Archives par mot-clé : Non-lieux de l’exil

Programme 2017-2018 : Traces, empreintes, engagements

Pour sa 7ème année consécutive, le programme Non-lieux de l’exil, dans le cadre du séminaire IIAC/ EHESS – NLE comme  pour l’ensemble de ses rencontres 2017-2018, portera sur les thématiques suivantes :

Traces, empreintes, engagements

Il s’agira d’aborder les traces ou empreintes de l’exil dans leur dualité constitutive, entre intériorité et extériorité, assignations et expériences, et de les réinscrire dans des contextes en constante transformation.

Les termes de trace et d’empreinte renvoient à la disparition ou à la survisibilité du sujet, à une totalité soumise à l’épreuve du temps, de l’action, de la destruction, du contrôle. Tous deux énoncent à la fois une trace matérielle et une impression sur l’esprit. De fait, les traces de l’exil marquent fortement les corps, les psychismes, les représentations, métamorphosent les sujets ;  elles créent également de nouveaux régimes de traces, c’est à dire des empreintes durables, interprétées ou instrumentalisées à des fins antagonistes. La trace devient alors traçabilité, contrôle ou alerte, produisant autant de stratégies pour l’effacer ou au contraire l’exposer et la documenter, notamment à travers l’image et le son.

De la même façon, les mises en relations  entre ces trois notions interrogent ce qui, dans le passé, peut modeler le présent par son empreinte, et ce qui, dans le présent, fait trace pour un futur, aussi bien sous forme matérielle (traces des camps, traces de la violence, traces de l’exil) que symbolique (empreintes coloniales, empreintes traumatiques) et politique.

Ce dernier point souligne les relations entre traces, empreintes et engagements. L’exil est, en lui-même, une puissante forme d’engagement. Il remodèle non seulement les vies individuelles – des exilés, de ceux qui les accueillent -, mais des communautés, des projets collectifs, des prises de position, à l’origine de nouveaux réseaux de solidarité et de nouvelles formes d’actions politiques. Le rapport des traces et empreintes à l’engagement produit du commun et tout autant d’importants clivages qu’il parait intéressant de confronter. Il oblige par ailleurs à penser les engagements citoyens en relation avec l’engagement des exilés, des solidarités aux modalités d’expression et de critique de l’accueil. Faire trace, pour les exilés,  c’est aussi engager des mouvements qui puissent durer et se transmettre dans le temps, dans la continuité d’une réalité permanente et toujours renouvelée de l’exil.

Continuer la lecture de Programme 2017-2018 : Traces, empreintes, engagements

OBJETS DANS LA MIGRATION, OBJETS EN EXIL : STATUTS, USAGES, DEVENIRS / Journée d’étude : 5 mai 2017, U. Paris Nanterre

OBJETS DANS LA MIGRATION, OBJETS EN EXIL : STATUTS, USAGES, DEVENIRS.

5 mai 2017, 9h15-18h  Amphithéâtre Max Weber, Université de Paris Nanterre / 200 av. de la République (bât.W) entrée libre (plan d’accès en bas de page)

Chiharu Shiota, Memory, Tous droits réservés ©

Coordination scientifique : Corinne Alexandre-Garner (CREE, CREA Université de Paris-Ouest Nanterre), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma,  Migrobjets/ Inalco, Non-lieux de l’exil)

Programme

Continuer la lecture de OBJETS DANS LA MIGRATION, OBJETS EN EXIL : STATUTS, USAGES, DEVENIRS / Journée d’étude : 5 mai 2017, U. Paris Nanterre

« L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

L’EXIL – Vient de paraître le dernier numéro  de la revue marocaine et internationale multilingue(1), première et unique revue défendant les valeurs de laïcité et de liberté d’expression, consacré à l’exil et à une réflexion sur la circulation des idées, des cultures, des langues, avec plusieurs textes et extraits de membres (anciens, actuels) des Non-lieux de l’exil.

Cliquer sur l’image pour accéder au site de la revue

Sommaire : 

Continuer la lecture de « L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

(IM)MOBILE. 06 déc. 2016 « Grands Paris Cosmopolites »

archiSéance (IM) MOBILE

Participation au cycle « Grands Paris Cosmopolites » 

mardi 06 decembre 2016 à 18h30

Coordonné par Fiona Meadows (architecte) & Saskia Cousin (anthropologue)

Cité de l’architecture & du patrimoine, Hall d’about
7 avenue Albert de Mun, Paris 16e
Inscription obligatoire (ici), entrée libre dans la limite des places disponibles.

modérateur: Saskia Cousin (anthropologue).

Avec :

Stefan Buljat, Migrantour Paris et Tombé Camara, foyer Argonne – « Sweet mobile home »
Emilie Da Lage, MCF Université de Lille 3 – « Artistes engagés/artistes enrôlés, de l’intervention artistique dans les camps et campements de migrants »
Alexandra Galitzine-Loumpet, (CESSMA / Non-lieux de l’exil) anthropologue  – « Des immobilités mobiles : l’exil et ses non-lieux »
Madjid Messaoudene, conseiller municipal délégué de la Ville de Saint-Denis en charge de la lutte contre les discriminations et pour l’égalité femme/homme- « (im)mobilités politiques »
Christiane Vollaire, (Non-lieux de l’exil) philosophe – « Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore »

Les rendez-vous « Grands Paris Cosmopolites » ont pour vocation de discuter l’urbanité, les modes d’habiter et de circuler dans quelques quartiers populaires de Paris et de la petite couronne – en particulier le Nord Est parisien. L’objectif est de s’attaquer aux stéréotypes socio-économiques associés à ces quartiers en révélant leur diversité et leur vivacité, dans l’espace temps urbain. Chaque séance associe autour d’un thème et d’exemples concrets des chercheurs, des acteurs associatifs ou économiques, des directeurs d’équipements ou de festivals, des élus issus de différents quartiers.

Site : ici

Vidéo. Périples : langages de l’exil. 6 juin 2016 (BPI / Cycle Migrations (Inalco) /NLE

Captation vidéo de la séance Périples : langages de l’exil, Cycle « Lire le monde », Bibliothèque publique d’information Centre Georges Pompidou avec le cycle Migrations (Inalco) dirigé par Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky et Non-lieux de l’exil. 6 juin 2016.

Avec : Nisrine Al Zahre, Kadhim Jihad HassanMourad Yelles, Marie-Caroline Saglio Yatzmirsky, Winter Guests d’Aurélie Ruby, Phlippe Bazin, Sara Prestianni, Laetitia Tura, Christiane Vollaire, Alexandra Galitzine-Loumpet.

Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo.
Podcast BPI. Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.

 

 

 

Vidéo. Exils et camps. 04 mai 2016

Mise en ligne de la rencontre du 4 mai 2016 – 3e opus de la collection Non-lieux de l’exil sur MediHal – archives ouvertes.

Exils et camps

avec  : Mahaut Lavoine, Philippe Bazin , Martine Devries , Alexandra Galitzine-Loumpet, Christiane Vollaire

Captation : Dimitri Galitzine

Un grand remerciement à tous ceux qui ont œuvré pour la création de cette collection.

L’objet de la migration : La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 novembre 2016 (INALCO)

Michael Johansson "Packa Pappas Kappsäck" 2006
Michael Johansson « Packa Pappas Kappsäck » 2006

L’objet de la migration  : 

La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif.

21 novembre 2016 I 09h30-20h

Salons d’honneur, salles des plaques et salle 131, Inalco pôle recherche, 2, rue de Lille 75007 Paris

(M° Palais Royal, Saint Germain des Prés, rue du Bac/  Bus 24, 27, 39, 68, 69, 95 / R.E.R C – station Musée d’Orsay)

Entrée libre

Argumentaire

Dans Pnine (1957), Nabokov présente son héros éponyme, un russe émigré, fasciné par les objets de la modernité occidentale, sa maladresse signifiant sa condition d’étranger. Dans les pages finales du roman, le seul bien auquel il tient est mis en danger par un objet « bipède » significativement aigu et lourd, leur collusion incarnant les affects engagés par une situation singulière, celle de l’exil. A la précieuse coupe de Pnine répondent en écho le bol à raser de Sender Roth (Philip Roth, Patrimoine, une histoire vraie, 1992), la valise de Sergueï Dovlatov (La valise, 1984), le fauteuil d’Hélène Cixous (Les Rêveries de la femme sauvage, 2000), le costume de Mohammed Saleh (Alaa El Aswany, Chicago, 2007), le sac vert olive de Velibor Colić (Manuel d’exil, 2016), bien d’autres encore entrelaçant expériences personnelles et espaces fictionnels dans un topos de l’exil à la fois pérenne et réactualisé.

Continuer la lecture de L’objet de la migration : La construction de la figure de l’exilé par les objets dans l’espace narratif. 21 novembre 2016 (INALCO)