Archives par mot-clé : Sans-papiers

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations.

5ème séance des Non-lieux de l’exil, an 14, dans le cadre de la thématique  2023-2024 : “Exil, conflictualités et émancipations”, en partenariat avec UXIL.

13 mars 2024, 17h-20h, salle 0.33 du bâtiment de recherche sud,  (rez-de-chaussée), 5 cours des Humanités,  Campus Condorcet, Aubervilliers (M°Front Populaire)

Entrée libre. En hybride pour les non-résidents en Ile-de-France. Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin. Lien zoom : https://spaces.avayacloud.com/spaces/653a58eba9e06021cb26dfa3 

Avec :

  • Chowra MAKAREMI, anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’IRIS.
  • Youri Lou VERTONGEN, chercheur CRESPO et CESIR, et  professeur invité à l’UC-Louvain Saint-Louis Bruxelles.
  • Emeline ZOUGBEDE, socio-anthropologue,chercheuse post-doctorale à l’IC-Migrations (Collège de France/ CNRS) et au Cerlis

Coordination Eugénia Vilela, philosophe, Faculté de Lettres de l’Université de Porto,  Groupe de recherche Esthétique, Politique et Connaissance et Christiane Vollaire, philosophe (CNAM, Paris 7-Diderot, ICM)

image du bandeau : © Philippe Bazin. Cabane municipale d’accueil pour les passants. Plat du col de l’Échelle, Névache près Briançon, septembre 2021.

Argumentaire

La question de l’exil, du déplacement, des migrations – des conflictualités qu’ils engagent et des formes d’émancipation qu’ils peuvent promouvoir – n’a cessé de mobiliser les chercheurs, en particulier depuis le XXème siècle sous les effets conjugués de la colonisation et de la décolonisation, conférant actuellement au phénomène une ampleur considérable, dans le temps même où les législations nationales et internationales se font de plus en plus contraignantes et ségrégatives. Walter Benjamin affirmait déjà, à la fin des années 1930, dans son essai Le Capitalisme comme religion, que « jamais la disproportion entre la liberté de mouvement et la profusion des moyens de circulation n’a atteint un tel degré ».

Cette « disproportion », actuellement vécue dans l’espace européen de Schengen comme dans l’externalisation de ses frontières, est documentée, réfléchie, diffusée par les chercheurs, dans une multiplicité de domaines : la question des politiques publiques (Didier Fassin et Anne-Claire Defossez à Briançon), comme celle des relations internationales, la question du droit comme celle de l’action humanitaire, la question du travail et de l’exploitation (Émeline Zougbédé, au Maroc, au Népal ou au Burkina-Faso) comme celle des solidarités et des revendications ; les questions de santé comme les problématiques d’organisation sociale ou les questions de genre.

Face à des décideurs politiques et à des médias de masse largement instrumentalisés, le travail des chercheurs devient de plus en plus nécessaire pour rétablir des vérités élémentaires (François Héran Immigration, le grand déni, sur les questions démographiques) et tenter d’infléchir des politiques publiques sourdes aux simples exigences non seulement de l’éthique, mais de la rationalité. La recherche s’affirme ainsi de plus en plus comme un point d’appui démocratique, dans l’interaction sur le terrain (Marie-Caroline Saglio et Alexandra Galitzine sur la question des langues), ou dans la réflexion sur un terrain rendu paradoxalement possible par la distance (Chowra Makaremi avec l’Iran). La politologie contemporaine (Youri Lou Vertongen auprès des sans-papiers) s’inscrit dans ce questionnement commun, et les développements récents d’une philosophie de terrain attestent de cette nécessité de s’engager dans la réalité de l’échange et la valeur épistémique de l’entretien.

En conflit, mais aussi en interaction stratégique avec les pouvoirs publics, l’activité de recherche, dans sa transdisciplinarité contemporaine, se nourrit de la réalité vivante et mouvante du terrain, à l’écoute de la parole de ses acteurs, de l’expérience et de l’expertise de ceux qui en vivent les multiples violences. C’est cette ambition que la rencontre entre anthropologie, sociologie, politologie et philosophie souhaite interroger ici, à partir de la pluralité des terrains.

Intervenants :

Continuer la lecture de Le terrain des migrations et de l’exil, entre conflictualités et émancipations. 13 mars 2024, 17-20h

Non-lieux de l’exil – Tribune contre la loi immigration

      Le groupe de recherche Non-lieux de l’exil s’associe à la tribune de l’Institut Convergences Migrations, et appelle à la résistance contre la loi inique sur l’immigration votée le 19 décembre 2023. Nous ne répéterons pas ici en quoi elle contrevient aux libertés fondamentales, à l’égalité des droits, au droit du sol, aux principes mêmes sur lesquels furent fondées la démocratie et la république françaises : l’avis de la défenseure des droits le détaille. Il suffit de rappeler que par ses termes, cette loi est la plus répressive jamais votée en France depuis la Seconde Guerre mondiale sur l’immigration ; que par les tractations et arguties ouvertement xénophobes et racistes qui lui ont donné naissance, elle stigmatise comme indésirables et pointe du doigt celles et ceux qu’elle désigne sous le vocable générique “d’étranger” – y compris les “étudiants étrangers”, ailleurs appelés internationaux. Sous couvert d’intégration, comprise dans les termes restrictifs de seuls devoirs, et non de droits, elle ne propose que plus d’exclusion, de précarisation et de souffrance à venir, et la perpétuation de formes d’esclavage pour les travailleur·euses sans-papiers. Cette loi s’oppose ainsi à tous les rapports, recherches, et préconisations contraires émis par les acteurs et actrices du travail social, des associations, de la santé ou de la recherche qui documentent depuis des années la dégradation des droits des personnes exilées. Elle n’est que l’aboutissement logique des violences et discriminations subies par les étranger·ères, des frontières aux quartiers populaires, et conjointement des attaques contre la liberté de penser, d’enseigner et d’alerter sur la condition qui leur est faite.

Depuis 14 ans, notre collectif observe, atteste, échange, documente les différents terrains de l’exil au plus près des réalités, s’engage dans des actions individuelles et collectives en collaboration avec divers partenaires. Nous avons invité et débattu avec plus de 500 chercheur·ses, travailleuses et travailleurs sociaux et de la solidarité, associations et collectifs, acteurs exilés, des mondes de l’art, organisé des rencontres et des colloques, publié le résultat de nos recherches. Nous ne sommes pas les seul·es. Nous continuerons évidemment à le faire. Nous appelons de plus à lutter contre les mesures iniques que contient cette loi, à refuser de les appliquer, et à manifester une solidarité sans faille avec tou·te·s les exilé·e•s dans tous les espaces où il sera possible de le faire, comme les lieux de l’art, de la recherche, du soin et du travail social. Nous appelons également nos collègues des mondes de la recherche à afficher, par d’autres tribunes ou par toute autre forme utile, leur solidarité et leur opposition à cette loi. En d’autres termes, à se mobiliser.

log nle cem

Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Luttes des exilé.e.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art

 

10 mai 2023, 17h-20h, Collège de France, 3 rue d’Ulm, 75005 Paris (salle du rez-de chaussée). Attention, les doctorant.e.s de l’E.D. 396 de l’Université de Paris Nanterre doivent s’inscrire auprès de Saskia Cousin)

Entrée libre, séance en présentiel, lien zoom : 

https://univ-lille-fr.zoom.us/j/92344410741?pwd=ODRVNXFMYkFqTUZQbjJTTldMMnRFUT09

ID de réunion : 923 4441 0741 / Code secret : 878356

Séance coordonnée et introduite par Emilie Da Lage (Geriico, Université de Lille),  Anne-Laure Amilhat-Szary (géographe, Pacte, Université Grenoble-Alpes) et Eugenia Vilela (philosophe, groupe de recherche Aesthetics, Politics & Knowledge, Institut de Philosophie, Université de Porto)

Avec :

  • Milady Renoir (recherche-action, asbl CFS – Université Populaire)
  • Modou Ndiaye (chercheur-acteur en éducation permanente auprès de la lutte des sans papiers en Belgique)
  • Camille Louis (Philosophe, dramaturge, KomPost)

Cette séance abordera les stratégies d’autodéfense face à une tendance à l’extractivisme des sujets exilés par le milieu de l’art et de la culture. 

Quelle éthique de relation peut être à l’oeuvre dans les projets artistiques avec des personnes exilées (spécifiquement sans papiers) ? Quel accueil peut être imaginé pour les personnes exilé.es dans les écoles supérieures et les lieux d’arts ? Enfin comment développer de bonnes pratiques administratives, juridiques pour envisager et concrétiser la participation des personnes sans papiers dans les projets artistiques, socio-culturels ?

Nous travaillerons ces enjeux à partir des réflexions et pistes d’actions ouvertes par le projet Exil-s et Création-s coordonné à Bruxelles par l’artiste Milady Renoir, Mamadou Taslim Diallo et Modou Ndiaye pour la voix des Sans Papiers Bruxelles et Céline Dujardin enseignante en école d’art. Plusieurs enseignant.e.s, responsables d’institutions artistiques, travailleuses-travailleurs culturels, artistes y sont engagées dont la philosophe et dramaturge Camille Louis.

Présentation des intervenant.e.s : 

Continuer la lecture de Co-constructions & frictions : Luttes des exilé.é.s contre l’extractivisme dans les mondes de l’art, 10 mai 2023, 17-20h

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis