Archives par mot-clé : mort

Politiques de l’exil – Territoires de la mort, 12 mai 2021, 16-20h en ligne

5e séance du séminaire Non-lieux de l’exil  (ICM-EHESS) en partenariat avec l’axe 1 du CESSMA

Politiques de l’exil – Territoires de la mort

12 mai 2021, 16h-20h

Le “salon virtuel” est accessible à tous sans inscription,

https://zoom.us/j/92807710823?pwd=RjEweEdKd1c2Rm5QeWNGa3EyZUtvdz09ID de réunion : 928 0771 0823Code secret : 384270

Exceptionnellement, l’ouvrage sera présenté en première partie, de 16 à 17h30 environ :
ouvrage présenté par l’auteure : Karen Akoka, L’asile et l’exil, La Découverte 2020
de 17h30 à 19h30 :

Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (CESSMA, INALCO et projet MOCOMI / ICM), Carolina Kobelinsky (CNRS-LESC, ICM),  Mariam Guerey (Secours Catholique-Caritas Calais & Groupe Décès) et Maria D’Auria (Groupe Décès, Calais)

Présentation d’un projet de documentaire de Babak Inanloo, Ali Haghooi et Chloé Tisserand par Babak Inanloo.

Discutante : Béatrice Micheau (INSPE, U.de Lille & Cimade) 

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA, ICM)

Texte publié sur ce carnet en lien avec la séance : Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel, mort en Méditerranée), par Mustafa MA.

 

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Politiques de l’exil – Territoires de la mort, 12 mai 2021, 16-20h en ligne

Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel) / par Mustafa MA.

Au paradis, Ô Kola.

(in memoriam Mutawakeel, mort en Méditerranée)

Par Mustafa MA.

 

Mutawakeel, surnommé « Kola », est licencié de l’Université Nilayin (les deux Nils) à Khartoum, du département d’Histoire et relations diplomatiques. Né à Nyala, au Darfour, il a subi durant son parcours d’études les pires des persécutions et injustices, sans parler de ce qu’il avait subi auparavant au Darfour à cause de la guerre et du déplacement de ses parents au camp de Kalma. Il était à l’Université de Nilayn entre 2011 et 2017.  Il était adhérent au parti du front populaire démocratique, et parmi les membres et cadres du parti les plus actifs. Il réclamait et appelait pour le départ du régime dictatorial, et pour la justice et l’égalité entre toutes les tribus et les populations du Soudan.  Il parlait devant tout le monde sans peur. A cause de sa personnalité et son fort caractère, il a été détenu à plusieurs reprises par les forces de sécurité. Une fois, il n’a pas pu présenter son examen suite à sa détention. Appartenant au parti au régime, les instances de sa faculté n’ont offert aucune aide dans ce sens-là.  Si on voulait écrire les situations auxquelles il a été confronté dans sa vie, on épuiserait tant de stylos !

Après sa licence dans cette université qu’il qualifiait d’enfer, Mutawakeel a décidé de quitter le Soudan pour aller en Europe, pensant qu’en Europe il pourrait trouver une meilleure vie et continuer ses études.  Deux mois après l’obtention de sa licence, Il a quitté le Soudan en direction de la Lybie, dans l’espoir de traverser la Méditerranée.  Il m’a contacté en décembre 2017, m’a demandé de l’aider avec une somme d’argent pour pouvoir prendre un de ces bateaux illégaux qui transportent les immigrés.  J’ai accepté mais j’ai discuté longuement avec lui pour le raisonner, ayant passé moi-même par cette expérience deux ans auparavant, j’ai essayé de lui décrire l’impensable, ce qui se passe dans ces voyages, comment les passeurs jouent avec les vies des immigrés, je lui ai expliqué également que le pourcentage de survie de ces bateaux  (de cette traversée) ne dépasse pas 10%.  Sa réponse était celle d’un homme croyant : « Parfois, la mort vaut mieux qu’une vie d’humiliation, l’être humain ne saura jamais où, comment, et quand il mourra. Seul Dieu détient ce savoir. Et il se peut que je sois parmi les survivants inchallah. Je suis optimiste » et puis il a repris la phrase que je répétais quand je suis parti pour l’Europe : « soit on arrive en Italie, soit on sera mangé par les sardines et on deviendra des sardines ». Je lui ai donc souhaité un bon voyage, on s’est mis d’accord pour le transfert de la somme d’argent et je lui ai demandé de patienter jusqu’à l’été, car en hiver la mer est difficile, les vagues très hautes et le temps est très froid.

Continuer la lecture de Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel) / par Mustafa MA.

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

'Untitled' Malka N. (c)
‘Untitled’ Malka N. (c) 

 

 

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts

Les 45 exilés morts débarqués mardi dernier, le 1er juillet, dans la petite ville sicilienne de Pozzallo bénéficiaient d’un triple non-lieu. Face à l’horreur des drames provoqués par la crise des migrations contemporaines, notamment en Europe, le non-lieu désigne une réalité propre à l’expérience exilique, à savoir une spatialité géographiquement localisée mais échappant au type d’assignation qui dans la culture des humains ferait d’un lieu un endroit habitable et habité; bref, le non-lieu est un nulle-part qui serait malgré tout quelque part.

Triple non-lieu que le lieu de leur mort. La mer, d’abord : une immensité sans signes ni repères, interdisant toute inscription individuelle, rendant impossible l’ancrage subjectif.

Continuer la lecture de Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website