Archives par mot-clé : immigration

Non-lieux de l’exil – Tribune contre la loi immigration

      Le groupe de recherche Non-lieux de l’exil s’associe à la tribune de l’Institut Convergences Migrations, et appelle à la résistance contre la loi inique sur l’immigration votée le 19 décembre 2023. Nous ne répéterons pas ici en quoi elle contrevient aux libertés fondamentales, à l’égalité des droits, au droit du sol, aux principes mêmes sur lesquels furent fondées la démocratie et la république françaises : l’avis de la défenseure des droits le détaille. Il suffit de rappeler que par ses termes, cette loi est la plus répressive jamais votée en France depuis la Seconde Guerre mondiale sur l’immigration ; que par les tractations et arguties ouvertement xénophobes et racistes qui lui ont donné naissance, elle stigmatise comme indésirables et pointe du doigt celles et ceux qu’elle désigne sous le vocable générique “d’étranger” – y compris les “étudiants étrangers”, ailleurs appelés internationaux. Sous couvert d’intégration, comprise dans les termes restrictifs de seuls devoirs, et non de droits, elle ne propose que plus d’exclusion, de précarisation et de souffrance à venir, et la perpétuation de formes d’esclavage pour les travailleur·euses sans-papiers. Cette loi s’oppose ainsi à tous les rapports, recherches, et préconisations contraires émis par les acteurs et actrices du travail social, des associations, de la santé ou de la recherche qui documentent depuis des années la dégradation des droits des personnes exilées. Elle n’est que l’aboutissement logique des violences et discriminations subies par les étranger·ères, des frontières aux quartiers populaires, et conjointement des attaques contre la liberté de penser, d’enseigner et d’alerter sur la condition qui leur est faite.

Depuis 14 ans, notre collectif observe, atteste, échange, documente les différents terrains de l’exil au plus près des réalités, s’engage dans des actions individuelles et collectives en collaboration avec divers partenaires. Nous avons invité et débattu avec plus de 500 chercheur·ses, travailleuses et travailleurs sociaux et de la solidarité, associations et collectifs, acteurs exilés, des mondes de l’art, organisé des rencontres et des colloques, publié le résultat de nos recherches. Nous ne sommes pas les seul·es. Nous continuerons évidemment à le faire. Nous appelons de plus à lutter contre les mesures iniques que contient cette loi, à refuser de les appliquer, et à manifester une solidarité sans faille avec tou·te·s les exilé·e•s dans tous les espaces où il sera possible de le faire, comme les lieux de l’art, de la recherche, du soin et du travail social. Nous appelons également nos collègues des mondes de la recherche à afficher, par d’autres tribunes ou par toute autre forme utile, leur solidarité et leur opposition à cette loi. En d’autres termes, à se mobiliser.

log nle cem

Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre.

2ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”. 

6 décembre 2023, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Saphia AÏT OUARABI (militante antiraciste, masterante en sociologie)
  • Yasmina BEDAR (présidente de l’association Yalla (mémoire et transmission du 17 octobre 1961), Saint-Denis
  • Samir HADJ BELGACEM (sociologue, Centre Max Weber)
  • Noreddine IZNASNI  (militant des quartiers populaires, Nanterre).

Coordination : Saskia COUSIN (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) & Christiane VOLLAIRE (philosophe, CNAM, ICM)

Crédit photo : copyright Philippe Bazin, Le Blanc-Mesnil, 2021. Courtoisie du photographe.

Argumentaire

Les personnes vivant dans les quartiers populaires sont souvent en situation d’exil. Même nées en France, elles sont exposées au stigmate de sujets « issus de l’immigration ». Les territoires qu’elles habitent – dont celui du 9.3 du Campus Condorcet – sont, pour cette raison même, des lieux emblématiques des conflictualités post-coloniales, exiliques ou post-exiliques. Soumis dès l’origine à une gestion policière, depuis la constitution du bidonville de Nanterre juste avant la guerre d’Algérie jusqu’aux projets de lois les plus récents du ministère de l’Intérieur, ces territoires sont le produit d’une longue histoire des discriminations.

Pour la cinquième fois, les Non-lieux de l’exil consacrent une séance à ce sujet tout aussi ancien que brûlant, réactivé par les révoltes récentes. Cette séance souhaite, traitant des rapports entre conflictualités et émancipations aborder la question du rapport à des « forces de l’ordre » que les sociologues Olivier Filleule et Fabien Jobard inscrivent, selon le titre emblématique de leur ouvrage commun, dans un schéma de Politiques du désordre (Seuil, 2020).

De la répression sanglante de la manifestation pacifique 17 octobre 1961, à la récurrence des morts aux mains de la police, et jusqu’aux récentes révoltes qui ont suivi la mort de Nahel Merzouk tué à bout portant par un tir policier le 27 juin 2023, se dessine une histoire des contrôles au faciès, des dénis de droit, et d’une grande proportion d’impunité policière. Dans un territoire national qui présente l’espace républicain comme espace d’équité sociale et de respect des droits fondamentaux, le policier auteur de la mort de Nahel Merzouk a été libéré le 15 novembre 2023.

Pour autant, depuis la Marche pour l’égalité de 1983, le Mouvement de l’Immigration et des banlieues de 1995, les habitants des quartiers populaires revendiquent hautement leur appartenance à l’histoire d’un pays dont ils ont forgé de nouvelles figures. C’est cette aspiration à la mémoire et à l’émancipation  face aux conflictualités violentes que nous souhaitons partager ici. Cette séance présentera également le nouveau roman de Sophie Djigo, philosophe et membre des NLE, issu d’un travail de terrain de long terme dans un quartier populaire de Roubaix.

Intervenant.e.s :

Continuer la lecture de Exils et quartiers populaires :  forces de l’ordre et du désordre. 6 déc. 2023, 17-20h

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet