Archives par mot-clé : Tchernobyl

Rencontre du 06 juin 2012 : « L’exil tchernobylien et les sauveurs du patrimoine ». Galia Ackerman, Elisabeth Anstett, Virginie Symaniec.

06 juin 2012 : Langues de l’exil et exil des langues V :
Intervenante : »Galia Ackerman : « L’exil tchernobylien et les sauveurs du patrimoine » 

Après la catastrophe de Tchernobyl, près de 200 000 personnes ont quitté les lieux les plus contaminés, notamment dans la région de Poléssié, située entre la Biélorussie et l’Ukraine, où les populations locales vivaient encore souvent comme au XIX siècle, en préservant des rites et des traditions perdus ailleurs (outils de travail, objets de la vie quotidienne, broderies, costumes, meubles) souvent à caractère unique. Dès l’accession de ces deux pays à l’indépendance, des ethnographes de l’extrême ont fait de multiples expéditions pour collecter et décontaminer les vestiges de ce monde abandonné. En Biélorussie, ce travail s’est arrêté peu de temps après l’arrivée de Loukachenko au pouvoir, mais en Ukraine, la collecte continue toujours. C’est à ce monde tombé dans l’oubli (les ethnographes ukrainiens parlent de l’Atlantide tchérnobylienne) et au travail des ethnographes intrépides qui luttent pour la préservation d’un pan de la culture nationale que je consacre mon intervention.

intervenantes : Elisabeth Anstett & Virginie Symaniec

Conclusions de la première année du séminaire : Alexandra Galitzine-Loumpet

 

 

 

 

 

 

Bio-bibliographie des intervenants

ACKERMAN Galia  est docteur en histoire (Paris-Sorbonne). D’origine russe elle vit en France depuis 1984. Journaliste à Radio France Internationale (1988-2010) et à la revue Politique Internationale (depuis 1995), elle est chercheur associé à l’Université de Caen. Elle a publié de nombreux articles dans la presse française et est l’auteur de  Tchernobyl : retour sur un désastre  (Paris, Folio Gallimard, 2007), co-auteur de  Les Silences de Tchernobyl  (Paris, Autrement, 2006) et de  Serguei Eisenstein. Dessins secrets  (Paris, Le Seuil, 1999), du Dictionnaire du communisme  (Paris, Larousse, 2007) ou de Droits humains en Russie (Paris, Autrement, 2010). Galia est également traductrice d’une soixantaine d’ouvrages de fiction et d’essais (du russe en français) dont ceux de Mikhaïl Gorbatchev, Anna Politkovskaïa, Viktor Pelevin, Svetlana Alexievitch, Dimitri Bykov, Alexandre Zinoviev, Serguei Paradjanov, etc. et commissaire de l’exposition Il était une fois Tchernobyl au Centre de Culture Contemporaine de Barcelone (CCCB), du 16 mai au 8 octobre 2006. Enfin, elle est codirectrice de la collection « Moutons noirs » (éditions François Bourin), depuis 2011. Première parution : Aux origines du Goulag . 

ANSTETT Elisabeth, anthropologue, chargée de recherches au CNRS, membre de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux sociaux (IRIS).  Après avoir abordé des questions classiques d’anthropologie de la parenté, documentées sur des terrains russes et français, ses travaux portent désormais sur les enjeux politiques et religieux des pratiques commémoratives dans les espaces post-soviétiques. Elle vient de remporter un programme de recherche européen (ERC junior) intitulé « Corpses of Genocide and Mass Violence ». Parmi ces publications récentes :  (à paraître, mars 2012) (& M.-L. Gélard) Les Objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin, collection « Recherche ». 2009 –  Un Patrimoine sous influences, usages politiques, religieux et identitaires de l’image dans le monde slave. Paris, Pétra, collection « Sociétés et cultures postsoviétiques en mouvement »;  2009     (& L. Jurgenson) Le Goulag en héritage. Pour une anthropologie de la trace. Paris, Pétra, collection « Sociétés et cultures postsoviétiques en mouvement »., 2011     « Memory of political repression in post-Soviet Russia: the example of the Gulag», in On-line Encyclopedia of Mass Violence 

GALITZINE-LOUMPET Alexandra Anthropologue, docteur de l’Université de Paris I, longtemps enseignant-chercheur au Cameroun travaille actuellement à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Réseau Asie et Pacifique, ANR Esca). Spécialiste de la culture matérielle et des patrimonialisations, des représentations muséographiques de l’altérité et des espaces interculturels, elle travaille notamment sur l’exil et les déplacements/requalifications des objets et, plus largement, sur les questions de mémoire et de transmission. Membre du groupe de recherche POexil, elle a conçu (avec A. Nouss et B. Chukhovitch) le principe de l’exposition  Objets de l’exil  et réalisé une de ses versions virtuelles. Elle a publié différents articles et ouvrages et s’intéresse de plus en plus aux processus d’effacement mémoriel/patrimoniel des exilés.

SYMANIEC Virginie  est chercheur et traductrice, docteur en Études théâtrales en 2000 de l’université de Paris III avec une thèse portant sur Des dramaturgies biélorussiennes à la dramaturgie biélorussienne soviétique : une tragédie de pouvoir et habilitée à diriger des recherches en 2010 (EHESS) avec un essai d’histoire sur La Construction idéologique slave orientale. Langues, races et nations dans la Russie du XIXème siècle. Parallèlement à ses nombreuses contributions écrites sur les relations entre culture et politique dans l’espace post-soviétique, elle a travaillé, de 1999 à 2003, comme dramaturge et assistante pour la compagnie Brut de béton production, avec laquelle elle a contribué à créer La Prière de Tchernobyl de Svetlana Alexiévitch en trois langues en zone contaminée. Dans ce cadre, elle a codirigé deux festivals : le Festival du théâtre français à Gomel en Biélorussie (à 150 kilomètres de Tchernobyl, 2001) et En attendant la Biélorussie (Clermont-Ferrand, 2003). Après avoir collaboré pendant de nombreuses années avec la Maison d’Europe et d’Orient en tant que traductrice du russe et du biélorussien, artiste et chercheur associé et membre de son comité éditorial, elle a été en chargée du pôle édition et traduction de ses éditions théâtrales, et d’EURODRAM, son réseau européen de traduction théâtrale. Elle vient de fonder les éditions Le ver à soie.