Archives par mot-clé : Patrimoine

Séminaire “L’expérience de l’exil », Exil et Patrimoine, 24 avril 2013. Laurier Turgeon, D. Poulot, A.L. Galitzine

logo cemLa prochaine séance du séminaire “L’expérience de l’exil” consacrée à la thématique « Exil et patrimoine » aura lieu le 24 avril 2013, salles 638-640, “Le France.  (Détails et informations disponibles ici)

Attention, la séance commencera exceptionnellement à 17 h.

L. Turgeon, D. Poulot
L. Turgeon, D. Poulot

Argumentaire

L’expérience de l’exil engage des régimes de mémoration spécifiques, processus de restitution dont l’une des scènes peut être le musée et qui touchent, plus largement, à la conservation d’objets. Or l’objet de l’exil est nécessairement singulier par l’aléatoire de son existence, par une valorisation affective disjointe de sa valeur intrinsèque, par des modalités d’exposition ou de réception différentes selon les politiques des États concernés.
Par quelles voies l’exil, souvent expérience du dénuement et de l’abandon, peut-il justement engendrer la patrimonialisation de l’expérience exilique ? Cette séance se propose d’en cerner certaines modalités en distinguant notamment entre objets de et objets en exil..

Programme :

17h –   Laurier TURGEON (Chaire du patrimoine ethnologique du Canada / Université Laval) « Patrimoine et expérience de l’exil: exemples québecois

18h- Dominique POULOT (Université de Paris I)

       – Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

800px-Norsewood007

 

 

Rencontre du 15 janvier 2013. Objets de l’exil I. Laurier Turgeon (rencontre reportée)

Information complémentaire : La séance prévue le 15 janvier prochain a été reportée.  

. Le mardi 15 janvier prochain, Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada),  interviendra sur le thème :

«  »Objets en exil chez les immigrants du Québec » 

Salle du conseil B, 14h30-15h30, Bâtiment le France, 190 av. de France

 

Paris, 2003

Programme définitif des Rencontres 2012-2013. Objets & langages d’exil

Rencontres 2012-2013

   Objets & Langages d’exil

 Les rencontres Non-lieux de l’exil sont dorénavant partie constitutive d’un programme scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’homme (FMSH) plus ample, en cours d’élaboration. Le programme s’ouvre ainsi à différentes collaborations avec des institutions et  séminaires partenaires, tout en conservant la forme spécifique de ses rencontres mensuelles. Cette année, les rencontres auront lieu, selon les mois, soit le mercredi soit le jeudi. A partir de février 2013, les rencontres seront prolongées par le séminaire « L’expérience de l’exil », coordonné au Collège d’études mondiales (FMSH) par A. Nuselovici (Nouss).

Sauf mention contraire qu’il convient de vérifier, les séances auront lieu dans les salles du plateau CNRS, 6 étage, Noyau A, Bâtiment « Le France » , 190 avenue de France, 75013 Paris (M°Quai de la gare, bus 89). L’heure de démarrage  peut varier.  

Programme définitif 

Les bio-blibliographies des intervenant (e)s et discutant(e)s sont données au fur et à mesure de l’annonce des séances

  •  Lundi 17 septembre  2012– 20h / Langages de l’exil 1 / NLE – Festival d’Ile de France- Collège des Bernardins

Mémoires de diasporas, entre effacement et transmission

Grand auditorium du Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – Paris 5e
Dans le cadre du Festival d’Ile de France. En partenariat avec le Collège des Bernardins et en collaboration avec les rencontres Non-lieux de l’exil (Réseau Asie, CNRS/FMSH).

Table ronde avec Alexis Nouss (professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff), Michel Bruneau (directeur de recherche émérite au CNRS), Paul Alerini, psychanalyste, et Zad Moultaka, compositeur.

Animée par Virginie Symaniec, études théâtrales  et Alexandra Galitzine-Loumpet, anthropologue, coordinatrices du programme Non-lieux de l’exil (FMSH)

Enregistrement de l’intégralité de la table-ronde sur le site du Festival  Ile de France (ici)

  • 25 Octobre 2012 : Langages de l’exil II (10h-12h30, salle 638)

Intervenante : Olga Hazan (Université du Québec à  Montréal) «Textes, images et rites : l’exode évoqué en exil dans les haggadoth sépharades du XIVe siècle»

Discutants : Emmanuel Guibert (dessinateur) & David Lengyel ( Paris 3)

  •  21 Novembre 2012 : Langages de l’exil III « Paradigmes du déplacement» (14h-18h30, salles  638-640)

en association avec le séminaire « Décolonisation et géopolitique de la connaissance » (anciennement Décolonisation des savoirs) coordonné par Orazio Irrera, Daniele Lorenzini, Matthieu Renault (Université Paris-Est Créteil (ED CS – EA LIS)/ Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Programme Migrations Internationales) (leur programme ici)

Avec  Stéphane Dufoix « Diaspora » (Université Paris-Ouest Nanterre), Claire Hancock « Terrains »  (Université de Créteil),  Rada Ivekovic  (GTM, CNRS, Paris 8)) « Traduction », Alexis Nouss « Exil » (Cardiff University), Dominique Rolland« Métissage » (Inalco)

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Matthieu Renault, Virginie Symaniec

  • 19 Décembre 2012 : Langages de l’exil IV ( 14h30-18h, salles 640-641)

Intervenante : Nurith Aviv,  réalisatrice,
Discutantes : Eloi Recoing (Paris 3) et Léda Mansour (Paris X, Nanterre)

  • 15 janvier 2013 : Objets de l’exil I : Objets de l’exil / objets en exil (14h30-18h, salle du conseil B, 190 avenue de France 75013 Paris)  Séance reportée

Intervenant : Laurier Turgeon (Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique et professeur d’ethnologie et d’histoire à l’Université Laval, Québec, Canada) : « Objets en exil chez les immigrants du Québec »

  •  31 Janvier 2013 Langages de l’exil V( 14h30-18h, salles 638)
Intervenant : Habib Tengour, écrivain, poète et sociologue.
Modératrice : Catherine Bouthors-Paillart (LSP, Sevrès) ,
Discutants :   Mourad Yelles (INALCO), Pierre Oster (poète)
  • 21 Février 2013 Objets de l’exil II Objets absents /Objets de l’absence ( 14h30-18h, salles 638-640)

Intervenant :  Debesh Goswami, artiste,

Discutantes : C. Servan-Schreiber  (CEIAS, CNRS/EHESS), Laure Wolmark (Comede)

  •  21 Mars 2013 Objets de l’exil III « La culture matérielle de l’exil : une autre vie des objets » (14h-18h30, salles 638-640)

Séminaire commun Rencontres Non-lieux de l’exil (Programme FMSH) et séminaire « La deuxième vie des objets » (IRIS-EHESS/CNRS, coordonné par E. Anstett & N. Ortar)

Introduction : Elisabeth Anstett (Iris/CNRS), Nathalie Ortar (LET/ENTPE), Virginie Symaniec (FMSH)
Intervenants : Fabrice Grognet (MNHN) « Quand les mémoires se transforment en patrimoine national » et Françoise Vergès (CPMHE)

Présentation d’extraits du film documentaire « Lettres de nos voisines » de Manuela Frésil

Discutantes :  Stéphanie Tabois (MCF, U.de Savoie) / Alexandra Galitzine-Loumpet (FMSH)

  • 29 mars 2013 : Langages d’exil V : « Le théâtre et l’exil » en partenariat avec le Laboratoire international de recherche sur les Arts (LIRA, Paris 3) et le Théâtre aux mains nues  (14h-18h, Médiathèque Marguerite Duras, 115 Rue de Bagnolet  75020 Paris)

Après-midi d’étude, organisée par Eloi Recoing, membre du programme Non-lieux de l’exil et du laboratoire LIRA (Paris 3) et Alexis Nuselovici (directeur programme Non-lieux de l’exil).

Deux tables- rondes :

1) La scène comme exil (14h15)

Coordination : Eloi Recoing / Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

2) Solitude de Kleist  (16h30)

Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing, Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

20 h Représentation de la pièce « « Käthchen, mon amour » d’après l’oeuvre de Kleist  (traduction et mise en scène Eloi Recoing) , Théâtre aux mains nues

Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79, rp.mediation.tmn@wanadoo.fr

  • 25 Avril 2013 : Objets de l’exil IV Le corps-objet de l’exil (14h30-18h, salle 638-640)

Intervenant : Ibrahima Thioub (professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar , Chaire Collège d’Etudes mondiales (FMSH), responsable du programme La route des esclaves, Unesco)
« Le corps exilé: un lieu de marquage identitaire »

Discutantes : Olga Odgers Ortiz ( El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios Sociales, Tijuana, Mexico/ Visioconférence),  Eugenia Vilela (Université de Porto , Dpt de Philosophie & Esthétique)

  • 22 mai 2013 : Objets de l’exil V « Objets des exclus / Objets perdus » (10h-12h30, salles 638-640)

Intervenant :  Octave Debary  (Maître de conférences, Université Paris Descartes, LAHIC)

« Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain ».

Discutants :  Marie Morelle (Prodig, Paris I), Sébastien Ledoux (Paris I)

 

 

Rencontre du 06 juin 2012 : « L’exil tchernobylien et les sauveurs du patrimoine ». Galia Ackerman, Elisabeth Anstett, Virginie Symaniec.

06 juin 2012 : Langues de l’exil et exil des langues V :
Intervenante : »Galia Ackerman : « L’exil tchernobylien et les sauveurs du patrimoine » 

Après la catastrophe de Tchernobyl, près de 200 000 personnes ont quitté les lieux les plus contaminés, notamment dans la région de Poléssié, située entre la Biélorussie et l’Ukraine, où les populations locales vivaient encore souvent comme au XIX siècle, en préservant des rites et des traditions perdus ailleurs (outils de travail, objets de la vie quotidienne, broderies, costumes, meubles) souvent à caractère unique. Dès l’accession de ces deux pays à l’indépendance, des ethnographes de l’extrême ont fait de multiples expéditions pour collecter et décontaminer les vestiges de ce monde abandonné. En Biélorussie, ce travail s’est arrêté peu de temps après l’arrivée de Loukachenko au pouvoir, mais en Ukraine, la collecte continue toujours. C’est à ce monde tombé dans l’oubli (les ethnographes ukrainiens parlent de l’Atlantide tchérnobylienne) et au travail des ethnographes intrépides qui luttent pour la préservation d’un pan de la culture nationale que je consacre mon intervention.

intervenantes : Elisabeth Anstett & Virginie Symaniec

Conclusions de la première année du séminaire : Alexandra Galitzine-Loumpet

 

 

 

 

 

 

Bio-bibliographie des intervenants

ACKERMAN Galia  est docteur en histoire (Paris-Sorbonne). D’origine russe elle vit en France depuis 1984. Journaliste à Radio France Internationale (1988-2010) et à la revue Politique Internationale (depuis 1995), elle est chercheur associé à l’Université de Caen. Elle a publié de nombreux articles dans la presse française et est l’auteur de  Tchernobyl : retour sur un désastre  (Paris, Folio Gallimard, 2007), co-auteur de  Les Silences de Tchernobyl  (Paris, Autrement, 2006) et de  Serguei Eisenstein. Dessins secrets  (Paris, Le Seuil, 1999), du Dictionnaire du communisme  (Paris, Larousse, 2007) ou de Droits humains en Russie (Paris, Autrement, 2010). Galia est également traductrice d’une soixantaine d’ouvrages de fiction et d’essais (du russe en français) dont ceux de Mikhaïl Gorbatchev, Anna Politkovskaïa, Viktor Pelevin, Svetlana Alexievitch, Dimitri Bykov, Alexandre Zinoviev, Serguei Paradjanov, etc. et commissaire de l’exposition Il était une fois Tchernobyl au Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB), du 16 mai au 8 octobre 2006. Enfin, elle est codirectrice de la collection « Moutons noirs » (éditions François Bourin), depuis 2011. Première parution : Aux origines du Goulag . 

ANSTETT Elisabeth, anthropologue, chargée de recherches au CNRS, membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux sociaux (IRIS).  Après avoir abordé des questions classiques d’anthropologie de la parenté, documentées sur des terrains russes et français, ses travaux portent désormais sur les enjeux politiques et religieux des pratiques commémoratives dans les espaces post-soviétiques. Elle vient de remporter un programme de recherche européen (ERC junior) intitulé « Corpses of Genocide and Mass Violence ». Parmi ces publications récentes :  (à paraître, mars 2012) (& M.-L. Gélard) Les Objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin, collection « Recherche ». 2009 –  Un Patrimoine sous influences, usages politiques, religieux et identitaires de l’image dans le monde slave. Paris, Pétra, collection « Sociétés et cultures postsoviétiques en mouvement »;  2009     (& L. Jurgenson) Le Goulag en héritage. Pour une anthropologie de la trace. Paris, Pétra, collection « Sociétés et cultures postsoviétiques en mouvement »., 2011     « Memory of political repression in post-Soviet Russia: the example of the Gulag», in On-line Encyclopedia of Mass Violence 

GALITZINE-LOUMPET Alexandra Anthropologue, docteur de l’Université de Paris I, longtemps enseignant-chercheur au Cameroun travaille actuellement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Réseau Asie et Pacifique, ANR Esca). Spécialiste de la culture matérielle et des patrimonialisations, des représentations muséographiques de l’altérité et des espaces interculturels, elle travaille notamment sur l’exil et les déplacements/requalifications des objets et, plus largement, sur les questions de mémoire et de transmission. Membre du groupe de recherche POexil, elle a conçu (avec A. Nouss et B. Chukhovitch) le principe de l’exposition  Objets de l’exil  et réalisé une de ses versions virtuelles. Elle a publié différents articles et ouvrages et s’intéresse de plus en plus aux processus d’effacement mémoriel/patrimoniel des exilés.

SYMANIEC Virginie  est chercheur et traductrice, docteur en Études théâtrales en 2000 de l’université de Paris III avec une thèse portant sur Des dramaturgies biélorussiennes à la dramaturgie biélorussienne soviétique : une tragédie de pouvoir et habilitée à diriger des recherches en 2010 (EHESS) avec un essai d’histoire sur La Construction idéologique slave orientale. Langues, races et nations dans la Russie du XIXème siècle. Parallèlement à ses nombreuses contributions écrites sur les relations entre culture et politique dans l’espace post-soviétique, elle a travaillé, de 1999 à 2003, comme dramaturge et assistante pour la compagnie Brut de béton production, avec laquelle elle a contribué à créer La Prière de Tchernobyl de Svetlana Alexiévitch en trois langues en zone contaminée. Dans ce cadre, elle a codirigé deux festivals : le Festival du théâtre français à Gomel en Biélorussie (à 150 kilomètres de Tchernobyl, 2001) et En attendant la Biélorussie (Clermont-Ferrand, 2003). Après avoir collaboré pendant de nombreuses années avec la Maison d’Europe et d’Orient en tant que traductrice du russe et du biélorussien, artiste et chercheur associé et membre de son comité éditorial, elle a été en chargée du pôle édition et traduction de ses éditions théâtrales, et d’EURODRAM, son réseau européen de traduction théâtrale. Elle vient de fonder les éditions Le ver à soie.