Archives par mot-clé : musée

L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

 Exposer l’expérience de l’exil (2)  :

L’INFRA-MUSEAL & L’EXTRA-PATRIMONIAL (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B (2014))

Alexandra Galitzine-Loumpet 

Interroger l’habituel  (G. Perec, L’infra-ordinaire,  Seuil 1989)

 L’expérience de l’exil ne s’expose pas seulement dans les musées consacrés à l’immigration, au risque de privilégier l’intégration dans le pays d’accueil, l’arrivée à la totalité du parcours, mais s’inscrit dans un système référentiel plus lâche se déployant dans d’autres musées et au travers d’œuvres multiples, dans la rue comme dans la sphère privée. Le principe est celui de l’écho, variable selon la situation et la place de chacun. Dans ce musée imaginaire construit par chaque sujet exilique, se retrouvent lieux, textes et images, éléments de transmission familiale et de recherche individuelle mais aussi sons, odeurs, goûts[1]. Le résultat, par essence instable et inachevé, est un manteau d’arlequin,  association de fragments dont l’une des principales caractéristiques est l’asynchronie.

Pour personnelle que puisse être pour chacun la rencontre avec des éléments de son histoire ou de celle des siens, elle est également structurellement organisée, à des degrés divers selon les sphères concernées. Le hasard est borné par le jeu social et le contexte idéologique, il s’incarne dans des espaces particuliers.

L’institution muséale constitue l’un de ces espaces performatifs, à la fois construits et imprévisibles.  Le musée est à la fois un appareil  et un dispositif  (Agamben 2007) d’une extraordinaire plasticité, une scène pouvant accueillir un large spectre d’expériences et être dupliqué en d’autres lieux publics ou privés. Comme exposition et comme représentation, il appelle donc une lecture critique au-delà de la simple appréciation ; instance politique tout autant qu’expérience subjective, il se lit aussi bien en plein qu’en creux, aussi bien dans la monstration que dans l’omission.

Or, ces espaces interstitiels de l’institution muséale constituent un champ négligé par l’analyse. Invisibles et en quelque sorte insensibles, presque scandaleux par leur apparente  insignifiance,  ils participent pourtant de l’exhaustivité fonctionnelle et de ce que l’on pourrait nommer, en empruntant à Barthes,  l’effet de réel du musée et à Perec,  son infra-ordinaire [2]. Leur diversité même les laisse échapper, soit qu’ils paraissent délibérément dramatisés comme une série de sas nécessaires,  soit qu’ils marquent incidemment l’articulation entre expositions de différentes natures  (permanente, temporaire). Leur caractère volontaire ou imprévu  dépend de paramètres aussi divers que la destination initiale de l’édifice et son architecture, la juxtaposition de choix curatoriaux ou de contraintes institutionnelles et budgétaires.  L’hypothèse centrale est justement que ces couloirs, détours mais aussi réserves, coulisses et espaces vacants ou de déambulation jouent le rôle de seuils et de frontières. Ceux-ci influent sur la perception du visiteur, contribuant à renforcer la cohérence du parcours muséal ou à la désagréger – jusqu’aux lapsus musei.  À la fois normés et hérétopiques, intra-muséaux et extra-patrimoniaux, ces seuils doivent être intégrés à l’analyse muséographique, comme ces lignes voudraient le souligner en recourant à quelques exemples réunis au hasard de visites en 2014.   

Continuer la lecture de L’infra-muséal et l’extra-patrimonial (Musée d’Aquitaine, Camp des Milles, Exhibit B / 2014) A. Galitzine-Loumpet

Mise en ligne. Colloque « Figurer l’exil » 14-15 mars 2014

Mise en ligne, grâce au toujours remarquable travail de l’ESCOM-AAR, des captations du colloque « Figurer l’exil », coordonné par A. Galitzine-Loumpet, Sara Guindani-Riquier et Alexis Nuselovici-Nouss.

Le colloque « Figurer l’exil » s’est tenu dans le très bel Hôtel de Lauzun, siège de l‘Institut d’Etudes avancées de Paris, les 14 et 15 mars 2014. Les captations ont été segmentées en plusieurs séquences.

VENDREDI 14 MARS 2014

1/ Eprouver (le rendu du vécu) 

Introduction : Gretty Mirdal (IEA-Paris) et Olivier Bouin (CEM)

Panel : Alexis Nuselovici, Christiane Vollaire, Sylvain George,

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

2/ Eprouver (le rendu du vécu) partie 2

Alain Brossat, Eugenia Vilela (communication lue par Evelyne Neuvelt)

erouver2
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

3/  Imaginer (les images et les formes)  partie 1

Sara Guindani-Riquier , Boris Chukhovich, Philippe Bazin

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

4/  Imaginer (les images et les formes)  partie 2

Sara Guindani-Riquier, Soko Phay-Vakalis, Sophie Ernst

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

5/ Table-ronde « Exils, migrations, mobilités dans l’oeuvre de Jochen-Gerz »

Octave Debary, Jochen Gerz, Gérard Wajcman

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

 

 

6/ « Chants de l’exil » Concert de Marlène Samoun

avec Marlène Samoun et Pascal Storch

samoun
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo

 

 

 

 

 

 

 

 

SAMEDI 15 MARS 2014

7) Exposer (la scène  muséale et patrimoniale) partie 1

Alexandra Galitzine-Loumpet, Jordi Font Agulho, Xavier Roth

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

8) Exposer (la scène  muséale et patrimoniale) partie 2

Alexandra Galitzine-Loumpet, Anne-Marie Losconczy, Marta Craveri, Costanza Meli (traduction Sara Guindani-Riquier),  Fabienne Dorey, Isabelle Roussel

exposer4
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

9/ Mémorer (le temps et le souvenir) 

Gretty Mirdal, Céline Masson,  Lucie Campos

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

 

10) Table-ronde : « Témoigner de Lampedusa »

Alessia Capasso, Alexis Nuselovici (Nouss),  Michele Ciacciofera et François Koltès,

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo.
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

 

 

 

 

 

 

 

Figurer lexil affiche-A3-150

 

 

 

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis