Archives par mot-clé : espaces

Politiques de l’exil – Politiques de territoire. Programme 2020-2021

Pour sa 10e année consécutive, le séminaire du programme Non-Lieux de l’exil – affilié à l’Institut Convergences Migrations,  à l’IRIS-EHESS et au groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto, dirigé par Eugenia Vilela, devient qualifiant, associé au nouveau master Migrations (ICM, Paris I, EHESS). Des séances de 4h sont prévues les mercredi, de 16 à 20h.

Politiques de l’exil, politiques de territoire

Argumentaire : 

Le confinement lié à la pandémie du coronavirus a opposé une pratique de l’espace potentiellement ouvert, à tout le moins dynamique, et un territoire verrouillé, fondé sur une souveraineté accrue de jouissance et de contrôle.  Une mise en abyme de l’État-nation renforcée a été produite, à différentes échelles, de la fermeture des frontières à celles du territoire domestique et jusqu’au corps, illustration parfaite de l’exercice d’un biopouvoir à la fois général et fortement différencié. Il serait possible d’appréhender ces « mises en territoires » et ces cloisonnements comme autant de mises en exil spécifiques, d’altérisation aggravée, renforçant les ghettos, les relégations urbaines et politiques, les violences – des confinements difficiles des quartiers dits populaires aux « enfermés dehors » ou à la suspension des procédures de demandes d’asile -, ou encore de trouver écho entre les différentes attestations de sortie et de circulation, et de les interroger conjointement.  Enfin, si les seuils et les marges existants ont crument été mis en lumière, des formes de solidarité inédites, de résistance et d’invention ont permis des relations ou expressions « sortant » du cadre ordonné et policé du territoire, c’est à dire de déjouer, jusqu’à un certain point, les territorialisations ou déterritorialisations imposées.

Dans le cadre de sa thématique « Politiques de l’exil », abordée depuis 2019-2020, Non-lieux de l’exil se propose de réfléchir aux nouvelles « politiques du territoire » – y incluant aussi les territoires maritimes et aériens -, à ses enclosures et ses conséquences, qui s’exercent particulièrement sur les personnes en migration et sur toutes celles qui ne jouissent pas de droits reconnus, mais qui ne sont pas sans relation avec une condition plus globale.

Les séances, en cours de constitution, porteront sur  les territoires du corps,  du deuil, de la violence, des quartiers populaires, des frontières, des résistances, des retours..

 Dates et horaires : 

Séances de 4h prévues les seconds  mercredi du mois, de 16 à 20h. Début des rencontres, janvier 2021.

  • Mercredi 13 janvier 2021
  • Mercredi 12 février
  • Mercredi 10 mars
  • Mercredi 14 avril
  • Mercredi 12 mai
  • Mercredi 9 juin

Des séances supplémentaires pourront être ajoutées, en fonction des partenariats mis en place, à Paris comme ailleurs.  

Exil : interagir dans les quartiers populaires / séminaire NLE-IRIS, 9 janvier 2019

EXIL : INTERAGIR DANS LES QUARTIERS POPULAIRES ISSUS DE L’IMMIGRATION

Mercredi 09 janvier 2019, 17h-20h salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris (RdC sous le porche), Entrée libre

avec Madjid  MESSAOUDENE (élu / Saint-Denis),  Jessy CORMONT (sociologue),  Zouina MEDDOUR (Dir. du pôle développement, vie sociale et citoyenne, vie des quartiers/ Stains) .

Coordination : Christiane Vollaire (philosophe)

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Exil : interagir dans les quartiers populaires / séminaire NLE-IRIS, 9 janvier 2019

Seminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Murs III – (Im)matérialité des murs / 1er juin 2017

Le 01 juin 2017 dernière séance du cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugénia Vilela (Université de Porto IF/ FCT)

Séance III : (Im)matérialité des murs

17 h à 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle BS1_05, 1er sous-sol, Entrée libre

Avec  : 

  • Anne-Laure Amhilat Szary (Géographe, Université de Grenoble) Les frontières, lieu/locus d’une post-politique des images  
  • Philippe Rekacewicz (Géographe, University of Helsinki) Lignes frontières, entre imaginaire et réalité et vice versa

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Seminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Murs III – (Im)matérialité des murs / 1er juin 2017

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Aesthetics, Politics and Knowledge RG, IF/FCT, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 115 , bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS-CERI) A l’ombre du mur et de la séparation : régime de mobilité et enfermement en Israël/Palestine Damien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-huit ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisés par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Continuer la lecture de Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

IMMOBILISER LES MIGRANTS : LES ENJEUX D’UN OXYMORE

Par définition, la migration suppose le mouvement, une dynamique vitale qui pousse à quitter un lieu d’origine devenu inhabitable, pour des raisons sociales, économiques, et pour cette raison même toujours politiques (puisque les choix sociaux et économiques relèvent des décisions politiques).

Être « migrant » n’est pas une essence, mais caractérise le moment d’un parcours, et, pour beaucoup, le désir d’un devenir sédentaire, d’un devenir citoyen.

Le choix par lequel des décideurs politiques vont assigner ces devenirs, et réduire ces potentiels est celui d’une triple alternative :

– le renvoi vers le pays qu’on a fui;

– dans le pays d’accueil ou de transit :

  •    la clandestinité
  •    l’enfermement.

Aucun de ces choix ne coïncide avec celui des exilés, aucun ne suppose que leur avis soit requis, aucun ne suppose qu’ils puissent être considérés non seulement comme des sujets de droit, mais comme des sujets tout court. Aucun ne suppose qu’ils puissent prendre place dans un devenir commun, ni faire l’objet d’une représentativité collective.

Continuer la lecture de Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

Exils & Utopies. 15 juin 2016

(c) Laurent Malone
(c) Laurent Malone

EXILS & UTOPIES

en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, EHESS-CNRS)

15 juin 2016 -14h30-17h30,  salle du conseil A (EHESS)

190 avenue de France, 75013 Paris entrée libre

avec :   Charlotte Cauwer, Jean-Baptiste Eczet,  Antoine Hennion,  Sebastien Thiery, membres du collectif PEROU

Discutants : Grégoire Cousin (MigRom, FMSH) & Clara Lecadet (LAUM-IIAC, EHESS)   

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & NLE) , Chowra Makaremi (IRIS-EHESS & NLE), Christiane Vollaire (NLE)

Présentation des intervenants

Continuer la lecture de Exils & Utopies. 15 juin 2016