Archives par mot-clé : exclusion

Représenter l’exil : l’espace. N. Dei Cas, B. Nienass, P. Picouet, J.F. Sabouret. Rencontre du 13 février 2014

 

Escher
Escher 

 

Représenter l’exil : l’espace.

avec Norah Dei Cas (Lille 3), Benjamin Nienass (CEM), Patrick Picouet (Lille 1) et Jean-François Sabouret (CNRS) 

 13 février 2014,

14h30-17h30, salle 638

(Noyau A, Immeuble le France, 190-198 avenue de France 75013 Paris, M°Quai de la Gare I Bus 89) 

Intervenants:

DEI CAS – GIRALDI Norah est professeure  émérite de Littérature de l’Amérique latine à l’Université Lille 3 , spécialiste des littératures du Rio de la Plata, responsable de l’axe “Les Amériques” du laboratoire CECILLE EA 4074 (Centre d’études sur les langues et les cultures étrangères).  Membre du comité scientifique de plusieurs revues internationales, professeure invitée de plusieurs universités européennes et américaines, elle est la coordinatrice scientifique du Master Erasmus Mundus MITRA Médiation interculturelle : identités, mobilités, conflits et coresponsable avec Ada Savin (Université de Versailles Saint Quentin) du réseau NEOS-NEWS (Nords-Ests-Ouests-Suds Amériques). Parmi ses dernières publications : « Lieux et figures du déplacement » :” Lugares y figuras del desplazamiento. Homenaje internacional a Fernando Aínsa” (avec Cécile Braillon-Chantraine et Fatiha Idmhand, Ediciones Iberoamericana, Madrid, 2010); “Lieux et figures de la barbarie “(avec Cathy Fourez et Fatiha Idmhand, Editeur P.I.E. Peter Lang 2012) ; “Sujets migrants : rencontres avec l’autre dans les imaginaires hispano-américains” (avec Teresa Orecchia Havas,  P.I.E. Peter Lang, Bern, 2012) ; “Navegaciones y regreso”s (avec Carina Blixen, Oscar Brando, Cécile Chantraine, Fatiha Idmhand, Collection Trans-Atlatique, Editeur P.I.E. Peter Lang, Bruxelles.

NIENASS Benjamin  received his Ph.D. from the Department of Politics at the New School for Social Research. He also holds graduate degrees from Central European University in Budapest and Leiden University in the Netherlands. His articles have appeared in Globalizations, the International Social Science Journal, and the International Journal for Politics, Culture, and Society. He is a co-editor of Silence, Screen, and Spectacle: Rethinking Social Memory in the Age of Information, forthcoming by Berghahn Books. His research is mainly concerned with discourses about transnational memory norms in the European Union, as reflected in attempts to harmonize legal responses to the denial of genocide and to institute commemorative practices around European events on the supranational level. As part of a research project at the New School for Public Engagement in New York, he also studies the practices of commemoration surrounding the deaths and disappearances of undocumented migrants at the US-Mexican border. He is currently a post doctoral fellow at the Collège d’études mondiales  (Chair : Nancy Fraser), Fondation maison des sciences de l’homme.

PICOUET Patrick, Agrégé de géographie, Professeur des Universités en géographie, Enseigne actuellement à l’UFR de géographie et aménagement de l’Université de Lille 1, sciences et technologies, et à l’IEP de Lille. Il dirige le Master 2 de recherche intitulé « géographie, milieux, territoires » et dirige la revue « Territoire En Mouvement ». Ses thèmes de recherche portent sur les discontinuités et les frontières, la coopération transfrontalière, les détroits internationaux, les représentations, l’Autre et l’Ailleurs à travers la frontière. Parmi ses dernières publications  : Les frontières mondiales : Origines et dynamiques (avec J.P. Renard) Editions du temps 2007; « Essai de cartographie humaniste pour la représentation des relations à la frontière, » pp. 49-72, in V. Marie, N. Lucas (dir.), La carte dans tous ses états. Observer, innover, convaincre, Ed. Le Manuscrit, 2011;  P.Picouet (dir.), 2011, Le monde vu à la frontière, l’Harmattan ; 

SABOURET Jean-François  est sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS. Spécialiste du Japon, membre fondateur  et directeur du Réseau Asie et Pacifique- Imasie (2001-2011), directeur de la collection Réseau Asie à CNRS Editions. Il a été directeur du bureau de représentation du CNRS à Tokyo (1990-1996), chercheur invité aux universités de Tokyo (2004), de Chûô (2002-2004), de Berkeley (1996-1998), correspondant régulier pour le Japon de France-Inter (1990-1996).  Ses recherches portent sur la sociologie de l’éducation (Structure du système éducatif, reproduction des élites et stratégies scolaires), l’évolution politique et économique du Japon et de la société japonaise et son rôle en Asie, la  sociologie de la quotidienneté, la sociologie de l’exclusion et de la marginalité. Parmi ses nombreuses publications :  Besoin de Japon, Éditions du Seuil 2004 ; Japon, peuple et civilisation, Éditions de la Découverte, 2004; L’empire de l’intelligence : Politiques scientifiques et technologiques du Japon depuis 1945, CNRS Éditions, 2007;  Liberté, inégalité, individualité (la France et le Japon au miroir de l’éducation), CNRS Éditions, 2008 (avec Daisuke Soyonama);  La dynamique du Japon : de 1854 à nos jours (nouvelle édition), CNRS Éditions, 2008; Japon, la fabrique des futurs, CNRS Éditions, 2011; L’Asie-Monde, Chroniques sur l’Asie et le Pacifique 2002-2011, Sous la direction de J.F. Sabouret, CNRS Editions 2011.

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

 

 

 

 

 

Rencontre du 22 mai 2013. Objets de l’exil V. Objets des exclus / objets perdus. Octave Debary, Marie Morelle, Sébastien Ledoux

J. Gerz « 2146 pavés – Monument contre le racisme » (1993) Place du monument invisible, Saarbrücken

 

Intervenant : Octave Debary (Université Paris-Descartes)

“Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain”

Discutants : Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

10h-12h30, salle 638-640, 190 av. de France 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89)

Attention ! la séance aura exceptionnellement lieu le matin, de 10 h à 12h30. Accueil avec café dès 9h45.

 

 

Eléments bio-bibliographiques

DEBARY Octave est anthropologue, maître de conférences à l’Université de Paris-Descartes et chercheur au LAHIC (CNRS/EHESS). Depuis son doctorat d’anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (La Fin du Creusot ou l’art d’accommoder les restes, Eds du CTHS, 2002), il travaille sur la façon dont une société met en mémoire ou en musée son histoire, participant autant à son souvenir qu’à son oubli. Il s’intéresse aux objets et aux restes. Il travaille régulièrement avec des photographes, metteurs en scène ou conservateurs de musée. Il a publié plusieurs articles et ouvrages sur ces sujets, dernièrement Vide-greniers avec Howard S. Becker (texte) et Philippe Gabel (photographies) (Créaphis, 2011), Voyage au Musée du quai Branly, avec Mélanie Roustan, préface de James Clifford (La Documentation française, 2012), Montrer les violences extrêmes. Théoriser, créer, historiciser, exposer, avec l’historienne Annette Becker (Créaphis, 2012).   Il a été professeur invité au CELAT  (Montréal/Québec), Université Laval /Musée de la Civilisation de Québec, (« Nouveaux patrimoines ») et au  département d’Histoire de l’Université d’Umeå, (« Historical Media, Historical Education » Suède, janvier 2013).

MORELLE Marie est docteur en géographie, maître de conférence à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, membre de l’équipe TerrFerme et du programme Inverses. Après une thèse sur les enfants de la rue à Yaoundé et à Antananarivo, ses recherches se déroulent dans la prison centrale de la capitale camerounaise. Elle étudie les processus d’appropriation de l’espace carcéral, les stratégies collectives et individuelles d’adaptation voire de résistances. Le dispositif de pouvoir au sein de cette prison, les logiques de surveillance formelles et informelles font également l’objet d’enquêtes.  Par ailleurs, la prison est un point de départ pour retracer le parcours judiciaire des personnes incarcérées, en grande majorité issues des quartiers populaires de Yaoundé et à ce titre représentatives des habitants les plus pauvres de la capitale. Parmi ses publications :  « La prison entre monde et antimonde » Géographie et cultures, n°57, pp. 9-28(avec O. Milhaud 2006); La rue des enfants, les enfants des rues ( CNRS-Editions,  2007); « Les chercheur-es face aux injustices : l’enquête de terrain comme épreuve éthique », Annales de géographie, n°665-666, pp. 157-168 (avec F. Rippoll, 2009); « Se protéger à Yaoundé : des productions de sécurité différenciées », Justice Spatiale Spatial Justice, n°4, www.jssj.org (avec S. Fer et O.Iyebi Mandjek 2011).

LEDOUX Sébastien, prépare actuellement une thèse sur l’histoire du « devoir de mémoire » à Paris I (Panthéon-Sorbonne), au sein du laboratoire du Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle. Dans le cadre du projet de recherche franco-américain Memory and Memoralization (CNRS/NYU), il a été en avril-juin 2012 junior fellow à New-York University. Sébastien Ledoux a récemment publié différents travaux sur son sujet de recherche dont l’ouvrage Le « devoir de mémoire » à l’école. Essai d’écriture d’un nouveau roman national aux Éditions Universitaires Européennes (2011), et plusieurs articles : « Pour une généalogie du “devoir de mémoire“ en France » (2009), « Le “devoir de mémoireˮ : fabrique du postcolonial ? Retour sur la genèse de la loi Taubira », Cahiers d’histoire (118), janvier-mars 2012, et « Écrire une histoire du “devoir de mémoireˮ, Le Débat (170), mai-août 2012.