Archives par mot-clé : historisation

Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de « Faire musée d’une histoire commune », 5 février 2020

Politiques de l’exil :  historisation et muséalisation.

Autour de  l’ouvrage collectif « Faire musée d’une histoire commune »

sous la dir. de Patrick Boucheron et Romain Bertrand (Seuil, MNHI) 2019

 5 février 2020, 17h-20h,  3 rue d’Ulm, 75005 Paris, 4ème étage, (entrée libre)

avec Nancy GREEN (historienne, CRH-EHESS), Anouche KUNTH (historienne, IRIS, CNRS-EHESS),  Camille SCHMOLL (géographe, Université de Paris)

Discutante : Alexandra GALITZINE-LOUMPET  (Anthropologue, Cessma, Inalco) et Chowra MAKAREMI (anthropologue, IRIS-CNRS)

Coordinatrices : Alexandra Galitzine-Loumpet, Anouche Kunth, Camille Schmoll.

ainsi que plusieurs contributeurs/rices  de l’ouvrage collectif , dont François HERAN (Chaire Migrations et sociétés, Collège de France)

Argumentaire :

Lors de sa fondation, le Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI), installé dans un bâtiment érigé en 1931 pour l’Exposition coloniale, recevait des pouvoirs publics la mission de « rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles des éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le XIXe siècle, contribuant ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française, et à faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration ». 

 Dix ans après l’élaboration de « Repères », un collectif de chercheurs, de plasticiens et personnalités issues de la scène théâtrale — rassemblé par Patrick Boucheron — s’est réuni en 2017-2018 pour concevoir le remaniement du parcours permanent, faire émerger de nouvelles thématiques, notamment autour du colonial, et de nouveaux questionnements.  Cette séance des Non-lieux de l’exil voudrait interroger la place de la violence dans le dispositif muséal, qu’il s’agisse de la représentation des violences induites par les politiques migratoires sur les sujets, dans le passé comme dans l’actuel, ou des violences produites par leur omission ou par leur représentation. Quelle est la place des sujets exilés et de leur expérience dans la mémoire collective,  comment, précisément, « faire musée d’une histoire commune » ?

(image du bandeau : Ils me laissent l’exil – les objets, documentaire Laetitia Tura (c) 2016) 

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations 

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil (2) : Historisation et muséalisation. Autour de « Faire musée d’une histoire commune », 5 février 2020