Archives par mot-clé : exilés

To be [defined]. Exposition (5 oct. – 04 nov. 2018)

Premier rendez-vous des travaux des Non-lieux de l’exil en cette rentrée, l’exposition TO BE [DEFINED] (5 Octobre- 4 Novembre 2018) au Spazju Kreattiv, La Valette, Malte.

Le RIMA Project, avec lequel Non-lieux de l’exil entretient une collaboration est à l’origine de cette exposition qui prend place dans le programme Valetta 2018, Capitale européenne de la culture. C’est la seule qui traite des représentations de la migration et des résistances du sujet. (Curator : Virginia Monteforte / RIMA project, Cultural Advisor : Alexandra Galitzine-Loumpet.)

Avec la participation des artistes et poètes :  Moira Agius , Mario Badagliacca, Gilbert Calleja, Glen Calleja, Katel Delia , Mirna Danijan, Emmanuel Guillaud, Alberto Favaro, André Désiré Loutsono, Immanuel Mifsud, Nadja Mifsud, M. and Rubina Mohamed, Malik Nejmi, Aurélie Percevault, Guy Woueté, Hassan Yassin.

« To be [defined] aims at articulating two main concepts about displacement, migration and exile: definition and construction on one side and de-construction and resistance on the other one. (…) »Suite et informations sur l’exposition et les nombreuses manifestations associées (projections, conférences, catalogue) ici 

Conférence : Narrating exile: history and memory in displacement avec Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky  (Inalco, Non-lieux de l’exil), Alessandro Triulzi (Archivio Memorie Migranti) and David Zammit (University of Malta), le 25 octobre.

EXIL POSTCOLONIAL & EMPREINTES ARTISTIQUES / SEMINAIRE EHESS IIAC/NLE (7) 04 AVRIL 2018

La 7ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu  le mercredi 04 avril 2018 de 17 à 20h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 2 (Métro Notre Dame des Champs, Raspail ou Sèvres Babylone) Entrée libre

Exil postcolonial & empreintes artistiques

avec :

  • Catherine David (conservatrice et commissaire d’exposition)
  • Seloua Luste Boulbina (philosophe)

Introduction : Christiane Vollaire  (philosophe), modération : Philippe Bazin  (Ensa Dijon, photographe) 

Dessin : « 150 » Mohammed & Seven, artiste plasticien, fondateur de l’atelier « Dessiner l’exil » à l’intérieur et à l’extérieur du CPA de la Porte de la Chapelle et en d’autres lieux de l’exil.

Présentation de l’atelier et de l’artiste Seven : ici 

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de EXIL POSTCOLONIAL & EMPREINTES ARTISTIQUES / SEMINAIRE EHESS IIAC/NLE (7) 04 AVRIL 2018

« La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky est professeur des Universités en anthropologie de l’Asie du Sud à l’ INALCO, chercheur au Centre d’Etudes en Sciences Sociales des Mondes Africains, Américains et Asiatiques* ET psychologue clinicienne auprès de demandeurs d’asile depuis 2010 à l’hôpital Avicenne. Si cette dernière part de ses compétences est celle qui apparaît le plus directement dans l’ouvrage qu’elle vient de faire paraître La voix de ceux qui crient, rencontre avec les demandeurs d’asile (Albin Michel mars 2018) il me semble que la restitution et l’interprétation des voix exilées en consultation de psycho-trauma procède de l’un et l’autre,  précieux lien qui entend doublement – sans culturaliser ni essentialiser, mais sans déculturaliser ni décontextualiser non plus.

Car la confrontation au mal,  à la cruauté et à la mort a un effet immédiat, celui de « mettre le champ culturel en ruine », détruisant directement les fondements du lien social et de la possibilité de sens: « Lorsque le demandeur d’asile est envahi par la violence traumatique, » poursuit Marie-Caroline  Saglio Yatzimirsky  « c’est l’expérience du mal souffert qui revient, ce qu’il a subi, sa passivation. Il a également expérimenté comme témoin et comme victime, le mal commis par celui qui a tué. Il a éprouvé la double face du mal, à la fois en autrui et potentiellement en lui » (pp..50-51).

Et voici entendue et restituée la voix de Raj, tamoul de Sri Lanka, exposé à la guerre par le fait même d’être tamoul, incapable de manger du riz, base de son régime alimentaire et donc de la socialisation par le partage de la nourriture, parce que le plat de riz est associé à cette bombe qui fait exploser des enfants et disperse leurs corps dans la marmite. « Quant les autres enfants sont revenus » arrive à raconter Raj « ils ont enlevé les bouts dans le bouillon et se sont servis. Ils crevaient de faim… » (p.46)

Continuer la lecture de « La voix de ceux qui crient » / Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Albin Michel, Mars 2018)

Exil, empreintes & Engagements, séance introductive / 11 octobre 2017

La séance introductive du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS) (coordination A. Galitzine-Loumpet, Cl. Lecadet, Ch. Makaremi, M.-C; Saglio Yatzimirsky, E. Vilela et Ch. Vollaire),  qui portera cette année sur les thématiques Traces, empreintes et engagements aura  lieu le mercredi 11 octobre 2017 de 17 à 20h,  en salle de Broglie B, Université de Paris Descartes, 46 rue des Saints Pères 75006 Paris (ancienne faculté de médecine , M° Saint Germain des Près ou Mabillon) . Entrée libre

Argumentaire général ici

Outre qu’elle introduira aux thématiques de cette année, cette séance permettra de redéfinir la notion d’exil et de la mettre à l’épreuve de terminologies concurrentes, politiques, disciplinaires, de soin psychique, ou de collectifs solidaires et militants.  

Avec : Alexandra Galitzine-Loumpet, Laura Genz, Valérie Osouf, Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Christiane Vollaire.

Continuer la lecture de Exil, empreintes & Engagements, séance introductive / 11 octobre 2017

Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions / 26 avril 2017

Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

 

« Chez Sami, avec l’anglais » Anne Gorouben, Dessiner Calais 2015-2016, Mine de plomb sur papier, 21/28

En partenariat avec le COMEDE, Comité pour la santé des exilé.e.s et le programme Migrobjets / Inalco

(coordination : Laure Wolmark, avec la participation d’Alexandra Galitzine-Loumpet)

26 avril 2017 – 14h-17h30, – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris, salons d’honneur. Entrée libre

Avec : Elodie BOUBLIL (philosophe), Evangéline MASSON-DIEZ (militante, chercheure), François LEMORE (Emmaüs, ancien directeur de Awel), et la participation d’Anne GOROUBEN (artiste).

Introduction : Laure WOLMARK (Psychologue, Comede)

Discutante : Marie-Caroline SAGLIO YATZIMIRSKY (Anthropologue, Inalco)

présentation des intervenants : ci-dessous

Argumentaire

Soignants, chercheurs, accompagnants bénévoles, militants, journalistes, artistes, dans la diversité de leurs exercices et des conditions de leur rencontre avec des personnes exilées sont parfois, à leur corps défendant,  pris dans une passion de l’exil.

Cette passion, si elle est une forme d’amour, est à la fois source d’aveuglement et de lucidité épistémologique, puissant aiguillon pour agir, et risque d’immobilisation dans les illusions de la philanthropie/du caritatif.

Continuer la lecture de Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions / 26 avril 2017

Agenda Avril / Mai 2017 : 26 avril – Passion et engagement / 4 mai – Murs, corps & art / 5 mai – Objets dans la migration et l’exil

 Un riche programme pour les prochaines rencontres organisées par le programme Non-lieux de l’exil en partenariat avec différents institutions.

Entrée libre pour toutes les rencontres.

26 avril 2017 Passion et engagement pour les exilés : Projections, identifications, transferts, actions.

En partenariat avec le Comede, Comité pour la santé des exilé.e.s et Migrobjets/Inalco (coordination : Laure Wolmark) 14h-17h30 Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris

Avec : Elodie Boublil (philosophe), Evangéline Masson-Diez (militante, chercheure), François Lemore (Emmaüs, ancien directeur de Awel), Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (Anthropologue, Inalco), Laure Wolmark (Comede)

4 mai 2017 Cycle MURS 1 –  Murs, corps et art / Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL (17-20h)  (coord. Alexandra Galitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Eugenia Vilela et Christiane Vollaire).  Séance coordonnée par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Programme Philosophy, Aesthetics & Knowledge, Université de Porto).

Continuer la lecture de Agenda Avril / Mai 2017 : 26 avril – Passion et engagement / 4 mai – Murs, corps & art / 5 mai – Objets dans la migration et l’exil

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet