Archives par mot-clé : mobilisation

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations des affects

 

8 juin 2022, 17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre .

Participer à la réunion
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92864530543?pwd=aEE0WDJBcWxDU0lpUERmSzdhaFRWQT09

Avec : Loup Blaster (artiste et militante), Fernanda Coelho Liberali (formatrice d’enseignant·es, chercheuse et professeur à la PUCSP), Philippe Demesteere (prêtre et militant au Secours Catholique), Romain Huët (maître de conférences en sciences de la communication à l’ISCC de l’Université Rennes 2),

Coordination : Léo Manac’h (doctorant en anthropologie  au Ceped, U. de Paris, ICM) et Emilie Da Lage (MCF HDR à l’université de Lille, au laboratoire GERiiCO, ICM) 

« La honte ! », cette locution est fréquemment employée pour dénoncer les politiques migratoires françaises et européennes : honte des camps-prisons dans les îles grecques, honte du harcèlement policier des exilé·es aux frontières ou dans les rues de Paris, honte des absurdités administratives du régime de Dublin qui cause de nombreuses souffrances psychiques pour les personnes exilées. Affect négatif, il se saisit des témoins qui le proclament dans l’espace public et médiatique dans un but d’infléchissement – trop rarement effectif – des décisions du gouvernement des migrations. Dans Les Naufragés et les rescapés, Primo Levi désigne une « honte du monde » qui a saisi dans l’après coup les survivant·es des camps d’extermination : c’est le sentiment d’avoir fait face à quelque chose d’irrévocable, que l’on n’a pas pu empêcher d’advenir (1989 [1986]). La honte apparaît en écho à un sentiment d’impuissance face à l’abjection d’une situation. Carlo Ginzburg s’appuie sur ce texte de Levi pour faire de la honte un sentiment d’appartenance nationale (2010) : on aurait honte pour son pays ou pour les institutions supposées nous représenter. Cette définition porte les possibles désidentifications à l’État de la part des honteux et honteuses, et donc une conflictualisation avec l’ordre politique (Rancière 1998).

Nous proposerons dans cette séance de voir la honte comme une force motrice des implications politiques. Comment des mobilisations peuvent se construire à partir de la mise en commun de cette passion triste ? Et à quel prix est-ce viable quand les motifs de la honte ne cessent de se répéter et de s’amplifier ? Si on peut construire ses hontes collectives, nous verrons aussi comment la joie peut être motrice et soutenir nos puissances d’agir (Spinoza 1993 [1677] : 138). L’entretien des espaces de joie permet notamment de tenir dans des mobilisations au long cours et de trouver du commun entre les personnes directement concernées par les politiques migratoires, et les soutiens. Elle permet de lutter enfin d’infléchir les tendances autoritaires et les injonctions à la pureté militante qui peuvent dévitaliser des espaces de lutte.

Bibliographie : 

  • Ginzburg, Carlo. « The Bond of Shame » in Corina Caduff, Anne-Kathrin Reulecke & Ulrike Vedder (dir.) Passionen. Objekte – Schauplätze – Denkstile, Munich, Wilhem Fink, 2017 [2010], p. 19-26.
  • Levi, Primo. Les naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989 [1986].
  • Rancière, Jacques. Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 1998.
  • Spinoza, Baruch. L’éthique, Trad. A. Guérinot, Paris, Ivrea, 1993 [1677].

Intervenant·es :

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations des affects, 8 juin 2022

Fabrique d’Agirs – Journées réflexives de Calais. 26-29 Mai 2022

Fabrique d’Agirs. Journées de Calais, 26-29 mai 2022

(c) Loup Blaster

Ces journées sont ouvertes à toutes et tous, en accès libre – merci de signaler votre présence pour faciliter l’organisation. Programme ci dessous.

image du bandeau : création & crédits  Loup Blaster (c) avril 2022

Lieux 

  • Maison d’entraide et de ressources (MER) – 3 Rue de Croy, 62100 Calais. Point d’accueil
  • Accueil de jour Secours Catholique (ADJ) – 47 rue de Moscou, Calais
  • Cinéma l’Alhambra, – 2 Rue Jean Jaurès, 62100 Calais 
  • Lieux de vie (en l’état de la situation à Calais)
  • Expositions en plusieurs lieux à Calais ville (MER, Alhambra, La Betterave, La Timbale….) : Loup Blaster, Julia Druelle,  Laurent Prum,  Louis Witter… (voir ci dessous le programme détaillé des expositions )

Programme & argumentaire

(c) Loup Blaster

Jeudi 26 mai 2022

14h –  Début des rencontres – Point d’accueil : MER)

14h30 – Présentation des actions locales

15h– Immersion dans les activités des associations.

18h – Apéro -guinguette Bistrot (Le Channel)
  • 18h – Présentation “Un archipel des solidarités” de/par Christiane Vollaire & Philippe Bazin (Le Channel)/ Modération :  Morgane Denieul (Secours Catholique) & Hayatte Lakraa (King’s College)
  • 19h30 – Apéro-Concert Marie-Paulette, Gabrielle Hartmann, Compagnie du Tire-Laine (Le Channel)

Vendredi 27 mai 2022

9h00   Ouverture des journées Fabriques d’Agirs (MER)

Présentation des acteurs et de la Maison d’Entraide et de ressources – Juliette Delaplace,  Alexandra Galitzine Loumpet et Morgane Denieul

10h10-10h45 – Conférence d’ouverture

François Héran (Institut convergences Migrations, Collège de France) –  La politique migratoire en France, d’un quinquennat, l’autre.

Ouverture du Journal des Jungles collaboratif (mural)

11h – Atelier 1 I Lignes de front

Coordination : Juliette Delaplace (Secours Catholique) & Camille Gourdeau, (URMIS, ICM)

Interventions de Didier Fassin (IAS Princeton, EHESS), Pierre Bonneval (CERAPS, Sciences-Po),  Laure Wolmark (Psychologue), Sophie Djigo (philosophe) et débat collectif.

Continuer la lecture de Fabrique d’Agirs – Journées réflexives de Calais. 26-29 Mai 2022

Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil –Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances

 

4 mai 2022  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier).

Lien zoom : https://univ-lille-
fr.zoom.us/j/99900960409?pwd=VFBtSkIrekd0SHd4QzBlSEVhakRXdz09
ID de réunion : 999 0096 0409 Code secret : 830178

avec : Anahita Bathaie (artiste), Marcia Tiburi  (philosophe et écrivaine, Université de Paris 8), Rada Iveković (philosophe, U. de Saint Etienne)

Coordination : Eugénia Vilela (philosophe), Université de Porto.

Dans un scénario de normalisation de la violence extrême, spécifique du monde contemporain, comment appréhender les métamorphoses des liens qui se créent, dans des formes de mobilisation sans territoire, entre les corps et les gestes des personnes en exil ? À l’intérieur de paysages discursifs performatifs créés par les politiques migratoires européennes et les politiques de déracinement des peuples autochtones  – politiques de brutalisation, d’expulsion, d’invisibilisation et de mise à mort – comment appréhender l’urgence politique des forces de mobilisation qui se créent à partir des actions spécifiques d’expulsion – pushback – des personnes en exil aux frontières de l’Europe et des peuples indigènes au Brésil, aux frontières de leurs terres ancestrales ? Comment les corps exilés / expulsés, génèrent des gestes-force par lesquels un collectif humain reprend ses droits à la vie ? Comment comprendre la composition affective et perceptive des mobilisations créés par de multiples formes de résistance qui relient des peuples, des cultures et des continents différents ? Quelles mémoires, imaginations et actions sont mobilisées pour consolider l’ancrage des luttes, par les corps et les gestes singuliers des personnes qui vivent le déracinement (Weil) ? Comment penser la singularité des mobilisations dans un mouvement intensifié par la polyphonie des voix ? Si les corps portent, en eux, la subjectivité singulière des gestes de résistance, comment penser la force politique, esthétique et éthique d’une puissance d’agir qui est à l’origine de toutes les luttes ? Comment témoigner des différentes manières de se confronter au monde par des luttes et des formes de résistance qui mobilisent les corps et les gestes ? La séance questionnera comment les différentes formes de convocation d’un espace-temps commun – la mobilisation – peuvent constituer des actions politiques et esthétiques créés par les corps et les gestes des personnes en exil.

Présentation des intervenant·es

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Mobilisations sans territoire. Exil, corps et traces de résistances – 4 mai 2022

Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice, 6 avril 2022

Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice

6 avril  2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séminaire Non-lieux de l’exil EHESS / Institut Convergences Migrations, en partenariat avec le Geriico (U. de Lille), et le groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. (Séance en accès libre  avec les modalités sanitaires en vigueur) .

La séance a lieu en présentiel (pour les parisien.nes et les étudiant.e.s, sauf impossibilité à justifier). Lien zoom :
https://univ-lille-fr.zoom.us/j/99388472081?pwd=bjRsdE1XMTNIQkd1TUlVZkVoa0ZuZz09

ID de réunion : 993 8847 2081
Code secret : 236791

Avec :

  • Léa Drouet (metteuse en scène, fondatrice de la structure de production VAISSEAU)
  • Camille Louis (philosophe, dramaturge et activiste)
  • Nicolas Klausser (postdoctorant en droit de la santé au CNRS, laboratoire Droit et changement social, Université de Nantes)

Coordination :  Emilie Da Lage (MCF à l’université de Lille,  GERiiCO, ICM) et Léo Manac’h (doctorant en anthropologie au Ceped, U. de Paris, ICM)

Alors que plusieurs candidats à l’élection présidentielle remettent en cause l’Etat de droit sur les questions migratoires, et particulièrement le droit européen et les principales cours constitutionnelles, la séance propose d’abord de revenir sur les mobilisations pour la justice menées ces dernières années par différents collectifs. Ces collectifs se sont formés autour de la question des violences policières, ils œuvrent à médiatiser les affaires, à construire des expertises, agréger des soutiens et interpeller la justice pour que les procès se tiennent. Plusieurs collectifs se sont ainsi formés autour de cas particuliers : Justice pour Mawda, et plus récemment justice pour Aleksandra. Ces mobilisations pour des exilé·es victimes de violence, s’inscrivent dans le champ plus large des mobilisations contre les violences policières afin que celles-ci ne restent pas impunies, que la dignité des victimes soit reconnue.  Ces collectifs activent des liens de solidarité, ouvrent des fronts dans les politiques de répression et d’invisibilisation des violences.

Dans le même temps, les associations sont aux prises avec un travail juridique de plus en plus important pour faire respecter le droit. Ce travail contribue à leur épuisement et à une dépolitisation des revendications. Enfin, les procès contre les solidaires se sont multipliés, faisant peser un risque juridique sur les actions de protection des exilé·es. Quelles sont les différentes conceptions de la justice qui s’affrontent parfois au tribunal ?

La séance interrogera la façon dont le désir de justice nourrit les mobilisations, les rapports entre droit et justice et la façon dont s’articulent, dans un dispositif de fragilisation de l’État de droit, la difficulté à rendre justice contre les violences policières, l’inflation du travail juridique dans les associations, et les attaques contre les personnes engagées dans la protection des exilé·es. 

Présentation des Intervenant·es

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Se mobiliser pour la justice, 6 avril 2022

Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Savoirs/pouvoirs : que peut la recherche ? Des enjeux de la contre-expertise aux apories de l’université, comment se mobiliser ? 

9 février 2022,  17 à 20h  salle du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (75 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Séance en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu des cas Covid, une forme hybride sera mise en place. 

avec  :

  • Céline Cantat (Sciences Po Paris)
  • Olivier Clochard (Migrinter, ICM)
  • Sarah Mazouz (Ceraps, ICM), 

Coordination de la séance : Chowra Makaremi (IRIS, ICM)

La recherche en sciences sociales est brocardée par les gouvernants en France : accuser les savoirs critiques de troubler l’ordre social (“républicain”) est une tactique qui s’ajoute désormais à celle plus rodée des discours sécuritaires, anti-migratoires et xénophobes qui colonisent les débats publics en période électorale.
Dans ce contexte, l’enjeu pour les chercheur.e.s n’est pas uniquement de défendre des disciplines et des institutions universitaires menacées par la mise au pas. Des efforts de plus long cours sont menés, depuis plusieurs décennies, pour saisir les enjeux et les effets des politiques publiques de contrôle des frontières et de discriminations sociales des racisé.e.s, dans une perspective de résistance à ces politiques.

Cette séance s’interroge sur les stratégies, les marges de manœuvre et les objectifs que peuvent se donner les savoirs critiques sur les migrations et le racisme. Il est intéressant à cet égard de faire dialoguer deux champs distincts, étudiant des phénomènes qui pourtant se rejoignent dans les programmes électoraux et les politiques publiques, à savoir : les études sur le gouvernement des frontières d’un côté (border studies), et celles qui interrogent la racialisation d’un autre côté (critical race studies). Un deuxième enjeu est de confronter différentes façons de travailler, qui ne s’excluent pas bien au contraire : dans un cas, mettre le savoir au service d’une contre-expertise (juridique, cartographique, statistique), et dans un autre, redéfinir les problématiques et les catégories dans l’espace public (ce qui pose la question cruciale de la diffusion des savoirs). L’idée est de mettre en commun nos questionnements, les leçons apprises du passé et les pistes qui nous paraissent fructueuses pour agir face au néo-fascisme. 

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil. Savoirs / Pouvoirs – que peut la recherche ? 09 février 2022

Politiques de l’exil (séance d’ouverture) : Mobilisations et territorialisations, 19 janvier 2022

La première séance du séminaire EHESS / ICM Non-lieux de l’exil 2021-2022, en partenariat avec l’axe 1 du CESSMA “S’approprier, contester, lutter : spatialité, domination, violence”  est consacrée à la thématique suivante : 

Politiques de l’exil :  Mobilisations et territorialisations 

la séance aura lieu de 17 à 20h  dans le petit amphithéâtre du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (60 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Elle est en accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur (pass sanitaire, masques, distanciation).

La séance a lieu en présentiel. Néanmoins, au vu de la recrudescence des cas Covid, une forme hybride a été mise en place.  

Avec :

  • Luc Marchello (Directeur de la Maison des jeunes et de la culture-Centre social du Briançonnais) – Le Briançonnais : territoire frontière, entre solidarité et sécuritaire,  comment bâtir une écologie de l’accueil
  • Hamad Gamal & Al-Fathi Mohamed Adam (Sciences Po Paris) : Mobilisations soudanaises en France depuis la révolution de 2018
  • Abdul Azam Azizi (Inalco) – Afghanistan : luttes et mobilisations en exil
  • Damien Simonneau (Inalco) : Mobilisations et politiques migratoires: savoirs, expertises et modes d’actions publiques. 

Coordination :  Alexandra Galitzine Loumpet, CESSMA, ICM

Argumentaire : Les mobilisations sont liées à des politiques et des territoires précis, à l’instar des territoires de frontières. Elles sont également transnationales, c’est-à-dire multiterritorialisées,  en exil ou en diaspora,  ou encore  internationales, reterritorrialisées et dématérialisées en réseaux, entre engagements de causes et situations politiques précises.   Appréhender les rapports entre mobilisations et  territoires à différentes échelles permet de saisir les registres et modes d’actions, les acteurs engagés et les relais, les formes  de participation et d’adhésion et de même les tensions possibles, entre trop grande proximité ou, à l’inverse, trop longue distance.

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil (séance d’ouverture) : Mobilisations et territorialisations, 19 janvier 2022

Non-Lieux de l’exil 2021-2022 : Politiques de l’exil – Politiques de mobilisation

Politiques de l’exil : Politiques de mobilisation 

Programme 2021-2022

Cette année le séminaire Non-lieux de l’exil est un séminaire EHESS qualifiant et un séminaire Institut Convergences Migrations, conçu en partenariat avec le GERiiCO (Université de Lille) et le  groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge de l’Institut de Philosophie de l’Université de Porto. Des séances et associations avec d’autres partenaires sont susceptibles d’être mises en place tout au long de l’année. Toutes les séances feront l’objet d’une annonce spécifique.

Sauf exception, toutes les séances auront lieu de 17 à 20h aux dates ci-après dans l’amphithéâtre du Collège de France, 3 rue d’Ulm 75005 Paris (60 places / Métro Cardinal Lemoine ou Place Monge – RER Luxembourg). Les séances sont d’accès libre dans la mesure des places disponibles et avec les modalités sanitaires en vigueur.

Argumentaire

En cette 11e année de ses travaux, le séminaire Non-lieux de l’exil poursuit son analyse et s’intéresse aux politiques de mobilisation.  Nous entendons « mobilisations »  dans toutes ses acceptions : mobilisations des acteurs exilés, des acteurs de la solidarité et de la recherche ;  mobilisations féministes et de genre ; mobilisations face à la violence et à la brutalité des politiques migratoires aux frontières comme dans la vie quotidienne, mobilisations sur les territoires et dans les diasporas notamment autour de la situation en Afghanistan ; mobilisations pour la justice – et juridicisation des mobilisations citoyennes -, mobilisation des affects, mais aussi formes de démobilisation, en relation avec les politiques d’épuisement, de découragement ou de  déliaison ; mobilisation enfin pour renforcer le lien social entre recherche, associations et citoyens. Cette thématique, évoquée aux ateliers du Briançonnais en mai 2021, se nourrit d’un sentiment d’urgence politique, partagé par différents acteurs déterminés à nourrir le débat public et l’action citoyenne en cette année électorale saturée par une instrumentalisation des peurs et des politiques de l’identité. Débattre des mobilisations, interroger les pratiques et les effets, produire des savoirs, des récits, participer à la compréhension de ces phénomènes s’impose comme fil conducteur d’un séminaire qui prend sa part à la tâche collective de lutte contre les discriminations envers l’étranger comme idéologie et projet politique.

Programme

Continuer la lecture de Non-Lieux de l’exil 2021-2022 : Politiques de l’exil – Politiques de mobilisation