Archives par mot-clé : Exil

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
  • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
  • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

Argumentaire

La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

Intervenants :

Continuer la lecture de Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre.

2ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”. 

6 décembre 2023, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Saphia AÏT OUARABI (militante antiraciste, masterante en sociologie)
  • Yasmina BEDAR (présidente de l’association Yalla (mémoire et transmission du 17 octobre 1961), Saint-Denis
  • Samir HADJ BELGACEM (sociologue, Centre Max Weber)
  • Noreddine IZNASNI  (militant des quartiers populaires, Nanterre).

Coordination : Saskia COUSIN (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) & Christiane VOLLAIRE (philosophe, CNAM, ICM)

Crédit photo : copyright Philippe Bazin, Le Blanc-Mesnil, 2021. Courtoisie du photographe.

Argumentaire

Les personnes vivant dans les quartiers populaires sont souvent en situation d’exil. Même nées en France, elles sont exposées au stigmate de sujets « issus de l’immigration ». Les territoires qu’elles habitent – dont celui du 9.3 du Campus Condorcet – sont, pour cette raison même, des lieux emblématiques des conflictualités post-coloniales, exiliques ou post-exiliques. Soumis dès l’origine à une gestion policière, depuis la constitution du bidonville de Nanterre juste avant la guerre d’Algérie jusqu’aux projets de lois les plus récents du ministère de l’Intérieur, ces territoires sont le produit d’une longue histoire des discriminations.

Pour la cinquième fois, les Non-lieux de l’exil consacrent une séance à ce sujet tout aussi ancien que brûlant, réactivé par les révoltes récentes. Cette séance souhaite, traitant des rapports entre conflictualités et émancipations aborder la question du rapport à des « forces de l’ordre » que les sociologues Olivier Filleule et Fabien Jobard inscrivent, selon le titre emblématique de leur ouvrage commun, dans un schéma de Politiques du désordre (Seuil, 2020).

De la répression sanglante de la manifestation pacifique 17 octobre 1961, à la récurrence des morts aux mains de la police, et jusqu’aux récentes révoltes qui ont suivi la mort de Nahel Merzouk tué à bout portant par un tir policier le 27 juin 2023, se dessine une histoire des contrôles au faciès, des dénis de droit, et d’une grande proportion d’impunité policière. Dans un territoire national qui présente l’espace républicain comme espace d’équité sociale et de respect des droits fondamentaux, le policier auteur de la mort de Nahel Merzouk a été libéré le 15 novembre 2023.

Pour autant, depuis la Marche pour l’égalité de 1983, le Mouvement de l’Immigration et des banlieues de 1995, les habitants des quartiers populaires revendiquent hautement leur appartenance à l’histoire d’un pays dont ils ont forgé de nouvelles figures. C’est cette aspiration à la mémoire et à l’émancipation  face aux conflictualités violentes que nous souhaitons partager ici. Cette séance présentera également le nouveau roman de Sophie Djigo, philosophe et membre des NLE, issu d’un travail de terrain de long terme dans un quartier populaire de Roubaix.

Intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions – Cliniques de l’exil, anti-racisme et colonialité, 14 juin 2023, 17-20h

Cliniques de l’exil, anti-racisme et colonialité

 

14 juin 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom 

https://u-paris.zoom.us/j/86266569455?pwd=c09iSklMYXh1V3k1LzhYekRvMWRvQT09

Introduction et co-coordination Laure Wolmark (Crash / MSF) et Léo Manac’h (Ceped, U. de Paris-Cité, ICM)

 avec : 

  • Sophie Mendelsohn  (psychanalyste, Collectif de Pantin)
  • Michaëla Danjé (écrivaine, chercheuse, documentariste, rapeuse, collectif Cases Rebelles)
  • Ana Gebrim (psychanalyste, École de Sociologie et Politique de São Paulo)

Les nouages psychiques du racisme et de la colonialité / colonisation sont au coeur de l’oeuvre de Frantz Fanon, en premier lieu dans Peaux noires masques blancs. Cependant, la réflexion sur le lien entre colonialité et psychologie/psychanalyse semble tenir une place encore trop marginale à la fois dans les pensées décoloniales et dans les théories et pratiques de soins psychiques. 

Pour autant, la question raciale n’est pas étrangère à certains champs associatifs et institutionnels : les cliniques auprès des personnes exilées ont constitué le champ de vives polémiques autour de l’ethnopsychiatrie, dans les années 1990 et 2000. Par ailleurs, les controverses et anathèmes lancés dans une forme de « panique décoloniale » chez les psychanalystes(1) depuis la fin des années 2010 illustrent l’actualité des débats autour de la transformation de ce champ par la circulation des pensées de la colonialité et de l’intersectionnalité. 

Sans prétendre faire le tour de la question, nous aimerions aborder avec nos intervenant-e-s la manière dont les pensées et engagements décoloniaux et anti-racistes sont susceptibles de modifier le champ « psy », particulièrement les théories et cliniques de l’exil. Quelle place est laissée à l’expérience des personnes exilées dans cette évolution des théories, au regard de la domination épistémique des soignant-e-s et chercheur-se-s? Quelles dissensions, frictions, subversions des ordres soignants établis, naissent-elles de l’introduction des questions raciales et décoloniales dans le savoir et les pratiques de soins ? 

(1)Tribune “La pensée “décoloniale” renforce le narcissisle des petites différences’ publiée dans le journal Le Monde, le 25 septembre 2019, https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/25/la-pensee-decoloniale-renforce-le-narcissisme-des-petites-differences_6012925_3232.html et réponse dans Libération du 3 octobre 2019, “Panique décoloniale chez les psychanalystes” , https://www.liberation.fr/debats/2019/10/03/panique-decoloniale-chez-les-psychanalystes_1755259

Présentation des Intervenant·e·s

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions – Cliniques de l’exil, anti-racisme et colonialité, 14 juin 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Luttes des exilé.e.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art

 

10 mai 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom : 

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92344410741?pwd=ODRVNXFMYkFqTUZQbjJTTldMMnRFUT09

ID de réunion : 923 4441 0741 / Code secret : 878356

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da Lage (Geriico, Université de Lille),  Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Eugenia Vilela (philosophe, groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge, Institut de Philosophie, Université de Porto)

Avec :

  • Milady Renoir (recherche-action, asbl CFS – Université Populaire)
  • Modou Ndiaye (chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique)
  • Camille Louis (Philosophe, dramaturge, KomPost)

Cette séance abordera les stratégies d’autodéfense face à une tendance à l’extractivisme des sujets exilés par le milieu de l’art et de la culture. 

Quelle éthique de relation peut être à l’oeuvre dans les projets artistiques avec des personnes exilées (spécifiquement sans papiers) ? Quel accueil peut être imaginé pour les personnes exilé.es dans les écoles supérieures et les lieux d’arts ? Enfin comment développer de bonnes pratiques administratives, juridiques pour envisager et concrétiser la participation des personnes sans papiers dans les projets artistiques, socio-culturels ?

Nous travaillerons ces enjeux à partir des réflexions et pistes d’actions ouvertes par le projet Exil-s et Création-s coordonné à Bruxelles par l’artiste Milady Renoir, Mamadou Taslim Diallo et Modou Ndiaye pour la voix des Sans Papiers Bruxelles et Céline Dujardin enseignante en école d’art. Plusieurs enseignant.e.s, responsables d’institutions artistiques, travailleuses-travailleurs culturels, artistes y sont engagées dont la philosophe et dramaturge Camille Louis.

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques, 8 mars 2023

Co-constructions & frictions :  féminismes et savoirs situés non-hégémoniques

8 mars 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)(Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

en accès libre en présentiel ,  lien zoom ci-dessous (Attention, en raison de la grève, séance uniquement en viso)

Séance coordonnée et introduite par Léo Manac’h ( CEPED, U. de Paris-Cité, ICM) et Laure Wolmark (psychologue, Crash-MSF)

Avec :

  • Paola  Bacchetta (Pr. of Gender & Women’s Studies at University of California, Berkeley) Théories-Méthodes de Gloria Anzaldúa et les sciences sociales : Autohistoria-teoria, Conoscimiento, Desconoscimiento”
  • Nino  S. Dufour (traducteur indépendant) « Terres Frontalières/La Fronterade Gloria Anzaldúa : pour une traduction située »
  • Mathilde Kiening (psychologue, doctorante en psychanalyse) « Cheminer avec le trouble : les “psys” et les personnes exilées queer »
  • Camille Schmoll (géographe, EHESS) L’éthique féministe de la recherche sur les migrations”

Le champ des études féministes a précocement formulé l’enjeu de la reproduction des dominations dans la constitution des savoirs en s’interrogeant sur la place du sujet qui les produit (Hartsock 1983 ; Harding 1986). Situer le lieu d’où l’on parle et d’où l’on observe le monde pour le restituer permet de sortir d’une « épistémologie du point zéro » (Castro-Gomez 2005) aussi aveugle à la diversité des lieux d’énonciation que susceptible de reproduire des points de vue hégémoniques blancs, masculins, hétérosexuels et cis.

Cette séance des Non-lieux de l’exil invite les intervenant·e·s à présenter leurs objets de travail et de recherche à partir de leurs positionnements éthiques, politiques et émotionnels, pour mieux rendre sensibles les intersections des dominations, ainsi que leurs points de subversion.

Présentation des Intervenant·es

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions : féminismes et savoirs situés non-hégémoniques, 8 mars 2023

Désarmer le français / Emmanuelle Gallienne

Désarmer le français

texte de l’intervention d’ Emmanuelle Gallienne, directrice de l’association Kolone à la séance Co-constructions & frictions – Politique et ordre des langues du 11 janvier 2023

J’ai proposé d’intituler cette intervention désarmer le français  puisque de par ma position dans le monde de l’apprentissage du français aux émigrés j’agis sur le terrain de « la guerre des langues », dissimulée sous l’apparence neutre et un peu molle de l’appellation « FLE »,  français langue étrangère.  Mais aussi parce que j’ai éprouvé, assez vite en commençant, pendant l’hiver 2009-2010, la nécessité intime de désarmer mon propre français.

L’expression « guerre des langues » m’avait frappée à la lecture de l’essai de Tiphaine Samoyault[1], de même que cette affirmation dès le titre que la traduction a à faire avec la violence alors qu’on penserait habituellement le contraire, de même qu’enseigner la langue française peut apparaître comme l’activité la plus accueillante qui soit vis à vis de l’étranger, et que c’est dans cet esprit que les gens se proposent de le faire bien sûr.  Alors de quelle violence, de quelles guerres s’agit-il ?

La lecture de Lingua (Non) Grata – Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration[2] de même que cette invitation à prendre la parole ici dans le cadre de la recherche, m’ont incitée à me retourner sur les douze années que j’ai passées sur ce « terrain », qui n’en est pas un à proprement parler puisque je fais partie des « acteurs », j’en suis partie prenante, je ne peux pas le quitter, j’ai en revanche la possibilité de le faire bouger, je suis agente, j’y ai une marge de créativité.

L’arrivée dans un paysage déjà arpenté et façonné par ceux qui nous précèdent, à une époque particulière, en présence de telles et telles forces, donne sa tournure au dispositif créé, fût-ce une petite association locale. Je vais essayer, au prisme des tensions particulières traversées au fil de cette dizaine d’années, de réfléchir avec vous à cet effort, à ce qu’on y apprend par rapport à cette question des étrangers et du français.

Continuer la lecture de Désarmer le français / Emmanuelle Gallienne

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions

8 février 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence,  lien zoom : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/94389100768?pwd=aHpTUG43a3BTZTZDT2FzQjZuVUtYZz09

(attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da-Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Sophie Djigo (classe préparatoire, lycée Watteau  Valenciennes) et Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco)

Avec : 

  • Céline Cantat (sociologue, Sciences Po, ICM)
  • Bchira Ben Nia (DU H2M, Inalco)
  • Sophie Djigo (Philosophe, classes préparatoires) (en visio)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, Cessma, Sophiapol, ICM & DU H2M) et Saskia Cousin  (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre, ICM) 

Argumentaire

Depuis quelques années, des dispositifs pédagogiques spécifiques et des formations spécialisées ont été mis en oeuvre pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des étudiant.es en exil (DU Passerelles). Des associations et collectifs regroupent des étudiants en exil et demandent un statut spécifique. D’autres expériences  valorisent les compétences des personnes exilées, notamment les compétences linguistiques et celles issues de l’expérience de migration ( DU H2M – 2019, DU Dialogues-2021, DU Frontières – 2022). 

Ces expériences et dispositifs pédagogiques apparaissent  comme des « objets frontières » au sens de Susan Leigh Star (Star S.L., Griesemer J. 1989), c’est à dire des dispositifs qui permettent de collaborer en réunissant plusieurs visées qui ne se recouvrent pas:  innovation pédagogique dans une université sous pression néolibérale ; reconnaissance d’un métier dans un univers converti au “suivi qualité des formations” ; formation de personnel qualifié et développement des stages pour des associations qui possèdent des modes de faire, des histoires et des ambitions différents ; espace de recherche-action ; espace de formation et de qualification pour des personnes dont les savoirs sont souvent subalternisés. 

Ces formations peuvent être envisagées comme des dispositifs de mise en relation et des résultats de “frictions” (Tsing 2020), comme un cadre pour la production de savoir partagé produit  dans une asymétrie de positions obligeant à un travail réflexif sur le positionnement des formateur.ices  que des étudiant.e.s. Ces “zones de friction” entre  dynamique pédagogique, sociale, administrative voire matérielle interrogent l’autonomie des étudiant.es, au statut souvent précaire, mais également les attentes des formateur.ice.s. La réflexivité est nécessaire si l’on veut faire apparaître ces savoirs de la rencontre et de la médiation et les reconnaître sans les capter, les partager sans les détruire. 

Cette séance s’organisera en trois temps. Un premier temps pour comprendre les enjeux de l’accueil des étudiant.es en exil et de l’émergence de cette catégorie dans les politiques universitaires. Un second temps abordera plus spécifiquement les enjeux portés par les Diplômes universitaires (D.U.) de médiation interprétation. Enfin nous reviendrons avec Sophie Djigo sur les attaques auxquelles doivent faire face les enseignant.es, chercheuses et chercheurs qui travaillent sur l’exil aujourd’hui.

Intervenantes : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023