Archives par mot-clé : politiques

Politiques du refuge / Séminaire de recherche 23-25 mai 2019, Le Channel – Calais

Politiques du refuge

Du jeudi 23 au samedi 25 mai 2019
Le Channel scène nationale de Calais
Dans le cadre de La saveur de l’autre
en collaboration avec le programme européen Atlas of transitions,
programme ANR Liminal/Inalco, les Non Lieux de l’Exil (NLE).

Ce programme a été conçu en relation avec d’autres événements organisés par le Channel, et notamment le programme Incroyables chemins.

Programme

Politiques du refuge 2019-04-18

No nacimos para ser refugiados
Claudio Zulian
Film en version originale, sous-titré en anglais
Nous ne sommes pas nés réfugiés raconte les histoires singulières de huit personnes dont les vies se croisent à Barcelone. Ils sont avocat, musicien, traducteur, gardien, acteur, travailleur dans un call center…
Certains viennent d’arriver, d’autres sont là depuis de nombreuses années. Bien que leurs histoires soient très différentes, tous ont su prendre une décision grave : l’exil plutôt que la soumission.
Jeudi 23 mai 2019 à 20h30
au Cinéma l’Alhambra, 2 Rue Jean Jaurès Calais
Le film est suivi d’une discussion,
animée par Béatrice Micheau
Réservations auprès du cinéma l’Alhambra : http://cinema-alhambra.org/

Les refuges – Interagir en situation d’urgence et de violence ?
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky – ANR Liminal ;
Sophie Djigo – Philosophe, collectif Migraction ;
Marie Le Ray – PSM, journal des jungles ;
Joëlle Le Marec – U. Paris 1/Celsa ;
Saskia Cousin – U. Paris Descartes, NLE
Comment penser une politique des refuges dans une perspective pluridisciplinaire ? En croisant enquêtes de terrain, perspectives théoriques et projets concrets de refuges présents et à venir, nous voudrions questionner le « besoin » de refuges et la manière dont ces « en
dehors » peuvent devenir des lieux de fabrique de nouvelles utopies, points de fuites nécessaires qui nous permettent d’inventer des manières possibles d’habiter le monde.
Penser les lieux d’accueil des exilé.e.s comme des refuges nécessite de réfléchir à ces lieux comme espaces de traductions, d’écoute, mais aussi de repos.
Vendredi 24 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Refuges éphémères versus campements précaires :
langues, arts, interactions…
Laure Wolmark, COMEDE ; Hayatte Lakraa, ANR-Liminal ; Momette, artiste ;
Bobby Lloyd, Naomi Press, Miriam Usiskin – Art-refuge
Introduction : Marie Glon – U. Lille
Cet atelier s’intéressera aux pratiques de traduction dans les centres d’accueil de jour, centres d’hébergement et campements. Les processus de traduction sont ici abordés dans un sens large, intégrant l’ensemble des pratiques artistiques et des médiations langagières et interculturelles dans les contextes d’urgence et de violence. Il s’agira, à partir de retour d’expériences, de réfléchir sur les spécificités et les implications de ces médiations et modes de traduction. L’atelier abordera également les lieux-refuges comme espaces d’hospitalité et de soins propres à transformer les échanges.
L’atelier se déroulera en présence de l’association Art-refuge, qui pratique l’art thérapie dans des contextes de violences politiques, du Comité médical pour les exilés (COMEDE), de l’ANR LIMINAL, qui étudie les médiations et interactions en situation d’urgence, et du Secours catholique de Calais.
Vendredi 24 mai 2019 à 14h
durée : 3h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Inscriptions par mail : billetterie@lechannel.org
Gratuit, sur réservation uniquement

Politiques et poétiques de la main, le corps comme refuge ?
Yasmine Bouagga – CNRS, Liminal, auteure de Fingerprint/Basamat : les mains prises dans la procédure
Eugénia Vilela – U. Porto, Non-Lieux de l’Exil, Liminal
Babak Inanloo – Artiste, court-métrage Les mains captives
Discussion : Christiane Vollaire, philosophe, NLE
William Berthomière – CNRS, auteur de Touchant-touché.
Mécanique politique de la main tendue
Discussion : Marion Dalibert – U. Lille, Atlas of Transitions
Introduction : Alexandra Galitzine-Loumpet – INALCO, ANR Liminal
Comment dessiner l’empreinte de sa main quand celle-ci est prise dans les politiques de contrôle auxquelles on veut échapper ? Autour du travail que l’artiste Momette a réalisé à Calais en 2018, nous présenterons des travaux qui questionnent le rôle particulier de la main, de son image, de ses empreintes, dans les procédures administratives et les discours
médiatiques de l’exil.
Samedi 25 mai 2019 à 10h
durée : 2h30
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Des îles prisons aux îles refuges.La Grèce et les bords de l’Europe
Miléna Kartowski-Aïach – Anthropologue et metteuse en scène de la pièce Léros,
un exil chez les damnés.
Christiane Vollaire – Philosophe, photographie documentaire Grèce : interroger les solidarités.
Modération : Emilie Da Lage – U. Lille, Atlas of Transitions ;
Amanda Carolina Da Silva – U. Liège, Atlas of transitions.
De Calais aux îles grecques, ce déplacement vers une autre frontière nous permettra de saisir l’importance des contextes et des histoires pour comprendre comment faire l’expérience du refuge lorsqu’on est confronté à la violence des frontières.
Samedi 25 mai 2019 à 14h
durée : 2h
Le Channel au 173 boulevard Gambetta Calais
Entrée libre

Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel) / par Mustafa MA.

Au paradis, Ô Kola.

(in memoriam Mutawakeel, mort en Méditerranée)

Par Mustafa MA.

 

Mutawakeel, surnommé « Kola », est licencié de l’Université Nilayin (les deux Nils) à Khartoum, du département d’Histoire et relations diplomatiques. Né à Nyala, au Darfour, il a subi durant son parcours d’études les pires des persécutions et injustices, sans parler de ce qu’il avait subi auparavant au Darfour à cause de la guerre et du déplacement de ses parents au camp de Kalma. Il était à l’Université de Nilayn entre 2011 et 2017.  Il était adhérent au parti du front populaire démocratique, et parmi les membres et cadres du parti les plus actifs. Il réclamait et appelait pour le départ du régime dictatorial, et pour la justice et l’égalité entre toutes les tribus et les populations du Soudan.  Il parlait devant tout le monde sans peur. A cause de sa personnalité et son fort caractère, il a été détenu à plusieurs reprises par les forces de sécurité. Une fois, il n’a pas pu présenter son examen suite à sa détention. Appartenant au parti au régime, les instances de sa faculté n’ont offert aucune aide dans ce sens-là.  Si on voulait écrire les situations auxquelles il a été confronté dans sa vie, on épuiserait tant de stylos !

Après sa licence dans cette université qu’il qualifiait d’enfer, Mutawakeel a décidé de quitter le Soudan pour aller en Europe, pensant qu’en Europe il pourrait trouver une meilleure vie et continuer ses études.  Deux mois après l’obtention de sa licence, Il a quitté le Soudan en direction de la Lybie, dans l’espoir de traverser la Méditerranée.  Il m’a contacté en décembre 2017, m’a demandé de l’aider avec une somme d’argent pour pouvoir prendre un de ces bateaux illégaux qui transportent les immigrés.  J’ai accepté mais j’ai discuté longuement avec lui pour le raisonner, ayant passé moi-même par cette expérience deux ans auparavant, j’ai essayé de lui décrire l’impensable, ce qui se passe dans ces voyages, comment les passeurs jouent avec les vies des immigrés, je lui ai expliqué également que le pourcentage de survie de ces bateaux  (de cette traversée) ne dépasse pas 10%.  Sa réponse était celle d’un homme croyant : « Parfois, la mort vaut mieux qu’une vie d’humiliation, l’être humain ne saura jamais où, comment, et quand il mourra. Seul Dieu détient ce savoir. Et il se peut que je sois parmi les survivants inchallah. Je suis optimiste » et puis il a repris la phrase que je répétais quand je suis parti pour l’Europe : « soit on arrive en Italie, soit on sera mangé par les sardines et on deviendra des sardines ». Je lui ai donc souhaité un bon voyage, on s’est mis d’accord pour le transfert de la somme d’argent et je lui ai demandé de patienter jusqu’à l’été, car en hiver la mer est difficile, les vagues très hautes et le temps est très froid.

Continuer la lecture de Au paradis, Ô Kola. (in memoriam Mutawakeel) / par Mustafa MA.

Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Le 02 mars 2017 débute le prochain cycle du séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, MURS  qui fait suite aux séances consacrées au thème Esthétique & Politique. Il est coordonné par Chowra Makaremi (IRIS EHESS/CNRS) & Eugenia Vilela (Aesthetics, Politics and Knowledge RG, IF/FCT, Université de Porto).

Séance 1 : Séparations & politiques de l’asymétrie

17 h à 20 h – salle 115 , bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (entrée libre)

Avec  :  Stéphanie Latte Abdallah (CNRS-CERI) A l’ombre du mur et de la séparation : régime de mobilité et enfermement en Israël/Palestine Damien Simonneau (Paris 13) Le spectacle politique du territoire muré. Mobilisations pro-murs en Israël et en Arizona 

Introduction : Chowra Makaremi

Présentation générale du cycle : 

Vingt-huit ans après la chute matérielle et symbolique du mur de Berlin, le mur se redéfinit aujourd’hui comme un dispositif immunitaire et un projet politique en Europe.

Dans un contexte de violence, les exilés circulant vers et à travers l’Europe sont immobilisés par des murs (matériels et immatériels) qui transforment la domination post-coloniale en une nouvelle image, comme le souligne Wendy Brown : celle d’une invasion par les dominés et les exploités.

Continuer la lecture de Séminaire EHESS NON-LIEUX DE L’EXIL, Murs I : Séparations et politiques de l’asymétrie. 02 mars 2017

Exil et expulsions. Rencontre du 19 octobre 2016.

Exil et expulsions.

en collaboration avec l’IRIS (CNRS-EHESS)

16-19h  salles CNRS 640 noyau A, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris, entrée libre

m-lecadetPrésentation de l’ouvrage Le manifeste des expulsés, Errance, survie et politique au Mali (PUFR 2016) par son auteure, Clara LECADET (IIAC-LAUM, EHESS)

Discutants : Nicolas JAOUL  (IRIS -CNRS/EHESS) & Stefan LE  COURANT  (IIAC-LAUM, EHESS)

Avec la participation de Laurent Bazin (CESSMA-IRD) & Mohamed Bridji

Coordination : Alexandra Galitzine-Loumpet, Chowra Makaremi, Christiane Vollaire

Présentation des intervenants : 

Continuer la lecture de Exil et expulsions. Rencontre du 19 octobre 2016.

Mise en ligne. Présentation du “Glossaire des mobilités culturelles”. 16 octobre 2014

Mise en ligne, comme toujours sur le remarquable site du programme ESCoM-AAR, de la captation de la séance du 16 octobre 2014, autour de la présentation de l’ouvrage collectif “Glossaire des mobilités culturelles”  (Bernd & Dei-Cas eds, Peter Lang 2014),

Avec :

Norah  Dei CAS-GIRALDI;  Alexandra  GALITZINE-LOUMPET; Michèle  LECLERC-OLIVE;   Alexis  NUSELOVICI (Nouss)  ; Vincent  MESSAGE ; Christiane  VOLLAIRE

Cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo
Cliquer sur l’image pour accéder à la vidéo

Les formes de déplacements présentes dans nos sociétés sont multiples : géographiques et culturels, passages – inter-, multi- et transculturels tout autant qu’inter-, multi- et transnationaux –, transferts et autres mouvances dues aux interpénétrations ethniques et culturelles. Ce glossaire les rassemble, les expose et répond au besoin pressant d’une véritable recherche comparatiste faisant dialoguer les cultures des deux côtés de l’Atlantique.  transnationalités y sont analysés à travers le prisme de l’inter- et du transdisciplinaire (….)

 

“Traduire sans papiers”, colloque international ENS Lyon, 10-12 octobre 2012

Cliquer sur l’image pour le programme complet

 

  En devenant programme de la Fondation Maison des sciences de l’homme, les Non-lieux de l’exil ont renouvelé  comité scientifique, équipe et axes de recherche. Trois de ses membres participent ainsi au colloque international “Traduire sans papiers, Poétiques de la traduction, politiques de la traductologie” (Illegal translation), organisé par le Centre d’Études et de Recherches Comparées sur la Création (CERCC) qui aura lieu le 10-12 octobre prochain à l’ENS Lyon, Site Descartes, proche par sa thématique et sa volonté d’ouverture vers un au-delà du monde universitaire ou de la recherche de l’esprit des NLE.

Argumentaire   :

 ” Ce colloque invite à interroger le présupposé selon lequel « la traduction favorise la compréhension entre les peuples et la coopération entre les nations » (Unesco, Nairobi, 1976), car il masque la réalité du processus de traduction comme acte énonciatif historiquement situé. Ce fonctionnement n’est pas davantage pris en compte par le paradigme traductif qui s’impose dans les Humanités. Dans un contexte où l’on constate un repli frileux sur les frontières et les identités nationales, il y a une certaine urgence à rendre à la traduction sa force de subversion : questionner les identités instituées loin des pensées binaires et de leurs dichotomies.Les cinq conférenciers qui interviendront comme keynotes ont critiqué la réduction de l’acte de traduire à un passage qui mènerait d’une « langue source» à une « langue cible» aussi opposées que les deux rives d’un fleuve. Les différents intervenants discutent les enjeux de la traduction à partir de perspectives complémentaires (sociologiques, anthropologiques, éthiques, etc.), même si la poétique reste au cœur de la réflexion. La littérature n’est pas seulement repensée à partir de la traduction : elle constitue également un terrain privilégié pour observer en acte le processus traductif. Nous avons voulu lier la poétique au politique aussi directement que possible. C’est pour cette raison que nous sommes particulièrement heureux d’accueillir des artistes, des militants et des représentants d’associations qui nous aideront à ouvrir le débat par-delà l’institution universitaire.”

Si tous les interventions promettent d’être intéressantes, les contributions des membres des Non-lieux de l’exil seront les suivantes (par ordre de passage)  :

– Isabelle Poulin : “La traduction comme geste. À partir de Vladimir Nabokov” (11 octobre, 11h-12h)

– Alexis Nuselovici (Nouss)  Keynote ” Traduire ou L’expérience du seuil” (12 octobre 9h30-10h30)

– Arno Renken, “La traduction hors la loi” (12 octobre 11h-12h30)

Les organisateurs ouvrent largement leur porte et convient tous les publics  intéressés.