Archives par mot-clé : Roumanie

Rencontre du 04 avril 2012 « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux ». Matéi Visniec, Aurélia Klimkiewicz, Elena Prus.

Matéi Visniec « L’exil comme aventure culturelle, l’exil heureux »

« Vous avez un léger accent…» – voici une phrase qui m’a été dite un bon millier de fois depuis que je vis en France et qui fut le point de départ de nombreuses conversations intéressantes. D’habitude, je propose à mon interlocuteur un jeu : deviner en trois essais de quelle origine je suis. C’est ainsi que commence une petite leçon de géographie et de culture générale que patiemment j’ai offerte à de nombreuses personnes. En général, je suis transporté dans divers endroits où l’on parle français, mais avec une légère particularité musicale: « Vous êtes Belge ? Suisse ? Québécois ? ». L’homme perd ainsi les trois cartouches que je lui avais offert afin de gagner le jeu, et j’essaie donc de l’aider un peu: « Je viens d’un pays latin mais situé en Europe de l’Est ». A ce stade du jeu, je sens sur le visage de l’homme en face de moi une légère contrariété. Un pays latin en Europe de l’Est ? Quand je dis la Roumanie, mon partenaire de jeu réagit comme s’il avait été heurté par le souffle d’une petite explosion… La Roumanie, bien sûr, évidemment… La Roumanie est un pays latin! Après ça, mon interlocuteur enchaine d’habitude avec la phrase : « Et ça a été dur, j’imagine, pour vous, de continuer votre vie en France ». Et là, je le déçois encore : « Non, je suis heureux dans ce pays ».     

Discutantes : Elena Prus et Aurelia Klimkiewicz

 

Bio-bibliographies

KLIMKIEWICZ Aurelia  est professeur à l’Université York à Toronto où elle dirige présentement le Research Group in Translation and Transcultural Contact. Théoricienne de la traduction, elle s’intéresse à l’herméneutique, la subjectivité du traducteur, l’éthique de la traduction et l’interaction multilingue. Ses travaux les plus récents portent sur l’analyse des commentaires métalangagiers dans la littérature migrante en tant que formes d’auto-dialogue multilingue. Elle a codirigé quatre collectifs et publié plusieurs articles dont « Faire l’épreuve de soi au travers de l’auto-dialogue multilingue. À propos du commentaire métalangagier dans la littérature migrante », « Les configurations chronotopiques de l’exil : de l’exil au post-exil » et « L’interprétation communautaire : un modèle de communication trialogique ». Elle a traduit un livre témoignage, Babouchka de Nadia Erchof-Skrzetuska (2001), le film documentaire Paradis perdu. Paradis retrouvé (2006), et a collaboré à l’adaptation scénique de Le banquet chez la comtesse Fritouille de Witold Gombrowicz pour le Théâtre Prospero (Montréal 2004). Elle est membre du groupe de recherche Poexil depuis sa fondation en 2001 à l’Université de Montréal.

PRUS Elena  Directrice de l’Institut de Recherches philologiques et interculturelles, Université Libre Internationale de Moldova (ULIM). Docteur d’Etat ès lettres, Professeur universitaire. Critique littéraire, spécialiste en littérature française et comparée, fondatrice et rédacteur en chef de la revue scientifique Intertext (ULIM) ; Fondatrice et coordinatrice du colloque international Francopolyphonie, ULIM (éd. 2006-2010) ; Coordonnatrice nationale du projet du Conseil de l’Europe L’éducation pour la démocratie dans une société démocratique (2001-2002). Auteur de plus de 200 publications (parus en France, Roumanie, Etats-Unis, Canada, Syrie, Russie, République de Moldova), parmi lesquelles : Pariziana romanescă: mit şi modernitate [La Parisienne romanesque : mythe et modernité], Iaşi (Roumanie) : Institutul European, 2006 ; Poetica modalităţii la Proust [Poétique de la modalité chez Proust], Kishinev : Ruxanda, 1998.  Po(i)etosfere şi proiecţii hermeneutice [Po(i)etosphères et projections herméneutiques],  Kishinev : Foxtrot, 2009. Page personnelle 

VISNIEC Mateï  Dans la Roumanie communiste de Ceausescu, il découvre dans la littérature un espace de liberté et devient très actif au sein de la génération 80 et commence à écrire des pièces de théâtre en 1977. Auteur interdit à partir de septembre 1987, il demande asile politique en France, rédige une thèse de doctorat à l’EHESS et travaille également pour la BBC entre 1988 et 1989, et à partir de 1990 pour Radio France Internationale. Sa pièce Les chevaux à la fenêtre  rencontre le succès en 1991 et à partir de cette date il est régulièrement joué en France (Festival d’Avignon (off), Théâtre du Rond Point, Studio des Champs Elysées, Théâtre de l’Est Parisien, Théâtre International de Langue Française, Théâtre du Guichet Montparnasse, Théâtre de l’Opprimé…) et dans de nombreux autres pays (Europe, Amérique, Asie). Il remporte ainsi plusieurs prix, notamment pour la pièce Les détours Cioran, ou Mansarde à Paris avec vue sur la mort (Avignon 2008). Il est également l’auteur dramatique le plus joué en Roumanie. Ses pièces de théâtre sont publiées en France aux éditions Sud-Papiers, Lansman, L’Harmattan, Crater et l’Espace d’un Instant (Maison d’Europe et d’Orient). Il est également l’auteur de romans, partiellement inédits. Parmi ses nombreux écrits : Du sexe de la femme comme champ de bataille dans la guerre en Bosnie (1997), Petit boulot pour vieux clown suivi de L’histoire des ours pandas racontée par un saxophoniste qui a une petite amie à Francfort (1998), Du pain plein les poches et autres pièces courtes (2004), L’histoire du communisme racontée aux malades mentaux (2000), Le roi, le rat et le fou du roi (2002), Attention aux vieilles dames rongées par la solitude (2004), Richard III n’aura pas lieu ou scènes de la vie de Meyerhold (2005), La machine Tchekhov (2005), Le spectateur condamné à mort (2006), Les détours de Cioran ou mansarde à paris avec vue sur la mort (2007), Les chevaux à la fenêtre & Mais qu’est-ce qu’on fait du violoncelle ? (2010).