porto, IF/FCT) – Chorégraphies de l’exil. Corps, traces, politique
  • Mithkal ALZGHAIR (Chorégraphe et danseur) :- Reflet de la violence du système sur nos expériences physiques.
  •  Fernando José PEREIRA   (Artiste, Université de Porto, I2ADS) – The trap of light – notes on art in exiled existence

 Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de EXIL & EMPREINTES DU CORPS / SÉMINAIRE EHESS IIAC/NLE (5) 14 FEVRIER 2018

Vidéo. Murs (3) : (Im)matérialité des murs / 01 juin 2017

Captation de la séance  du séminaire IRIS (EHESS-CNRS) / NON-LIEUX DE L’EXIL Murs (3) : (Im)matérialité des murs

Avec :  Anne-Laure Amhilat Szary (Géographe, Université de Grenoble) & Philippe Rekacewicz (Géographe, University of Helsinki)

Coordination : Chowra Makaremi / modération : Clara Lecadet

Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

Attention : des difficultés de lecture peuvent ponctuellement survenir sur chrome. La vidéo est également accessible sur https://medihal.archives-ouvertes.fr/ 

Vidéo. Murs (1) Séparations & politiques de l’asymétrie / 2 mars 2017

Captation vidéo de la séance du séminaire IRIS (EHESS-CNRS) / NON-LIEUX DE L’EXIL du 02 mars 2017 : Murs (I) Séparations & politiques de l’asymétrie.

Avec : Stéphanie Latte Abdallah (CNRS-CERI) , Chowra Makaremi (IRIS)   Damien Simonneau (Paris 13)

Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo.

 

Attention : des difficultés de lecture peuvent ponctuellement survenir sur chrome. La vidéo est également accessible sur https://medihal.archives-ouvertes.fr/ 

SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Le 04  mai  2017 se poursuit le cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugénia Vilela (Université de Porto IF/ FCT)

Séance 2 : Murs, corps & art

17 h à 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle A05-51 (5 ème étage) Entrée libre

Avec  : 

  • Né Barros (chorégraphe, chercheurse Université de Porto/ IF)  – Murs : un projet chorégraphique. Corps, dispositifs et séparation / en lien avec la création “Murs” présentée au Théâtre National São João,  Porto, le 28 avril 2017
  •  Eugénia Vilela (philosophe, Université de Porto IF/FCT) – Ce corps est plein de morts. Déplacements et résistance.
  • Zornitza Zlatanova (psychologue clinicienne et danseuse, COMEDE) –  Du 115 au 104. Le mouvement danse comme foyer d’asile

Coordination : Eugenia Vilela (Université de Porto IF/FCT)

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017