Archives par mot-clé : dramaturgie

Journée d’étude du 29 mars 2013. Le théâtre et l’exil (NLE/Paris 3/Théâtre aux mains nues/Médiathèque M. Duras)

Journée d’étude

Vendredi 29 mars 2013
14h-18h

Médiathèque Marguerite Duras
75020 Paris (Entrée libre)

Le théâtre et l’exil, argumentaire

A l’occasion de la création au Théâtre aux Mains Nues de « Käthchen, mon amour », dans une mise en scène d’Eloi Recoing, d’après l’œuvre de Heinrich Von Kleist, il nous a semblé propice, dans le cadre des rencontres Non-lieux de l’exil, d’interroger par le prisme de Kleist cette relation entre le théâtre et l’exil.

L’œuvre de Kleist est inséparable de son auteur et de la solitude qui fut la sienne. Exilé dans son époque, trop fragile pour être au monde, dans un monde contraire à tout son être, Kleist s’exila dans son théâtre dans un geste de survie. Cet être inexprimable trouva dans la fiction et le simulacre une réponse provisoire à la crise éthique profonde qu’il traversait.

Il s’est fait le sismographe de sa vie psychique et il a produit un théâtre fantasmatique fort inquiétant. Pouvoir d’inquiétude en effet de ces drames où chaque personnage semble rêver la scène qu’il est en train de jouer. C’est un théâtre de la nuit, écrin de l’exilé, où la langue s’écorche et se blesse à dire l’innommable.
Un théâtre en lisière du rêve, dans l’entre-deux de la conscience, et qui pourtant ne bascule jamais dans l’onirisme. Un théâtre tout en tension, faisant surgir dans le réel un niveau de conscience exacerbé. 

Le cas Kleist est sans doute exemplaire. Son théâtre est le lieu d’une expérience exilique. Et la cage de scène : un laboratoire de la conscience, un lieu de solitude où le sujet, dans un combat de soi avec soi, tente d’échapper à ses propres affects, cherche obscurément l’accès à la vérité de son histoire.

Comme il le rappelle dans son célèbre essai sur le théâtre de marionnette, l’homme est condamné à cette solitude, égaré qu’il est entre deux infinis : le pantin articulé et le dieu.

Au-delà de Kleist, cette dimension « exilante » de la scène, pour celui qui s’y expose, mérite d’être questionnée. Le traducteur, l’acteur, le metteur en scène, sont autant de figures exposées à l’exil : dans leur propre langue, dans les coulisses de leur rôle ou, dans le cas du metteur en scène, condamné à se tenir sur le seuil, entre la scène et la salle, dans ce va-et-vient permanent de projection de soi dans l’autre et de retrait, dans cette distance nécessaire qu’il faut construire avec son sujet, afin que le théâtre soit pour le spectateur une expérience exilique « réussie ».

Programme

Table ronde n°1 La scène comme exil

13h45 Accueil des participants

14h Introduction/présentation

14h15 Première table ronde
Coordination : Eloi Recoing
Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

15h15 Discussion

15h45 Pause café 

Table ronde n°2 Solitude de Kleist

16h15 Introduction/présentation

16h30 Seconde table ronde
Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing,Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

17h30 Echange final

18h Clôture de la journée

20h : Représentation de Käthchen, mon amour
adaptation d’après La petite Catherine de Heilbronn de Kleist
Mise en scène : Eloi Recoing
Marionnettes et théâtre d’acteurs, tout public dès 10 ans.

Au Théâtre aux Mains Nues
Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79
rp.mediation.tmn@wanadoo.fr
Tarifs 5€ / 7€ / 12 €

Théâtre aux Mains Nues 7 square des Cardeurs 75020 Paris
www.theatre-aux-mains-nues.fr
Métro Porte de Montreuil ou Maraîchers, Ligne 9 (10 min à pied)
Porte de Bagnolet, Ligne 3 (10 min à pied)

Partenaires 

  • Programme Non-lieux de l’exil (Fondation Maison des Sciences de l’Homme )
  • Laboratoire International de Recherche sur les Arts (LIRA), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Théâtre aux Mains Nues (7 square des Cardeurs 75020 Paris)

Organisation

  • Alexis Nuselovici (Nouss) (Non-lieux de l’exil/Cardiff University)
  • Eloi Recoing (LIRA/Sorbonne Nouvelle/Théâtre aux Mains Nues)

 

Lieu de la journée
Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet 75020 Paris
Bus : 26, 64, 76, Traverse de Charonne et PC2
Métro Porte de Bagnolet, ligne 3

Réservation auprès du Théâtre aux Mains Nues 01 43 72 19 79

Rencontre du 04 avril 2012 « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux ». Matéi Visniec, Aurélia Klimkiewicz, Elena Prus.

Matéi Visniec « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux »

« Vous avez un léger accent…» – voici une phrase qui m’a été dite un bon millier de fois depuis que je vis en France et qui fut le point de départ de nombreuses conversations intéressantes. D’habitude, je propose à mon interlocuteur un jeu : deviner en trois essais de quelle origine je suis. C’est ainsi que commence une petite leçon de géographie et de culture générale que patiemment j’ai offerte à de nombreuses personnes. En général, je suis transporté dans divers endroits où l’on parle français, mais avec une légère particularité musicale: « Vous êtes Belge ? Suisse ? Québécois ? ». L’homme perd ainsi les trois cartouches que je lui avais offert afin de gagner le jeu, et j’essaie donc de l’aider un peu: « Je viens d’un pays latin mais situé en Europe de l’Est ». A ce stade du jeu, je sens sur le visage de l’homme en face de moi une légère contrariété. Un pays latin en Europe de l’Est ? Quand je dis la Roumanie, mon partenaire de jeu réagit comme s’il avait été heurté par le souffle d’une petite explosion… La Roumanie, bien sûr, évidemment… La Roumanie est un pays latin! Après ça, mon interlocuteur enchaine d’habitude avec la phrase : « Et ça a été dur, j’imagine, pour vous, de continuer votre vie en France ». Et là, je le déçois encore : « Non, je suis heureux dans ce pays ».     

Discutantes : Elena Prus et Aurelia Klimkiewicz

 

Bio-bibliographies

KLIMKIEWICZ Aurelia  est professeur à l’Université York à Toronto où elle dirige présentement le Research Group in Translation and Transcultural Contact. Théoricienne de la traduction, elle s’intéresse à l’herméneutique, la subjectivité du traducteur, l’éthique de la traduction et l’interaction multilingue. Ses travaux les plus récents portent sur l’analyse des commentaires métalangagiers dans la littérature migrante en tant que formes d’auto-dialogue multilingue. Elle a codirigé quatre collectifs et publié plusieurs articles dont « Faire l’épreuve de soi au travers de l’auto-dialogue multilingue. À propos du commentaire métalangagier dans la littérature migrante », « Les configurations chronotopiques de l’exil : de l’exil au post-exil » et « L’interprétation communautaire : un modèle de communication trialogique ». Elle a traduit un livre témoignage, Babouchka de Nadia Erchof-Skrzetuska (2001), le film documentaire Paradis perdu. Paradis retrouvé (2006), et a collaboré à l’adaptation scénique de Le banquet chez la comtesse Fritouille de Witold Gombrowicz pour le Théâtre Prospero (Montréal 2004). Elle est membre du groupe de recherche Poexil depuis sa fondation en 2001 à l’Université de Montréal.

PRUS Elena  Directrice de l’Institut de Recherches philologiques et interculturelles, Université Libre Internationale de Moldova (ULIM). Docteur d’Etat ès lettres, Professeur universitaire. Critique littéraire, spécialiste en littérature française et comparée, fondatrice et rédacteur en chef de la revue scientifique Intertext (ULIM) ; Fondatrice et coordinatrice du colloque international Francopolyphonie, ULIM (éd. 2006-2010) ; Coordonnatrice nationale du projet du Conseil de l’Europe L’éducation pour la démocratie dans une société démocratique (2001-2002). Auteur de plus de 200 publications (parus en France, Roumanie, Etats-Unis, Canada, Syrie, Russie, République de Moldova), parmi lesquelles : Pariziana romanescă: mit şi modernitate [La Parisienne romanesque : mythe et modernité], Iaşi (Roumanie) : Institutul European, 2006 ; Poetica modalităţii la Proust [Poétique de la modalité chez Proust], Kishinev : Ruxanda, 1998.  Po(i)etosfere şi proiecţii hermeneutice [Po(i)etosphères et projections herméneutiques],  Kishinev : Foxtrot, 2009. Page personnelle 

VISNIEC Mateï  Dans la Roumanie communiste de Ceausescu, il découvre dans la littérature un espace de liberté et devient très actif au sein de la génération 80 et commence à écrire des pièces de théâtre en 1977. Auteur interdit à partir de septembre 1987, il demande asile politique en France, rédige une thèse de doctorat à l’EHESS et travaille également pour la BBC entre 1988 et 1989, et à partir de 1990 pour Radio France Internationale. Sa pièce Les chevaux à la fenêtre  rencontre le succès en 1991 et à partir de cette date il est régulièrement joué en France (Festival d’Avignon (off), Théâtre du Rond Point, Studio des Champs Elysées, Théâtre de l’Est Parisien, Théâtre International de Langue Française, Théâtre du Guichet Montparnasse, Théâtre de l’Opprimé…) et dans de nombreux autres pays (Europe, Amérique, Asie). Il remporte ainsi plusieurs prix, notamment pour la pièce Les détours Cioran, ou Mansarde à Paris avec vue sur la mort (Avignon 2008). Il est également l’auteur dramatique le plus joué en Roumanie. Ses pièces de théâtre sont publiées en France aux éditions Sud-Papiers, Lansman, L’Harmattan, Crater et l’Espace d’un Instant (Maison d’Europe et d’Orient). Il est également l’auteur de romans, partiellement inédits. Parmi ses nombreux écrits : Du sexe de la femme comme champ de bataille dans la guerre en Bosnie (1997), Petit boulot pour vieux clown suivi de L’histoire des ours pandas racontée par un saxophoniste qui a une petite amie à Francfort (1998), Du pain plein les poches et autres pièces courtes (2004), L’histoire du communisme racontée aux malades mentaux (2000), Le roi, le rat et le fou du roi (2002), Attention aux vieilles dames rongées par la solitude (2004), Richard III n’aura pas lieu ou scènes de la vie de Meyerhold (2005), La machine Tchekhov (2005), Le spectateur condamné à mort (2006), Les détours de Cioran ou mansarde à paris avec vue sur la mort (2007), Les chevaux à la fenêtre & Mais qu’est-ce qu’on fait du violoncelle ? (2010).

 

Rencontre du 02 novembre 2011« Les non-lieux comme espace dramatique ». Sedef Ecer, Catherine Bouthors-Paillart, Sevgi Terlemez.

Programme et intervenants de la première rencontre des Non-lieux de l’exil / Documents associés

  • Introduction, présentation du séminaire : Virginie Symaniec et Alexandra Loumpet-Galitzine, coordinatrices scientifiques des rencontres;
  • Intervenante : Sedef Ecer « Les non-lieux comme espace dramatique »

Pour ma première pièce en langue française, je m’étais déjà attachée à la notion de « l’entre deux ». Intitulée « Sur le Seuil », ce texte parlait des espaces où l’on n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur d’un temps ou d’un lieu définis. J’ai aujourd’hui l’intime conviction que ce « seuil » continue d’être vital pour l’auteur bilingue que je suis : je dis du français qu’elle est ma « langue d’accueil » comme on dit « terre d’accueil » car je crois profondément que l’on habite une langue de la même manière que l’on habite un pays. Mon statut « d’écrivaine immigrée » m’emmène sans cesse vers des thèmes qui questionnent l’identité déracinée et je travaille d’une manière obsessionnelle sur la notion du « lieu » et du « non lieu ». Je ne parle pas du lieu où se situe l’action mais le lieu comme espace dramatique. D’ailleurs, les titres de mes pièces et films en français l’attestent: « Entre deux rives », « Comme chez soi », « Sur le seuil », « À la périphérie » ou encore ma dernière pièce « Les descendants » où il est question de verticalité: Un personnage d’astrophysicien qui regarde toujours en haut et un personnage d’archéologue dont le regard est toujours porté vers le bas. 

 

Lecture « Sur le seuil »

Cliquer sur l'image pour accéder à un entretien

 

Discutantes : Catherine Bouthors-Paillart et Sevgi Terlemez

 

Bio-bibliographie des intervenants

BOUTHORS-PAILLART Catherine  Ancienne Élève de l’École Normale Supérieure, agrégée et docteur es Lettres de l’Université Paris VII, elle enseigne la littérature en Première Supérieure au Lycée de Sèvres. Elle a publié Antonin Artaud, L’énonciation ou l’épreuve de la cruauté (Préface de Julia Kristeva), Ed. Droz, Genève, 1997,  Duras la métisse. Métissage fantasmatique et linguistique dans l’œuvre de Marguerite Duras (Préface de Christiane Blot-Labarrère), Ed. Droz, Genève, 2002, Marguerite Duras. Perspectives de réception (dir.), Œuvres & Critiques, XXVIII, 2003 et Julia Kristeva, Ed. ADPF (Association pour la Diffusion de la Pensée Française), Ministère Français des Affaires Etrangères, Paris, 2006.

ECER Sefer Née à Istanbul, Sedef Ecer a grandi sur les plateaux de théâtre et de cinéma. Comédienne, elle a joué dans une vingtaine de films, ainsi qu’au théâtre en Turquie et notamment sous la direction d’Amos Gitaï. Auteur, elle pratique plusieurs formes d’écriture (nouvelles, chroniques, billets d’humeur, un roman) et a publié plus de 500 articles dans des grands quotidiens ou magazines nationaux. Elle a également écrit pour la télévision, le cinéma et la radio. Ecer a commencé à écrire en langue française en 2008, avec une pièce intitulée Sur le seuil, premier prix des Rencontres méditerranéennes, créée par plusieurs compagnies à la Maison des Métallos, la Scène Nationale de Fécamp, Théâtre Treize, Festival International d’Istanbul, Scènes d’Europe à Reims. Sa seconde pièce A la périphérie a reçu le prix d’écriture dramatique de Guérande, a été sélectionnée par la troupe permanente du Théâtre National de Strasbourg et présentée par le Festival Regards Croisés organisé par le Troisième Bureau. Sa troisième pièce en français Les descendants est programmée en mai 2012 à la grande salle de l’Aquarium. L’auteur vient de terminer le tournage d’un téléfilm qu’elle a co-écrit et interprété pour France 3, intitulé Comme chez soi. Actuellement, elle écrit un scénario qui sera interprété par Agnès Jaoui et réalisée par Randa Haines.

Blog de Sefer Ecer

TÜRKER-TERLEMEZ Sevgi   doctorante de l’Université de Vincennes U.F.R. Arts, Philosophie et Esthétique, coordinatrice générale du centre de recherche et d’application des langues vivantes (BÜDAM), Université Başkent, Ankara; directrice des cours, responsable des relations scolaires et universitaires, Institut d’Etudes Françaises, Ankara ; lectrice de français, Université Bilkent, traductrice, essayiste, écrivaine, vit à Paris depuis 2004. A organisé et participé à de nombreux festivals de poésie en Turquie et en Europe et collabore à l’organisation du du festival SIIRISTANBUL 2012, (festival de la poésie internationale), Istanbul. Parmi ses traductions du français vers le turc : Bruno Bettelheim, Dialogues avec les mères, éditions Doruk, Ankara, 1999, Valéry Paul, Monsieur Teste, éditions Raslantı, Ankara, 2001, Mirbeau Octave, Le journal d’une femme de chambre, éditions Ayrıntı, Istanbul 2003 ; du turc en français Hikmet Nazım, Ferhat et Shirine, CICEP, Univ. Paris 8, 2007, Poyrazoğlu Ali, Le crocodile en moi, Edition Ataturquie, 2010. Ses publications récentes (2005 -2011): « Réflexion sur l’esthétique de l’interstice dans “Le mal du pays de l’autre” de Philippe Tancelin ». Revue, Cahier poétique n° 15, « De la transgression dans la théâtralité poétique de l’oeuvre de Kafka ». Cahier poétique n°14, « La perception et l’habitude » N°11, Dossier « Bruno Cany et la poésie en tant que lieu de résistance », N°124, Les Pas poèmes de Philippe Tancelin, préface (en français et en turc) du livre, Editions 24, İstanbul 2007 & Editions bilingue Ataturquie, Nancy 2008.

Extraits DVD Machine à EXIL réalisé par Iro Siafliaki, cinéaste : watch?v=b0Vil8Oibgo