Archives par mot-clé : langages de l’exil

Exil et création. Autour de l’exposition ‘De Anima’ de Camila Moreira. 21 juin 2013, galerie du CROUS

exil et créativitéUne activité hors-murs pour le programme « Non-lieux de l’exil  » en partenariat avec la galerie du CROUS.

À l’occasion de l’exposition De Anima (Galerie du CROUS, Paris) de Camila Moreira, artiste brésilienne vivant en France,  une discussion autour du thème « Exil et créativité » aura lieu

vendredi 21 juin prochain

de 17 à 19h 

Galerie du CROUS de Paris

11, rue des Beaux-Arts

75006 Paris

 

Présentation de l’ouvrage « Mémoire et image : Regards sur la catastrophe arménienne » de M.-A. Baronian, 17 juin 2013

Présentation de l’ouvrage en présence de l’auteur et de Sara Guindani, philosophe

« Qui se souvient encore de l’extermination des Arméniens?» Cette phrase d’Adolf Hitler (1944) résume à elle seule toute la problématique historique et mémorielle du génocide arménien : une mémoire qui cherche désespérément à s’ancrer et qui se heurte toujours à un oubli forcé. (…)

Ce livre propose ainsi des pistes pour approcher la Catastrophe à travers, entre autres, des œuvres de cinéastes et d’artistes arméniens contemporains de la diaspora tels qu’Atom Egoyan, Gariné Torossian ou Mekhitar Garabedian. Il s’agira de montrer comment la fabrication des images, fragiles mais nécessaires, déplace et replace autrement l’héritage de la disparition… »  plus ici

barounian

L’expérience de l’exil, 23 mai 2013. Exil, Art, Ecriture. Alexis Nuselovici / Svetlana Boym

  P1100882 salles 638-641 / 190 avenue de France, 75013 Paris.

15h- Alexis Nouss Exil et écriture

17h – Svetlana Boym  Immigrant Arts and Cosmopolitan Solidarities

[Conférence en anglais avec traduction]

Svetlana Boym est professeur au Département de littérature comparée de l’Université Harvard où elle enseigne également à l’Ecole de design et d’architecture. Ecrivain, théoricienne et artiste, elle est l’auteur de The Future of Nostalgia (2001), Architecture of the Off-Modern (2008), le roman Ninochka (2003) et, plus récemment,  Another Freedom: The Alternative History of an Idea (2011). Elle a donné des conférences et des performances au Kunsthalle de Vienne, au Freud Museum de Londres, au Centre Pompidou, au Centro de Arte Contemporaneo de Madrid, au Théâtre Royal de Copenhague et dans les grandes universités américaines. Les trois projets artistiques sur lesquelles elle travaille actuellement s’intitulent « Nostalgic Technologies »,  « Phantasmagorias » et « Phantom Limbs ». Elle a pris part à la Biennale d’architecture de Venise en 2010 et prépare l’exposition « Off-Modern » qui s’ouvrira au Ludwig Múzeum de Budapest en 2013 (www.svetlanaboym.com).

Née à Saint-Petersbourg, elle vit et travaille maintenant à Cambridge (Etats-Unis)

Le migrant/l’étranger se révèle une figure centrale dans la modernité du XXe et du XIXe siècle alors que son expérience vient brouiller nos métaphores théoriques en apportant d’encombrantes histoires politiques et personnelles.

Il demeure central dans la recherche universitaire autant que dans l’œuvre artistique de Svetlana Boym. Son traitement de la question a évolué d’une réflexion sur la nostalgie et ses interprétations à une approche  transculturelle de la liberté comme expérience de création collective dans l’espace public.

Dans sa conférence, elle abordera diverses théorisations de la nostalgie en rapport avec l’expérience du migrant avant de présenter sa recherche actuelle et le travail artistique qu’elle mène sur un camp de transit oublié qui accueillait des immigrants d’Europe de l’Est et dont l’emplacement dans la banlieue de Vienne demeurait secret. C’est en 2012 que des consultations d’archives lui ont fait découvrir où était situé ce camp, lieu d’extraterritorialité et d’histoires dérangeantes dans lequel elle séjourna dans les années 1980.

Image

 

Journée d’étude du 29 mars 2013. Le théâtre et l’exil (NLE/Paris 3/Théâtre aux mains nues/Médiathèque M. Duras)

Journée d’étude

Vendredi 29 mars 2013
14h-18h

Médiathèque Marguerite Duras
75020 Paris (Entrée libre)

Le théâtre et l’exil, argumentaire

A l’occasion de la création au Théâtre aux Mains Nues de « Käthchen, mon amour », dans une mise en scène d’Eloi Recoing, d’après l’œuvre de Heinrich Von Kleist, il nous a semblé propice, dans le cadre des rencontres Non-lieux de l’exil, d’interroger par le prisme de Kleist cette relation entre le théâtre et l’exil.

L’œuvre de Kleist est inséparable de son auteur et de la solitude qui fut la sienne. Exilé dans son époque, trop fragile pour être au monde, dans un monde contraire à tout son être, Kleist s’exila dans son théâtre dans un geste de survie. Cet être inexprimable trouva dans la fiction et le simulacre une réponse provisoire à la crise éthique profonde qu’il traversait.

Il s’est fait le sismographe de sa vie psychique et il a produit un théâtre fantasmatique fort inquiétant. Pouvoir d’inquiétude en effet de ces drames où chaque personnage semble rêver la scène qu’il est en train de jouer. C’est un théâtre de la nuit, écrin de l’exilé, où la langue s’écorche et se blesse à dire l’innommable.
Un théâtre en lisière du rêve, dans l’entre-deux de la conscience, et qui pourtant ne bascule jamais dans l’onirisme. Un théâtre tout en tension, faisant surgir dans le réel un niveau de conscience exacerbé. 

Le cas Kleist est sans doute exemplaire. Son théâtre est le lieu d’une expérience exilique. Et la cage de scène : un laboratoire de la conscience, un lieu de solitude où le sujet, dans un combat de soi avec soi, tente d’échapper à ses propres affects, cherche obscurément l’accès à la vérité de son histoire.

Comme il le rappelle dans son célèbre essai sur le théâtre de marionnette, l’homme est condamné à cette solitude, égaré qu’il est entre deux infinis : le pantin articulé et le dieu.

Au-delà de Kleist, cette dimension « exilante » de la scène, pour celui qui s’y expose, mérite d’être questionnée. Le traducteur, l’acteur, le metteur en scène, sont autant de figures exposées à l’exil : dans leur propre langue, dans les coulisses de leur rôle ou, dans le cas du metteur en scène, condamné à se tenir sur le seuil, entre la scène et la salle, dans ce va-et-vient permanent de projection de soi dans l’autre et de retrait, dans cette distance nécessaire qu’il faut construire avec son sujet, afin que le théâtre soit pour le spectateur une expérience exilique « réussie ».

Programme

Table ronde n°1 La scène comme exil

13h45 Accueil des participants

14h Introduction/présentation

14h15 Première table ronde
Coordination : Eloi Recoing
Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

15h15 Discussion

15h45 Pause café 

Table ronde n°2 Solitude de Kleist

16h15 Introduction/présentation

16h30 Seconde table ronde
Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing,Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

17h30 Echange final

18h Clôture de la journée

20h : Représentation de Käthchen, mon amour
adaptation d’après La petite Catherine de Heilbronn de Kleist
Mise en scène : Eloi Recoing
Marionnettes et théâtre d’acteurs, tout public dès 10 ans.

Au Théâtre aux Mains Nues
Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79
rp.mediation.tmn@wanadoo.fr
Tarifs 5€ / 7€ / 12 €

Théâtre aux Mains Nues 7 square des Cardeurs 75020 Paris
www.theatre-aux-mains-nues.fr
Métro Porte de Montreuil ou Maraîchers, Ligne 9 (10 min à pied)
Porte de Bagnolet, Ligne 3 (10 min à pied)

Partenaires 

  • Programme Non-lieux de l’exil (Fondation Maison des Sciences de l’Homme )
  • Laboratoire International de Recherche sur les Arts (LIRA), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Théâtre aux Mains Nues (7 square des Cardeurs 75020 Paris)

Organisation

  • Alexis Nuselovici (Nouss) (Non-lieux de l’exil/Cardiff University)
  • Eloi Recoing (LIRA/Sorbonne Nouvelle/Théâtre aux Mains Nues)

 

Lieu de la journée
Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet 75020 Paris
Bus : 26, 64, 76, Traverse de Charonne et PC2
Métro Porte de Bagnolet, ligne 3

Réservation auprès du Théâtre aux Mains Nues 01 43 72 19 79

Programme définitif des Rencontres 2012-2013. Objets & langages d’exil

Rencontres 2012-2013

   Objets & Langages d’exil

 Les rencontres Non-lieux de l’exil sont dorénavant partie constitutive d’un programme scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) plus ample, en cours d’élaboration. Le programme s’ouvre ainsi à différentes collaborations avec des institutions et  séminaires partenaires, tout en conservant la forme spécifique de ses rencontres mensuelles. Cette année, les rencontres auront lieu, selon les mois, soit le mercredi soit le jeudi. A partir de février 2013, les rencontres seront prolongées par le séminaire « L’expérience de l’exil », coordonné au Collège d’études mondiales (FMSH) par A. Nuselovici (Nouss).

Sauf mention contraire qu’il convient de vérifier, les séances auront lieu dans les salles du plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). L’heure de démarrage  peut varier.  

Programme définitif 

Les bio-blibliographies des intervenant (e)s et discutant(e)s sont données au fur et à mesure de l’annonce des séances

  •  Lundi 17 septembre  2012– 20h / Langages de l’exil 1 / NLE – Festival d’Ile de France- Collège des Bernardins

Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission

Grand auditorium du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – Paris 5e
Dans le cadre du Festival d’Ile de France. En partenariat avec le Collège des Bernardins et en collaboration avec les rencontres Non-lieux de l’exil (Réseau Asie, CNRS/FMSH).

Table ronde avec Alexis Nouss (professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff), Michel Bruneau (directeur de recherche émérite au CNRS), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, études théâtrales  et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, coordinatrices du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

Enregistrement de l’intégralité de la table-ronde sur le site du Festival  Ile de France (ici)

  • 25 Octobre 2012 : Langages de l’exil II (10h-12h30, salle 638)

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal) «Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle»

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

  •  21 Novembre 2012 : Langages de l’exil III « Paradigmes du déplacement» (14h-18h30, salles  638-640)

en association avec le séminaire « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) (leur programme ici)

Avec  Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Claire Hancock « Terrains »  (Université de Créteil),  Rada Ivekovic  (GTM, CNRS, Paris 8)) « Traduction », Alexis Nouss « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland« Métissage » (Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

  • 19 Décembre 2012 : Langages de l’exil IV ( 14h30-18h, salles 640-641)

Intervenante : Nurith Aviv,  réalisatrice,
Discutantes : Eloi Recoing (Paris 3) et Léda Mansour (Paris X, Nanterre)

  • 15 janvier 2013 : Objets de l’exil I : Objets de l’exil / objets en exil (14h30-18h, salle du conseil B, 190 avenue de France 75013 Paris)  Séance reportée

Intervenant : Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada) : « Objets en exil chez les immigrants du Québec »

  •  31 Janvier 2013 Langages de l’exil V( 14h30-18h, salles 638)
Intervenant : Habib Tengour, écrivain, poète et sociologue.
Modératrice : Catherine Bouthors-Paillart (LSP, Sevrès) ,
Discutants :   Mourad Yelles (INALCO), Pierre Oster (poète)
  • 21 Février 2013 Objets de l’exil II Objets absents /Objets de l’absence ( 14h30-18h, salles 638-640)

Intervenant :  Debesh Goswami, artiste,

Discutantes : C. Servan-Schreiber  (CEIAS, CNRS/EHESS), Laure Wolmark (Comede)

  •  21 Mars 2013 Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Virginie Symaniec (FMSH)
Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)

Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil

Discutantes :  Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

  • 29 mars 2013 : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues  (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet  75020 Paris)

Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

1) La scène comme exil (14h15)

Coordination : Eloi Recoing / Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

2) Solitude de Kleist  (16h30)

Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist  (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

  • 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salle 638-640)

Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)
« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

  • 22 mai 2013 : Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640)

Intervenant :  Octave Debary  (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants :  Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)