Archives par mot-clé : militantisme

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects

 

8 juin 2022, 17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre .

Participer à la réunion
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92864530543?pwd=aEE0WDJBcWxDU0lpUERmSzdhaFRWQT09

Avec : Loup Blaster (artiste et militante), Fernanda Coelho Liberali (formatrice d’enseignant·es, chercheuse et professeur à la PUCSP), Philippe Demesteere (prêtre et militant au Secours Catholique), Romain Huët (maître de conférences en sciences de la communication à l’ISCC de l’Université Rennes 2),

Coordination : Léo Manac’h (doctorant en anthropologie  au Ceped, U. de Paris, ICM) et Emilie Da Lage (MCF HDR à l’université de Lille, au laboratoire GERiiCO, ICM) 

« La honte ! », cette locution est fréquemment employée pour dénoncer les politiques migratoires françaises et européennes : honte des camps-prisons dans les îles grecques, honte du harcèlement policier des exilé·es aux frontières ou dans les rues de Paris, honte des absurdités administratives du régime de Dublin qui cause de nombreuses souffrances psychiques pour les personnes exilées. Affect négatif, il se saisit des témoins qui le proclament dans l’espace public et médiatique dans un but d’infléchissement – trop rarement effectif – des décisions du gouvernement des migrations. Dans Les Naufragés et les rescapés, Primo Levi désigne une « honte du monde » qui a saisi dans l’après coup les survivant·es des camps d’extermination : c’est le sentiment d’avoir fait face à quelque chose d’irrévocable, que l’on n’a pas pu empêcher d’advenir (1989 [1986]). La honte apparaît en écho à un sentiment d’impuissance face à l’abjection d’une situation. Carlo Ginzburg s’appuie sur ce texte de Levi pour faire de la honte un sentiment d’appartenance nationale (2010) : on aurait honte pour son pays ou pour les institutions supposées nous représenter. Cette définition porte les possibles désidentifications à l’État de la part des honteux et honteuses, et donc une conflictualisation avec l’ordre politique (Rancière 1998).

Nous proposerons dans cette séance de voir la honte comme une force motrice des implications politiques. Comment des mobilisations peuvent se construire à partir de la mise en commun de cette passion triste ? Et à quel prix est-ce viable quand les motifs de la honte ne cessent de se répéter et de s’amplifier ? Si on peut construire ses hontes collectives, nous verrons aussi comment la joie peut être motrice et soutenir nos puissances d’agir (Spinoza 1993 [1677] : 138). L’entretien des espaces de joie permet notamment de tenir dans des mobilisations au long cours et de trouver du commun entre les personnes directement concernées par les politiques migratoires, et les soutiens. Elle permet de lutter enfin d’infléchir les tendances autoritaires et les injonctions à la pureté militante qui peuvent dévitaliser des espaces de lutte.

Bibliographie : 

  • Ginzburg, Carlo. « The Bond of Shame » in Corina Caduff, Anne-Kathrin Reulecke & Ulrike Vedder (dir.) Passionen. Objekte – Schauplätze – Denkstile, Munich, Wilhem Fink, 2017 [2010], p. 19-26.
  • Levi, Primo. Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989 [1986].
  • Rancière, Jacques. Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.
  • Spinoza, Baruch. L’éthique, Trad. A. Guérinot, Paris, Ivrea, 1993 [1677].

Intervenant·es :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022