Archives par mot-clé : Expérience de l’exil

Politiques du refuge / Séminaire de recherche 23-25 mai 2019, Le Channel – Calais

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil, Liminal
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Exil : Interagir, construire les lieux de soins / 10 mai 2019

La prochaine séance du séminaire Non-lieux de l’exil aura lieu exceptionnellement le vendredi 10 mai 2019 , en collaboration avec le COMEDE, Médecins sans frontières et l’ANR Liminal  :

Exil : Interagir, construire les lieux de soins

 

17h30-20h30, centre  d’accueil et d’orientation médical et administratif pour les mineurs non accompagnés  Médecins sans frontières, 101 bis rue Jean Lolive, à Pantin (métro Eglise de Pantin, ligne 5). Attention, entrée libre mais nombre de places est limité à 50. 

Cette séance des Non-Lieux de l’Exil s’articulera autour des expériences des intervenant-e-s qui ont à divers titres participé à créer des lieux de soins pour les personnes exilées. Nous y mettrons particulièrement au travail quelques questions. Comment se construisent, s’imaginent, se rêvent les lieux de soins pour les exilés? Comment ces institutions laissent-elles la place aux (inter)subjectivités concernées par l’exil? Comment y travaille-t-on les enjeux de reconnaissance, que celle-ci concerne les professionnels (soignant-e-s, coordianteur-trice-s, interprètes), salariés comme bénévoles, ou les personnes accueillies ?

Avec Jean-Claude  METRAUX  (pédopsychiatre, U. Lausanne),  Mélanie KERLOC’H (psychologue clinicienne MSF),  Shahnaz OJAGHI (interprète, sociologue)

Coordination : Laure Wolmark (COMEDE)

Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet et Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (ANR LIMINAL, Non-lieux de l’exil)

Image du bandeau : dessin Laura Genz, Courtoisie

Présentation des intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Exil : Interagir, construire les lieux de soins / 10 mai 2019

Exil : Interagir, résister. Ce que peuvent la psychanalyse et la sociologie en temps de haine / SÉMINAIRE NLE-IRIS / EHESS, 16 avril 2019

Exil : Interagir, résister – Ce que peuvent la psychanalyse et la sociologie en temps de haine

17-20h, salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

en partenariat avec l’ANR LIMINAL,  l’Institut de Psychologie de l’Université de São Paulo,  et du  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.

Avec : Miriam DEBIEUX  (psychanalyste, USP São Paulo),  Caterina KOLTAI (sociologue, psychanalyste, PUC São Paulo) , Ana C. GEBRIM (psychanalyste, sociologue, USP São Paulo, INALCO Paris)

Discutants : Thamy Ayouch (U. Paris-Diderot),  Elise Pestre (CRPMS, U. Paris Diderot) et Eugenia Vilela (U. Porto, NLE)

Coordinatrices : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (INALCO, CESSMA, LIMINAL, NLE), Eugénia Vilela (Université de Porto, NLE), et Miriam Debieux (Université São Paulo)

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Exil : Interagir, résister. Ce que peuvent la psychanalyse et la sociologie en temps de haine / SÉMINAIRE NLE-IRIS / EHESS, 16 avril 2019

Exil : interagir dans les quartiers populaires / séminaire NLE-IRIS, 9 janvier 2019

EXIL : INTERAGIR DANS LES QUARTIERS POPULAIRES ISSUS DE L’IMMIGRATION

Mercredi 09 janvier 2019, 17h-20h salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris (RdC sous le porche), Entrée libre

avec Madjid  MESSAOUDENE (élu / Saint-Denis),  Jessy CORMONT (sociologue),  Zouina MEDDOUR (Dir. du pôle développement, vie sociale et citoyenne, vie des quartiers/ Stains) .

Coordination : Christiane Vollaire (philosophe)

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Exil : interagir dans les quartiers populaires / séminaire NLE-IRIS, 9 janvier 2019

Parution. “Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs”. JdA

Nous avons le plaisir d’informer de la publication, en décembre 2018, du hors-série du Journal des Anthropologues.

Une séance du séminaire Non-lieux de l’exil-IRIS / EHESS  et de l’ANR LIMINAL sera consacrée à sa présentation, le 13 février 2019.

SUBJECTIVITÉS FACE À LʼEXIL
Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du hors-série Subjectivités face à l’exil : positions, réflexivités et imaginaires des acteurs, Journal des Anthropologues, en collaboration en collaboration avec l’ANR LIMINAL / Inalco.

Coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky,

Désignés comme une “crise” par les politiques européennes, nationales et tout autant par un paysage médiatique prolifique, les déplacements migratoires et les politiques d’accueil mettent également “en crise” les positions d’une pluralité d’acteurs humanitaires, associatifs, artistiques et académiques. Qu’engage de se tenir face à l’exil dans des temporalités traversées par l’urgence ?

Cette interrogation implique de considérer à chaque fois plusieurs formes de réflexivités, de confronter les subjectivités citoyennes à celles des exilés, en un double miroir ou chacun est construit dans l’ordre du réel comme dans celui des imaginaires.

SOMMAIRE

DOSSIER coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky,

Alexandra GALITZINE-LOUMPET, Marie-Caroline SAGLIO-YATZIMIRSKY  : Face à l’exil au risque des subjectivités. …………7

Étienne TASSIN : Le philosophe et lʼexilé de Calais : Construire lʼagir-ensemble, Entretien réalisé par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky …19

Michèle LECLERC-OLIVE: Transmettre lʼexpérience : une priorité ? De la subjectivité du migrant à celle du chercheur………31

SIAMAK & Hayatte LAKRAA : Entre subjectivation et dé-subjectivation : La « crise de la parole » face à l’expérience de l’exilé.  Echange …………59

Christiane VOLLAIRE : Qui donc pourrait se sentir à sa place ? …..75

Alexandra GALITZINE-LOUMPET : Le livre de « La Jungle de Calais » , Imaginaires et désubjectivations………95

Pauline DOYEN, Behrouz KEYHANI, Laurence LÉCUYER: (L’)Armes alimentaires. Violences en temps de paix et distribution de repas à Calais : espace-temps de la relation entre les acteurs associatifs et étatiques et les exilés…..125

Evangéline MASSON DIEZ : Militants, bénévoles, citoyens solidairesComment se nommer lorsque lʼon vient en aide aux migrants?  …….155

Ana GEBRIM : Lʼinconscient colonial dans la relation intersubjective avec lʼexilé..…177

Laure WOLMARK : Les lieux de lʼexil. Subjectivités dans lʼespace thérapeutique…..197

Jacob DURIEUX : Le sujet du regard. Séries photographiques de Stalingrad (Paris). Entretien réalisé par Alexandra Galitzine-Loumpet ………213

Continuer la lecture de Parution. “Subjectivités face à l’exil : Positions, réflexivités et imaginaires des acteurs”. JdA

Exil: interpréter, interagir. séance introductive / séminaire EHESS IRIS-NLE, 12 décembre 2018

Pour sa huitième année consécutive, dans le cadre d’un séminaire conjoint avec avec l’Institut  interdisciplinaire de recherche sur les enjeux sociaux (IRIS CNRS-EHESS) et avec différents partenaires renouvelés, le programme Non-lieux de l’exil explorera la thématique Exil : interpréter, interagir sous ses différents aspects et dans une perspective critique : interpréter, comment, avec quelles références, de quelle position ? interagir, sous quelles formes et à travers quels registres  d’actions ? Comment penser la co-action ou “l’agir-ensemble” proposé par Etienne Tassin, et partant, la place de l’engagement et des subjectivités, les façons de faire face à l’exil ?

Le programme général est en cours de finalisation.

La première séance “Interagir autour de l’exil” aura lieu le mercredi 12 décembre 2018, de 17 à 20h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris. Elle évoquera, à partir d’exemples de projets et de réalisations, les thèmes suivants :  

  • Saskia Cousin – médiation : à propos du programme Migrantour
  • Emilie Da Lage –  genre
  • Christiane Vollaire – représentation

Discutante : Elise Billiard-Pisani (RIMA Project, Université de Malte) ; Modération : Alexandra Galitzine-Loumpet

Bandeau : Image de l’installation “Les morts ne sont pas morts” (2012-2014) de Malik Nejmi dans l’exposition To be [defined], oct. 2018, Spazju Kreattiv, Valetta, Malta (cl. AGL, oct. 2018)

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Exil: interpréter, interagir. séance introductive / séminaire EHESS IRIS-NLE, 12 décembre 2018

Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage

Poétique et politique de l’infra-ordinaire

 

A propos du court métrage   Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus, séance Voix de l’exil, 20 juin 2018.

« Toute vie humaine, qu’elle le veuille ou non, est toujours aussi une vie quotidienne »
Bruce Bégout, La découverte du quotidien, ed. Allia, 2005, p. 91.

Le film de Beraat Gökkus nous invite à intervertir le propos de Bruce Bégout : la vie quotidienne, qu’on le veuille ou non, est toujours aussi une vie humaine. Le film est ainsi traversé par une interrogation qui peut être une interrogation commune et non pas seulement celle des demandeurs d’asile. Comment faire mémoire de cette quotidienneté qui échappe à une mise en récit linéaire, et ne se laisse saisir que par et dans les détails ? Comment la vie quotidienne peut-elle être une vie résistante ? Le film trace une voie entre la singularité d’une pratique visuelle, celle de l’artiste, une expérience de l’attente, commune aux demandeurs d’asile et une expérience de la ville au quotidien.

Le temps de la demande d’asile est souvent formulé comme un temps suspendu, comme si la vie elle-même devenait impossible mangée toute entière par l’attente. Au lieu de parler en termes négatifs de cette condensation du temps, au point d’annihiler la puissance de ce temps vécu, de le réduire à une forme de « non-vécu », le film expose plutôt une vie resserrée sur la quotidienneté, sans passé et sans futur, une vie au présent. Une vie dans laquelle le temps passe. Le film lie l’exposition de l’intimité-toute contemporaine de nos objets techniques comme le téléphone mobile et connecté, et la vie publique. Des images de moments de convivialité, des paysages, des instants fugaces, alternent avec des images de festival de journalisme. On suit Beraat Gökkus dans ces passages de moments d’intimités partagées, de solitude contemplative et de vie publique et le film dé-hiérarchise, par la juxtaposition, ces trois registres de la vie. Ces images passantes, nous n’avons pas le temps de les fixer dans notre propre mémoire, elles sont rendues un peu floues par la juxtaposition parfois rapide, mais elles sont néanmoins là, elles existent sous cette forme apparemment désordonnée, elles permettent de dire : ce temps-là a été vécu. En cela le film est une belle résistance à la « suspension de la vie », à sa mise entre parenthèse dans le temps de la demande d’asile. Bien sûr il est important de pointer et de dénoncer la gestion administrative de ce temps, mais la critique risque l’effet pervers d’effacer complètement ce qui en fait a été vécu par des sujets dont la vie ne se réduit pas à « demander l’asile ».

Continuer la lecture de Poétique et politique de l’infra-ordinaire, à propos de Entre-retiens (2018) de Beraat Gökkus / Emilie Da Lage