Archives par mot-clé : exiliance

SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Le 04  mai  2017 se poursuit le cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugénia Vilela (Université de Porto IF/ FCT)

Séance 2 : Murs, corps & art

17 h à 20 h – EHESS,  54 bd Raspail, 75006 Paris,  salle A05-51 (5 ème étage) Entrée libre

Avec  : 

  • Né Barros (chorégraphe, chercheurse Université de Porto/ IF)  – Murs : un projet chorégraphique. Corps, dispositifs et séparation / en lien avec la création « Murs » présentée au Théâtre National São João,  Porto, le 28 avril 2017
  •  Eugénia Vilela (philosophe, Université de Porto IF/FCT) – Ce corps est plein de morts. Déplacements et résistance.
  • Zornitza Zlatanova (psychologue clinicienne et danseuse, COMEDE) –  Du 115 au 104. Le mouvement danse comme foyer d’asile

Coordination : Eugenia Vilela (Université de Porto IF/FCT)

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de SÉMINAIRE EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS II : MURS, CORPS & ART / 4 MAI 2017

Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

ATELIER D’ECRITURE PLURILINGUE sur L’EXIL

réalisé dans le cadre du colloque « Etudier l’exil » (1), samedi 23 mai 2015 (9h30-12h30) au MUCEM. Coordination : Sara Greaves (LERMA, AMU) et Jean-Luc Di Stefano (IDEC, AP-HM), association Ecrits et voix.

syrCet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Nous remercions chaleureusement la CIMADE pour son soutien et son aide, Marie-Jeanne Vérot et Jean Robert de l’association Ecrits et voix, ainsi que tous les participants.

Plan de l’atelier / Méthodologie

 

Marionnettes et marionnettistes : Lecture en anglais puis en français d’un poème de Sujata Bhatt, poète née en 1956 à Ahmedabad, Inde, qui a quitté son pays à l’âge de 12 ans pour les Etats Unis, aujourd’hui domiciliée en Allemagne. Ce poème ne traite pas directement de l’exil :

Continuer la lecture de Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

Displaced Objects. Textes (2)

Vingt deux textes sont désormais publiés sur le site Displaced Objects et de nouveaux devraient paraitre sous peu.

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil, et d’en constituer un corpus.

Textes publiés : 

  1. The Recipe Book / Gerden Jonker
  2. Les bâtons de manioc / Kidi Bebey
  3. Les juttis de ma mère / Cécile Ouhmani
  4. Le placenta / Elena Bonelli
  5. Le plat / Marina Gorboff
  6. Le roman français / Olivier
  7. La gourde et le ballot / Saskia Cousin
  8. Les gants / Marie Darrieussecq
  9. Le dictionnaire / Nada Abillama-Masson
  10. L’album / Kateryna Lobodenko
  11. La couverture / Alexandra Galitzine-Loumpet
  12. Le bois des épaves / Evelyne Ritaine
  13. The wall fragment / Elena Montanari
  14. La valise / Rachel Cohen
  15. Le feu / Christiane Vollaire
  16. La boite en cerisier / Emmanuel Guibert
  17. La couverture de cheval / Monique Selim
  18. La peluche / Elzbieta Neyman
  19. Le kanoun / Radia Lemoust
  20. Les pagnes / Sylvie Berbaum
  21. La jobbana / Dominique-Marie Godfard
  22. Le Smartphone / Laurent Bazin et Mohammed Djibril

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil. Le projet est ouvert toute l’année 2016. Le principe est simple et ouvert à tous.

Continuer la lecture de Displaced Objects. Textes (2)

Programme 2015 & 2016

Malevitch "Carré rouge" (1915)Le programme Non-lieux de l’exil de la rentrée 2015-2016 est en cours d’élaboration.

Voici les dates et thématiques prévues :

  • 15 octobre (16h-19h30) Rencontre conjointe Non-lieux de l’exil / Moving Matters Traveling Workshop (dirigé par Susan OSSMAN -UC Riverside) avec : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Eugenia Vilela…Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici
  • 19 novembre (17h-19h30) : Atelier d’écriture Migrants / Exilés coordonné par Sara GREAVES (AMU) & Jean-Luc DI STEPHANO (IDEC AP-HM) Association  ”Ecrits et voix”. Discutant Bruno Le Dantec.
  • Le 19 novembre  (Paris), Alexandra Galitzine-Loumpet interviendra lors du Colloque « Eprouver l’interculturalité », session Frontières,  Musée de l’immigration.
  • 17 décembre  (17h-19h30) : Rencontres Femmes & Exil, avec Sedef Ecer (Auteur dramatique), Chowra Makaremi (CNRS/IRIS), Monique Selim (IRD/CESSMA), Laure Wolmark (Comité médical pour les exilés).

 2016 :

  • 25  Janvier : Nouvelles esthétiques exiliques avec Eugenia Villela et Boris Chukhovich, 14h-15h30 (salle 638, 190 avenue de France 75005 Paris) suivie d’une  réunion de l’équipe, non publique.
  • Avril (date à préciser) : rencontre consacrée à La langue matérielle de l’exil (séance proposée par Chowra Makaremi (IRIS) et A. Galitzine-Loumpet, NLE)
  • 06 juin   Exposer l’exil – une mise en miroir  avec le cycle Migrations  initié par l’INALCO. Séance proposée par Alexandra Galitzine Loumpet (Non-lieux de l’exil) et Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO), BPI Centre Georges Pompidou.

Et à partir de fin 2015 et durant toute l’année 2016, le projet DISPLACED OBJECTS.

Colloque Etudier l’exil (19-23 mai 2015). Retour sur images

Quelques images des 4 jours de riches débats du colloque international « Etudier l’exil » (programme complet : ici) , dans l’attente de la mise en ligne des captations sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche.

N’hésitez pas à transmettre vos photos.

Et  à tous : merci.

 

 

 

LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

 

© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.
© Philippe Bazin, Siekierki, Varsovie, Pologne été 2008. De la série Antichambres.

La position documentaire face à l’exil

Jeudi 11 juin 2015 de 16h30  à 19h30

salles 638-640

Rencontre proposée par Christiane Vollaire.

Avec Philippe Bazin, Claudine Bories, Patrice Chagnard et Christiane Vollaire.

Dans le champ de la photographie comme dans celui du cinéma, la position documentaire s’oppose, d’une manière qui pourrait sembler paradoxale, à celle du reportage : l’esthétique documentaire est la forme donnée à cette position. Et la question de l’exil, dans les enjeux dont elle est porteuse autour de l’espace, nécessite par excellence une manière de se positionner par rapport à son sujet pour lui donner corps.

C’est cette position qu’on interrogera ici, en croisant les problématiques esthétiques à celles des sciences humaines et de la philosophie, dans leur rapport au terrain.

Présentations biographiques

Continuer la lecture de LA POSITION DOCUMENTAIRE FACE À L’EXIL. 11 juin 2015

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet