Archives par mot-clé : politique

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
  • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
  • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

Argumentaire

La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

Intervenants :

Continuer la lecture de Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices 

4ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

7 février 2024, 17-20h,  Cette séance aura lieu en VISIO. Un hybride est cependant organisé par Saskia Cousin à l’Université de Nanterre, pour les étudiants et les participants présents sur place (bâtiment Lefebvre, salle D402 (Sophiapol) (Les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin). Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Nicolas JAOUL (anthropologue et réalisateur de documentaires, chargé de recherche au CNRS) : A propos de la politique des demandeurs d’asile. Retours sur la mobilisation des campements de La Chapelle, été 2015. (A partir d’extraits du film « Bariz, le temps des campements, Iskra, 2020).
  • Serge BAGAMBOULA (Chercheur au CFS-ep et membre du Bureau d’études des Sans Papiers de Bruxelles) : Mobilisation pour une régularisation des sans-papiers en Belgique
  • Martin DELEIXHE (professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Centre de Théorie Politique) : Quelle représentation politique pour les migrants en situation irrégulière ?

Coordination : Saskia Cousin, (sociologue, Sophiapol, U. de Nanterre, ICM) et Sophie Djigo (philosophe, STL Lille, ICM)

 Crédit photos : Lutte des habitants du 76 rue Gabriel Péri, à Saint-Denis, 2008. (c) Olga Stanislavska

Argumentaire :

Alors même que le projet de loi Asile et Immigration porté par Gérald Darmanin vise à restreindre l’accès aux droits des personnes exilées et à criminaliser l’immigration irrégulière, la question de la visibilité et de l’organisation politique des sans-papiers se pose de manière aiguë. L’anthropologie des campements documente le régime de visibilité des personnes en exil : celui de l’effacement, de l’interstice, de l’effraction. Comment exister dans l’espace public lorsqu’on est assigné à l’invisibilité, cantonné dans les marges de la cité ; comment défendre ses droits et quels droits défendre ?

Les conditions de l’encampement, à savoir l’installation transitoire, le dénuement, l’insécurité et l’invisibilité, pourraient conduire à faire de ces espaces de vie des incarnations de l’état de guerre de tous contre tous. Or, malgré ces circonstances extrêmes, la vie en commun s’organise, improvisée, progressivement élaborée. Comment se développent des modes d’organisation sociale et politique dans les lieux de vie de personnes en exil ? Quelles sont les pratiques d’autogestion mises en œuvre, par exemple à Calais, à Paris-La Chapelle, à Bruxelles ?

Loin de tout angélisme, ces organisations en autogestion interrogent l’exercice collectif du pouvoir, la production des règles, la participation démocratique, affrontées à bien des difficultés, à des formes de conflictualités non seulement entre les personnes en exil et les pouvoirs publics, mais aussi entre les personnes en exil, ou entre exilé.e.s et militant.e.s/bénévoles.

La solidarité mise en œuvre par les citoyen.ne.s solidaires fait aussi partie des éléments qui à la fois renforcent et perturbent l’autonomie et la subjectivation politique des exilé.e.s. Si le soutien est crucial, il comporte aussi sa part d’ambiguïtés ; l’enfer peut être pavé de bonnes intentions, lorsque les solidaires se donnent pour tâche de représenter les personnes en exil, de prendre la parole en leur nom, en l’absence de relais politiques, ou de décider à leur place, en vertu de leur compétence de citoyens. La représentation des personnes en exil n’est pas exempte de conflits, et les désaccords entre collectifs d’exilé.e.s ou entre personnes au sein d’un même collectif en témoignent.

Quelle représentation pour les sans-papiers ? Quelles stratégies d’organisation politique pour faire entendre les voix, pas toujours accordées, des exilé.e.s ? Comment porter la parole des personnes en exil en dehors des cadres institutionnalisés de la représentation politique ? A quand un parlement des migrants à l’échelle nationale, voire européenne ?

Intervenants : Continuer la lecture de Auto-organisation et représentation des personnes en exil : dissensus et pratiques émancipatrices. 7 février 2024, 17-20h. (visio / hybride)

Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h

Exil : légitimité et crédibilité des expériences.

3ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL

Un temps de débat sera consacré à la nouvelle loi sur l’immigration votée le 19 décembre 2023, et aux tribunes en opposition, dont celles de l’Institut convergences migration et des Non-lieux de l’exil.

10 janvier 2024, 17-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

avec :

  • Elena GORDIENKO (chercheuse en études théâtrales, IRET/Sorbonne Nouvelle) : Quels projets et en quelles langues pour des artistes exilé.e.s du pays déclencheur d’une guerre coloniale ?
  • Omid HASHEMI (Artiste et performeur, Chercheur associé : Scènes du monde, création, savoirs critiques, EA 1573, Université Paris 8) – La fatalité géographique
  • Morgane DUJMOVIC (Géographe,  chargée de recherche CNRS, UMR Pacte, Grenoble, ICM) – Que peut la carte ? Que fait le mouvement ? La CartoMobile : une expérimentation participative avec des personnes exilées 
  • Pascale LABORIER (Professeure de science politique, Université Paris Nanterre – ISP UMR 7220, fellow ICM, Membre du Bureau du Réseau MEnS et du Conseil scientifique de PAUSE) – Cartographies narratives des universitaires exilés à l’ère numérique : conditions de production de connaissances collaboratives et contributions au plaidoyer pour les universitaires en danger

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, CESSMA, Sophiapol, ICM) et Léo Manac’h (anthropologue, CEPED, U. de Paris Cité, ICM)

Crédit photo du bandeau : (c) Omid Hashemi, Série Les murs troués de la guerre, 2013, n°4. Courtoisie de l’artiste, https://www.omidhashemi.art/ 

Argumentaire

Qui parle de l’expérience de l’exil ? Sous quelle forme ? Au nom de qui et pour qui ? Ces questions sont régulièrement discutées dans les Non-lieux de l’exil et traversent la thématique de cette année : Exil- conflictualités et émancipations. Elles prennent une place centrale dans l’actualité politique récente, et notamment depuis le vote de la loi immigration, le 19 décembre 2023, avec les voix de l’Extrême-droite. Cette séance propose de s’intéresser plus précisément aux cercles de la légitimité afin de distinguer entre la légitimité des expériences et leur crédibilité dans l’espace public. La légitimité engage à la fois la participation et proximité avec l’événement et le positionnement. Serait alors « légitime », en premier lieu, celle ou celui qui a fait une expérience directe l’exil dans sa diversité constitutive (de guerre et de conflit, de déplacement et d’arrachement) ou bien, en second lieu, celle ou celui qui l’a vécu intimement par rebond. Cette expérience concerne alors des proches et des contextes connus, une langue parlée et lue. Un troisième cercle apparait ensuite, celui de celles et ceux qui se trouvent face à l’expérience de l’exil, qui sont ébranlé·es dans le contre-coup ou l’après-coup (Galitzine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky 2018) et/ou s’engagent contre la condition faite à l’exilé·e, que ce soit pour des raisons politiques et/ou familiales. La question de la langue demeure ici centrale et doit être adressée afin d’observer les modalités de circulation entre les deux premiers cercles de concernement et le troisième cercle, « concerné·es indirect·es » par les politiques migratoires et l’expérience de l’exil. En effet, comment (s’) exprimer, comprendre affects et engagements lorsque l’un·e des interlocuteur·rices ne dispose que d’une langue partagée insuffisante dans sa capacité à signifier (Manac’h 2022) ? La crédibilité, serait, selon Roberto Beneduce (2020), trop souvent médiée par les chercheur.e.s dans les dispositifs de recueil de la parole : placé en situation d’expert, celui-ci attesterait de la légitimité dans l’espace public, rejoignant l’interrogation de Gayatri Spivak (1985). Cette crédibilité interrogerait alors les éventuelles « violences systémiques » dans le dessaisissement de la parole et la réappropriation par les chercheur.e.s. Que se passe t’il pourtant lorsque la parole et le témoignage s’élaborent dans la co-construction ou plus encore, dans la conjonction des statuts, lorsque les chercheur.e.s et artistes, eux-mêmes en exil, se saisissent de différents espaces de représentation dans l’espace public pour transmettre soit leur expérience, soit des expériences collectives ? A tout le moins cette concordance entre légitimité et crédibilité influe et modifie l’ordre du discours, la répartition des rôles et ouvre à de nouvelles perspectives, éthiques, épistémologiques et politiques, que cette séance entend discuter.

Intervenant.e.s

Continuer la lecture de Exil : légitimité et crédibilité des expériences. NLE/UXIL. 10 janvier 2024, 17h-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h

Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques  

12 avril 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée) Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

En accès libre en présentiel  (favorisé) et en distantiel 

Séance coordonnée et introduite par Saskia Cousin (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre), Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Christiane Vollaire (philosophe, CRTD, CNAM)

Avec :

  • Fatima OUASSAK (politologue, militante antiraciste et féministe)
  • Marion CARREL (sociologue, Université de Lille, CeRIES)
  • Fabien TRUONG (sociologue, Université de Paris 8)

Les quartiers populaires, bien qu’ils constituent une part importante du territoire national, sont représentés comme à l’écart de celui-ci. La locution désigne donc à la fois un espace (le plus souvent, celui des banlieues urbaines) et un type de population (en partie « issue de l’immigration »). Ce qui manifeste doublement leur affinité avec la question de l’exil : par la manière dont ils sont perçus et par les origines de leurs habitants.

Et pourtant, une large partie de ces habitants revendique son appartenance à la communauté nationale, dans le temps même où elle en subit les stigmates, comme le montre notamment l’ouvrage collectif L’Épreuve de la discrimination, Enquête sur les quartiers populaires, paru en 2021. Et, plus particulièrement, beaucoup s’inscrivent dans les débats qui animent l’ensemble d’un pays dont ils font partie en dépit des discriminations dont ils font l’objet en tant que sujets racisés ou économiquement subalternisés.

C’est cette inscription dans le débat public sur les sujets de société communs, et la richesse des apports et des questionnements qu’elle engendre, que nous souhaitons interroger ici, autour des problématiques communes de l’écologie, de l’engagement politique, ou de l’éducation, qui animent l’ensemble du débat public, et auxquelles l’épreuve de l’exil géographique ou social vient donner une nouvelle acuité.

Présentation des Intervenant·es :

Continuer la lecture de Co-constructions et frictions en quartiers populaires sur les questions publiques, 12 avril 2023 17-20h

Désarmer le français / Emmanuelle Gallienne

Désarmer le français

texte de l’intervention d’ Emmanuelle Gallienne, directrice de l’association Kolone à la séance Co-constructions & frictions – Politique et ordre des langues du 11 janvier 2023

J’ai proposé d’intituler cette intervention désarmer le français  puisque de par ma position dans le monde de l’apprentissage du français aux émigrés j’agis sur le terrain de « la guerre des langues », dissimulée sous l’apparence neutre et un peu molle de l’appellation « FLE »,  français langue étrangère.  Mais aussi parce que j’ai éprouvé, assez vite en commençant, pendant l’hiver 2009-2010, la nécessité intime de désarmer mon propre français.

L’expression « guerre des langues » m’avait frappée à la lecture de l’essai de Tiphaine Samoyault[1], de même que cette affirmation dès le titre que la traduction a à faire avec la violence alors qu’on penserait habituellement le contraire, de même qu’enseigner la langue française peut apparaître comme l’activité la plus accueillante qui soit vis à vis de l’étranger, et que c’est dans cet esprit que les gens se proposent de le faire bien sûr.  Alors de quelle violence, de quelles guerres s’agit-il ?

La lecture de Lingua (Non) Grata – Langues, violences et résistances dans les espaces de la migration[2] de même que cette invitation à prendre la parole ici dans le cadre de la recherche, m’ont incitée à me retourner sur les douze années que j’ai passées sur ce « terrain », qui n’en est pas un à proprement parler puisque je fais partie des « acteurs », j’en suis partie prenante, je ne peux pas le quitter, j’ai en revanche la possibilité de le faire bouger, je suis agente, j’y ai une marge de créativité.

L’arrivée dans un paysage déjà arpenté et façonné par ceux qui nous précèdent, à une époque particulière, en présence de telles et telles forces, donne sa tournure au dispositif créé, fût-ce une petite association locale. Je vais essayer, au prisme des tensions particulières traversées au fil de cette dizaine d’années, de réfléchir avec vous à cet effort, à ce qu’on y apprend par rapport à cette question des étrangers et du français.

Continuer la lecture de Désarmer le français / Emmanuelle Gallienne

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions

8 février 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence,  lien zoom : https://univ-lille-fr.zoom.us/j/94389100768?pwd=aHpTUG43a3BTZTZDT2FzQjZuVUtYZz09

(attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da-Lage (Geriico, U. de Lille, ICM), Sophie Djigo (classe préparatoire, lycée Watteau  Valenciennes) et Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco)

Avec : 

  • Céline Cantat (sociologue, Sciences Po, ICM)
  • Bchira Ben Nia (DU H2M, Inalco)
  • Sophie Djigo (Philosophe, classes préparatoires) (en visio)
  • Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue, Cessma, Sophiapol, ICM & DU H2M) et Saskia Cousin  (sociologue, Sophiapol, Université de Nanterre, ICM) 

Argumentaire

Depuis quelques années, des dispositifs pédagogiques spécifiques et des formations spécialisées ont été mis en oeuvre pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur des étudiant.es en exil (DU Passerelles). Des associations et collectifs regroupent des étudiants en exil et demandent un statut spécifique. D’autres expériences  valorisent les compétences des personnes exilées, notamment les compétences linguistiques et celles issues de l’expérience de migration ( DU H2M – 2019, DU Dialogues-2021, DU Frontières – 2022). 

Ces expériences et dispositifs pédagogiques apparaissent  comme des « objets frontières » au sens de Susan Leigh Star (Star S.L., Griesemer J. 1989), c’est à dire des dispositifs qui permettent de collaborer en réunissant plusieurs visées qui ne se recouvrent pas:  innovation pédagogique dans une université sous pression néolibérale ; reconnaissance d’un métier dans un univers converti au “suivi qualité des formations” ; formation de personnel qualifié et développement des stages pour des associations qui possèdent des modes de faire, des histoires et des ambitions différents ; espace de recherche-action ; espace de formation et de qualification pour des personnes dont les savoirs sont souvent subalternisés. 

Ces formations peuvent être envisagées comme des dispositifs de mise en relation et des résultats de “frictions” (Tsing 2020), comme un cadre pour la production de savoir partagé produit  dans une asymétrie de positions obligeant à un travail réflexif sur le positionnement des formateur.ices  que des étudiant.e.s. Ces “zones de friction” entre  dynamique pédagogique, sociale, administrative voire matérielle interrogent l’autonomie des étudiant.es, au statut souvent précaire, mais également les attentes des formateur.ice.s. La réflexivité est nécessaire si l’on veut faire apparaître ces savoirs de la rencontre et de la médiation et les reconnaître sans les capter, les partager sans les détruire. 

Cette séance s’organisera en trois temps. Un premier temps pour comprendre les enjeux de l’accueil des étudiant.es en exil et de l’émergence de cette catégorie dans les politiques universitaires. Un second temps abordera plus spécifiquement les enjeux portés par les Diplômes universitaires (D.U.) de médiation interprétation. Enfin nous reviendrons avec Sophie Djigo sur les attaques auxquelles doivent faire face les enseignant.es, chercheuses et chercheurs qui travaillent sur l’exil aujourd’hui.

Intervenantes : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions – pédagogies et transmissions, 8 février 2023

Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h

Co-constructions & frictions – Politique et ordre des langues

11 janvier 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée)

en accès libre- en présentiel de préférence 

lien zoom  :  

 

Séance coordonnée et introduite par : Alexandra Galitzine-Loumpet (anthropologue Cessma & Sophiapol, ICM) & Hayatte Lakraâ (DU H2M, Inalco) .  Avec :

  • Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (anthropologue, PU Inalco, ICM – programme Liminal & Migralect.org)
  • Emmanuelle Gallienne (Association Kolone) – Désarmer le français
  • Filmon Ghebrezgabher (interprête-médiateur, contributeur à la base de données Migralect.org)

Comment analyser les politiques de la “langue de souveraineté” du pays hôte face aux langues des personnes en exil, face au multilinguisme ou au plurilinguisme constitutif des situations de migration ? Ces politiques véhiculent des catégories politico-administratives et des constructions coloniales et post coloniales de l’étranger  – en ce sens elles sont un lieu central de la subalternisation et ne cessent de produire des frontières.  Elles interrogent la position et les engagements des acteurs (chercheurs, associations, soutiens, militants),  et des personnes en exil  face à un français “désarmé” dans les situations de violence et de luttes collectives. Peut-on en effet ignorer, éthiquement et épistémologiquement, ce qui échappe lorsque l’on ne parle pas la langue des personnes concernées, les frictions engendrées ?   “Comment restituer la gravité d’un « I’m not good » quand celui qui l’exprime n’a pas beaucoup d’adjectifs pour nommer une douleur ? “ interroge également Léo Manac’h (2022).  Les dangers sont grands, en effet, de reproduire ce que l’on prétend éviter, une « complicité objective » dans l’ethnocentrisme ou encore la perception de la maitrise du français comme un “manque”, déjà évoqués par Abdelmalek Sayad (2012). Comment franchir les barrières de la langue, bricoler avec et entre, reconnaître enfin dans les langues – et partant dans les paroles –  leurs puissances et résistances ?  Cette question s’étend également à la “langue critique” des mondes académiques de plus en plus attaqués par des éléments de langages euphémisants ou violents.  L’importance des pluralités de langues et de langages, et partant, des positionnements, apparait ainsi centrale pour déjouer “l’ordre de la langue” (Canut 2022) .

Cette séance met en discussion les politiques des langues en s’appuyant sur un ouvrage collectif récemment paru Lingua(non)grata, langues, violences et résistances dans les espaces de la migration (Presses de l’Inalco, 2022, en accès libre), et en faisant place à différentes expériences d’associations et d’interprètes-médiateurs et de chercheuses et chercheurs.

Présentation des intervenant.e.s

Continuer la lecture de Co-constructions & Frictions – Politique et ordre des langues, 11 janvier 2023, 17-20h