Archives par mot-clé : légitimités

Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h

Exil : légitimité et crédibilité des expériences.

3ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL

Un temps de débat sera consacré à la nouvelle loi sur l’immigration votée le 19 décembre 2023, et aux tribunes en opposition, dont celles de l’Institut convergences migration et des Non-lieux de l’exil.

10 janvier 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Elena GORDIENKO (chercheuse en études théâtrales, IRET/Sorbonne Nouvelle) : Quels projets et en quelles langues pour des artistes exilé.e.s du pays déclencheur d’une guerre coloniale ?
  • Omid HASHEMI (Artiste et performeur, Chercheur associé : Scènes du monde, création, savoirs critiques, EA 1573, Université Paris 8) – La fatalité géographique
  • Morgane DUJMOVIC (Géographe,  chargée de recherche CNRS, UMR Pacte, Grenoble, ICM) – Que peut la carte ? Que fait le mouvement ? La CartoMobile : une expérimentation participative avec des personnes exilées 
  • Pascale LABORIER (Professeure de science politique, Université Paris Nanterre – ISP UMR 7220, fellow ICM, Membre du Bureau du Réseau MEnS et du Conseil scientifique de PAUSE) – Cartographies narratives des universitaires exilés à l’ère numérique : conditions de production de connaissances collaboratives et contributions au plaidoyer pour les universitaires en danger

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA, Sophiapol, ICM) et Léo Manac’h (anthropologue, CEPED, U. de Paris Cité, ICM)

Crédit photo du bandeau : (c) Omid Hashemi, Série Les murs troués de la guerre, 2013, n°4. Courtoisie de l’artiste, https://www.omidhashemi.art/ 

Argumentaire

Qui parle de l’expérience de l’exil ? Sous quelle forme ? Au nom de qui et pour qui ? Ces questions sont régulièrement discutées dans les Non-lieux de l’exil et traversent la thématique de cette année : Exil- conflictualités et émancipations. Elles prennent une place centrale dans l’actualité politique récente, et notamment depuis le vote de la loi immigration, le 19 décembre 2023, avec les voix de l’Extrême-droite. Cette séance propose de s’intéresser plus précisément aux cercles de la légitimité afin de distinguer entre la légitimité des expériences et leur crédibilité dans l’espace public. La légitimité engage à la fois la participation et proximité avec l’événement et le positionnement. Serait alors « légitime », en premier lieu, celle ou celui qui a fait une expérience directe l’exil dans sa diversité constitutive (de guerre et de conflit, de déplacement et d’arrachement) ou bien, en second lieu, celle ou celui qui l’a vécu intimement par rebond. Cette expérience concerne alors des proches et des contextes connus, une langue parlée et lue. Un troisième cercle apparait ensuite, celui de celles et ceux qui se trouvent face à l’expérience de l’exil, qui sont ébranlé·es dans le contre-coup ou l’après-coup (Galitzine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky 2018) et/ou s’engagent contre la condition faite à l’exilé·e, que ce soit pour des raisons politiques et/ou familiales. La question de la langue demeure ici centrale et doit être adressée afin d’observer les modalités de circulation entre les deux premiers cercles de concernement et le troisième cercle, « concerné·es indirect·es » par les politiques migratoires et l’expérience de l’exil. En effet, comment (s’) exprimer, comprendre affects et engagements lorsque l’un·e des interlocuteur·rices ne dispose que d’une langue partagée insuffisante dans sa capacité à signifier (Manac’h 2022) ? La crédibilité, serait, selon Roberto Beneduce (2020), trop souvent médiée par les chercheur.e.s dans les dispositifs de recueil de la parole : placé en situation d’expert, celui-ci attesterait de la légitimité dans l’espace public, rejoignant l’interrogation de Gayatri Spivak (1985). Cette crédibilité interrogerait alors les éventuelles « violences systémiques » dans le dessaisissement de la parole et la réappropriation par les chercheur.e.s. Que se passe t’il pourtant lorsque la parole et le témoignage s’élaborent dans la co-construction ou plus encore, dans la conjonction des statuts, lorsque les chercheur.e.s et artistes, eux-mêmes en exil, se saisissent de différents espaces de représentation dans l’espace public pour transmettre soit leur expérience, soit des expériences collectives ? A tout le moins cette concordance entre légitimité et crédibilité influe et modifie l’ordre du discours, la répartition des rôles et ouvre à de nouvelles perspectives, éthiques, épistémologiques et politiques, que cette séance entend discuter.

Intervenant.e.s

Continuer la lecture de Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h