Archives par mot-clé : Non-lieux

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Programme Philosophy, Aesthetics & Knowledge, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS) Séparation et occupation en Palestine/IsraëlDamien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-sept ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisées par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Continuer la lecture de Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

Vidéo. Périples : langages de l’exil. 6 juin 2016 (BPI / Cycle Migrations (Inalco) /NLE

Captation vidéo de la séance Périples : langages de l’exil, Cycle « Lire le monde », Bibliothèque publique d’information Centre Georges Pompidou avec le cycle Migrations (Inalco) dirigé par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky et Non-lieux de l’exil. 6 juin 2016.

Avec : Nisrine Al Zahre, Kadhim Jihad HassanMourad Yelles, Marie-Caroline Saglio Yatzmirsky, Winter Guests d’Aurélie Ruby, Phlippe Bazin, Sara Prestianni, Laetitia Tura, Christiane Vollaire, Alexandra Galitzine-Loumpet.

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo.
Podcast BPI. Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.

 

 

 

UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS? 19 NOVEMBRE 2015, Sara Greaves, Jean-Luc di Stefano, Bruno Le Dantec

UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS?

nle nov 15

Séance du 19 novembre 2015, 17h-19h. Séance proposée par Sara Greaves.

Avec

Sara Greaves, professeur de littérature anglaise (LERMA, Université d’Aix-Marseille) & Jean-Luc di Stefano, psychiatre (CAMSP Polyvalent, IDEC, Hôpital Salvator, APHM Marseille), Association «Ecrits et voix», Marseille.

Discutant : Bruno Le Dantec, écrivain et journaliste, auteur avec Mahmoud Traoré de Partir et raconter. Récit d’un clandestin africain en route vers l’Europe, Lignes, 2012.

Continuer la lecture de UN ATELIER D’ÉCRITURE POUR LES EXILÉS? 19 NOVEMBRE 2015, Sara Greaves, Jean-Luc di Stefano, Bruno Le Dantec

15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

NLE 15 octLe 15 octobre 2015, le programme Non-lieux de l’exil accueille le projet « Moving Matters Traveling Workshop » coordonné par Susan Ossman pour une séance de réflexions communes autour des notions d’exil, de migration,  d’expérience et de représentation en préparation du projet de colloque en deux temps en mars prochain : Los Angeles (University of California Riverside) et Paris.

Intervenants : Susan Ossman, Blanca Casas-Brullet, Claire Fontaine, Nadine de Koenigswarter, Guillaume Lassere, Alice Peinado, Eugenia Vilela .

Coordination :  Alexandra Galitzine-Loumpet, Alexis Nuselovici (Nouss)

Lieu et heures : 16h30-19h30 Immeuble France Salle 005 (rez de chaussée) 190 avenue de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

531924193_orig
Bucarest, Juillet 2015 (Cliché S. Ossman)

Présentation des intervenants :

Susan Ossman est à la fois artiste et anthropologue. Depuis 20 ans, elle a mené des recherches sur les questions des médias et des communications. Elle a occupé des postes de chercheur et de Professeur en Europe, aux Etats-Unis et au Maroc.

Depuis 2005, elle a concentré ses recherches sur les « serial migrants » ou migrants multiples. Son ouvrage Moving Matters : Paths of Serial Migration (Stanford University Press, 2012) restitue une partie de ces observations et analyses. L’identité des migrants est souvent pensée en terme de culture et des communautés: l’étude de Susan suggère de devenir plus attentif  aux  diverses expériences de migration des individus, et à leurs influences sur les modes d’identification : dans  un monde en mouvement, la politique sera de plus en plus « chorégraphique. »

Continuer la lecture de 15 octobre 2015. Moving Matters Traveling Workshop & Non-lieux de l’exil

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

'Untitled' Malka N. (c)
‘Untitled’ Malka N. (c) 

 

 

Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts

Les 45 exilés morts débarqués mardi dernier, le 1er juillet, dans la petite ville sicilienne de Pozzallo bénéficiaient d’un triple non-lieu. Face à l’horreur des drames provoqués par la crise des migrations contemporaines, notamment en Europe, le non-lieu désigne une réalité propre à l’expérience exilique, à savoir une spatialité géographiquement localisée mais échappant au type d’assignation qui dans la culture des humains ferait d’un lieu un endroit habitable et habité; bref, le non-lieu est un nulle-part qui serait malgré tout quelque part.

Triple non-lieu que le lieu de leur mort. La mer, d’abord : une immensité sans signes ni repères, interdisant toute inscription individuelle, rendant impossible l’ancrage subjectif.

Continuer la lecture de Triple non-lieu au Canal de Sicile : 45 morts / Alexis Nuselovici (Nouss)

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature générale et comparée Université d'Aix-Marseille

More Posts - Website