Archives par mot-clé : temporalités

Migrations et temporalités en Méditerranée XIXe-XXIe siècle, colloque international, 10-12 avril, Marseille

A signaler, un colloque au programme très intéressant, pour ceux qui auront la chance d’être à Marseille  :  Migrations et temporalités en Méditerranée XIXe-XXIe siècle.

affiche« L’analyse des temporalités du fait migratoire a conduit à l’élaboration de typologies et de classifications basées sur une approche téléologique où le migrant passe du statut de primo-arrivant à celui d’« immigré » durablement installé. Au-delà de cette perspective qui met l’accent sur la succession des migrations, l’observation des trajectoires individuelles et collectives questionne des temporalités singulières et diversifiées : celles des projets, des voyages et des traversées, des installations, des nostalgies et des imaginaires, ou encore des mobilités pendulaires. L’approche transnationale nous conduit à renouveler l’analyse des temporalités des parcours migratoires, en passant du temps linéaire de l’intégration à celui réticulaire et circulaire des liens entre sociétés d’origine et d’accueil. La prise en compte des mouvements, mobilités et flux migratoires permet de réinterpréter les dynamiques temporelles socio-spatiales à travers notamment les notions de champ migratoire, d’espace transnational, de cosmopolitisme, de diaspora et de territoire circulatoire. Deux niveaux de réflexion sont ici privilégiés, celui des séquences temporelles qui structurent le phénomène migratoire à un niveau macro, et celui des rapports au temps entretenus par les migrants, à l’échelle de l’individu, de la famille, du groupe et de la société….

plus d’information et programme complet ici

Journée d’étude du 29 mars 2013. Le théâtre et l’exil (NLE/Paris 3/Théâtre aux mains nues/Médiathèque M. Duras)

Journée d’étude

Vendredi 29 mars 2013
14h-18h

Médiathèque Marguerite Duras
75020 Paris (Entrée libre)

Le théâtre et l’exil, argumentaire

A l’occasion de la création au Théâtre aux Mains Nues de « Käthchen, mon amour », dans une mise en scène d’Eloi Recoing, d’après l’œuvre de Heinrich Von Kleist, il nous a semblé propice, dans le cadre des rencontres Non-lieux de l’exil, d’interroger par le prisme de Kleist cette relation entre le théâtre et l’exil.

L’œuvre de Kleist est inséparable de son auteur et de la solitude qui fut la sienne. Exilé dans son époque, trop fragile pour être au monde, dans un monde contraire à tout son être, Kleist s’exila dans son théâtre dans un geste de survie. Cet être inexprimable trouva dans la fiction et le simulacre une réponse provisoire à la crise éthique profonde qu’il traversait.

Il s’est fait le sismographe de sa vie psychique et il a produit un théâtre fantasmatique fort inquiétant. Pouvoir d’inquiétude en effet de ces drames où chaque personnage semble rêver la scène qu’il est en train de jouer. C’est un théâtre de la nuit, écrin de l’exilé, où la langue s’écorche et se blesse à dire l’innommable.
Un théâtre en lisière du rêve, dans l’entre-deux de la conscience, et qui pourtant ne bascule jamais dans l’onirisme. Un théâtre tout en tension, faisant surgir dans le réel un niveau de conscience exacerbé. 

Le cas Kleist est sans doute exemplaire. Son théâtre est le lieu d’une expérience exilique. Et la cage de scène : un laboratoire de la conscience, un lieu de solitude où le sujet, dans un combat de soi avec soi, tente d’échapper à ses propres affects, cherche obscurément l’accès à la vérité de son histoire.

Comme il le rappelle dans son célèbre essai sur le théâtre de marionnette, l’homme est condamné à cette solitude, égaré qu’il est entre deux infinis : le pantin articulé et le dieu.

Au-delà de Kleist, cette dimension « exilante » de la scène, pour celui qui s’y expose, mérite d’être questionnée. Le traducteur, l’acteur, le metteur en scène, sont autant de figures exposées à l’exil : dans leur propre langue, dans les coulisses de leur rôle ou, dans le cas du metteur en scène, condamné à se tenir sur le seuil, entre la scène et la salle, dans ce va-et-vient permanent de projection de soi dans l’autre et de retrait, dans cette distance nécessaire qu’il faut construire avec son sujet, afin que le théâtre soit pour le spectateur une expérience exilique « réussie ».

Programme

Table ronde n°1 La scène comme exil

13h45 Accueil des participants

14h Introduction/présentation

14h15 Première table ronde
Coordination : Eloi Recoing
Intervenants : Alexis Nuselovici (Nouss), André Markowicz, Wajdi Mouawad, Sedef Ecer, Marie Lelardoux

15h15 Discussion

15h45 Pause café 

Table ronde n°2 Solitude de Kleist

16h15 Introduction/présentation

16h30 Seconde table ronde
Coordination : Alexis Nuselovici (Nouss)
Intervenants : Eloi Recoing,Béatrice Gonzales-Vangell, Anne Françoise Benhamou, Flore Garcin-Marrou, Maëlle Dequiedt.

17h30 Echange final

18h Clôture de la journée

20h : Représentation de Käthchen, mon amour
adaptation d’après La petite Catherine de Heilbronn de Kleist
Mise en scène : Eloi Recoing
Marionnettes et théâtre d’acteurs, tout public dès 10 ans.

Au Théâtre aux Mains Nues
Réservation obligatoire au 01 43 72 19 79
rp.mediation.tmn@wanadoo.fr
Tarifs 5€ / 7€ / 12 €

Théâtre aux Mains Nues 7 square des Cardeurs 75020 Paris
www.theatre-aux-mains-nues.fr
Métro Porte de Montreuil ou Maraîchers, Ligne 9 (10 min à pied)
Porte de Bagnolet, Ligne 3 (10 min à pied)

Partenaires 

  • Programme Non-lieux de l’exil (Fondation Maison des Sciences de l’Homme )
  • Laboratoire International de Recherche sur les Arts (LIRA), Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
  • Théâtre aux Mains Nues (7 square des Cardeurs 75020 Paris)

Organisation

  • Alexis Nuselovici (Nouss) (Non-lieux de l’exil/Cardiff University)
  • Eloi Recoing (LIRA/Sorbonne Nouvelle/Théâtre aux Mains Nues)

 

Lieu de la journée
Médiathèque Marguerite Duras
115 rue de Bagnolet 75020 Paris
Bus : 26, 64, 76, Traverse de Charonne et PC2
Métro Porte de Bagnolet, ligne 3

Réservation auprès du Théâtre aux Mains Nues 01 43 72 19 79