Archives par mot-clé : migration

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
  • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
  • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

Argumentaire

La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

Intervenants :

Continuer la lecture de Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices 

4ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

7 février 2024, 17-20h,  Cette séance aura lieu en VISIO. Un hybride est cependant organisé par Saskia Cousin à l’Université de Nanterre, pour les étudiants et les participants présents sur place (bâtiment Lefebvre, salle D402 (Sophiapol) (Les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin). Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Nicolas JAOUL (anthropologue et réalisateur de documentaires, chargé de recherche au CNRS) : A propos de la politique des demandeurs d’asile. Retours sur la mobilisation des campements de La Chapelle, été 2015. (A partir d’extraits du film « Bariz, le temps des campements, Iskra, 2020).
  • Serge BAGAMBOULA (Chercheur au CFS-ep et membre du Bureau d’études des Sans Papiers de Bruxelles) : Mobilisation pour une régularisation des sans-papiers en Belgique
  • Martin DELEIXHE (professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Centre de Théorie Politique) : Quelle représentation politique pour les migrants en situation irrégulière ?

Coordination : Saskia Cousin, (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) et Sophie Djigo (philosophe, STL Lille, ICM)

 Crédit photos : Lutte des habitants du 76 rue Gabriel Péri, à Saint-Denis, 2008. (c) Olga Stanislavska

Argumentaire :

Alors même que le projet de loi Asile et Immigration porté par Gérald Darmanin vise à restreindre l’accès aux droits des personnes exilées et à criminaliser l’immigration irrégulière, la question de la visibilité et de l’organisation politique des sans-papiers se pose de manière aiguë. L’anthropologie des campements documente le régime de visibilité des personnes en exil : celui de l’effacement, de l’interstice, de l’effraction. Comment exister dans l’espace public lorsqu’on est assigné à l’invisibilité, cantonné dans les marges de la cité ; comment défendre ses droits et quels droits défendre ?

Les conditions de l’encampement, à savoir l’installation transitoire, le dénuement, l’insécurité et l’invisibilité, pourraient conduire à faire de ces espaces de vie des incarnations de l’état de guerre de tous contre tous. Or, malgré ces circonstances extrêmes, la vie en commun s’organise, improvisée, progressivement élaborée. Comment se développent des modes d’organisation sociale et politique dans les lieux de vie de personnes en exil ? Quelles sont les pratiques d’autogestion mises en œuvre, par exemple à Calais, à Paris-La Chapelle, à Bruxelles ?

Loin de tout angélisme, ces organisations en autogestion interrogent l’exercice collectif du pouvoir, la production des règles, la participation démocratique, affrontées à bien des difficultés, à des formes de conflictualités non seulement entre les personnes en exil et les pouvoirs publics, mais aussi entre les personnes en exil, ou entre exilé.e.s et militant.e.s/bénévoles.

La solidarité mise en œuvre par les citoyen.ne.s solidaires fait aussi partie des éléments qui à la fois renforcent et perturbent l’autonomie et la subjectivation politique des exilé.e.s. Si le soutien est crucial, il comporte aussi sa part d’ambiguïtés ; l’enfer peut être pavé de bonnes intentions, lorsque les solidaires se donnent pour tâche de représenter les personnes en exil, de prendre la parole en leur nom, en l’absence de relais politiques, ou de décider à leur place, en vertu de leur compétence de citoyens. La représentation des personnes en exil n’est pas exempte de conflits, et les désaccords entre collectifs d’exilé.e.s ou entre personnes au sein d’un même collectif en témoignent.

Quelle représentation pour les sans-papiers ? Quelles stratégies d’organisation politique pour faire entendre les voix, pas toujours accordées, des exilé.e.s ? Comment porter la parole des personnes en exil en dehors des cadres institutionnalisés de la représentation politique ? A quand un parlement des migrants à l’échelle nationale, voire européenne ?

Intervenants : Continuer la lecture de Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

Non-lieux de l’exil – Tribune contre la loi immigration

      Le groupe de recherche Non-lieux de l’exil s’associe à la tribune de l’Institut Convergences Migrations, et appelle à la résistance contre la loi inique sur l’immigration votée le 19 décembre 2023. Nous ne répéterons pas ici en quoi elle contrevient aux libertés fondamentales, à l’égalité des droits, au droit du sol, aux principes mêmes sur lesquels furent fondées la démocratie et la république françaises : l’avis de la défenseure des droits le détaille. Il suffit de rappeler que par ses termes, cette loi est la plus répressive jamais votée en France depuis la Seconde Guerre mondiale sur l’immigration ; que par les tractations et arguties ouvertement xénophobes et racistes qui lui ont donné naissance, elle stigmatise comme indésirables et pointe du doigt celles et ceux qu’elle désigne sous le vocable générique “d’étranger” – y compris les “étudiants étrangers”, ailleurs appelés internationaux. Sous couvert d’intégration, comprise dans les termes restrictifs de seuls devoirs, et non de droits, elle ne propose que plus d’exclusion, de précarisation et de souffrance à venir, et la perpétuation de formes d’esclavage pour les travailleur·euses sans-papiers. Cette loi s’oppose ainsi à tous les rapports, recherches, et préconisations contraires émis par les acteurs et actrices du travail social, des associations, de la santé ou de la recherche qui documentent depuis des années la dégradation des droits des personnes exilées. Elle n’est que l’aboutissement logique des violences et discriminations subies par les étranger·ères, des frontières aux quartiers populaires, et conjointement des attaques contre la liberté de penser, d’enseigner et d’alerter sur la condition qui leur est faite.

Depuis 14 ans, notre collectif observe, atteste, échange, documente les différents terrains de l’exil au plus près des réalités, s’engage dans des actions individuelles et collectives en collaboration avec divers partenaires. Nous avons invité et débattu avec plus de 500 chercheur·ses, travailleuses et travailleurs sociaux et de la solidarité, associations et collectifs, acteurs exilés, des mondes de l’art, organisé des rencontres et des colloques, publié le résultat de nos recherches. Nous ne sommes pas les seul·es. Nous continuerons évidemment à le faire. Nous appelons de plus à lutter contre les mesures iniques que contient cette loi, à refuser de les appliquer, et à manifester une solidarité sans faille avec tou·te·s les exilé·e•s dans tous les espaces où il sera possible de le faire, comme les lieux de l’art, de la recherche, du soin et du travail social. Nous appelons également nos collègues des mondes de la recherche à afficher, par d’autres tribunes ou par toute autre forme utile, leur solidarité et leur opposition à cette loi. En d’autres termes, à se mobiliser.

log nle cem

Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

Exil : conflictualité et émancipation

2023-2024

Un mercredi par mois, 17h-20h – voir ci-dessous, argumentaire et dates

Programme en partenariat avec  UXIL – L’université en exil / Campus Condorcet,  l’Institut Convergences Migrations / Collège de France (Programme Co-Front),  l’ED 396 Université de Paris-Nanterre , le GERiiCO (Université de Lille), l’axe de recherche 1 “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence” du CESSMA (UMR 245), le Sophiapol (Université de Nanterre) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto.  Comme chaque année les séances sont élaborées par deux membres de l’équipe dans le cadre d’une thématique générale, débattue collectivement – le programme spécifique est en cours de finalisation. Chaque séance fait l’objet d’une annonce spécifique. Des journées d’études et manifestations sont également organisées en collaboration avec d’autres partenaires.

Argumentaire 

L’exil désigne une condition et une expérience : exil politique, exil économique, exil intérieur. Dans cette perspective, tout exil relève toujours du politique. Il effracte l’intime des parcours de migration et d’exil. Ce noyau commun de l’exil lui confère ainsi une historicité que le seul déplacement dans l’espace – la migration – ne possède pas. Plus encore, parce qu’il n’est pas une catégorie juridique ni un statut, l’exil permet de penser ensemble la migration et l’intégration ou l’installation,  les lieux de départ, de transit et d’arrivée, le là-bas et l’ici, l’avant et le maintenant, les réseaux de soutien et les communautés déterritorialisées, l’arrachement et le déracinement, les attentes et les projections, les langues et les imaginaires. Dès lors, la question de la légitimité de l’expérience se pose autrement que pour celle de la migration stricto-sensu : si elle est avant tout celle des personnes en exil dans la singularité de chaque parcours, elle peut et est en partie partagée, en rebond et dans le contre-coup par celles et ceux qui font face aux expériences de l’exil et y participent par leurs engagements dans différents espaces, contre les politiques de contrôle ou de rejet, entre co-constructions et frictions.

Pour sa 14ème année consécutive, le collectif Non-lieux de l’exil a choisi de réfléchir autour du thème  Exil : conflictualité et émancipation. Conflictualité, en premier lieu, pour désigner le « heurt avec le pouvoir » (Foucault 1977) des personnes exilées  et les territoires de luttes qui se déploient face aux effets des lois successives pour le contrôle de l’immigration et les politiques assumées de xénophobie sélective (de race, de classe, de genre)tendant à reconduire, pour beaucoup, les formes historiques de la domination coloniale.

Continuer la lecture de Programme 2023-2024 – Exil : conflictualité et émancipation.

Co-constructions & frictions – Cliniques de l’exil, anti-racisme et colonialité, 14 juin 2023, 17-20h

Cliniques de l’exil, anti-racisme et colonialité

 

14 juin 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom 

https://u-paris.zoom.us/j/86266569455?pwd=c09iSklMYXh1V3k1LzhYekRvMWRvQT09

Introduction et co-coordination Laure Wolmark (Crash / MSF) et Léo Manac’h (Ceped, U. de Paris-Cité, ICM)

 avec : 

  • Sophie Mendelsohn  (psychanalyste, Collectif de Pantin)
  • Michaëla Danjé (écrivaine, chercheuse, documentariste, rapeuse, collectif Cases Rebelles)
  • Ana Gebrim (psychanalyste, École de Sociologie et Politique de São Paulo)

Les nouages psychiques du racisme et de la colonialité / colonisation sont au coeur de l’oeuvre de Frantz Fanon, en premier lieu dans Peaux noires masques blancs. Cependant, la réflexion sur le lien entre colonialité et psychologie/psychanalyse semble tenir une place encore trop marginale à la fois dans les pensées décoloniales et dans les théories et pratiques de soins psychiques. 

Pour autant, la question raciale n’est pas étrangère à certains champs associatifs et institutionnels : les cliniques auprès des personnes exilées ont constitué le champ de vives polémiques autour de l’ethnopsychiatrie, dans les années 1990 et 2000. Par ailleurs, les controverses et anathèmes lancés dans une forme de « panique décoloniale » chez les psychanalystes(1) depuis la fin des années 2010 illustrent l’actualité des débats autour de la transformation de ce champ par la circulation des pensées de la colonialité et de l’intersectionnalité. 

Sans prétendre faire le tour de la question, nous aimerions aborder avec nos intervenant-e-s la manière dont les pensées et engagements décoloniaux et anti-racistes sont susceptibles de modifier le champ « psy », particulièrement les théories et cliniques de l’exil. Quelle place est laissée à l’expérience des personnes exilées dans cette évolution des théories, au regard de la domination épistémique des soignant-e-s et chercheur-se-s? Quelles dissensions, frictions, subversions des ordres soignants établis, naissent-elles de l’introduction des questions raciales et décoloniales dans le savoir et les pratiques de soins ? 

(1)Tribune “La pensée “décoloniale” renforce le narcissisle des petites différences’ publiée dans le journal Le Monde, le 25 septembre 2019, https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/09/25/la-pensee-decoloniale-renforce-le-narcissisme-des-petites-differences_6012925_3232.html et réponse dans Libération du 3 octobre 2019, “Panique décoloniale chez les psychanalystes” , https://www.liberation.fr/debats/2019/10/03/panique-decoloniale-chez-les-psychanalystes_1755259

Présentation des Intervenant·e·s

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions – Cliniques de l’exil, anti-racisme et colonialité, 14 juin 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Luttes des exilé.e.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art

 

10 mai 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom : 

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92344410741?pwd=ODRVNXFMYkFqTUZQbjJTTldMMnRFUT09

ID de réunion : 923 4441 0741 / Code secret : 878356

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da Lage (Geriico, Université de Lille),  Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Eugenia Vilela (philosophe, groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge, Institut de Philosophie, Université de Porto)

Avec :

  • Milady Renoir (recherche-action, asbl CFS – Université Populaire)
  • Modou Ndiaye (chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique)
  • Camille Louis (Philosophe, dramaturge, KomPost)

Cette séance abordera les stratégies d’autodéfense face à une tendance à l’extractivisme des sujets exilés par le milieu de l’art et de la culture. 

Quelle éthique de relation peut être à l’oeuvre dans les projets artistiques avec des personnes exilées (spécifiquement sans papiers) ? Quel accueil peut être imaginé pour les personnes exilé.es dans les écoles supérieures et les lieux d’arts ? Enfin comment développer de bonnes pratiques administratives, juridiques pour envisager et concrétiser la participation des personnes sans papiers dans les projets artistiques, socio-culturels ?

Nous travaillerons ces enjeux à partir des réflexions et pistes d’actions ouvertes par le projet Exil-s et Création-s coordonné à Bruxelles par l’artiste Milady Renoir, Mamadou Taslim Diallo et Modou Ndiaye pour la voix des Sans Papiers Bruxelles et Céline Dujardin enseignante en école d’art. Plusieurs enseignant.e.s, responsables d’institutions artistiques, travailleuses-travailleurs culturels, artistes y sont engagées dont la philosophe et dramaturge Camille Louis.

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques  

12 avril 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée) Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

En accès libre en présentiel  (favorisé) et en distantiel 

Séance coordonnée et introduite par Saskia Cousin (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre), Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Christiane Vollaire (philosophe, CRTD, CNAM)

Avec :

  • Fatima OUASSAK (politologue, militante antiraciste et féministe)
  • Marion CARREL (sociologue, Université de Lille, CeRIES)
  • Fabien TRUONG (sociologue, Université de Paris 8)

Les quartiers populaires, bien qu’ils constituent une part importante du territoire national, sont représentés comme à l’écart de celui-ci. La locution désigne donc à la fois un espace (le plus souvent, celui des banlieues urbaines) et un type de population (en partie « issue de l’immigration »). Ce qui manifeste doublement leur affinité avec la question de l’exil : par la manière dont ils sont perçus et par les origines de leurs habitants.

Et pourtant, une large partie de ces habitants revendique son appartenance à la communauté nationale, dans le temps même où elle en subit les stigmates, comme le montre notamment l’ouvrage collectif L’Épreuve de la discrimination, Enquête sur les quartiers populaires, paru en 2021. Et, plus particulièrement, beaucoup s’inscrivent dans les débats qui animent l’ensemble d’un pays dont ils font partie en dépit des discriminations dont ils font l’objet en tant que sujets racisés ou économiquement subalternisés.

C’est cette inscription dans le débat public sur les sujets de société communs, et la richesse des apports et des questionnements qu’elle engendre, que nous souhaitons interroger ici, autour des problématiques communes de l’écologie, de l’engagement politique, ou de l’éducation, qui animent l’ensemble du débat public, et auxquelles l’épreuve de l’exil géographique ou social vient donner une nouvelle acuité.

Présentation des Intervenant·es :

Continuer la lecture de Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h