Archives par mot-clé : politique

Politiques de l’exil (1). Politiques de l’épuisement.

Politiques de l’exil (1) – Politiques de l’épuisement

15 janvier 2020, 17-20h, INALCO salle 315, 65 rue des Grands Moulins 75013 Paris (RER C et métro 14, Bibliothèque François Mitterand)

(Attention : en raison des mouvements sociaux la séance initialement prévue le mercredi 11 décembre est déplacée le 15 janvier 2020)

Qu’est ce donc que ces politiques et stratégies de l’épuisement, de la répétition du même, de l’inutilité manifeste sinon de la violente absurdité ?  Si les conséquences des dispositifs étatiques sur le corps et le psychisme des exilé.e.s sont à la fois constamment attestées et toujours croissantes, cette première séance des Non-lieux de l’exil (an 9) en appréhende, dans une perspective pluridisciplinaire, les effets et résonances sur celles et ceux qui se tiennent et agissent au plus près des exilé.e.s, entre impuissance, découragement, colère et engagement.

Avec  : Hisham ALY (Secours Catholique), Léopoldine MANAC’H (anthropologue), Chloé TISSERAND (sociologue) 

Discutante : Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky (anthropologue et psychologue, CESSMA, Inalco)

Coordination : Christine Davoudian (Psychothérapeute, Médecins du Monde, Non-lieux de l’exil), Alexandra Galitzine Loumpet (anthropologue, CESSMA) 

Le séminaire Non-lieux de l’exil est affilié à  l’Institut Convergences Migrations  

cette séance fait l’objet d’une collaboration avec  l’ANR LIMINAL

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Politiques de l’exil (1). Politiques de l’épuisement.

Can the exile speak ? Parler, traduire, restituer / séminaire 11 juin 2019

 

Can the exile speak ? Parler, traduire, restituer

mardi 11 juin 2019, 17-20h, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris. Entrée libre sans inscription

Entendre, est ce laisser parler ? Qui parle pour qui, avec qui, dans quels espaces politiques laissés, assignés ou conquis ? Quels sont les statuts des récits et des engagements des exilé.e.s  ? Jusqu’à quel point – et en quelles langues – ces paroles sont elles audibles,  notamment lorsqu’elles sont relayées ou portées par des tiers ?  A qui s’adressent-elles ? Interroger la place de la parole, de l’engagement, de la traduction n’engage pas seulement à penser la place de l’exilé.e mais aussi bien les pratiques et les politiques de restitution, au carrefour de la recherche scientifique, du témoignage et du militantisme.

Séance en collaboration avec l‘ANR LIMINAL.

Pré-programme, d’autres intervenants ont été invités.

  • Michèle LECLERC-OLIVE (sociologue, CNRS-IRIS) 
  • Claire LEVY-VROELANT (sociologue) autour de L’incendie de l’hôtel Paris-Opéra, enquête sur un drame social (Créaphis, 2018)
  • Nicolas JAOUL (anthropologue, CNRS – IRIS) réalisateur du film “Beriz (Paris) – le temps des campements “ – présentation d’extraits du work in progress
  • Babak INANLOU (étudiant en exil, artiste). 
  • Thamy AYOUCH   (psychanalyste, U.Paris Diderot)

Coordinatrices / Discutantes : Alexandra Galitzine-Loumpet & Marie-Caroline Saglio Yatzimirsky

Image du bandeau  issue de “Bériz. Le temps des campements”  documentaire de Nicolas Jaoul (c)

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Can the exile speak ? Parler, traduire, restituer / séminaire 11 juin 2019

Exil : l’agir-ensemble. Hommage à Etienne Tassin / Séminaire EHESS IIAC/NLE (8) 14 mai 2018

La 8ème séance du séminaire Non-lieux de l’exil – IIAC (EHESS-CNRS)  aura  lieu le lundi 14 mai 2018 de 16h30 à 19h au 105 bd Raspail 75006 Paris, salle 13. Séance exceptionnelle, puisqu’il s’agit d’un hommage à Etienne Tassin.   Entrée libre

Exil : l’agir-ensemble. Hommage à Etienne Tassin 

 

avec Michel Agier, Catherine Coquio et Camille Louis.

Séance organisée par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky 

Le programme Non-Lieux de l’exil rend hommage à Etienne Tassin, professeur de philosophie politique, disparu subitement le 6 janvier 2018. Spécialiste d’Hannah Arendt (Le trésor perdu : Hannah Arendt : l’intelligence de l’action politique, Payot, Paris, 1999), il a aussi développé une pensée essentielle et marquante sur les exilés. Sur la scène de l’exil, s’érige une autre édification du « monde commun » présente à travers ses écrits (Un monde commun : pour une cosmo-politique des conflits, Seuil, 2003 ; Le maléfice de la vie à plusieurs : la politique est-elle vouée à l’échec ? Bayard, 2012), un dialogue ouvert (blog Médiapart ‘La jungle et la Ville’ avec Camille Louis) et des performances (festival TAMA avec l’Archipel des devenirs,  la fabrique du commun avec le collectif kom.post ,etc.).

Cette séance entend revenir sur l’engagement d’Etienne Tassin et la pensée de cet engagement. A propos des exilés, il écrit: « Va-t-on (enfin) témoigner de leur extraordinaire capacité à agir collectivement, à se conduire politiquement (c’est-à-dire à ne pas céder à la violence en retour de celle subie quotidiennement), à faire preuve de civisme et d’esprit public, à penser et à agir en vue du monde à venir et non en souvenir des mondes abimés et perdus ? » (Journal des Anthropologues, ‘Subjectivités de l’exil’, à paraître 2018*). Sa proposition ouvre une nouvelle dimension pour penser l’exil qui souligne l’agir-ensemble des exilés, leur puissance d’agir et leur expérience de la liberté.  Et Etienne Tassin d’ajouter  : « il appartient alors au philosophe de prendre modestement sa place dans ce cirque des places et d’y faire entendre une voix autre, non qu’il s’autorise à parler en lieu et place des exilés mutiques ou bâillonnés, mais parce qu’il essaye, avec d’autres, des artistes et des associatifs, de donner à voir ce qu’on ne veut pas voir et qui est pourtant si manifeste ».

Cette séance répond à son invitation toujours renouvelée de penser et dialoguer ensemble sur l’exil, à travers plusieurs voix et plusieurs disciplines.

Présentation des intervenants 

Continuer la lecture de Exil : l’agir-ensemble. Hommage à Etienne Tassin / Séminaire EHESS IIAC/NLE (8) 14 mai 2018

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Aesthetics, Politics and Knowledge RG, IF/FCT, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 115 , bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS-CERI) A l’ombre du mur et de la séparation : régime de mobilité et enfermement en Israël/Palestine Damien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-huit ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisés par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Continuer la lecture de Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Esthétique & Politique 3 : la question de la photographie. 02 février 2017

Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil 2016-2017

Séance 3

Esthétique & Politique,  la question de la photographie.

sacro-cuore-1
Marianna Capuano (c)

Jeudi 2 février 2017 de 17 à 20h,  salle 3, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris

(entrée libre)

Introduction  : Philippe Bazin

avec : Joerg BADER  (Responsable du Centre de la Photographie de Genève),  Marianna CAPUANO (Photographe),   Sébastien FEVRY (Historien, Université de Louvain),  Anne-Marie FILAIRE (Photographe,  Enseignante à l’Institut d’études politiques de Paris, Sciences Po)

Séminaire EHESS intitulé Non-lieux de l’exil, coordonné par Chowra Makaremi (IRIS / EHESS-CNRS), Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/ CESSMA), Eugenia Vilela (U. de Porto) et Christiane Vollaire (NLE)(Descriptif et informations ici). En collaboration avec Philippe Bazin (Photographe, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon) pour la thématique Esthétique & Politique.

Deux thématiques seront en effet  abordées : Esthétique & politique (1er déc. 2016, 5 janv. 2017,  2 fév. 2017 ) et Murs 2 mars, 4 mai, 2 juin 2017)

Présentation des intervenants :

Continuer la lecture de Séminaire EHESS Non-lieux de l’exil, Esthétique & Politique 3 : la question de la photographie. 02 février 2017

Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

IMMOBILISER LES MIGRANTS : LES ENJEUX D’UN OXYMORE

Par définition, la migration suppose le mouvement, une dynamique vitale qui pousse à quitter un lieu d’origine devenu inhabitable, pour des raisons sociales, économiques, et pour cette raison même toujours politiques (puisque les choix sociaux et économiques relèvent des décisions politiques).

Être « migrant » n’est pas une essence, mais caractérise le moment d’un parcours, et, pour beaucoup, le désir d’un devenir sédentaire, d’un devenir citoyen.

Le choix par lequel des décideurs politiques vont assigner ces devenirs, et réduire ces potentiels est celui d’une triple alternative :

– le renvoi vers le pays qu’on a fui;

– dans le pays d’accueil ou de transit :

  •    la clandestinité
  •    l’enfermement.

Aucun de ces choix ne coïncide avec celui des exilés, aucun ne suppose que leur avis soit requis, aucun ne suppose qu’ils puissent être considérés non seulement comme des sujets de droit, mais comme des sujets tout court. Aucun ne suppose qu’ils puissent prendre place dans un devenir commun, ni faire l’objet d’une représentativité collective.

Continuer la lecture de Immobiliser les migrants : les enjeux d’un oxymore / Christiane Vollaire

La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet

archiPour les Rendez-vous Grands Paris Cosmopolites coordonné par Fiona Meadows (architecte) et Saskia Cousin (anthropologue). 

Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Mardi 6 décembre 2016, table-ronde modérée par Saskia Cousin (Université Paris-Descartes)

LA MOBILITE IMMOBILE : EXIL ET DISPERSION[1]

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion ? (Georges Perec, Espèces d’espaces, 1992 : 81)

Dans la visite Migrantour intitulée Petit Mali, le médiateur s’arrête devant une agence de voyage pour expliquer le système d’acquisition d’un billet d’avion par plusieurs dépôts, selon ses disponibilités financières. En six mois, en un an, le voyageur-en-puissance acquiert petit à petit la possibilité de se déplacer dans l’espace. Ressources financières, mais aussi ressources imaginaires, projection et désir, tactique sur le moyen terme. Le voyageur est là, acheteur à tempérament dans un cadre de confiance, et il est déjà ailleurs;  le voyage devient performatif dans l’immobilité de la grande ville.

C’est presque un oxymore : il n’y a pas de ville, d’espace immobiles. Derrière chaque lieu, un autre invisible, un espace dans l’espace, un interstice dans lequel s’ouvre l’autre lieu. Chaque exilé le sait intimement, le devine chez l’autre écrit Edward Saïd[2]. Ces au-moins-deux-lieux se recoupent de multiples manières, se superposent et s’emboîtent, créant un espace tiers, recomposé, construit autour de points de rappels, de places, de liens sociaux, de possibilités. Cet espace double de la ville,  dia-sporique, comment le nommer ?  Je choisi de le nommer exil, c’est-à-dire de le définir comme une composante de l’expérience de l’exil, de ce que je nomme exilience. Habiter l’exil[3], c’est habiter plusieurs centres dans la durée et non seulement dans le déplacement, c’est privilégier les temporalités. C’est aussi habiter ce que Georges Perec nomme joliment les « laps d’espaces »,   fissures, hiatus, points de friction, ouvertures sur un autre monde. Dans l’expérience de l’exil, il n’y a pas d’immobilité qui ne soit mobile, pas de mobilité qui n’immobilise ni ne segmente dans un lieu. S’il fallait définir, malgré tout, un lieu de l’exilé, il faudrait donc affirmer : l’exilé habite le multi-lieu.

Continuer la lecture de La mobilité immobile : exil et dispersion/ Alexandra Galitzine-Loumpet