Archives par mot-clé : littérature migrante

Littérature migrante et traduction. Colloque 18-20 juin 2014. Aix-en provence

tradcmigraDu 18 au 20 juin 2014, le CIELAM organise, avec le soutien de la Fédération de recherche LiTTT, et en partenariat avec le CAER, ECHANGES, IrASIA, la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris) (Programme « Non-Lieux de l’exil »), l’Université de Pise et l’Université d’Innsbruck, un colloque international intitulé « Littératures migrantes et traduction », qui propose de lancer une vaste réflexion sur la nature des littératures migrantes et les enjeux traductifs qu’elles suscitent :

programme complet :   Colloque Litterature migrante_Programme_

Maison de la Recherche
Batiment T1
29 avenue Robert Schuman
Aix-en-Provence

MERCREDI 18 JUIN

Représenter l’exil : la mémoire, la trace. Journée d’étude.12 juin 2014

la mémoire 

Représenter l’exil : la mémoire, la trace.

Attention, légers changements d’horaires

Journée d’étude 12 juin 2014

salles 638-640, 190-198 avenue de France 75013 Paris. M°Quai de la Gare, bus 89

 Argumentaire

Si la nostalgie vient souvent aider à figurer l’exil, il n’est pas certain qu’elle en fournisse le seul mode de représentation. La subjectivité exilique peut aussi, par stratégie d’individuation ou de conformité, choisir d’obscurcir, voire d’effacer les traces. Le travail mémoriel sert par conséquent une fonction d’aménagement symbolique de l’expérience exilique opérant dans les espaces publics comme privés. Selon les résultats, une telle élaboration aboutit  soit à postuler un intraduisible de l’expérience de l’exil, soit à la constituer en héritage.

Continuer la lecture de Représenter l’exil : la mémoire, la trace. Journée d’étude.12 juin 2014

Ecritures migrantes du genre. Journées d’études du 6 janvier et 21 février 2014

CaptureEcritures migrantes du genre :  croiser les théories et les formes littéraires dans les contextes comparés

JOURNEES D’ETUDE, UNIVERSITE SORBONNE NOUVELLE – PARIS 3
organisées par
Mireille Calle-Gruber, Anne Castaing, Sarah-Anaïs Crevier Goulet,
Xavier Garnier, Christine Lorre et Myriam Suchet

LUNDI 6 JANVIER 2014, salle Claude Simon (Maison de la Recherche), 14h-19h : «Comment
penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre ? » (I)
• Ouverture, Mireille Calle-Gruber
• Jean Bessière (U. Paris 3) : « Genres, études de genre : universalité ? »
• « Tradire avec Nathanaël : lecture dégenrée et commentaire indisciplinaire (Chicago, Montréal,
Paris) », par Nathanaël (écrivain, Chicago) et Myriam Suchet (U. Paris 3)
• Seza Yilancioglu (U Galatasary, Istanbul), « Les évadées du harem : premières révoltes
féministes en Turquie »
Pause-café
• Anne Castaing (ARIAS/CNRS) : « L’exil comme territoire du féminin au prisme des littératures indiennes »
• Karina Marques (U. Paris 3), « Identité nationale et identité genrée: le genre en tant que construction de pouvoir chez Ilse Losa »
• Jelena Antic (post-doctorante, U. Paris 3 « Anne Hébert et Assia Djebar : leurs œuvres, leurs “exils” ? »
• Chantal Zabus (U. Paris 13) : « Nouvelles italophonies au féminin: hospitalités postcoloniales, flux migratoires, et espaces à louer »

VENDREDI 21 FEVRIER 2014, salle Claude Simon (Maison de la Recherche), 9h30-19h :
«Comment penser-pratiquer une décolonisation de la pensée du genre » (II)
• Mireille Calle-Gruber (U. Paris 3), « les corps d’énergie que nous sommes »,
• Simon Harel (U. de Montréal) : « L’écriture et la survivance dans Folie passée à la chaux vive de Christine Jeanney et Stéphane Martelly »
• Ying Chen (écrivain, Vancouver) : « Le plus grand obstacle ». L’écrivain sera présenté  par Christine Lorre-Johnston (Paris 3)
• Maribel Penalver : « De l’affect des mots “migrants” : une mise en scène de l’hos(ti)pitalité poétique »
• Régine Robin : Depuis La Québécoite…
• Sarah-Anaïs Crevier Goulet (U. Paris 7/ U. Paris 3) : Entre migrance et immobilité : explorer le continent inconnu du corps chez Anne-Marie Alonzo »

• Melina Balcazar Moreno (U. Paris 3) : titre à préciser
• Sarah Carmo (U. Paris 3) : « Le hors-lieu du passage des cultures ou l’exil de Leonor
dans As Luzes de Leonor de Maria Teresa Horta »
• Xavier Garnier (U. Paris 3) : « Troubles afropolitains dans l’écriture du genre »
• Aline Bergé (U. Paris 3): « Arrière-paysages des migrantes : lectures de Leïla Sebbar »
• Yolande Cohen (UQAM, Montréal) : « Retours sur un départ: de Meknes à Montréal »

Plus d’information ici 

Cfp. Colloque Littérature migrante et traduction. 18-20 juin 2014.

 

Cliquez sur l'image pour accéder à l'axe Transpositions du Cielam
Cliquez sur l’image pour accéder à l’axe Transpositions du Cielam

Colloque de l’axe Transpositions du CIELAM, Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA4235

Deadline : 20 décembre 2013

Argumentaire

La notion de littérature migrante est difficilement cernable. Toutefois, si on la considère du point de vue de la traduction, elle devient plus aisément identifiable. Sous cet angle en effet, on peut caractériser les textes qui relèvent de cette catégorie à partir des problèmes récurrents qu’ils posent au traducteur. Dans cette perspective, le colloque international « Littératures migrantes et traduction » propose de lancer une vaste réflexion sur les littératures migrantes.

 Il convient en effet d’établir si littératures migrantes ne se caractérisent que par les formes et les référents culturels qui les investissent ou si elles constituent véritablement une catégorie à part. On peut, de fait, leur nier toute originalité et les classer au rang des pratiques plus ou moins hétérolingues que connaît la littérature occidentale depuis le Moyen Âge. Cependant, l’analyse paraît d’autant plus nécessaire aujourd’hui que, sur fond de globalisation, le débat autour de la notion de littérature mondiale s’est ranimé. Si l’on admet la validité d’une telle catégorie, elle absorbera toute production littéraire et la notion de littérature migrante perdra sa légitimité. À l’inverse, dans une période où les cultures nationales traversent une crise d’incertitude due, notamment, aux mouvements migratoires d’une ampleur inédite, les littératures migrantes pourraient offrir de nouveaux modèles de construction identitaire.

Plus d’information ici

Coordonnateurs : Alexis Nuselovici, Crystel Pinçonnat et Fridrun Rinner