Archives par mot-clé : documentaire

Le camp de Norrent Fontes (second retour). Phillipe Bazin

Le photographe Philippe Bazin a réalisé  un travail dans les camps de Norrent-Fontes, Calais et la Grande Synthe, fin février 2016.

fd82637d-6125-4034-bbf6-64d8e8024b53 - Copie

 

Ces oeuvres seront publiées progressivement. Certaines sont déjà en ligne sur son site  : http://www.philippebazin.fr/, rubrique Documents critiques.

 

Video. La position documentaire face à l’exil (11 juin 2015)

Captation effectuée par les Archives audiovisuelles de la recherche lors de la séance du 11 juin 2015.

Avec Christianne Vollaire, Philippe Bazin, Claudine Bories et Patrice Chagnard

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Voir également le texte de l’intervention de Christiane Vollaire ici 

et celui de la communication de Philippe Bazin ici.

La position documentaire face à l’exil. Texte de Christiane Vollaire

LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL

http://www.philippebazin.fr/
Ph. Bazin. « Antichambres » (2008) Courtoisie de l’artiste. http://www.philippebazin.fr/

Contribution de Christiane Vollaire,  philosophe, pour la séance « La position documentaire face à l’exil », 11 juin 2015

      C’est d’abord le terme de position qu’il nous faut réfléchir ici, car il relève du vocabulaire guerrier. La position désigne la place à partir de laquelle on va pouvoir combattre, ou sur laquelle on va amener l’adversaire pour le tenir à sa disposition. Elle ne signifie donc pas seulement un espace, mais une posture nécessaire à l’affrontement. On prend position dans l’effort dynamique d’une tension. Et la position est ce qui donne une assise au corps en vue d’exercer une force, de produire un mouvement à partir d’une fondation intérieure, comme le montre à l’évidence la pratique des arts martiaux. L’attitude documentaire est donc bien une position, un choix postural en vue d’un impact spécifique. Et c’est une posture esthétique : celle du refus de l’esthétisation.

Il n’y a positionnement que relativement à un contexte : à qui s’adresse-t-on ? Au nom de quoi parle-t-on ? Que veut-on mettre en évidence ? Que veut-on refuser ? À qui veut-on s’opposer ? Quels objectifs poursuit-on ? À quels risques d’instrumentalisation s’expose-t-on ? À quelle demande répond-on ? À quelle commande a-t-on affaire ? Ces questions ne sont pas seulement résolues par la réflexion, mais très largement par des intuitions qui vont aussi la nourrir. Et d’ailleurs, elles ne sont pas nécessairement résolues. Elles sont aussi négociées ou laissées en suspens. Mais elles doivent être posées.

Continuer la lecture de La position documentaire face à l’exil. Texte de Christiane Vollaire

Objets photographiques – Objet documentaire. Texte de Phillipe Bazin

Objets photographiques – Objet documentaire : À propos dexil et documentaire

008
Philippe Bazin. « Antichambres » (2008). Courtoisie de l’artiste. http://www.philippebazin.fr/

Contribution de Philippe BAZIN, photographe, pour la séance « La position documentaire face à l’exil« , 11 juin 2015

Historique

 Au XIXe siècle, les considérations sur la photographie comme document s’élaborent en regard d’une photographie qui s’est développée comme science, dès sa proclamation devant les grilles de l’Académie des Sciences le 19 août 1839. Ainsi, n’étant pas un objet d’art, elle peut produire un regard désaffecté sur les choses du monde. Peu de gens ont alors le sentiment que le médium photographique interpose entre le monde et l’image une transformation radicale. La photographie est plutôt généralement perçue comme « transparente », n’affectant pas, dans l’image, le monde de ses effets. L’objet photographié peut ainsi apparaître comme étant « copié » dans l’image dont la fonction utilitaire devient patente. C’est en partie ce que tend à montrer The Pencil of Nature[1] de Talbot.

Continuer la lecture de Objets photographiques – Objet documentaire. Texte de Phillipe Bazin

LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

 

© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.
© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.

La position documentaire face à l’exil

Jeudi 11 juin 2015 de 16h30  à 19h30

salles 638-640

Rencontre proposée par Christiane Vollaire.

Avec Philippe Bazin, Claudine Bories, Patrice Chagnard et Christiane Vollaire.

Dans le champ de la photographie comme dans celui du cinéma, la position documentaire s’oppose, d’une manière qui pourrait sembler paradoxale, à celle du reportage : l’esthétique documentaire est la forme donnée à cette position. Et la question de l’exil, dans les enjeux dont elle est porteuse autour de l’espace, nécessite par excellence une manière de se positionner par rapport à son sujet pour lui donner corps.

C’est cette position qu’on interrogera ici, en croisant les problématiques esthétiques à celles des sciences humaines et de la philosophie, dans leur rapport au terrain.

Présentations biographiques

Continuer la lecture de LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

Mise en ligne : « NOIRS ÉCLATS / OR CRUEL », AUTOUR DE L’OEUVRE DE SYLVAIN GEORGE

Mise en ligne sur le site du programme EsCOM-AAR, de la séance du 20 novembre 2014 de l’initiative Non-lieux de l’exil  tenue à la Fondation Gulbenkian,  autour de l’oeuvre du réalisateur Sylvain GEORGE.

« Noirs éclats, or cruel »

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo.
Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.

Avec Sylvain George, Anna-Louise Milne, Regina Mantanika et

Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine-Loumpet

sylvain george_web

Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014

IonTheodorescu Ovidius in exile
Ion Theodorescu-Sion « Ovidiu în exil » (1915)

Les îles et l’exil, sinon l’exil en ses îles, trament une longue histoire commune,  de bannissement en refuge.  Etape vers une terre désirée ou destination finale, les îles peuvent être miettes de pays ou Etats souverains. Elles n’en constituent pas moins,  de Chypre à Lampedusa, des Marquises à l’Irlande, des territoires singuliers, laboratoires où se condensent et s’inventent de communautés et nouvelles frontières, géographiques, socio-politiques et culturelles;  où s’accommodent des cohabitations entre insulaires anciens et néophytes, visiteurs et migrants en transit, désir de rester et obligation de partir. L’île est un espace d’où questionner le reste du monde, mais aussi le moyen d’interroger l’altérité et la localité. De penser la place en pensant l’écart et le passage.

Continuer la lecture de Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014