Archives par mot-clé : Street art

Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

 Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). Contribution de Marion Dupuis (*)

Quartier de la Porte Dorée à Paris, novembre 2010, c’est dans ces espaces et temps confondus que virent le jour deux projets artistiques, dont la démarche et les messages font écho et se répondent. Le premier, « Tounkharaké  », fut initié par l’artiste peintre Michèle Katz dans l’actuel Musée de l’Histoire l’Immigration/Palais de la Porte Dorée, lieu qui à cette époque était occupé par des travailleurs sans-papiers menant combat pour une régularisation (voir aussi les reportages dessinés sur l’occupation de la CNHI de Brouck / Collectif 12). Le second, Des mots à la MEEAO, créé par le collectif Paris Label, est un projet artistique qui prit la forme d’un témoignage poétique « pochoirisé » sur les murs d’un édifice empreint d’histoire : l’immeuble de la Maison des Etudiants des Etats d’Afrique de l’Ouest (MEEAO). Ces œuvres collectives eurent en commun de puiser leur inspiration dans d’âpres luttes locales pour les droits de sans-papiers, avec en arrière-plan l’histoire coloniale et d’être  créées dans deux lieux symboles du passé colonial français. Questionner le rôle de l’artiste mais aussi du spectateur et du citoyen était au cœur de leur démarche.

Continuer la lecture de Arts & mémoires d’exil : le quartier de la Porte Dorée (Paris). par Marion Dupuis

Street art : identité, métissage, exil. Contribution de Marion Dupuis

 Street art : identités, métissage, exil.

une contribution de Marion Dupuis*

                                    en relation avec la rencontre « Street art, un art de l’exil / un art en exil »

    Cette série de photos s’intéresse à des œuvres de street art portant des messages politiques et questionnant l’identité, l’altérité. Ces figures de l’exil[1] imposent leur présence dans un espace qui leur est étranger, à la fois pays de l’exil et espace urbain. Le street art évoqué ici interpelle le passant sur ce qu’est l’autre et ses représentations et sur ses propres identités multiples.  Dans certains cas le street art vise aussi à éveiller ou maintenir une conscience oppositionnelle[2].

dupuis 1
Passante devant une peinture dédiée à la mémoire du chanteur kabyle Lounès Matoub, rue Denoyez, Paris 20è, octobre 2013. Photo : Marion Dupuis

Cette photo dévoile, à gauche, une peinture dédiée à la mémoire de Lounès Matoub, chanteur kabyle assassiné en 1998. Chantre du combat pour la reconnaissance de l’identité amazigh, il fut aussi un défenseur de la démocratie et de la laïcité en Algérie.  Dans ce quartier d’effervescence du street art qu’est Belleville à Paris, où le paysage urbain est en mutation permanente, cette peinture dédiée à la mémoire de Lounès Matoub a acquis un statut particulier. Bien qu’éphémère en apparence, elle s’inscrit dans une certaine durée; elle a ainsi été repeinte  au même endroit à de nombreuses reprises, depuis au moins quatre ans. Cette peinture s’enracine dans un espace spécifique et dans l’histoire locale. Elle est adossée à un café qui fut tenu par des propriétaires kabyles pendant plusieurs décennies[3] et demeure l’une des rares traces de la présence kabyle dans le quartier, pourtant forte dans les années 1950. L. Matoub fut considéré comme un « chanteur de l’exil », à l’image de la chanson kabyle qui parle fréquemment d’exil, de départs, de séparation, mais aussi en raison de l’histoire personnelle du chanteur. Dans son autobiographie Rebelle[4] , le thème de l’exil s’impose comme l’un des fils conducteurs du livre. Exilé en France d’abord pour raisons professionnelles, L. Matoub le sera ensuite pour raisons politiques puis médicales après avoir été victime d’un attentat. Le sociologue et démographe Patrick Simon qui a longuement étudié le quartier de Belleville, le définit comme investi du poids de « racines en exil » par les nombreux migrants qui l’habitent et a également décrit les mécanismes de construction du « mythe de Belleville »[5]. Cet hommage à Lounès Matoub, figure de l’exil, rebelle aux multiples identités s’intègre idéalement dans ce mythe.

dupuis 2
Posters de Fabrice Burdese/TKY, Rue Morand, Paris 11e., septembre 2013
Photo : Marion Dupuis

Trois de ces posters collés lors de l’événement « rue stick 2013 » dans le 11ème arrondissement de Paris sont l’œuvre de Fabrice Burdese/TKY. L’image de gauche représente une charge de CRS lors du sommet du G8 réuni en France en 2001, elle dénonce plus généralement le recours fréquent à la violence pour museler des revendications politiques ou environnementales. Celle du milieu appartient à une série intitulée Missing (portées disparues) qui s’intéresse à des femmes migrantes noires, notamment originaires d’Afrique et évoque leur itinéraire migratoire au prisme de leur dernière demeure. TKY souhaite donner corps à ces femmes et les représenter, elles qui prennent tant de risques pour émigrer, sont originaires de lieux qui furent pillés par les européens et sont pourtant rejetées brutalement à leur arrivée. L’affiche de droite propose une réinterprétation d’une peinture de la série Missing. Une femme d’origine haïtienne est arrivée à bon port en France et a réussi à s’intégrer. Dans la peinture d’origine elle portait un bonnet traditionnel, elle est dans un second temps affublée du bonnet phrygien. Cette réinterprétation des symboles nationaux permet à TKY de projeter sa propre vision de l’intégration. Un point de vue qui peut gêner, les affiches qui sont mises à la vue des passants sont parfois rapidement recouvertes ou arrachées[6].

dupuis3
« Guerrier bantu » par Kouka et enseigne d’un commerce chinois, rue du Faubourg du Temple, Paris 11è, mai 2010, Photo : Marion Dupuis

Dans un court entretien l’artiste Kouka Ntadi qui se décrit comme « Métis, nomade, passeur » explique ce que représente pour lui le guerrier bantu, qu’il a peint dans de nombreuses villes : « Le guerrier Bantu symbolise l’homme au plus prêt de la nature. Il n’a pas de nationalité, pas de frontière. J’ai commencé à peindre ces guerriers en réponse à l’occupation permanente des instances étrangères occidentales en Afrique. Puis je me suis aperçu que le même problème se répétait partout ! On vole les terres et on exploite l’homme ! « Bantu » signifie « Humain » en langue Kongo ! »[7]Le guerrier bantu représenté par Kouka à travers le monde, en suivant la route des esclaves de Brazzaville à Rio de Janeiro[8], nous incite à réfléchir sur notre identité, notre rapport à l’environnement, à l’urbanité mais aussi à l’histoire coloniale et à l’esclavage. L’objectif de Kouka est de « provoquer l’interrogation des citadins sur nos origines. De fait, chacun interprète ces guerriers avec ses propres références. Les Brésiliens pensent que ce sont des Indiens, les Sud-Africains des Zoulous, à Paris ou ailleurs des Massais. »[9].

Les œuvres présentées ici – quelles soient porteuses de message politique, de représentations mémorielles ou qu’elles visent à interroger, à bousculer les préjugés  – ont en commun de s’afficher dans un dialogue direct avec les passants et d’être exilées des lieux de mémoire officiels,  des lieux de débat politiques autorisés et de l’histoire officielle.

 

******

*Marion Dupuis -Ingénieure d’études – programme SOGIP : Echelles de gouvernance et Peuples autochtones –(ERC/EHESS)- http://www.sogip.ehess.fr/. Elle a également participé à l’exposition de photographies de terrain iiAC 2011 (iiAC/CNRS)- http://photoiiac.blogspot.fr/2011/11/1.html


[1] Le mot exil est compris ici dans le sens défini par Alexis Nuselovici (Nouss) et Alexandra Galitzine-Loumpet, voir la collection de working papers « étudier l’exil »

[2] Guillaume Marche,« Expressivism and Resistance: Graffiti as an Infrapolitical Form of Protest against the War on Terror », Revue française d’études américaines, 2012/1, n° 131, p. 78-96.

[3] Anne Steiner, Sylvaine Conord « Belleville Cafés », éditions l’échappée, 2010

[4] Lounès Matoub (en coll. avec Véronique Taveau), Rebelle, Éditions Stock, 1995

[5] Voir notamment Patrick Simon, « L’esprit des lieux » in Morier Françoise (dir.), Belleville, Belleville, visages d’une planète, Créaphis, 1994, pp. 429-453

[6] Entretien avec Fabrice Burdese/TKY, octobre 2013

[8] Film d’ Hélène Charpentier, « guerrier bantu », 2009-https://www.youtube.com/watch?v=lJe9mxnllPE

[9] Philippe Ruchmann, Kouka – Guerrier bantu, Opus Délits #21, 2011

 

Rencontre Non-lieux de l’exil. Street art : un art en exil, un art de l’exil. 24 octobre 2013. SALLE 638 / FMSH

 

2013-10-14 18.09.17 

la rencontre aura lieu en salle 638, plateau CNRS, 190-196 avenue de France, 75013 Paris (M° Quai de la gare / Bus 89)

En exil car hors des galeries et musées, dans l’espace public, offert à tous, éphémère.

De l’exil car souvent les artistes le pratiquant sont en marge ou en route, quittant volontairement ou non leur ville, leur pays, réinventant leurs territoires.

Le projet « La Tour 13 » a invité une centaine d’artistes de street art venus du monde entier à investir une tour destinée à la destruction dans le 13earrondissement.

L’expérience a inspiré les « Non-Lieux de l’exil » à organiser, en partenariat avec la galerie Itinerrance, une table ronde réunissant artistes et chercheurs en sciences humaines autour de la nature du street art, de ses défis, de ses messages et, plus spécifiquement, de la réception du projet du 5 rue Fulton.

 

 

 avec 

Medhi Ben Cheikh, Micheline Girard, Katre, Stew, Réa 1, Pantonio et Gaël (Projet Tour 13)

et

Alexandra Galitzine-Loumpet, Boris Chukhovich, Alexis Nuselovici (Nouss), Christiane Vollaire 

 

 

Jeudi 24 Octobre à 16h

salle 638, 196 avenue de France 6e, noyau A

75013 Paris

 

 

 

 

 

visite de la tour 13 : du 1er  au 31 octobre : http://www.itinerrance.fr/).

Visite virtuelle : cliquer sur l’image pour accèder au site dédié à la Tour 13