Archives par mot-clé : poésie

« L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

L’EXIL – Vient de paraître le dernier numéro  de la revue marocaine et internationale multilingue(1), première et unique revue défendant les valeurs de laïcité et de liberté d’expression, consacré à l’exil et à une réflexion sur la circulation des idées, des cultures, des langues, avec plusieurs textes et extraits de membres (anciens, actuels) des Non-lieux de l’exil.

Cliquer sur l’image pour accéder au site de la revue

Sommaire : 

Continuer la lecture de « L’Exil », parution n°7 de la revue marocaine La vague Culturelle – ELMAWJA – الموجة الثقافیة

Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

ATELIER D’ECRITURE PLURILINGUE sur L’EXIL

réalisé dans le cadre du colloque « Etudier l’exil » (1), samedi 23 mai 2015 (9h30-12h30) au MUCEM. Coordination : Sara Greaves (LERMA, AMU) et Jean-Luc Di Stefano (IDEC, AP-HM), association Ecrits et voix.

syrCet atelier a réuni des personnes de situations sociales et d’origines diverses, qui ont toutes une histoire personnelle ou familiale qui relève de l’exil. Les pays d’origine sont, entre autres : l’Algérie, l’Egypte, les Comores, le Salvador, l’Iraq, la Syrie, le Liban, Israël, l’Uruguay… Les textes écrits dans le cadre de cet exil sont destinés, dans leur fond et leur forme plurilingue, à faire passer quelque chose de l’expérience subjective de l’exil.

Nous remercions chaleureusement la CIMADE pour son soutien et son aide, Marie-Jeanne Vérot et Jean Robert de l’association Ecrits et voix, ainsi que tous les participants.

Plan de l’atelier / Méthodologie

 

Marionnettes et marionnettistes : Lecture en anglais puis en français d’un poème de Sujata Bhatt, poète née en 1956 à Ahmedabad, Inde, qui a quitté son pays à l’âge de 12 ans pour les Etats Unis, aujourd’hui domiciliée en Allemagne. Ce poème ne traite pas directement de l’exil :

Continuer la lecture de Atelier plurinlingue sur l’exil / Sara Greaves & Jean-Luc Di Stefano, association Ecrits et voix.

Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014

IonTheodorescu Ovidius in exile
Ion Theodorescu-Sion « Ovidiu în exil » (1915)

Les îles et l’exil, sinon l’exil en ses îles, trament une longue histoire commune,  de bannissement en refuge.  Etape vers une terre désirée ou destination finale, les îles peuvent être miettes de pays ou Etats souverains. Elles n’en constituent pas moins,  de Chypre à Lampedusa, des Marquises à l’Irlande, des territoires singuliers, laboratoires où se condensent et s’inventent de communautés et nouvelles frontières, géographiques, socio-politiques et culturelles;  où s’accommodent des cohabitations entre insulaires anciens et néophytes, visiteurs et migrants en transit, désir de rester et obligation de partir. L’île est un espace d’où questionner le reste du monde, mais aussi le moyen d’interroger l’altérité et la localité. De penser la place en pensant l’écart et le passage.

Continuer la lecture de Les îles et l’exil. Retour sur le festival international du film insulaire 2014

Mise en ligne des rencontres Non-lieux de l’exil / Expérience de l’exil

Logo FMS-PS-CEM pngC’est avec un grand plaisir et avec tous nos remerciements aux artisans de cet important travail au programme ESCOM- Archives audiovisuelles de la recherche, que nous annonçons la mise en ligne progressive des rencontres Non-lieux de l’exil et des séances du séminaire « l’expérience de l’exil ». Vous trouverez également les vidéos intégrées aux billets .

La présentation de la mini-collection exil du programme ESCOM-AAR est disponible ici .

Les premières rencontres disponibles sont les suivantes.

Continuer la lecture de Mise en ligne des rencontres Non-lieux de l’exil / Expérience de l’exil

2 ouvrages de Moris Farhi. Maison de la poésie. 18 décembre 2013.19h

A recommander « Une soirée autour de Moris FARHI. »

« Cantates pour des deux continents » & « Les enfants du Romanestan » de Moris Fahri, poète turc de langue anglaise, parus chez Bleu autour

Présentation par l’auteur

(traduction Esther Heboyan)

Maison de la poésie, Passagz Molière, 157 rue St Martin Paris III. le 18 décembre 2013, 19h.

poésie

Rencontre du 31 janvier 2013. Langages de l’exil V. Habib Tengour, Pierre Oster, Mourad Yelles

 

Textes traduits et édités par Pierre Joris (Black Widow Press Modern Poetry, 2012)

 

Intervenant :  Habib Tengour, poète, sociologue

« L’exil est mon métier »

Rencontre autour de son oeuvre .

Projection du film « Retraite » (témoignages), photographies d’Olivier de Sépibus, texte de Habib Tengour

Discutants : Pierre Oster (poète), Mourad Yelles (Inalco)

de 14h30-18h, salle 638, Plateau CNRS, Noyau A, 190 avenue deFrance, 75013 Paris (M° Quai de la Gare, bus 89)

 

 

 

Retraite – Edition bilingue français-arabe, Habib Tengour, Olivier de Sépibus, traductions Saïd Djabelkheir et Esma Hind Tengour, Le Bec en l’air éditions, 2004

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Eléments bio-bibliographiques 

TENGOUR, Habib,  poète et anthropologue, né  à Mostaganem, vit et travaille entre Constantine et Paris. Il traduit des poètes de langue anglaise et américaine (P. Joris) et de langue arabe (Saadi Youssef, Chawki Abdelamir, Moncef Louhaïbi). Parmi ses oeuvres en prose :  Tapapakitaques – La poésie-île. Chronique 196 567 897 012 ( Oswald, 1976) , Le Vieux de la montagne, 1983 (coll. « Minos », La Différence, 2008),  Gens de Mosta. Moments 1990/1994 (Actes Sud/Sindbad, 1997), Le Poisson de Moïse. Fiction, 1995-2001, (éditions Paris-Méditerranée, 2001), Le Maître de l’Heure (La Différence, 2008), Dans le soulèvement. Algérie et retours (La Différence, 2012). Il a également publié différents recueils de poésie depuis 2000, parmi lesquels : Ce Tatar-là 2 ( Éditions Dana, 2000), Traverser, (La Rumeur des âges, 2002), Retraite, avec le photographe Olivier de Sépibus (Le Bec en l’air, 2004),  L’Arc et la cicatrice (La Différence, 2006),  La Sandale d’Empédocle  Gênes, San Marco dei Giustinani, 2006 ou L’Ancêtre cinéphile, La Différence, 2010. Son oeuvre a par ailleurs fait l’objet de plusieurs analyses critiques : Mourad Yelles (éd.), collectif, Habib Tengour ou l’ancre et la vague. Traverses et détours du texte maghrébin, éditions Khartala, 2003 et Expressions maghrébines, revue internationale de la coordination des chercheurs sur les littératures du Maghreb (CICLIM), spécial Habib Tengour, coordonné par Pierre Joris et Sonia Zlitni Fitouri, vol. 11, n° 1, Centre Dona i Literatura, Universitat de Barcelona, été 2012.

OSTER Pierre, poète. Il publie « Premier poème » dans Le Mercure de France en 1954, grâce à Pierre-Jean Jouve puis « Quatre Quatrains gnomiques » dans La Nouvelle Revue française. Son premier recueil, « Le Champ de mai », paraît en 1955 dans la collection « Métamorphoses », dirigée par Jean Paulhan. Il reçoit pour celui-ci le prix Felix-Fénéon, comme il recevra en 1958 le prix Max-Jacob pour « Solitude de la lumière », une année après la résiliation de son sursis, qui provoque son départ aux armées, en Algérie. Parmi une oeuvre très riche :   « Chiffres en ballade », avec Yutaka Sugita, (Paris, Hachette, 1972), « Requête » ( frontispice de Jean Bazaine, Montpellier, Fata Morgana, 1977), « Saint-John Perse » ( Mazamet, Babel Éditeur, 1992);  « Le Savoir de la terre » ( Mazamet, Babel éditeur, 1998), « Membres épars des dieux », ( Sauveterre, Jean-Louis Meunier, 1999), « Paysage du Tout 1951-2000 » ( préface d’Henri Mitterand, Paris, Gallimard, 2000); « Vignettes russes, avant-propos au volume d’Anna Akhmatova, » (Genève, La Dogana, 2010), « Utinam varietur » ( Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2012).

YELLES Mourad est écrivain et Professeur des universités (Littératures maghrébines et comparées) à l’INALCO, institution qu’il a intégré après une quinzaine d’années d’enseignement au Département de Français de l’Université d’Alger, puis au sein des Départements de littérature française et comparée des universités Paris VIII et Paris III. Spécialiste des littératures maghrébines (en arabe maghrébin et d’expression française), mais également intéressé par les productions littéraires francophones d’Amérique et des Antilles, ses travaux portent depuis plus de vingt ans sur les phénomènes de métissage des formes, des pratiques et des imaginaires à travers l’étude comparée de ces littératures (orales et écrites). Parmi ses derniers travaux et publications : « Les Miroirs de Janus. Littératures orales et écritures postcoloniales » (Alger, OPU, 2002) ; « Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace » (Paris, L’Harmattan, 2005); « Habib Tengour. L’arc et la lyre. Dialogues (1988-2004) » (Alger, Casbah Editions, 2006). Ses travaux de création sont parus dans des revues (Algérie Littérature/Actions, Phréatique, Le Jardin d’essai, Estuaires, Po&sie) et des recueils collectifs (Pour Nedjma, Femmes de Timimoun, La Cendre des mots, Nouvelles d’Algérie, Couleurs solides, Sortilèges sahariens).

Inscription conseillée : marine.sam@cnrs.fr

Rencontre du 01 février 2012 : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan ». Alexis Nuselovici (Nouss), Claire Le Foll, Eloi Recoing.

Langues de l’exil et exil des langues

Alexis Nouss : « Der Verbannte, der Verbrannte [Le banni, le brûlé] – lecture de Paul Celan »

Si l’exil fournit une thématique centrale de la poésie celanienne en raison de données historico-biographiques, il serait réducteur et trivial de ne lui accorder que cette considération. L’expérience exilique, perçue à l’extrême de sa phénoménalité, engage pour le poète les conditions de son écriture et détermine les conditions de réception de l’œuvre. Cette analyse sera menée à partir d’une lecture des cinq derniers poèmes de « La rose de personne ».

Discutants : Eloi Recoing et Claire Le Foll (empèchée)

 

  

 

 

Bio-bibliographies

LE FOLL Claire  Maître de Conférences en histoire et culture juive est-européenne, Parkes Institute and History, University of Southampton, chercheur associée au CERCEC (EHESS/CNRS). Ses travaux portent sur l’histoire culturelle des Juifs en Europe orientale aux XIXe et XXe siècles, avec un intérêt particulier pour la Biélorussie, et s’articulent autour de trois thèmes principaux : l’émergence d’un art national juif en Europe orientale, à Vitebsk, Minsk et Kiev ; la constitution d’une identité spécifique juive biélorusse au XIXe et XXe siècles ; les transferts culturels entre nations et minorités en Europe orientale dans la première moitié du XXe siècle. Quelques publications et traductions : L’école artistique de Vitebsk (1897-1923). Eveil et rayonnement autour de Pen, Chagall et Malevitch (Paris: L’Harmattan, 2002), “The ‘Belorussianisation’ of the Jewish population in Interwar Belorussia: Discourses and Achievements in Political and Cultural Spheres”, East European Jewish Affairs 38/1 (April 2008), pp. 65-88., “The Missing Pogroms of Belorussia, 1881-1882: Conditions and Motives of an Absence of Violence”, forthcoming in Anti-Jewish Violence: Reconceptualizing “the Pogrom” in European History, 17th-20th Century. Edited by J. D. Klier, D. Gaunt, J. Dekel-Chen, Indiana University Press. L. Miliakova, N. Werth (ed.), Le Livre des Pogroms : antichambre d’un génocide. Ukraine, Russie, Biélorussie, 1917-1922. Traduit du russe par Nicolas Werth, Patrice Bensimon, Claire Le Foll and Ekaterina Pichugina (Paris: Calmann-Lévy, 2010).Traductions du yiddish pour le projet de recherche et festival de cinema Kinojudaica (2009). Page personnelle 

NUSELOVICI (NOUSS) Alexis est professeur à la School of European Studies de l’Université de Cardiff (Royaume-Uni) où il occupe le poste de Chair of Modern Cultural Studies et est également responsable du MA Translation Studies. Il est aussi professeur associé au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal où il a enseigné pendant une quinzaine d’années et il a été professeur invité au Brésil, en Turquie, en Espagne et en France. Membre de plusieurs équipes de recherche internationales, il a en outre créé et dirige le groupe de recherche montréalais POexil (http://www.poexil.umontreal.ca) qui se consacre aux manifestations culturelles des expériences de l’exil et de la diaspora ainsi que le Cardiff Research Group on Politics of Translating qui étudie l’acte traductif sous ses aspects éthiques et politiques. Il a publié une dizaine de livres dont La modernité (Paris, PUF, collection « Que sais-je? », 1995), Dire l’événement, est-ce possible? (avec Jacques Derrida et Gad Soussana, Paris, L’Harmattan, 1997), Métissages. De Arcimboldo à Zombi (avec François Laplantine, Paris, Pauvert, 2001), Plaidoyer pour un monde métis (Paris, Editions Textuel, 2005) et Paul Celan. Les lieux d’un déplacement (Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, 2010).Il est également traducteur et a écrit les livrets de plusieurs opéras.

RECOING Eloi, metteur en scène et traducteur, maître de conférences à l’université de La Sorbonne Nouvelle Paris 3. Il a vingt ans lorsqu’Antoine Vitez met en scène sa première pièce : La ballade de Mister Punch (1975). Il en deviendra l’assistant pendant 6 ans au Théâtre National de Chaillot, puis à la Comédie Française. Il fonde La Compagnie du Passeur et signe ses premières mises en scène, parmi lesquelles  : La conjecture de Babel d’Eloi Recoing (Théâtre Gérard Philipe de St Denis 1987), Partage de Midi de Paul Claudel (1991), Essai sur l’innommable d’après Heiner Müller (Théâtre du Rond-Point 1993), Le constructeur Solness d’Henrik Ibsen (Théâtre de la Commune Pandora 1994), Théâtre/Roman de Louis Aragon (1997) Scène Nationale du Parvis à Tarbes, Penthésilée de Heinrich von Kleist (ESNAM, mars 1998), L’amour, champ de bataille d’après l’œuvre de Heiner Müller (Festival d’Avignon 2000), Ellen Foster d’après l’œuvre de Kaye Gibbons (Festival « Frictions », Dijon 2002) , Kaddish d’Alan Ginsberg, création à la Maison de la Poésie à Paris en 2005. Vitez en effigie (festival d’Avignon en 2008), Un instant suicidaire d’Eloi Recoing (Théâtre aux Mains Nues, 2008). Eloi Recoing mène simultanément à son travail de dramaturge et de metteur en scène une activité de traducteur dans le domaine allemand et scandinave (Brecht, Kleist, Wedekind, Ibsen).

Eloi Recoing « La traduction du sens »