Archives par mot-clé : frictions

Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

Exil : conflictualité et émancipation

2023-2024

Un mercredi par mois, 17h-20h – voir ci-dessous, argumentaire et dates

Programme en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre , le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245), le Sophiapol (Université de Nanterre) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.  Comme chaque année les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – le programme spécifique est en cours de finalisation. Chaque séance fait l’objet d’une annonce spécifique. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.

Argumentaire 

L’exil désigne une condition et une expérience : exil politique, exil économique, exil intérieur. Dans cette perspective, tout exil relève toujours du politique. Il effracte l’intime des parcours de migration et d’exil. Ce noyau commun de l’exil lui confère ainsi une historicité que le seul déplacement dans l’espace – la migration – ne possède pas. Plus encore, parce qu’il n’est pas une catégorie juridique ni un statut, l’exil permet de penser ensemble la migration et l’intégration ou l’installation,  les lieux de départ, de transit et d’arrivée, le là-bas et l’ici, l’avant et le maintenant, les réseaux de soutien et les communautés déterritorialisées, l’arrachement et le déracinement, les attentes et les projections, les langues et les imaginaires. Dès lors, la question de la légitimité de l’expérience se pose autrement que pour celle de la migration stricto-sensu : si elle est avant tout celle des personnes en exil dans la singularité de chaque parcours, elle peut et est en partie partagée, en rebond et dans le contre-coup par celles et ceux qui font face aux expériences de l’exil et y participent par leurs engagements dans différents espaces, contre les politiques de contrôle ou de rejet, entre co-constructions et frictions.

Pour sa 14ème année consécutive, le collectif Non-lieux de l’exil a choisi de réfléchir autour du thème  Exil : conflictualité et émancipation. Conflictualité, en premier lieu, pour désigner le « heurt avec le pouvoir » (Foucault 1977) des personnes exilées  et les territoires de luttes qui se déploient face aux effets des lois successives pour le contrôle de l’immigration et les politiques assumées de xénophobie sélective (de race, de classe, de genre)tendant à reconduire, pour beaucoup, les formes historiques de la domination coloniale.

Continuer la lecture de Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement.

Texte de l’intervention à la séance introductive Co-Constructions & frictions du 14 décembre 2022 –

Laure Wolmark (psychologue, chercheuse au Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires (Crash / Fondation MSF)

Quand j’étais étudiante en classe préparatoire, ou en terminale, je ne me souviens plus très bien, notre professeur de philosophie nous avait fait travailler sur un passage de L’idéologie allemande de Karl Marx et Friedrich Engels. Dans ce passage qui dénonce la division du travail entre travail matériel et intellectuel, quelques phrases m’avaient fait rire à l’époque. Il se trouve que ces phrases m’avaient aussi beaucoup marquée, au point qu’en réfléchissant à ce que j’allais pouvoir dire aujourd’hui ce sont elles qui me sont d’abord revenues. Je ne résiste pas à vous les lire :

« Dès l’instant où le travail commence à être réparti, chacun a une sphère d’activité exclusive et déterminée qui lui est imposée et dont il ne peut sortir ; il est chasseur, pêcheur ou berger ou critique, et il doit le demeurer s’il ne veut pas perdre ses moyens d’existence ; tandis que dans la société communiste, où chacun n’a pas une sphère d’activité exclusive, mais peut se perfectionner dans la branche qui lui plaît, la société réglemente la production générale ce qui crée pour moi la possibilité de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser le matin, de pêcher l’après-midi, de pratiquer l’élevage le soir, de faire de la critique après le repas, selon mon bon plaisir, sans jamais devenir chasseur, pêcheur ou critique. » (Engels, Marx, 1968, p.63)“

Continuer la lecture de Une diffraction des savoirs et des expériences : conjuguer pratiques professionnelles, recherche et engagement / Laure Wolmark

Politiques de l’exil 2022-2023- Co-constructions & frictions, programme du séminaire

Politiques de l’exil – Co-constructions & frictions

Programme et argumentaire

Les recherches sur les phénomènes migratoires et exiliques, c’est à dire dans les espaces actuels et les temporalités parfois longues des expériences, dans leur double dimension politique et subjective, se fondent de plus en plus fréquemment sur des méthodologies collaboratives : programmes de recherche-action, de recherche appliquée et impliquée,  militante. Elles interrogent ainsi les rapports entre acteurs – exilés, solidaires, institutionnels, chercheurs et chercheuses compris – ; les positionnements de chacun.e et leur place ; les méthodologies multi et transdisciplinaires, la représentation, dans son sens esthétique comme politique, des personnes exilées ou qui demeurent, sur le territoire national, frappées du stigmate de l’exil. 

Pourtant et quelle que soit la puissance épistémologique des méthodologies féministes, intersectionnelles, non hégémoniques, ces collaborations ou, plus encore, ces co-constructions de pratiques et de savoirs n’esquivent pas les frictions – selon le concept d’Anna Tsing (2020)  tout ce qui oblige à se frotter à des épreuves multiples mettant en jeu les standards de la perception et des jugements normatifs. La question des cadres normatifs, et partant des attentes et projections, apparaît centrale, tout autant que des espaces de confrontation et d’invention : zones de contact (Pratt 1991) ou zones grises, parfois asymétriques.

 Dans une période où les politiques xénophobes s’affirment de plus en plus menaçantes à l’échelle mondiale comme aux échelles nationales et locales, il semble nécessaire, à partir de cette pluralité même, d’élaborer des stratégies communes, pour que la recherche puisse avoir valeur d’outil de  réflexion et d’action avec ses différents partenaires sur les terrains de l’exil. En s’appuyant sur deux manifestations réunissant différents acteurs – Savoirs et territoires partagés, Briançon mai 2021, et Fabrique d’agirs, Calais mai 2022 – ainsi que sur le programme Co-Front (ICM), le séminaire Non-lieux de l’exil voudrait, pour sa 12ème année, questionner pratiques et frictions qui se produisent autour des politiques de l’exil et mettre en débat de nouvelles épistémologies collaboratives en croisant terrains, pensées et actions liés à l’expérience plurifocale des frontières.

Programme des séances

Continuer la lecture de Politiques de l’exil 2022-2023- Co-constructions & frictions, programme du séminaire

Non-lieux de l’exil, an 12 – Politiques de l’exil : Co-constructions & frictions

Non-lieux de l’exil est un collectif de recherche*, cette année affilié à Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front) et à l’ED 396 Université de Paris-Nanterre et conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Il est également qualifiant pour le Master Migrations (ICM, EHESS, Université de Paris I). Non-lieux de l’exil coordonne un séminaire, des journées d’étude et s’associe chaque année avec des partenaires pour différentes manifestations (colloques, table-rondes, interventions).

En cet an 12 des Non-lieux de l’exil, la thématique générale est la suivante : Politiques de l’exil : co-constructions & frictions. Les séances auront lieu aux dates suivantes.  Sauf exception indiquée, toutes les séances auront lieu au 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle de conférence, rez de chaussée) de 17 à 20 h.  Des séances ou événements seront rajoutés Toutes les séances feront l’objet d’une annonce spécifique (via la liste NLE du réseau Terra-HN, ce carnet hypothèses et la page facebook associée)

Le programme définitif est en cours d’élaboration. Il sera très complété en novembre dans ce billet.

*Le collectif est cette année composé de : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & Sophiapol, ICM), Saskia Cousin (Sophiapol, U. Paris Nanterre, ICM),  Emilie Da Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Anne-Laure Amilhat Szary (U. Grenoble, ICM), Léo Manac’h (U.de Paris Cité, ICM), Christiane Vollaire (CNAM, ICM), Laure Wolmark (Crash, MSF),  Eugenia Vilela (U.de Porto), Izabela Wagner (Collegium Civitas – Warsaw/Poland, ICM), Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco).