Archives par mot-clé : L’expérience de l’exil

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil. Séance 1 : Esthétique & Politique, la question du cinéma. 1er déc. 2016

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 1 Esthétique & Politique : la question du cinéma

Jeudi 1er déc. 2016 de 17 à 20h,  salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE).(plus d’informations ici)

L’exil ne s’oppose pas à la migration, ni l’exilé au migrant ou au réfugié, mais les relie pour privilégier le vécu sur des catégorisations juridiques et politiques conjoncturelles, la subjectivité et la capacité d’action du sujet sur un statut administratif transitoire. Si la figure romantique de l’exilé a fait long feu, celle de demandeur d’asile participe de sa recomposition contemporaine : c’est précisément ces changements de condition,  la nécessité de renouveler l’analyse des formes d’accueil et de représentation des sujets en exil qui réintroduisent la potentialité heuristique du concept d’exil dans le champ politique et esthétique. L’objectif de ce séminaire, en association avec le programme « Non-lieux de l’exil », est d’en analyser les enjeux de représentation dans l’espace public au travers de lieux et de non-lieux différents : camps, murs, enclaves, campements. 

Deux thématiques seront abordées : Esthétique & politique (1er déc. – La question du cinéma 2016, 5 janv. 2017- La question de l’exposition,  2 fév. 2017– la question de la photographie ) et Murs 2 mars, 4 mai 2017)

Séance 1 Esthétique & Politique :  la question du cinéma 

en collaboration avec Philippe Bazin, Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon.

Présentation  : Alexandra Galitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Christiane Vollaire

Introduction  : Christiane Vollaire

avec Claire ANGELINI (cinéaste et artiste, autour de son film « La guerre est proche » 2010), Patrice CHAGNARD (réalisateur) et Léda MANSOUR (Chaire Dialogue des Cultures, Paris I Panthéon Sorbonne)

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil. Séance 1 : Esthétique & Politique, la question du cinéma. 1er déc. 2016

« Displaced objects ». Appel à textes / Call for papers

                                              Displaced Objects

doé
site : displacedobjects.wordpress.com

 Appel à textes 

(in english, russian, arabic below)

Un  appel pour mieux cerner ce que l’exil (la migration, le déplacement, la fuite, l’asile) fait aux objets mais aussi ce que les objets disent de l’exil.

En mai 1922, une exilée dénommée Marina Tsvetaieva quitte Moscou pour Berlin, décrivant soigneusement les objets qu’elle emporte avec elle. En 1939, de Paris à Moscou, elle consigne une liste des objets qu’elle ramène. Ce ne sont pas tout à fait les mêmes et n’importe comment ils sont devenus autres. Mais ils sont siens ; comme elle, ils sont en et de l’exil et leurs destins sont partiellement liés, dans les voyages successifs comme dans l’épreuve de la famine et de la disparition.  En quoi ces objets seraient-ils différents de ceux des plages de Lampedusa, des camps de la frontière marocaine ou mexicaine, des centres de rétention, des campements de  Calais ou de la Porte de la Chapelle à Paris ? Que savons-nous de leur importance, souvent vitale ? De leur manière de porter trace ? De leurs  métamorphoses ?

L’objectif du projet intitulé Displaced Objects (D.O.), paraphrasant la désignation de Displaced Persons (D.P),  est de collecter de courts textes rendant compte d’objets singularisés par une expérience, celle de l’exil. 

Le principe est simple et ouvert à tous : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil.

Joseph Brodsky, statue mémorial, St Petersbourg
Joseph Brodsky, statue mémorial, St Petersbourg

Il ne s’agit pas nécessairement de convoquer sa propre histoire ou celle de sa famille. Les objets de l’exil participent de notre quotidien, en arrière plan de toute évocation des « flux migratoires »;  l’actualité en pourvoit d’abondance, tour à tour présentés comme traces, empreintes, vestiges, restes ou déchets. Très vite, certains d’entre eux deviendront objets de musée, d’art ou de littérature, posant des questions d’ordre éthique et politique sur leur nature ou leur propriétaire légal. On ne saura que rarement ce que sont devenus leurs détenteurs.

 Les Displaced Objects  intégrent ainsi, mais aussi bien se distinguent, de ce qu’il est convenu d’appeler le patrimoine des migrations : les objets de l’exil peuvent en effet être des objets en exil, progressivement déliés de tout contexte de signification et d’histoire, catégorisés ou patrimonialisés autrement : objets du quotidien, de la sphère familiale ou religieuse, objets de l’entre-deux du déplacement,  « nôtres » ou « autres », transmis de génération en génération ou au contraire spoliés, abandonnés, disparus, retrouvés ou recréés en exil.

Restituer la biographie des objets est en conséquence un décentrement du sujet à l’objet, un efficace moyen de restituer une dignité au vécu de l’exilé. La matérialité de l’objet est à ce titre à la fois essentielle et insuffisante : ce qui importe est précisément ce qu’il signifie en dehors de toute matérialité, seul ou en association avec d’autres, l’expérience dont il fait état. En ce sens, l’objet, ou sa représentation (visuelle, littéraire) est un non-lieu, et son destin changeant incarne celui de ses possesseurs.  

Nous le savions déjà, les objets ont une (nôtre) âme. Par quelles voies incorporent-ils une expérience ou un héritage de l’exil ?

Appel à textes

Le principe du projet « Displaced Objects » est simple : choisir un objet (matériel, littéraire, cinématographique, artistique, muséal) et dérouler une expérience de l’exil ou du déplacement, dans le temps et l’espace.

Cet appel à textes (3 pages maximum) est ouvert à tous, chercheur(e)s, artistes, écrivain(e)s, soignant(e)s, traductrices, étudiants,  gens d’ici ou d’ailleurs ayant fait l’expérience de l’exil …. Il ne prendra sens que dans la diversité  des écritures et des expériences. Les textes sont publiés en ligne sur le sitehttp://displacedobjects.com/.   Le titre sur la page d’accueil doit être un nom d’objet (4 mots maximum), mais un sous-titre peut préciser l »intention de l’auteur. Une image d’objet doit y être intégrée. Ils doivent être signés, au moins du prénom. Les textes sont conformés pour maintenir la cohérence du format. Leurs points de vue n’engagent que leurs auteurs.

Displaced Objects est un projet du programme Non-lieux de l’exil coordonné par Alexandra Galitzine-Loumpet qui se tiendra sur plusieurs années à partir de fin 2015. Les propositions de 1-3 pages doivent être envoyées à l’adresse suivante :  loumpet.galitzine@gmail.com.

We welcome texts in English (see below) and in any others languages (with a translation). Les textes en anglais et en toute autre langue (avec une traduction) sont bienvenus.

Displaced Objects est un projet du programme Non-lieux de l’exil qui se tiendra sur plusieurs années à partir de fin 2015. Les propositions de 2-3 pages doivent être envoyées à l’adresse suivante :  displacedobjects@free.fr

Les textes sont publiés à intervalles réguliers sur un site web dédiéici

We welcome texts in English and in any others languages (with a translation).

Les textes en anglais et en toute autre langue (avec une traduction) sont bienvenus.

Alexandra Galitzine-Loumpet

—————————————————————————-

A project to better determine what exile (migration, displacement, flight, asylum) does to objects, but also what the status of the objects says about exile.

a project of  Non-lieux de l’exil/ Non places of exile programme

Presentation

In May 1922, an exile named Marina Tsvetaieva leaves Moscow for Berlin, carefully describing the objects she is taking with her. In 1939, from Paris to Moscow, she writes down a list of the objects she is bringing back. These are not quite the same and it does not matter how they have become different. They are hers. Like her, they are in and of exile, and their fates are partially linked, one journey after another, through famine and disappearance. In what way might these objects be different from those along the beaches of Lampedusa, in the border camps of Mexico or Morocco, in detention centers, in the encampments at Calais or at the Porte de la Chapelle in Paris?  What do we know about their often vital importance? About the way they bear a trace? About their transformations?

The purpose of the project Displaced Objects (D.O.), paraphrasing the designation Displaced Persons (D.P.), is to collect short texts that give an account of objects singularised by one experience, that of exile.

The principle is simple and open to everyone: choose an object (material, literary, cinematographic, artistic, museal) and elaborate an experience of exile.

It is not necessarily a matter of recounting personal or family history. Objects of exile are part of our everyday lives. They are there behind every mention of “migration flows”. Recent events provide them in abundance, alternately presented as traces, imprints, vestiges, remains or waste. Soon, some of them will become objects of museums, art or literature, posing ethical or political questions as to their nature or their legal ownership. Rarely do we know what has become of their owners.

Displaced Objects thus integrate, but also distinguish themselves from, what is conventionally called migration or immigation heritage :  objects of exile can in fact be objects in exile, progressively detached from all signifying and historical context, categorised or patrimonialised differently: daily objects, familial or religious objects, in-between objects of displacement, “ours” or “others”, passed on from generation to generation or on the contrary looted, abandoned, lost, found or recreated in exile.

Restoring the biography of objects is accordingly a decentering of the subject to the object, an effective way of restoring dignity to the lived experience of the exile. The materiality of the object is in this respect both essential and inadequate: what matters is precisely what it signifies outside of any materiality, alone or associated with others, the experience to which it testifies. In this sense, the object, or its representation (visual, literary) is a non-place, and its changing fate epitomises that of its possessors.

We already knew it, objects have a (our) soul. In what ways do they incorporate an experience or heritage of exile?

Call for texts.

The principle of the project is simple : choose an object image (material, literary, cinematographic, artistic, museal) and write an experience of exile in time and space.

This call for texts (1-3 pages) is open to everyone: researchers, artists, writers, caregivers, translators, students, and people from here or from there, whatever their status may be, who have experienced exile or displacement… It will only take on meaning as writings and experiences intertwine to form a corpus. Texts will be  published online. An image of the object must be incorporated into the text. They must be signed, at least with a first name. The texts will be edited for formal consistency. Their points of view reflect only those of their authors.

Displaced Objects is a project of the programme Non-places of Exile and is coordinated by Alexandra Galitzine-Loumpet. It will take place over several years beginning late 2015. Submissions of no more than 3 pages should be sent to the following address: displacedobjects@free.fr

(trad. J. Richardson)

 ——————————————————————————-

Призыв к созданию текстов, помогающих лучше понять, как изгнание (миграция, перемещение, бегство, приют) со временем отражается на предметах, а также – что статус предметов может рассказать об изгнании.

призыв к созданию текстов

Этот призыв к созданию текстов открыт для всех тех –  исследователей, художников, писателей, медиков, переводчиков, студентов, людей из этих или отдаленных мест – у кого есть опыт изгнания. Тексты будут сначала опубликованы онлайн сериями по четыре, а потом смогут стать экспонатами на выставке. К ним должно быть приложено изображение предмета. Они должны быть подписаны хотя бы именем без фамилии. Тексты оформлены по определенному единому формату. За изложенную в них точку зрения несут ответственность исключительно их авторы.

Перемещенные Предметы – проект программы Безместие изгнания. Координатором проекта, который будет действовать несколько лет, начиная с конца 2015 года,  является Александра Гoлицына. Предложения в 2-3 страницы следует высылать на следующий адрес: displacedobjects@free.fr

                        ———————  .  ———————–

В мае 1922 года, уезжая из Москвы в Берлин, беженка Марина Цветаева тщательно описывает все предметы, которые она увозит с собой. В 1939 году она составляет список всего того, что везет с собой обратно из Парижа в Москву. Это не совсем те же вещи, и в любом случае они уже стали другими. Но это её вещи ; они, как она, находились в изгнании и возвращаются, их судьбы отчасти связаны с ее судьбой в дни путешествий, а также и в дни испытания голодом и ухода в небытиё.

Отличаются ли чем-либо эти предметы от предметов на берегах Лампедузы, в приграничных лагерях беженцев Марокко или Мексики, в пенитенциарных центрах, в палаточных лагерях Калэ или Порт де ля Шапель в Париже? Что мы знаем об их значении, об их часто жизненной важности? О том, какие на их теле сохранились следы? Об их превращениях?

Цель проекта под названием Displaced Objects (D.O.)Перемещенные Предметы (П.П.) – по аналогии с обозначением Displaced Persons (D.P)Перемещенные Лица, – собрать короткие тексты, описывающие предметы, несущие на себе следы определенного опыта – опыта изгнания.

Принцип прост и открыт для каждого: достаточно выбрать предмет (материальный, литературный, кинематографический, художественный, музейный) и изложить опыт изгнания.

Вовсе не обязательно опираться на свою собственную историю или историю своей семьи. Предметы изгнания нас окружают в повседневной жизни, они служат фоном любого разговора о «мигрантских потоках»; новости нам их преподносят в неимоверном количестве то в виде следов и отпечатков, то в виде развалин, остатков или мусора. Довольно быстро некоторые из них становятся музейными экспонатами, предметами искусства или литературы, ставящими перед нами вопросы этического и политического характера об их природе или законных хозяевах. Нам редко что-либо известно о том, что стало с их обладателями.

Перемещенные предметы относятся к тому, что принято называть «наследие миграций», но они от него и отличаются: предметы изгнания могут быть предметами в изгнании, постепенно освободившиеся от какого бы то ни было смыслового или исторического контекста и относимые к иным категориям и наследиям, как-то: предметы быта, относящиеся к семейной или религиозной сфере, предметы, используемые в промежутках между передвижениями; «наши» предметы или «чужие», передававшиеся из поколения в поколение, или, наоборот, отвергнутые, брошенные, пропавшие, найденные или воссозданные в изгнании.

Восстановление биографии предметов – это процесс, переносящий ударение от субъекта к объекту. Это эффективный способ вернуть достоинство быту изгнанника. В этом смысле материальный характер предмета важен, но недостаточен: ведь на самом деле важно то, что предмет значит вне его материальной сущности,  то что он значит сам по себе и в сочетании с другими, важен опыт, о котором он свидетельствует. В этом смысле предмет, или его изображение (визуальное или литературное) – категория безместная, а его изменчивая судьба воплощает судьбу его обладателей.

Нам и так известно, что у предметов есть (наша) душа. Какими путями они воплощают опыт или наследие изгнания?

Александра Гoлицына

(trad. Lisa Mouraviova)


نداء من أجل كتابة نصوص قصيرة لمشروع: أشياء ليست في مكانها

إن مبدأ مشروع: أشياء ليست في مكانها، والذي مبتغاه إنشاء أرضية لتجارب المنفى، يقوم على أساس بسيط: اختيار شيء (مادي، أدبي، سينمائي، فني، أو له علاقة بالمتاحف)، ومناولته في إطار تجربة من تجارب المنفى أو في انتقاله في الزمن والمكان.

هذا النداء من أجل كتابة نصوص (ثلاث صفحات كأقصى تقدير) مفتوح للجميع: باحثون، فنانون، كتاب، معالجون، مترجمون، طلبة، أفراد من هنا أو هناك عاشوا تجربة المنفى… إلخ

لن يكون هنالك معنى إلا في تعدد النصوص والتجارب… النصوص سوف تنشر على الموقع الإلكتروني

https://displacedobjects.com (displacedobjects@free.fr)

يلزم إرفاق صورة

ألكسندرا جاليتزين لومبي / نورا دي كاس جيرالدي

(traduction Mohamed Moksidi)

Mise en ligne, journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace ».

Mise en ligne, sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche (AAR-ESCom)  que nous remercions une fois encore, de la journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace » , tenue le 12 juin 2014, en trois parties :

1) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Ana Paula  COUTINHO , Docteur en Littérature Comparée & professeur associé, Faculté de Lettres de l’Université de Porto, Portugal ; Victoria  PAZ, Collège Freudien de Paris, Université de Paris VIII, France

2) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Luba  JURGENSON , Maître de conférences, HDR, Paris-Sorbonne/CIRCE, Paris, France

3) Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Alain-Philippe  DURAND , Professor, Université d’Arizona, USA ; Ada  SAVIN , Professeure d’études américaines, Institut d’Etudes Culturelles et Internationales (IECI), Université de Versailles–Saint Quentin, France ; Anh Thuân  DOAN , Ecrivain, Paris, France ; Frieda  EKOTTO , Professor of Afroamerican and African Studies and Comparative Literature, University of Michigan Ann-Arbor, USA

Programme ici 

la mémoire

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015

L’initiative Non-lieux de l’exil (FMSH) organise, en partenariat avec le département Afrique de l’INALCO et avec  le séminaire « Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. influence du cinéma soviétique »  (EHESS), une journée d’étude consacrée aux représentations de l’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas.

Extraits "The Nine Muses" (2010) de Johh Akomfrah
Extrait  « The Nine Muses » (2010) de John  Akomfrah (courtoisie)

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Journée d’étude, 13 février 2015 

Entrée libre

Coordination scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)  Alexis Nuselovici, (FMSH/AMU),  Melissa Thackway (INALCO)

logos3

  • ARGUMENTAIRE

Associé à la quête d’identité et au centre des thèmes développés par les cinémas d’Afrique subsaharienne nés après les indépendances, l’exil continue cinquante ans plus tard d’y occuper une place centrale, au point d’en devenir une de ses principales caractéristiques.

 Qu’il s’agisse de l’exil interafricain, d’une région ou d’un pays à un autre, ou d’un exil au-delà du continent, l’exil y est à la fois thème et fil narratif. De nombreuses figures exiliques apparaissent et se superposent – candidats au départ, immigrés arrivés en Europe, descendants diasporiques, sujets postcoloniaux. Tous sont confrontés à cet appel de l’ailleurs, aux conditions de vie souvent difficiles dans le territoire d’accueil et à la question d’un retour éventuel au pays.

 Incarnations de ce mouvement inexorable, de ce va-et-vient, de cet entre-deux, ou de cet « être dans les deux », ces films dessinent un cinéma des interstices, de quêtes réelles ou symboliques, où se pose la question de la (de)territorialité, de la frontière, de l’imbrication des espaces, ainsi celle des appartenances – une itinérance d’une rive à l’autre qui confère aux écritures cinématographiques une extériorité et une distance critique mais aussi une hybridité de codes et de genres cinématographiques. Quelles représentations émergent de cet état exilique ? Quels regards portent ces films sur l’expérience de l’exil ?    

-> La chronique cinéma de Mariam Diop du mardi 27 janvier 2015 à 10h45 sur AFRICA N°1 – 107.5. sera consacrée à la journée d’étude.

  • PROGRAMME

Journée  salle CNRS 638-640 (190 avenue de France, 75013 Paris)
Continuer la lecture de L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas. Journée d’étude, 13 février 2015

« Noirs éclats / Or cruel », autour de l’oeuvre de Sylvain George. 20 novembre 2014

Qu'ils reposent en révolte (2011) (c) S. George.
Qu’ils reposent en révolte (2011) (c) S. George. 

NOIRS ECLATS   /  OR CRUEL 

La rencontre de l’initiative « Non-lieux de l’exil » (Collège d’études mondiales, FMSH) du 20 novembre (16h-19h) sera consacrée à l’oeuvre du réalisateur Sylvain George, en sa présence.

Elle aura exceptionnellement lieu à la Fondation Calouste Gulbenkian.

Le réalisateur présentera les extraits des films suivants :

  • « Ils nous tueront tous » (2009)
  • « Les Eclats (ma gueule, ma révolte, mon nom) » (2011)
  • « Les nuées (My mama’s face) » (2012)

Cinéaste et écrivain, formé en philosophie, droit et sciences politiques, Sylvain George réalise depuis 2006 des films radicaux, poétiques, politiques et expérimentaux, sur la thématique de l’immigration et des mouvements sociaux et collabore avec de nombreux artistes. Ses films ont été plusieurs fois primés dans des festivals internationaux.

Continuer la lecture de « Noirs éclats / Or cruel », autour de l’oeuvre de Sylvain George. 20 novembre 2014

Trois nouvelles publications sur HAL-SHS : B. Chukhovich, M. Cronin, M. Goldschmit

Trois nouvelles publications, mises en ligne le  25 juin 2014, qui viennent enrichir la série de working papers « Etudier l’exil » sur HAL-SHS Archives ouvertes.

Il s’agit de :

elseedparis13

« Le Street art : un genre exilique ? », par Boris CHUKHOVICH

Résumé : Les rapports entre exil et street art sont complexes. D’une part, les artistes de rue ressemblent aux migrants dont le nomadisme perpétuel caractérise le monde contemporain. D’autre part, le street art a ses propres raisons d’être qui ne coïncident pas toujours avec celles d’artistes exilés…plus

JamesJoyce– « Représenter l’exil : le sujet du non-exil », par Michael CRONIN

Résumé : Nous proposons une réévaluation de la thématique de l’exil en littérature, à partir d’une étude de l’une des nouvelles de James Joyce, une réévaluation qui renoncerait à la dramaturgie des ruptures brutales, des départs définitifs, propre à une certaine vision de l’exil exotique, pour regarder de plus près l’exil de proximité….plus 

393px-Memorial_Walter_Benjamin_Portbou_003« L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Maranne (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà) », par Marc GOLDSCHMIT

Résumé : La représentation de l’exil n’efface pas sa douleur, mais initie un mouvement de retour sur soi du sujet. L’exil est en excès sur la représentation, il lui faut une écriture sans appui que nous recherchons ici à travers quatre ellipses… plus

Ces contributions passionnantes sont proposées en lien direct dans la rubrique « Publications de l’équipe » / Working papers en haut à droite du site, ou en suivant les liens surlignés à travers le site de la FMSH.

Huit contributions sont désormais disponibles, d’autres devraient être publiées prochainement. N’hésitez pas à les commenter.

Bonne lecture !

 

Mise en ligne. Marie Darrieussecq. L’expérience de l’exil (séance du 13 mars 2014)

Logo FMS-PS-CEM pngMise en ligne de la séance du séminaire « L’expérience de l’exil » du Collège d’études mondiales sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche / EsCOM.

Séance du 13 mars avec Marie Darrieussecq