Archives par mot-clé : imaginaires

La migration prise aux mots. Mise en récits et en images des migrations transafricaines. Colloque 12-14 déc. Paris

AFFICHE-miprimoJPEGCe colloque international, résultats de recherches de MIPRIMO (ANR Les Suds), évoque la thématique de la mise en récits et en images des migrations transafricaines. Les participants (linguistique, littérature, histoire, anthropologie, sociologie, démographie …) tenteront de rendre compte de la pluralité des visions du voyage et de la migration ouest-africaine, à travers les processus de mise en scène, de mise en mots et en images de la migration. Les communications présentées mettront en évidence la portée des imaginaires, des mythes, des croyances, des récits (quels que soient leurs modes de transmission) sur les départs et les retours entre les pays africains. Pleinement actifs dans les productions artistiques (littérature, chant, cinéma, web, télévision, théâtre, performance scénique…), ces récits sont partie intégrante de la vie quotidienne en Afrique de l’Ouest, elle-même constituée par la circulation des personnes, et ceci depuis bien avant la période coloniale.

Plus d’information sur le carnet hypotheses de l’ANR Miprimo 

Programme

Jeudi 12 décembre 2013

Amphi Durkheim/Sorbonne, 1 rue Victor Cousin Paris 5ème

9 h 30 Café/thé de bienvenue

10 h 00 Ouverture – Mot de Cécile Canut

Allocution d’un représentant de l’université Paris Descartes

Allocutions des institutions partenaires et des bailleurs

10 h 30 Récits de migrations et historicité

Présidente de session : Catherine Coquery-Vidrovitch

  • Cheikna Wagué et Sandra Nossik : « Les Konpo xooro des migrants soninkés de Dakar : histoire, pratiques et mises en discours »
  • Pierre-Joseph Laurent : « Discours et regard sur la construction au Cap-Vert des « résidences des migrants » capverdiens aux USA »
  • Abdourahmane Seck : « D’une migration à l’autre ou comment dit-on l’Autre dans l’espace migratoire sénégalais »
  • Clémentina Furtado : « Le cap vert dans l’imaginaire des immigrés de la CEDAO : avant le départ et après l’arrivée »

Tour de questions/Discussion

13 h 00 Déjeuner

14 h 30 Récits de migrations et aspects sociétaux

Président de session : Mahamet Timera

  • Christine Deprez : « La féminisation des récits de migration » : analyse narrative
  • Aziz Faty : « Quand les hommes haalpulaar se plaignent de la migration : la question de la précarité masculine au coeur des problématiques migratoires »
  • Véronique Petit, Giulia Pizzolato et Mohamed Ly : « La migration face à la santé mentale au Sénégal : récits, discours et imaginaires »
  • Roberto Beneduce : « Symptômes, mensonges, crypto-biographies.L’écriture de l’inquiétude chez les immigrés »
  • Jacinthe Mazzocchetti : « “Quand tes parents ne sont pas ici, c’est très dur”. Récits, imaginaires et dynamiques de ré-inscription d’étudiants “diaspo” au Burkina Faso. »

Tour de questions/Discussion

17 h 15 Conclusion de la journée

Vendredi 13 décembre 2013

Amphi Durkheim/Sorbonne 1 rue Victor Cousin Paris 5ème

9 h 30 Café/thé de bienvenue

10 h 00 arts et cinéma (cinéma, musique, théâtre…)

Président de session : Alain Ricard

  • Marina Lafay et Carola Mick : « À l’écoute du “Cri de la Tourterelle”, La performativité du chant et du cinéma sur la migration au Niger. »
  • Alioune Sow : « Le visa de Kanute : reconsidérer l’aventure »
  • Anne Doquet : « Le détournement de “Bako, l’autre rive”, ou le comique de la migration »
  • Alice Degorce : « Des pratiques migratoires peu valorisées ? Les chants et les discours entourant les migrations des Burkinabés en Côte d’Ivoire »
  • Jorge Castro Ribeiro : « Postcolonialisme, marges et privilèges : pratiques de musique et danse des capverdiens au Portugal »

Tour de questions/Discussion

13 h 30 Déjeuner

14 h 30 Littérature et migration

Président de session : Manthia Diawara

  • Catherine Mazauric et Pierre Soubias : « Du bon usage des mythologies : sémiologie littéraire de l’aventure migratoire et subjectivations féminines transafricaines »
  • Sébastien Boulay : « Poétique et politiques de la migration au Sahara occidental »
  • M’bouh Seta Diagana : « Migration soninké et quête du Savoir. Étude comparée de deux récits oral et écrit »
  • Mamadou Kalidou Ba : « Mises en récit des migrations sous contraintes inspirées des événements de 1989 à travers les romans mauritaniens »

Tour de questions/Discussion

16 h 30 Pause café

  • 17 h 00 Table ronde « cinéma et migration » avec Manthia Diawara, Jean-Paul Colleyn et Alioune Sow

18 h 30 Cocktail

Samedi 14 décembre 2013

auditorium/bibliothèque Buffon, 15 bis rue Buffon, Paris 5 ème

Entrée libre sans réservation dans la limite des places disponibles

10 h 30 accueil et ouverture

  • 11 h 00 Projection : E.T. comme enfants de troupes, un film de Momar Désiré Kane, 52 min

Lieu : Saint Louis, Sénégal ; Coproduction : MIPRIMO, Université Toulouse Le Mirail (DTICE)

Nous avons beaucoup entendu parler des enfants soldats, ceux qui tuent sans hésiter, les drogués, les violeurs et autres enfants des rues. Il existe d’autres enfants soldats. Ils vivent dans un camp militaire, Dakar-Bango, situé à quelques mètres à peine d’un bras du fleuve Sénégal. Ils sont venus des pays de la sous-région, du Burkina, du Tchad, du Niger… « pour tout savoir et mieux servir ». Ici la migration mène à la formation et à l’acquisition d’une culture humaniste.

  • 14 h 00 Projection : L’Île des femmes, un film de Cécile Canut, 52 min

Lieu : Santiago, Cap-Vert ; Coproduction : MIPRIMO, tutti quanti films

Ja, jeune femme de Cabral, n’est pas partie « chercher sa vie » ailleurs comme tantd’autres au Cap-Vert. Elle n’est jamais sortie de son village ou presque. Avec des voisines, elle décide de monter un groupe de batuke. Pour mieux comprendre cette pratique, Ja part faire le tour de son île, à la rencontre de femmes qui s’adonnent à l’étonnante expérience du batuke. Au cours du périple, nous découvrons « celles qui restent » et qui surmontent ensemble, à travers ce mode d’expression, la rudesse et l’acuité de la séparation.

16 h 00 rencontres et débats : Littératures et migrations

  • Boubacar Boris Diop (romancier, essayiste et dramaturge, dernier ouvrage paru :Les Petits de la guenon, éd. Philippe Rey, 2009)
  • Sylvie Kandé (poétesse, essayiste et historienne, dernier ouvrage paru : La Quête infinie de l’autre rive, Gallimard, 2011)
  • Sophie Bachelier (photographe)

Séance animée par les chercheurs Alioune Sow et Catherine Mazauric

18 h 30 Soirée : concert. 

Concert de batuke du Cap-Vert Domingos Ramos

Exposition photographique de Sophie Bachelier

Comités scientifiques et d’organisation

Responsable du projet 

Professeure Cécile Canut, directrice de l’ANR MIPRIMO

CEPED – 19, rue Jacob – 75006 Paris • Tél. : 01 53 10 50 68

cecile.canut@parisdescartes.fr

Coordination générale et secrétariat 

Marina Lafay

CEPED – 19, rue Jacob – 75006 Paris • Tél. : 06 45 48 00 74

marina.lafay@ceped.org

CFP. Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement, Colloque international Montpellier, 12-14 juin 2014

Capture

 Géographies de la dislocation / Geographies of Displacement,

Colloque international  Montpellier, 12-14 juin 2014

Appel à contributions 

argumentaire : 

Le premier cycle de séminaires Géographies de la dislocation / Geographies of displacement (2009-2013) se conclura par un colloque international les 12-14 juin 2014 à Montpellier (site de St Charles). Tout comme le cycle de séminaires, cette manifestation sera conjointement organisée par les équipes d'accueil EMMA (Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone, EA 741) de l'Université Montpellier 3 et le LERMA (LABORATOIRE d'ETUDES ET DE RECHERCHE SUR LES PAYS DU MONDE ANGLOPHONE, EA 853) d'Aix-Marseille Université.

Cet appel à communication s'adresse aux chercheurs qui s'intéressent aux problématiques liées aux enjeux spatiaux dansles études postcoloniales, interculturelles et domaines associés. L'expansion de l'Empire britannique suivie de sa contraction et transformation en Commonwealth a provoqué dans les sociétés postcoloniales des déplacements de populations d'origines diverses qui, une fois amenées à se côtoyer, se sont transformées au contact les unes des autres. Ces phénomènes d'échanges et d'altération ont donné naissance à des productions culturelles originales qu'il nous revient d'étudier dans la diversité de leurs manifestations, qu'elles soient littéraires, artistiques, ou civilisationnelles. Nous avons pris le parti de l’interdisciplinarité dans nos analyses des multiples manières dont les flux migratoires et les cultures diasporiques transforment des espaces culturels au point de modifier les définitions que nous pouvions avoir de l’espace et des relations territoriales. Nous nous interrogerons également sur la façon dont une société tente de créer une identité unitaire et de l’inscrire dans l’espace à partir d’une pluralité de visions culturelles. Enfin, nous réfléchirons à notre pratique de la théorie ainsi qu’à notre utilisation des outils conceptuels qui permettent de renouveler l’analyse et la compréhension des configurations spatiales dans le champ mouvant des études postcoloniales (géographie culturelle, écocritique, géocritique, études diasporiques, géohistoire, histoire transnationale, etc.) 
Des propositions dans les domaines ci-dessous sont attendues   : 

 - Les géographies imaginaires 
- Cartographies politique et poétique du territoire 
- L'artialisation des espaces et des lieux 
- La (re)définition des marges et de leur esthétique 
- L'exil et les stratégies du souvenir 
- Géographies identitaires et conflits 
- Géographies mémorielles (espace mémoriel, écriture et réécriture) 
- Le tourisme comme phénomène culturel
 
Les propositions (titre de la communication suivi d'un paragraphe de 300 mots environ résumant
l'intervention ainsi qu'une brève notice bio-bibliographique) devront être transmises avant le 30 septembre 2013 de préférence par courrier électronique aux adresses ci-dessous.
  • Matthew Graves (matthew.graves@univ-amu.fr)
  • Claire Omhovère (claire.omhovere@univ-montp3.fr)
  • Gilles Teulié (gilles.teulie@univ-amu.fr)

Voir également le carnet de recherche associé

Appel à contribution : « Les Amériques, des imaginaires en devenir : Territoires traversés, espaces inventés ». 15 nov.2012

Plusieurs membres du comité scientifique du programme Non-lieux de l’exil participent de l’organisation du colloque dont l’argumentaire suit.

Les Amériques, des imaginaires en devenir :
Territoires traversés, espaces inventés.

Colloque du Pôle Nord-Est de l’Institut des Amérique
Université Lille 3, Lille, les 14, 15, 16 novembre 2013

Le présent appel à communication s’adresse aux chercheurs qui souhaitent présenter une communication dans le cadre du colloque « Les Amériques, des imaginaires en devenir : Territoires traversés, espaces inventés », organisé à l’Université Lille 3, les 14, 15 et 16 novembre 2013, par le Pôle Nord Est de l’Institut des Amériques (IDA – Paris).

Ce colloque sera consacré à l’analyse des productions artistiques (arts visuels, littérature, peinture…) et des représentations du monde d’aujourd‘hui, des nouvelles formes esthétiques et des nouvelles pratiques. Il s’agit de porter un regard critique sur des catégories qui se sont installées et entrainent, depuis la naissance des Etats-Nations, des classifications qui ont, comme résultat, des rangements par bibliothèques étanches, cours universitaires sectorisés, étagères de librairies et autres lieux de distribution sous les étiquettes des pays et langues d’origine, ciblant plutôt l’archivage par nationalité que l’incessante circulation de modèles et la singularité des discours et des représentations.

En s’interrogeant sur le devenir des arts et des écritures, il n’est pas seulement question de comprendre les passages et les formes de circulation culturelle et artistique dans les Amériques et leurs échanges avec les autres continents, mais également d’adopter une nouvelle orientation épistémologique permettant de mieux saisir les changements d’échelle produits par la mondialisation, tant au niveau économique qu’à celui des mentalités et des imaginaires collectifs.

La métaphore botanique du radicant, empruntée au critique d’art Nicolas Bourriaud, offre, à cause justement des présupposés qu’elle véhicule, la possibilité de sortir de cette vision des productions culturelles comme fruits de la concurrence et parfois de la convergence, entre des identités rivales, qu’elles soient personnelles, subjectives ou nationales. Elle oriente l’attention critique vers le moment et le lien précaires, la relation passagère née de la dynamique des trajectoires, ne laissant qu’une part aux implantations dans le substrat matériel ou historique de l’un ou l’autre territoire, notamment lorsqu’il est investi par l’une ou l’autre nation. Transferts, transcodages, déplacements, traductions, errances sont autant de termes qui, parmi d’autres encore possibles, peuvent servir d’instruments heuristiques pour cerner et décrire, dans leur labilité, les phénomènes de mobilisation du précaire qui se rencontrent, s’entrecroisent et se chevauchent pour inventer, par leur mouvement même, des espaces émergents, des territoires hors-sol sans lendemains programmés, définis par Alexis Nouss comme des non-lieux de l’exil. Echappant dans l’intemporel du moment aux contraintes de la temporalité des arts, ces formes et modes actuels de représentation, loin d’annoncer la fin de l’art, rendent peut-être visible le processus infini de ses constantes mutations.

***********
Suggestions quant aux axes de recherche (liste non exhaustive)

– Trajectoires du sujet migrant : mémoires, pratiques et représentations
– L’art relationnel : nouveaux paradigmes esthétiques (en littérature, photographie et arts visuels).
– Langue, genre et ethnicité – approches transdisciplinaires
– Standardisation et replis identitaires.
– Ecrire l’ailleurs
– Cartographies mouvantes des imaginaires dans les Amériques : Nords, Ests, Ouests, Suds.

Comité organisateur :
Héléne Aji (Pr), CREA EA 370 (Centre de REcherches Anglophones), Université Paris-Ouest, Nanterre
Ada Savin (Pr), CHCSC EA 2448 (Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, de l’Institut d’Etudes Culturelles) Université de Versailles-Saint Quentin-en-Yvelines
Bruno Monfort (Pr), Norah Dei Cas (Pr), Paul-Henri Giraud (Pr), Isabelle Boof-Vermesse (MCF), Audrey Célestine (MCF), Cécile Chantraine (MCF), Cathy Fourez (MCF), Marlene Marty (MCF), Fatiha Idmhand (MCF), Anne Ullmo (MCF), Carina Blixen et Oscar Brando (doctorants) – CECILLE EA 4074 (Centre d’Etudes sur les Civilisations, les Langues et les Littératures Etrangères), Université Lille 3.
Réseau « NEOS-NEWS Amériques » (Nords-Ests-Ouests-Suds Amériques).

Comité scientifique :
Fernando Aínsa (Espagne –Uruguay), Tomas Almaguer (San Francisco State University), Zila Bernd (Université fédérale du Rio Grande do Sul), Ramon Gutierrez (Chicago University), Nicole Lapierre (EHESS-CNRS), Gustavo Guerrero (U. Cergy Pontoise) Lucia Melgar (UNAM), Alexis Nouss (Cardiff University) Teresa Orecchia Havas (Pr. émérite U. de Caen), Lisandro Perez (Florida International University), Kristine Vanden Berghe (Université de Liège), ainsi qu’Héléne Aji, Isabelle Boof-Vermesse, Norah Dei Cas, Fatiha Idmhand, Paul-Henri Giraud, Bruno Monfort, Ada Savin (du comité d’organisation).

Langues du colloque : anglais, espagnol et français
Les propositions doivent être adressées avant le 15 novembre 2012 à l’adresse mail suivante : lesameriques@univ-lille3.fr

Une fiche doit être remplie.IDA-appel_a_comm-colloque_POLE-Norouest-CECILLE-Lille3-2013fiche