Archives par mot-clé : mémoire

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

Mise en ligne, journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace ».

Mise en ligne, sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche (AAR-ESCom)  que nous remercions une fois encore, de la journée d’étude « Représenter l’exil : la mémoire, la trace » , tenue le 12 juin 2014, en trois parties :

1) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Ana Paula  COUTINHO , Docteur en Littérature Comparée & professeur associé, Faculté de Lettres de l’Université de Porto, Portugal ; Victoria  PAZ, Collège Freudien de Paris, Université de Paris VIII, France

2) Alexis  NUSELOVICI (Nouss) , Professeur de littérature générale et comparée, Université d’Aix-Marseille, France ; Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Luba  JURGENSON , Maître de conférences, HDR, Paris-Sorbonne/CIRCE, Paris, France

3) Alexandra  GALITZINE-LOUMPET , Anthropologue, Responsable programme Afrique, FMSH, Paris, France ; Alain-Philippe  DURAND , Professor, Université d’Arizona, USA ; Ada  SAVIN , Professeure d’études américaines, Institut d’Etudes Culturelles et Internationales (IECI), Université de Versailles–Saint Quentin, France ; Anh Thuân  DOAN , Ecrivain, Paris, France ; Frieda  EKOTTO , Professor of Afroamerican and African Studies and Comparative Literature, University of Michigan Ann-Arbor, USA

Programme ici 

la mémoire

Trois nouvelles publications sur HAL-SHS : B. Chukhovich, M. Cronin, M. Goldschmit

Trois nouvelles publications, mises en ligne le  25 juin 2014, qui viennent enrichir la série de working papers « Etudier l’exil » sur HAL-SHS Archives ouvertes.

Il s’agit de :

elseedparis13

« Le Street art : un genre exilique ? », par Boris CHUKHOVICH

Résumé : Les rapports entre exil et street art sont complexes. D’une part, les artistes de rue ressemblent aux migrants dont le nomadisme perpétuel caractérise le monde contemporain. D’autre part, le street art a ses propres raisons d’être qui ne coïncident pas toujours avec celles d’artistes exilés…plus

JamesJoyce– « Représenter l’exil : le sujet du non-exil », par Michael CRONIN

Résumé : Nous proposons une réévaluation de la thématique de l’exil en littérature, à partir d’une étude de l’une des nouvelles de James Joyce, une réévaluation qui renoncerait à la dramaturgie des ruptures brutales, des départs définitifs, propre à une certaine vision de l’exil exotique, pour regarder de plus près l’exil de proximité….plus 

393px-Memorial_Walter_Benjamin_Portbou_003« L’écriture de l’exil et l’hypothèse du Maranne (Kafka, Benjamin, Derrida et au-delà) », par Marc GOLDSCHMIT

Résumé : La représentation de l’exil n’efface pas sa douleur, mais initie un mouvement de retour sur soi du sujet. L’exil est en excès sur la représentation, il lui faut une écriture sans appui que nous recherchons ici à travers quatre ellipses… plus

Ces contributions passionnantes sont proposées en lien direct dans la rubrique « Publications de l’équipe » / Working papers en haut à droite du site, ou en suivant les liens surlignés à travers le site de la FMSH.

Huit contributions sont désormais disponibles, d’autres devraient être publiées prochainement. N’hésitez pas à les commenter.

Bonne lecture !

 

Mise en ligne. L’expérience de l’exil : Hélène Cixous (CEM, 16 janvier 2014)

Logo FMS-PS-CEM pngMise en ligne sur le site des Archives audiovisuelles de la séance du séminaire « L’expérience de l’exil » du Collège d’études mondiales du 16 janvier 2014 avec Hélène Cixous (présentation de la séance ici).

L’expérience de l’exil (CEM).Invité : Patrick Zachmann. 15 mai 2014.

Mare Mater. Teaser. courtoisie P. Zachmann
Mare Mater. Teaser. courtoisie P. Zachmann
(Cliquer sur l’image pour accèder à la vidéo)

Dans le cadre du séminaire L’expérience de l’exil du Collège d’études mondiales,

Alexis NUSELOVICI (NOUSS) accueille

Patrick Zachmann (photographe) : « un voyage de mémoire et d’exil » 

Continuer la lecture de L’expérience de l’exil (CEM).Invité : Patrick Zachmann. 15 mai 2014.

CFP Memory on the Move: Theory and Methodology of Memory and Migration. Budapest 29-30 September 2014

 

Memory on the Move: Theory and Methodology of Memory and Migration

Workshop, Budapest 29-30 September 2014 

The dominant framework and metaphor for memory studies has been place and nation. However, in a society characterized by mobility and migration, by transnational trajectories across borders, place and nation as point of departures for memory studies have become untenable. Moreover, they have failed to respond to an analysis of the agency of diasporic and transnational communities.

Continuer la lecture de CFP Memory on the Move: Theory and Methodology of Memory and Migration. Budapest 29-30 September 2014