Archives par mot-clé : littérature

« L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

L’EXIL – Vient de paraître le dernier numéro  de la revue marocaine et internationale multilingue(1), première et unique revue défendant les valeurs de laïcité et de liberté d’expression, consacré à l’exil et à une réflexion sur la circulation des idées, des cultures, des langues, avec plusieurs textes et extraits de membres (anciens, actuels) des Non-lieux de l’exil.

Cliquer sur l’image pour accéder au site de la revue

Sommaire : 

Continuer la lecture de « L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Mise en ligne sur MEDIHAL des captations de la journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif »  du  21 novembre 2016 (Inalco)

Le programme MIGROBJETS (INALCO) en association avec le programme NON-LIEUX DE L’EXIL et le partenariat du PLIDAM et du CREE (Inalco), de la Cimade et de Migrant’scènes (pour la performance « Sicilia » de Clyde Chabot) voulaient revenir sur les objets de l’exil dans la littérature pour les mettre en lien avec les représentations contemporaines de la migration.

Avec : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky, Corinne Alexandre Garner, Catherine Gery, Cécile Oumhani, Delphine Pagès El Karoui, Camilla Maria Cederna, Chowra Makaremi, Catherine Mazauric, Frosa Pejoska, Marie Poinsot, Nisrine Al Zahre, Mourad Yelles, Peter Stockinger, Alexandra Galitzine-Loumpet

Captations de l’ouverture et des quatre séances : ici 

Réalisation : Dimitri Galitzine

Continuer la lecture de Vidéos. Journée d’étude « L’objet de la migration : la construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif » 21 novembre 2016 (Inalco)

Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

Une reterritorialisation symbolique.

"A genuine_harem skirt at Ellis Island" Wikicommomns
« A genuine harem skirt at Ellis Island » (1913) Wikicommomns

Intervention de Cécile Oumhani le 3 mars 2016, lors de la rencontre « La langue matérielle de l’exil » (NLE & IRIS)

Penser au « langage matériel de l’exil » suffit à faire déferler des images d’Ellis Island, où les photos en noir et blanc se mêlent à mes propres souvenirs du lieu. Avant de parler d’une visite qui remonte au début des années 1990,  je dois évoquer mon premier passage à New York en 1963, soit moins de dix ans après la fermeture d’Ellis Island, le 12 novembre 1954.

Continuer la lecture de Une reterritorialisation symbolique. Texte de Cécile Oumhani

La langue matérielle de l’exil (1). 3 mars 2016

La langue matérielle de l’exil (1)

La carte mémoire d'Adama / Ils me laissent l'exil-les objets (c) Laetitia Tura 2015
La carte mémoire d’Adama / Ils me laissent l’exil-les objets (c) Laetitia Tura 2015

Plusieurs séances du programme auront lieu autour de cette thématique en 2016.

La première rencontre aura lieu jeudi 3 mars 2016 de 16 à 18h30, salle 587 (EHESS, 190 av.  de France, 75013 Paris) en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS – EHESS/CNRS). Elle s’articulera autour des processus de passage entre l’intime de l’expérience et la sphère publique.

Avec :

  • Laetitia Tura : projection de Ils me laissent l’exil – les objets (2015) film réalisé lors d’une résidence du GREC, Musée de l’Immigration.

Discutante principale : Chowra Makaremi

  • Alexandra Galitzine-Loumpet –  le projet Displaced Objects, avec la participation de Rachel Cohen et Cécile Oumhani.

Discutante principale : Brigitte Natanson

 

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA & NLE)Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS & NLE), Brigitte Natanson (Université d’Orléans & NLE)

iris logo      logo NLE

Présentation des intervenantes : 

Continuer la lecture de La langue matérielle de l’exil (1). 3 mars 2016

Balkans, non-lieux de l’exil.

BALKANS, NON-LIEUX DE L’EXIL.

(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/
(c) Klavdij Kluban http://www.sluban.com/

 reporté à une date ultérieure

 Balkans 2015-2016. L’actualité de la ‘crise grecque’ et des ‘flux migratoires’, mais aussi les attentats de novembre 2015 à Paris font grand usage de cette désignation dans le paysage médiatique d’Europe occidentale. Sont ainsi évoquées ‘la route des Balkans’,  ‘l’antichambre de l’Europe’ et de façon plus floue encore ‘les migrants des Balkans’.

Les Balkans, dans leur pluriel constitutif, apparaissent comme une entité spatiale et symbolique indéterminée entre Méditerranée et Mitteleuropa, aux frontières extérieures fluctuantes et intérieures morcelées, marquées par le nationalisme le plus extrême justement parce qu’elles sont supposées constituer un en-deçà des Etats-nations. Laboratoire de l’Europe à la frontière de l’Asie, champ d’intervention des politiques européennes, les Balkans signalent à la fois un lieu et un non-lieu, des entités en permanence traversées, reconfigurées, par l’histoire, le religieux, l’économique, les conflits et, de nouveau, l’érection de murs – en d’autres termes, une multiplicité d’expériences de l’exil.

Dans son acception singulière, l’espace balkanique demeure « un lieu de mémoire où l’Europe a testé les limites de son identité » (Benou & Mayali 2013-2014 : 8). A partir d’une histoire des relations de pouvoir et de la constitution d’altérités, il permet d’interroger  les imaginaires littéraires, cinématographiques, artistiques ou médiatiques au croisement de l’utopie et de la différence. Il oblige à penser les relations entre le territoire et le politique et engage dès lors à aborder la singularité du sud-est européen en multipliant les points de vue et les disciplines. Continuer la lecture de Balkans, non-lieux de l’exil.

Colloque « Etudier l’exil » 19-23 mai 2015, AMU / MUCEM (11 vidéos)

rL’initiative Non-lieux de l’exil  (Fondation maison des sciences de l’homme) organise en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) le colloque international : ETUDIER L’EXIL.

Programme détaillé : ici

Avec nos remerciements renouvelés pour le formidable travail de captation et de mise en ligne du programme ESCOM-AAR, associé de ce colloque, et à tous les partenaires.

Mardi 19 mai 2015 (Théâtre Antoine Vitez)

Ouverture du Colloque

i
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Stéphane  LOJKINE , Professeur de littérature française, Université d’Aix-Marseille, France ; Jean-Raymond  FANLO , Professeur de littérature, directeur du collège doctoral, Université Aix-Marseille, France ; Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France – coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Yvon  BERLAND , Président de l’Université Aix-Marseille, France ; Jean-François  CHOUGNET , Président du MuCEM, Marseille, France ; Boris  LOJKINE , Réalisateur, France

Mercredi 20 mai (AMU)

Session: Etudier l’exil – Première partie

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, coordinatrice ANR EsCA, coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France – coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Nancy  GREEN L. , Directrice d’études, Centre de recherches historiques (CRH), EHESS, Paris, France ; Robert  YOUNG , Professeur de littérature anglaise et littérature comparée, New York University, USA ; Erika  LEE , Rudolph J. Vecoli Chair in Immigration History and Director of the Immigration History Research Center, University of Minnesota, USA ; Kristina  SCHULZ , Professeure boursière, Institut d’Histoire de Berne, Suisse

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, coordinatrice ANR EsCA, coresponsable de l’initiative de recherche Non-lieux de l’exil, FMSH, Paris, France ; Cyril  VETTORATO , Maître de conférences en littératures comparées, ENS, Lyon ; Martine  HOVANESSIAN, Directrice de recherche au CNRS, Paris, France

Cliquer sur l'image pour accèder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo

Catherine  WIHTOL de WENDEN , Politologue, directrice de recherche au CNRS, Paris, France ; Stéphane  LOJKINE , Professeur de littérature française, Université d’Aix-Marseille, France ; Mehdi  ALIOUA , Sociologue, Professeur assistant, Université Internationale de Rabat, Maroc ; Marc  BERNARDOT , Université de Lille I, France ; Christiane  VOLLAIRE , Philosophe, France ; Heindrun  FRIESE , Anthropologue, Cultural Studies, EHESS, Paris, France ; Claire  RODIER , Juriste, Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), Paris, France ; Chowra  MAKAREMI , Anthropologue, Chargée de recherches CNRS – Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS), EHESS, Paris, France

Continuer la lecture de Colloque « Etudier l’exil » 19-23 mai 2015, AMU / MUCEM (11 vidéos)

Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet

Une fois n’est pas coutume, ce billet est une réaction, à chaud, à un article publié par Le Monde en ligne du 28 aout 2015 avec deux titres : sur la page d’accueil « Argent, souvenirs, écrits… ce que les migrants retrouvés morts avaient sur eux », et après ouverture   « « Gazelle », le poignant texte de rap retrouvé parmi les corps de migrants ».

Au-delà du glissement sémantique, déjà signifiant, il a en effet beaucoup à écrire à propos de  ce court article signé par Salvador Aloïse reprenant en  partie le travail de deux journalistes d’un quotidien italien.

Retour sur texte.

Cela commence ainsi :

« Jusqu’ici, ils n’étaient connus qu’à travers un chiffre et une date : les 49 cadavres du 15 août. Un parmi les nombreux naufrages de cet été, le long de la route des migrants, dans le canal de Sicile. Mais ce chiffre commence à « parler » : on sait à présent comment certains de ces hommes, enfermés dans la cale de l’embarcation qui devait les mener vers l’Italie, ont passé les derniers moments de leur vie. »

Continuer la lecture de Si ce sont des hommes… A propos de migrants et d’objets. Texte de A. Galitzine-Loumpet