Archives par mot-clé : Déplacement

SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Le 04  mai  2017 se poursuit le cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugénia Vilela (Université de Porto IF/ FCT)

Séance 2 : Murs, corps & art

17 h à 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle A05-51 (5 ème étage) Entrée libre

Avec  : 

  • Né Barros (chorégraphe, chercheurse Université de Porto/ IF)  – Murs : un projet chorégraphique. Corps, dispositifs et séparation / en lien avec la création « Murs » présentée au Théâtre National São João,  Porto, le 28 avril 2017
  •  Eugénia Vilela (philosophe, Université de Porto IF/FCT) – Ce corps est plein de morts. Déplacements et résistance.
  • Zornitza Zlatanova (psychologue clinicienne et danseuse, COMEDE) –  Du 115 au 104. Le mouvement danse comme foyer d’asile

Coordination : Eugenia Vilela (Université de Porto IF/FCT)

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

IMMOBILISER LES MIGRANTS : LES ENJEUX D’UN OXYMORE

Par définition, la migration suppose le mouvement, une dynamique vitale qui pousse à quitter un lieu d’origine devenu inhabitable, pour des raisons sociales, économiques, et pour cette raison même toujours politiques (puisque les choix sociaux et économiques relèvent des décisions politiques).

Être « migrant » n’est pas une essence, mais caractérise le moment d’un parcours, et, pour beaucoup, le désir d’un devenir sédentaire, d’un devenir citoyen.

Le choix par lequel des décideurs politiques vont assigner ces devenirs, et réduire ces potentiels est celui d’une triple alternative :

– le renvoi vers le pays qu’on a fui;

– dans le pays d’accueil ou de transit :

  •    la clandestinité
  •    l’enfermement.

Aucun de ces choix ne coïncide avec celui des exilés, aucun ne suppose que leur avis soit requis, aucun ne suppose qu’ils puissent être considérés non seulement comme des sujets de droit, mais comme des sujets tout court. Aucun ne suppose qu’ils puissent prendre place dans un devenir commun, ni faire l’objet d’une représentativité collective.

Continuer la lecture de Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

Exils & Utopies. 15 juin 2016

(c) Laurent Malone
(c) Laurent Malone

EXILS & UTOPIES

en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, EHESS-CNRS)

15 juin 2016 -14h30-17h30,  salle du conseil A (EHESS)

190 avenue de France, 75013 Paris entrée libre

avec :   Charlotte Cauwer, Jean-Baptiste Eczet,  Antoine Hennion,  Sebastien Thiery, membres du collectif PEROU

Discutants : Grégoire Cousin (MigRom, FMSH) & Clara Lecadet (LAUM-IIAC, EHESS)   

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & NLE) , Chowra Makaremi (IRIS-EHESS & NLE), Christiane Vollaire (NLE)

Présentation des intervenants

Continuer la lecture de Exils & Utopies. 15 juin 2016

Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

ATELIER D’ECRITURE PLURILINGUE sur L’EXIL

réalisé dans le cadre du colloque « Etudier l’exil » (1), samedi 23 mai 2015 (9h30-12h30) au MUCEM. Coordination : Sara Greaves (LERMA, AMU) et Jean-Luc Di Stefano (IDEC, AP-HM), association Ecrits et voix.

syrCet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Nous remercions chaleureusement la CIMADE pour son soutien et son aide, Marie-Jeanne Vérot et Jean Robert de l’association Ecrits et voix, ainsi que tous les participants.

Plan de l’atelier / Méthodologie

 

Marionnettes et marionnettistes : Lecture en anglais puis en français d’un poème de Sujata Bhatt, poète née en 1956 à Ahmedabad, Inde, qui a quitté son pays à l’âge de 12 ans pour les Etats Unis, aujourd’hui domiciliée en Allemagne. Ce poème ne traite pas directement de l’exil :

Continuer la lecture de Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Une reterritorialisation symbolique.

"A genuine_harem skirt at Ellis Island" Wikicommomns
« A genuine harem skirt at Ellis Island » (1913) Wikicommomns

Intervention de Cécile Oumhani le 3 mars 2016, lors de la rencontre « La langue matérielle de l’exil » (NLE & IRIS)

Penser au « langage matériel de l’exil » suffit à faire déferler des images d’Ellis Island, où les photos en noir et blanc se mêlent à mes propres souvenirs du lieu. Avant de parler d’une visite qui remonte au début des années 1990,  je dois évoquer mon premier passage à New York en 1963, soit moins de dix ans après la fermeture d’Ellis Island, le 12 novembre 1954.

Continuer la lecture de Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet

Traduire Calais.

 Traverser.

66Aller à Calais, traverser des frontières déplacées. Je suis partie à Calais, rejoindre deux membres des Non-lieux de l’exil. Avec hésitation, avec l’inquiètude d’une obscénité du regard. Erreur. On passe la frontière du camp et cette frontière nous transperce. Espace de confinement, le camp condense les heures et les densifie. Le vif de l’exil mobilise le cœur de l’intelligence et le déroute,  aiguise une ardeur qui suffit en elle-même à transformer la stupeur en ébranlement de l’être. Quatre jours – rien en somme, mais un temps suffisant pour affleurer la complexité du camp, sa force vitale, ses tensions sous-jacentes, ses limites internes, la diversité de ses usagers, de ces temporalités diurnes et nocturnes, la violence de sa destruction aussi. Un temps adéquat pour que cet ersatz de lieu impose l’incomplétude de nos épistémologies sédentaires[1], pour que les mots s’épuisent à rendre compte d’un monde hors du sens commun. Certes, on peut mentir ou omettre à Calais,  mais la condition de l’exilé et celle du visiteur éprouvent leur substance dans l’immédiat présent de la situation.

Continuer la lecture de Traduire Calais (premier retour). Alexandra Galitzine-Loumpet